Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Libération des camps de Buchenwald-Dora le 12 avril 1945. René Guillermin

Le dimanche 12 avril 2015, jour du 70e anniversaire de la libération des camps de Buchenwald-Dora, Pierre DUPRAZ, président de notre association « Culture, Histoire et Patrimoine de Passy » a souhaité rendre hommage à René Guillermin, résident du Passy-Flore ; il a, à cet effet, invité Patrick Kollibay, maire de Passy, et Jean-Marc Peillex, Conseiller départemental maire de St-Gervais, à rencontrer ce témoin des heures tragiques de la Seconde Guerre mondiale.

Notre président Pierre Dupraz explique aux élus de Passy et St-Gervais les raisons de l’internement de René Guillermin au camp de Buchenwald-Dora (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

Notre président Pierre Dupraz explique aux élus de Passy et St-Gervais les raisons de l’internement de René Guillermin au camp de Buchenwald-Dora (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

René Guillermin dans son studio de Passy-Flore écoute son histoire racontée par Pierre Dupraz (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

René Guillermin dans son studio de Passy-Flore écoute son histoire racontée par Pierre Dupraz (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

Notre président Pierre Dupraz et Patrick Kollibay, maire de Passy (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

Notre président Pierre Dupraz et Patrick Kollibay, maire de Passy (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

Voici les mots qu’il a prononcés dans le studio où Monsieur Guillermin a accueilli les élus :

René Guillermin. La rafle du 14 décembre 1943 à Nantua

« Merci à nos élus Patrick Kollibay, maire de Passy et Jean-Marc Peillex Conseiller départemental maire de St-Gervais de nous avoir rejoint, merci aussi à Véronique Tilloy directrice de cette maison Passy Flore pour son accueil en ce 12 avril 2015, 70e anniversaire de la libération des camps de Buchenwald-Dora. »

« Le 6 décembre 1943, quelques semaines après le défilé du 11 novembre 1943 à Oyonnax, des maquisards organisent une expédition punitive contre un couple d’hôteliers de Nantua… Déshabillés, ils sont couverts de croix gammées peintes avant d’être amenés et abandonnés dans la rue principale d’Oyonnax. En réponse à cet « outrage », les Allemands organisent une rafle. Le 14 décembre à l’aube, toute la ville de Nantua est cernée par 500 militaires allemands appartenant aux forces de police et à la SS. La ville est bouclée. Tous les hommes valides sont arrêtés et regroupés. Au collège Xavier Bichat, au moment de la récréation de 10 h, l’établissement est fouillé, pendant que tous les élèves et le personnel sont alignés contre un mur dans la cour. 21 d’entre eux sont arrêtés et regroupés à la gare avec tous les autres raflés. Parmi eux, René Guillermin, élève et surveillant.

Les maisons sont fouillées. Le docteur Emile Mercier, résistant, est dénoncé, fusillé.

Environ 130 hommes âgés de 18 à 40 ans sont acheminés en train vers Bourg-en-Bresse, puis à Compiègne où ils rejoignent le camp de transit réservé aux prisonniers politiques. Quelques-uns parviennent à s’échapper. 116 personnes sont déportées au camp de Buchenwald, 95 ne sont jamais revenues.

Au camp, c’est l’attente et les corvées.

Une partie des hommes est intégrée à une unité souterraine, le commando « Tunnel » où l’on assemble les fameuses fusées V2. René Guillermin est de ceux qui y sont affectés. Le travail est pénible et bientôt l’unité est cantonnée dans le tunnel même. Les factions sont longues de 12 H ; les hommes ne savent plus si on est le jour ou la nuit. Ils ne voient plus le soleil pendant de longs mois.

A l’approche des libérateurs alliés, les Allemands décident de déplacer les prisonniers vers d’autres camps, en train ou à pied. Ceux qui montrent des signes de faiblesse sont exécutés sur le champ.

Fin février 1945, derrière les barbelés du camp principal et dans les 88 camps externes, se trouvent 112 000 personnes, parmi lesquelles 25 000 femmes. Les conditions de vie dans le camp principal se sont fortement dégradées, provoquant quelque 13 000 morts. Du 7 au 10 avril, 28 000 personnes du camp sont à leur tour évacuées vers les camps de Dachau, de Flossenbürg et de Theresienstadt.
Le 11 avril 1945, ceux qui survivent verront arriver les soldats américains de la 6e division blindée de la 3e armée américaine dans le camp de Buchenwald, provoquant la fuite des SS. Dans ces circonstances, en milieu de journée, le comité international clandestin déclenche une insurrection ; des groupes de résistance prennent le contrôle du camp : 21 000 détenus retrouvent ainsi la liberté. Nous sommes le 12 avril 1945…

Sorti de ce cauchemar, René Guillermin s’installera à Saint-Gervais, où ses connaissances en électronique lui permettront d’être un technicien très apprécié de Radiotélévision. Il sera un membre actif de la section locale de la Fédération Nationale des Déportés, Internés Résistants Patriotes (FNDIRP). Le devoir de mémoire lui est chevillé au corps, afin que les atrocités que ses compagnons et lui-même ont subies ne soient pas oubliées et servent de témoignage à la jeunesse actuelle.

Depuis 12 ans, M. Guillermin occupe un studio au Foyer logement « Le Passy-Flore », il navigue sur internet et dans ses souvenirs, avec lucidité. Une liberté bien précieuse lui a été rendue.

Nous avons voulu saluer cet homme remarquable et déterminé en ce 70e anniversaire de la libération des camps de Buchenwald-Dora où il fut détenu. »
Pierre DUPRAZ, président de l’association « Culture, Histoire et Patrimoine de Passy ».

Pierre Dupraz a ensuite offert à René Guillermin un livre de Michel Germain, La Haute-Savoie 1939-1945. Entre Ombre et Lumière, que les élus et lui-même ont dédicacé.

René Guillermin reçoit un livre de Michel Germain (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

René Guillermin reçoit un livre de Michel Germain (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

Le livre de Michel Germain, La Haute-Savoie 19139-1945. Entre Ombre et Lumière, offert à René Guillermin (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

Le livre de Michel Germain, La Haute-Savoie 1939-1945. Entre Ombre et Lumière, offert à René Guillermin (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

Jean-Marc Peillex, Conseiller départemental, dédicace le livre offert à René Guillemin (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

Jean-Marc Peillex, Conseiller départemental, dédicace le livre offert à René Guillemin (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

Patrick Kollibay, maire de Passy, dédicace le livre offert à René Guillemin (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

Patrick Kollibay, maire de Passy, dédicace le livre offert à René Guillemin (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

Pierre Dupraz dédicace le livre offert à René Guillemin (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

Pierre Dupraz dédicace le livre offert à René Guillemin (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

Les dédicaces portées sur le livre offert à René Guillemin (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

Les dédicaces portées sur le livre offert à René Guillemin (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

La rencontre s’est terminée autour d’une coupe de champagne ; mais celle de René Guillermin ne contenait que de… l’eau.

René Guillermin, qui ne boit, hélas, qu’une coupe d’eau de Passy ! (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

René Guillermin, qui ne boit, hélas, qu’une coupe d’eau de Passy ! (cliché Bernard Théry, 12 avril 2015)

Découvrez nos autres pages consacrées à La guerre de 1939-1945 :

Le STO, le maquis et la Résistance ; le maquis de Montfort et la Torchette
La stèle de la Torchette et les commémorations
Mai 2014 : 500 écoliers au maquis de Montfort, à Passy
La libération de Passy

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter