Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Marie Curie et les voitures radiographiques en 14-18

Lire notre revue Vatusium n° 19, 2016 « Les Passerands dans la Grande Guerre » 2e partie : 1916 à 1919.

Cette page BONUS complète notre article « Les femmes de Passy pendant la Grande Guerre » publié dans Vatusium n° 19, pages 5 à 8.       

Marie Curie (1867-1934) a passé les dernières semaines de sa vie à Sancellemoz, sanatorium de Passy (Vatusium 19, p .8).

Marie Curie

 Marie Curie (site tuxboard.com)

Marie Curie (site tuxboard.com)

Voir aussi notre page « Marie Curie » à la rubrique « Visiteurs célèbres »

En 1911, juste avant la guerre, Marie Curie obtient le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur le polonium et le radium.

Marie Curie au laboratoire 

Marie Curie au laboratoire (site serious-scvience.org)

Marie Curie au laboratoire (site serious-scvience.org)

Marie-Aude Bonniel évoque dans le Figaro « Marie Curie, la radiologie et la Grande Guerre ». Extrait :
« Dès le début de la guerre, Marie Curie se mobilise. Elle sait combien peuvent-être utiles les appareils à rayons X pour repérer les fractures et localiser les éclats d’obus. Dès le mois d’août 1914 elle obtient une attestation du Ministère de la Guerre pour mettre en place une équipe de manipulateurs en radiologie. Elle enseigne à plus de 150 élèves les bases de physique et d’anatomie.

Marie Curie est persuadée qu’il ne faut pas déplacer les blessés. Elle va donc créer des unités radiologiques mobiles avec le matériel nécessaire. Le Service de Santé et les initiatives privées de bienfaiteurs participent à cette installation […]
Marie Curie va se rendre elle-même dans les zones de combat, secondée par sa fille Irène. En 1918, à la fin de la guerre, elle prend la direction de l’Institut du radium, actuel Institut Pierre et Marie Curie. » (
site du Figaro.fr/histoire/centenaire-14-18)

Une des voitures équipées en matériel radiologique, les« petites Curies » 

Une des voitures équipées en matériel radiologique, les« petites Curies » (photo Rue des Archives, site du Figaro.fr/histoire/centenaire-14-18)

Une des voitures équipées en matériel radiologique, les« petites Curies » (photo Rue des Archives, site du Figaro.fr/histoire/centenaire-14-18)

L’Echo National écrit sur le rôle de Mme Curie et la guerre.
« Le professeur Henry Reynès, de Marseille, qui fut médecin-chef de l’hôpital militaire Miribel, à Verdun, a bien voulu nous communiquer des précisions sur le concours, à peu près ignoré du grand public, que Mme Curie apporta à la chirurgie de guerre. […]

Pénétrée d’un zèle de clairvoyance patriotique, Mme Pierre Curie sollicita des collaborations à Paris, mit en œuvre des influences, récolta des subventions, et put ainsi, la première, mettre à la disposition des chirurgiens de l’Avant, un matériel de rayons X.

En personne, elle vint à Verdun, dans les premiers mois de 1915. J’ai gardé le précieux souvenir de la visite qu’elle nous fit à l’hôpital temporaire 4 (Collège Marguerite). Avec le concours d’une société de Croix-Rouge (Femmes Françaises, je crois) et d’une société de Patronage, elle vint avec un matériel déjà important. Elle laissa à l’hôpital 4 un poste et confia à mon collègue Raoul Deslongchamps, à Vadelaincourt, le camion automobile, dont le moteur pouvait assurer le fonctionnement des appareils radiologiques.

Et ce furent là le début de la radiographie de guerre. De Verdun, Mme Curie alla vaillamment vers des positions plus avancées et continua de Paris à multiplier les installations de Rayons X. » (Article paru dans Le Figaro du 14 février 1922, site du Figaro.fr/histoire/centenaire-14-18)

Marie Curie et sa fille Irène à l’institut du radium en 1921

Marie Curie et sa fille Irène à l’institut du radium en 1921 (photo Rue des Archives, site du Figaro.fr/histoire/centenaire-14-18)

Marie Curie et sa fille Irène à l’institut du radium en 1921 (photo Rue des Archives, site du Figaro.fr/histoire/centenaire-14-18)

Le Figaro du 15 septembre 1915 :

« Le professeur Pierre Marie présente, au nom de M. Ch. Infroit, chef du laboratoire central de radiographie de la Salpêtrière, une centaine de radiographies de blessés porteurs de projectiles.

Ces corps étrangers ont été localisés avec le compas radio-chirurgical de l’auteur.

Dans le détail exposé, on constate la présence de balles de fusil, de shrapnells, de nombreux éclats d’obus, d’une boucle de pantalon, de deux morceaux de couteau, d’un bouton double de cuivre provenant d’une bretelle de fusil, et d’une pièce de cinq francs incluse dans la paroi abdominale.

Ces différents objets, d’ailleurs, ont été extraits de toutes les parties du corps cerveau, poumons, rachis, moelle, bassin.

Le cas le plus typique est peut-être un shrapnell intracardiaque, extrait, il y a quelques jours, de l’oreillette droite du cœur d’un blessé. » (site du Figaro.fr/histoire/centenaire-14-18)

On lira avec intérêt l’article consacré à Marie Curie sur le site 1914-1918.be, page Marie Curie ; voir en particulier une photo de Marie Curie au volant d’une « petite Curie » (site 1914-1918.be, page Marie Curie)

Véhicule de 1916 – Kelly, un ancien camion aménagée en voiture radiographique 

Véhicule de 1916 - Kelly, un ancien camion aménagée en voiture radiographique (site en-noir-et-blanc.com, page ambulances, Gallica.bnf)

Véhicule de 1916 – Kelly, un ancien camion aménagée en voiture radiographique (site en-noir-et-blanc.com, page ambulances, Gallica.bnf)

Une voiture radiologique de la Première Guerre Mondiale 

Une voiture radiologique de la Première Guerre Mondiale (site laboiteverte.fr)

Une voiture radiologique de la Première Guerre Mondiale (site laboiteverte.fr)

Marie Curie est entrée au Panthéon en 1995.

Sources et sites à consulter pour en savoir plus :

site tuxboard.com  http://www.tuxboard.com/marie-curie-google/

site serious-scvience.org  http://serious-science.org/marie-curie-6408

site du Figaro.fr/histoire/centenaire-14-18  http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/10/29/26002-20141029ARTFIG00084-marie-curie-la-radiologie-et-la-grande-guerre-1914.php

site 1914-1918.be, page Marie Curie http://www.1914-1918.be/marie_curie.php

site en-noir-et-blanc.com, page ambulances, Gallica.bnf http://www.en-noir-et-blanc.com/-ambulances-p1-22.html

site laboiteverte.fr  http://www.laboiteverte.fr/photo-mystere-n116/

Voir nos autres pages sur
 
Passy pendant la grande Guerre
en particulier
notre page consacrée au monument aux morts de Passy.

– Passy du XXe siècle à nos jours.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– 
Le château médiéval de Charousse à Passy
– 
Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
 
L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
–  
La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– 
La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– 
L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– 
Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– 
L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– 
La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– 
La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– 
La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter