Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Les Passerands du 30e RI et du 230e RI en 14-18

Lire notre revue Vatusium n° 18, 2015 « Les Passerands dans la Grande Guerre », 1ère partie : 1914 et 1915.

Cette page BONUS complète notre article «  A la recherche des poilus de Passy » publié dans Vatusium n ° 18, pages 6 à 8.

Au moins 56 Passerands ont servi au 30e RI et au 230e RI, son régiment de réserve, pendant la Grande Guerre.

Photo du 26 avril 1915, envoyée de Chartres par un militaire (moustachu) du 30ème RI à sa famille (Site lagrandeguerre.cultureforum.net)

Photo du 26 avril 1915, envoyée de Chartres par un militaire (moustachu) du 30ème RI à sa famille (Site lagrandeguerre.cultureforum.net)

Beaucoup étaient réservistes, mais ont participé aux combats du 30e RI.

Le 30e RI et le 230e RI combattaient dans le même secteur du front, mais à des endroits différents.  Ainsi entre le 25 et le 30 août 1914, le 30e RI luttait du côté de St-Dié alors que le 230e RI était dans le secteur de Rozelieures.
Mais l’analyse des fiches matriculaires des soldats de Passy, blessés ou tués, montre une répartition des réservistes différente (voir détails ci-dessous) :
– 2 réservistes vers Rozelieures avec le 230e RI : ALLARD Léon Edouard et BOTTOLLIER-DARBELIN Jacques Louis
– 6 réservistes vers St-Dié avec le 30e RI : BUTTOUD Albert Ambroise, CAILLE Marc Antoine, DAIGUE Emile Alexandre Alphonse, FIVEL Eugène Félix, PARCEVAUD Jean Baptiste, PIOPPO Louis Philippe, classe 1907…

On note d’ailleurs dans le JMO du 30e RI pour le 28 août 1914 :
« Les 3 bataillons [du 30e RI] après avoir reçu un renfort de 1300 réservistes se portent dans la soirée, malgré un feu violent d’infanterie et d’artillerie, par Taintrux et Basse-Fosse sur Anozel [sur la D 58] et Les Cours (3e Btn, à Anozel, 1e et 2e Btn à Les Cours). L’ennemi occupe Saulcy, les pentes sud-est du Kemberg. »

Voici les noms de ces Passerands, classés par ordre alphabétique (état actuel de notre recherche ; en rouge les 17 « morts pour la France », en bleu les 23 blessés).

Année 1914 (44 Passerands)

ALLARD Léon Edouard, classe 1906, réserviste blessé le 25 août 1914 à la ferme du « Mouton Noir » (et non Mont Noir) à l’ouest de Lunéville et au nord de Mont-sur-Meurthe et Rehainviller où se trouve le 230e RI à cette date ; rejoint le dépôt le 15 septembre 1914 ; détaché à l’usine de Chedde du 7 février 1915 au 13 juillet 1916 ; passé au 140e RI le 16 juillet 1916 ; rentré le 11 août 1918.
ALLARD Louis Cyrus, classe 1902, réserviste blessé le 17 avril 1918 au mont Kemmel en Belgique, aux armées du  24 août 1914 au 16 avril 1918, intérieur du 17 avril 1918 au 19 janvier 1919.
BIOLLAY Gustave, classe 1895, Territorial, détaché du 13 janvier 1915 au 5 février 1919.
BIOLLAY Joseph Alphonse, classe 1900, réserviste blessé le 22 juin 1915 à Leintrey, Meurthe-et-Moselle, Lorraine.
BOTTOLLIER-DARBELIN Jacques Louis, classe 1905, réserviste blessé le 25 août 1914 à Rozelieures, Meurthe-et-Moselle ; réformé en juin 1915.
BOUILLET Maurice Joseph, classe 1904, réserviste nommé sergent le 11 mai 1915 ; tué le 9 mai 1916 dans le secteur d’Haudromont dans la Meuse.
BURNIER-FRAMBORET Ernest Marie, classe 1908, réserviste tué le 23 octobre 1914 à St-Valéry-sur-Somme.
BUTTOUD Albert Ambroise
, classe 1911, armée active, blessé le 25 août 1914 au Col de la Chipotte dans les Vosges. Fait prisonnier le 22 mars 1917, s’évade d’Allemagne ; rentré le 4 mai 1918.
BUTTOUD Joseph, classe 1908, réserviste, caporal le 3 septembre 1914, caporal-fourrier le 7 novembre 1914, sergent-fourrier le 18 avril 1915. Sergent-major le 3 juin 1915 ; évacué blessé le 20 mai 1916 au carrefour Mesnart (ou Mesnard) en Meurtheet-Moselle ; aux armées le 2 juillet 1916 jusqu’au 12 mars 1919.
BUTTOUDIN Aristide Armand, classe 1906, réserviste aux armées du 4 août 1914 au 23 septembre 1916 ; intérieur du 24 septembre au 6 novembre 1916 ; aux armées du 7 novembre 1916 au 15 avril 1917 ; évacué malade le 15 avril 1917 à Maison de Champagne aux avant-postes de Massiges dans la Marne. Intérieur du 15 avril 1917 au 4 avril 1919.
CAILLE Marc Antoine
, classe 1903, réserviste disparu le 30 août 1914 à Saulcy, dans les Vosges.
CARTIER François Michel Claude, classe 1902, réserviste disparu le 27 octobre 1914 à La Grenouillère, Frise dans la Somme.
CHAPPAZ
Henri Auguste, classe 1905, réserviste, passé au 97e RI le 23 septembre 1916 ; disparu le 29 octobre 1916 aux tranchées de la Maisonnette près de Biaches dans la Somme ; fait prisonnier, rapatrié le 17 décembre 1918 ; passé au 30e RI le 18 janvier 1919.
CHATELLARD Ernest Dosithée, classe 1904, réserviste, passé au 50e BCAP le 11 avril 1917 ; au 1er BCP le 16 juin 1918 ; au 31e BCAP le 23 juin 1918 ; disparu le 4 octobre 1918 devant Orfeuil dans les Ardennes. Tué à l’ennemi.
CROTTET Edouard Alexandre, classe 1902, réserviste placé en sursis d’appel le 1er février 1915, détaché à l’usine de Chedde.
DAIGUE Emile Alexandre Alphonse, classe 1900, réserviste blessé le 29 août 1914 (sans doute à Saulcy-sur-Meurthe, dans les Vosges) ; à l’intérieur du 30 août 1914 au 21 avril 1915. Passé au 30e RI le 27 septembre 1915 ; blessé le 15 octobre 1915 en Champagne. Passé au 14e Escadron du Train le 1er juin 1916 ; aux armées du 22 avril 1915 au 6 mars 1919.
DAIGUE Henri Eugène, classe 1902, réserviste passé au 20e Escadron du train le 16 janvier 1917.
DECRET Anatole, classe 1903, réserviste nommé caporal le 1er octobre 1915 ; détaché à l’usine Berliet de Lyon le 9 décembre 1915 ; passé au 158e RI le 1er juillet 1917 ; démobilisé le 12 février 1919.
DUCOUDRAY Jacques Emmanuel, classe 1901, réserviste passé au camp d’instruction le 24 août 1916 ; passé au 340e RI le 24 septembre 1916  parti en renfort le 25 septembre 1916 ;  passé au 261e RI le 28 septembre 1916 ; aux armées au 261e RI le 27 mai 1918.
DUMOULIN Gaston François, classe 1896, Territorial, caporal rappelé au 107e Rgt territorial d’infanterie ; aux armées le 29 septembre 1914 au 30e RI, 11e Cie ; Sergent le 11 mai 1915 ; blessé le 2 septembre 1915 en Champagne près de Beauséjour ; réformé le 16 mai 1916.
FATTACCIOLI Ange Henri, classe 1912, armée active, détaché à Chedde en juillet 1915 ; passé au 23e RI le 6 juillet 1916, puis au 363e RI le 27 avril 1917, disparu le 4 mai 1917 à Berméricourt, dans la Marne ; prisonnier de guerre interné à Parchim Allemagne ; rapatrié le 1er décembre 1918 ; passé au 30e RI le 15 janvier 1919. Décédé le 7 avril 1919 à Annecy de tuberculose pulmonaire contractée en service ; déclaré « mort pour la France ».
FERRAND Joseph François, classe 1906, réserviste passé au 8e RI coloniale le 4 février 1918 ; parti à la 16e D.I.C. (A.O. Armée d’Orient) le 10 mars 1918, arrivé au B.D.I. 16e D.I.C. le 21 mars 1918 ; passé au 8e RIC le 4 mai 1918 ; évacué malade le 23 septembre 1918 ; passé au 37e RI coloniale le 22 décembre 1918.
FIVEL Eugène Félix, classe 1900, réserviste blessé le 29 août 1914 à Celles [Celles-sur-Plaine] au  nord de St-Dié dans les Vosges et au sud de Badonviller. Détaché à l’usine de Chedde le 29 mars 1915 ; passé au 158e RI le 22 décembre 1916 ; passé au 4e RI le 23 février 1917 ; parti en renfort aux armées le 19 février 1917 ; évacué de Craonne le 23 décembre 1917 ; parti en renfort aux armées le 3 août 1918 jusqu’au 21 février 1919.
FIVEL-DEMORET Arsène, classe 1902,  réserviste sergent blessé le 3 octobre 1914 à Frise dans la Somme, passé au 311e RI le 15 août 1916, puis au 21e Rgt de Tirailleurs et au 117e RI.
FRARET Eugène François, classe 1902, réserviste décédé à l’Hospice d’Harbonnières, dans la Somme le 29 septembre 1914 des suites de ses blessures de guerre.
GAUDIN Jules Auguste, classe 1901, réserviste blessé gravement en octobre 1914 ; puis détaché à l’usine de Chedde le 27 mars 1915 ; passé dans la territoriale le 1er octobre 1915 puis au 103e RI le 16 aout 1918 ; blessé et disparu le 12 octobre 1918 à Cauroy Machault dans les Ardennes.
GIGUET Jean Joseph, classe 1903, réserviste tué le 8 avril 1917 à la ferme Maison de Champagne aux avant-postes de Massiges dans la Marne.
GRUZ Félix Eugène, classe 1909, réserviste fait prisonnier le 22 août 1914 à Rothau dans le Bas-Rhin, en captivité à Gmünd, rapatrié et arrivé au D.T.I. [Dépôt et Transit des Isolés] le  29 décembre 1918.
GUICHONNET Gaston Henri, classe 1908, réserviste classé service auxiliaire en octobre 1914 ; réformé le 12 octobre 1917.
HERITIER Alphonse Jean François, classe 1910, réserviste, passé au 175e RI le 28 avril 1915 (armée d’Orient le 2 mai 1915), puis au 58e Bataillon de Chasseurs en qualité de mitrailleur le 17 février 1916. Evacué pour  paludisme le 5 juin 1917.
JACCOUX Etienne Henri, classe 1904, réserviste tué le 28 juin 1915 à Reillon, en Meurthe-et-Moselle.
LEGON Emile Marie, classe 1907, réserviste, détaché à l’usine de Chedde le 27 avril 1915. Rentré au dépôt le 13 juillet 1916. Passé au 140e RI le 16 juillet 1916. Démobilisé le 5 mars 1919. Figure sur le monument aux morts de Passy : décédé  en 1919 de tuberculose en novembre 1921 au Grand-Bornand.
LEGON Juste, classe 1908, réserviste blessé le 26 septembre 1914, à Herleville, dans la Somme. Passé au 17e RI le 4 mars 1915.
MICHOLLIN Albert Joseph, classe 1902, réserviste blessé le 17 décembre 1914 dans les tranchées du secteur de Frise dans la Somme ; réformé le 6 mai 1916.
NOGUET Gaston Henri, classe 1913, armée active, incorporé au 97e RI le 3 septembre 1914 ; passé au 30e RI le 19 novembre 1914, cap-fourrier, mort de ses blessures de guerre le 16 mars 1915 à Dompierre, dans la Somme.
OVERNEY
Aristide, classe 1907, réserviste tué le 25 août 1914 à Rozelieures en Meurthe-et-Moselle ; ce Passerand ne figure pas sur le monument aux morts de Passy.
PARCEVAUD Jean Baptiste, classe 1902, réserviste blessé le 29 août 1914 à Saulcy-sur-Meurthe dans les Vosges ; détaché à l’usine de Chedde à partir du 7 février 1915 ; décédé à Passy le 14 octobre 1918.
PELLET-CALNY Jean Alphonse, classe 1908, réserviste tué antérieurement au 26 septembre 1914 à Taintrux dans les Vosges.
PETIT-JEAN GENAT Louis, classe 1906, réserviste fait prisonnier le 27 septembre 1914 dans la Somme. En captivité à Heuberg in Baden, interné à Wiedez Wehrencassel. Décédé en captivité le 22 octobre 1918 au camp d’Heuberg (ou Szczecin en Pologne).
PIOPPO Louis Philippe, classe 1907, réserviste blessé le 22 août 1914 à Rothau dans les Vosges, amputé.
RAMUS François Emile, classe 1907, réserviste tué à l’ennemi, décédé à l’ambulance 5/14 le 10 octobre 1915 à Suippes dans la Marne (Somme-Suippe) des suites de ses blessures de guerre.
ROSSILLON Pierre, classe 1901, réserviste blessé le 26 septembre 1914 à Herleville dans la Somme. Détaché le 5 juillet 1915 à l’usine de Chedde jusqu’au 8 mars 1919.
SARTORIO Pascal, classe 1900, réserviste, passé le 1er octobre 1914 au 107e Territorial d’infanterie ;  parti au front le 10 novembre 1914 ; passé au 97e RI le 4 décembre 1915, puis 140e RI.
TANLET Alphonse Marie, classe 1905, réserviste, évacué pour pieds gelés du 20 au 22 septembre 1916 ; blessé le 8 avril 1918 aux avant-postes du secteur de Cauroy dans la Marne.

Année 1915 (ajouter 6 Passerands)

BAUD Claudius Marie Marcel, classe 1916, armée active, inscrit à tort sur le monument aux morts de Passy, incorporé au 97e RI le 8 avril 1915 ; passé au 9e Btn du 97e RI le 6 décembre 1915 ; passé au 30e RI le 20 juin 1916 ; « disparu » le 25 avril 1918 au mont Kemmel (Belgique), fait prisonnier, interné à Stendal ; rapatrié d’Allemagne le 23 novembre 1918 ; rentré au dépôt le 26 décembre 1918 ; passé au 358e RI le 1er février 1919 (aux armées) ; passé au 151e RI le 15 mai 1919 ; démobilisé le 17 septembre 1919, se retire à St-Gervais.
CHATELLARD Louis Eugène, classe 1916, armée active, au 30e RI le 8 avril 1915 ; passé au 28e Btn de Chasseurs comme skieur le 5 novembre 1915, puis au 6e BCAP le 31 janvier 1916 et au 28e BCAP (4e Compagnie de skieurs) le 28 juillet 1916.
CLERC Louis Félix, classe 1916, armée active, au 30e RI le 8 avril 1915 ; passé au 97e RI le 4 décembre 1915, puis revenu au 30e RI le 20 juin 1916. Décédé le 19 juin 1917 des suites de ses blessures de guerre à l’ambulance 2/14 à Oeuilly dans l’Aisne, Chemin des Dames.
GRENECHE, Eugène-Clovis, classe 1916,
armée active, au 30e RI le 17 mai 1915 ; passé au 54e Rgt d’artillerie de campagne le 27 septembre 1916.
JACCOUX Félix Eugène, classe 1899, Territorial, blessé le 15 février 1915 dans les tranchées du secteur de Cappy dans la Somme.
PEILLEX
Joseph Séraphin, classe 1901, réserviste, au 30e RI le 2 avril 1915 ; passé au 107e le 12 novembre 1915 ; réformé en janvier 1916.

Année 1916 (pas de nouveau Passerand)
Année 1917 (ajouter 4 Passerands)

FORESTIER Claude François, classe 1890, réserviste de la Territoriale, mobilisé le 3 août 1914 au 107e RI ; passé au 112e RIT le 1er avril 1915 ; au 138e RIT le 1er novembre 1915 ; Détaché agricole  catégorie A le 22 octobre 1917 ; Passé au 30e RI le 10 novembre 1917. Libéré définitivement le 10 décembre 1918.
GUBERT Ulysse Adolphe, classe 1914, armée active, au 140e RI le 20 novembre 1914 ; passé au 159e RI le 14 février 1915, blessé le 6 septembre 1916 à Barleux dans la Somme. Classé service auxiliaire le 3 février 1917. Passé au 75e RI le 1er octobre 1917, au 30e RI le 1er décembre 1917. Détaché comme garde-frontière du 14 janvier au 3 avril 1919. Démobilisé le 4 avril 1919.
MOLLIER Joseph François, classe 1891, réserviste de la Territoriale, le 14 nov. 1914 au Groupe du 2e Régt d’artillerie fort Montgilbert ; passé au 10e Rgt d’artillerie à pied le 28 déc. 1915 ; puis au 11e le 1er sept. 1917 ; puis 30e RI le 10 novembre 1917. Libéré le 20 déc. 1918.
THIERRIAZ Emmanuel, classe 1895, Territorial rappelé à l’activité en juin 1915 : Incorporé au 11e Rgt d’artillerie ½ 40e Batterie le 12 juin 1915 ; renvoyé dans ses foyers le 16 septembre 1915 ; rappelé au 9e Rgt de Hussards le 17 décembre 1915 ; passé au 11e Rgt d’artillerie à pied le 1er février 1916 ; passé au 99e RI le 24 septembre 1916 ; au 30e RI le 10 novembre 1917. Intérieur du 17 décembre 1915 au 4 février 1919.

Année 1918 (ajouter 1 Passerand)

BOUILLET Jean François, classe 1909, réserviste, le 2 août 1914 au 97e RI, blessé le 22 octobre 1914 à Maroeuil au N.O. d’Arras (et non Mordeuil), détaché à l’usine de Chedde le 12 juillet 1915. Relevé d’usine le 18 décembre 1916 ; aux armées le 29 décembre 1916. Passé au 158e RI le 29 décembre 1916 ; puis 30e RI (date non précisée),  intoxiqué par les gaz le 28 septembre 1918 devant Tahure dans la Marne, retour aux armées le 8 octobre 1918.

Année 1919 (ajouter 1 Passerand)

BOUDION Henri, classe 1916, armée active, au 22e BCAP le 8 avril 1915 ; nommé caporal le 4 mai 1916 ; évacué le 6 novembre 1916 dans la Somme pour gelure des pieds ; disparu à la cote 108 au sud-est de Berry-au-Bac entre Reims et Laon, à l’extrémité est du Chemin des Dames, prisonnier 31 mai 1917, interné à Darmstadt ; passé au 30e RI le 3 janvier 1919.  Démobilisé le 17 sept. 1919.

Photo  du 26 avril 1915, envoyée de Chartres par un militaire du 30ème RI à sa famille

Photo du 26 avril 1915, envoyée de Chartres par un militaire du 30ème RI à sa famille (Site lagrandeguerre.cultureforum.net)

Photo du 26 avril 1915, envoyée de Chartres par un militaire du 30ème RI à sa famille (Site lagrandeguerre.cultureforum.net)

Sources et sites à consulter pour en savoir plus :                                                                    

ADHS site http://archives.hautesavoie.fr/?id=rechercher

Historique du 30e RI :
Site chtimiste ; Lire le carnet de guerre et les poèmes d’Auguste GALLAND, soldat au 30e RI ;

VOIR aussi le site dumoul.fr : HISTORIQUE  DU  30e RI, discours prononcé par le Lieutenant-Colonel Tapponnier lors de la fête des 30e ET 230e RI, le 17 Mai 1936 à Annecy

Site gallica bnf  ; historique TRANSCRIT sur le site Verdun-1916.chez-alice

Site Wikipedia, art. 30e RI

JMO du 30e RI : Mémoire des hommes Journaux des unités 1914-1918

Photos du 30e RI Site lagrandeguerre.cultureforum

Voir nos autres pages sur
– Passy pendant la grande Guerre
en particulier
 notre page consacrée au monument aux morts de Passy.

– Passy de 1920 à nos jours.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
– L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter