Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Napoléon III et l’impératrice Eugénie à Passy et Chamonix en 1860

Written By: BT

Lire notre revue Vatusium n° 13, p. 54 (gravures) ;
Voir aussi : Pierre Dupraz, Passy hier et aujourd’hui, p. 32 ; Paul Soudan, Historique de l’usine de Chedde, p. 29-30.

Le récit du passage de Napoléon III et de l’Impératrice Eugénie à Passy, à l’occasion de leur voyage en Savoie de 1860 est disponible dans le livre suivant : « Voyage en Savoie de l’empereur Napoléon III et de l’impératrice Eugénie, 27 août-5 septembre 1860 : récit authentique d’après les documents de l’époque », publié par le baron d’Alexandry d’Orengiani, château de Saint-Marcel, par Rumilly Haute-Savoie ; éditeur : Impr. générale savoisienne (Chambéry) ; date d’édition : 1911.
Ce texte fait le récit du voyage et retranscrit les discours prononcés par les autorités locales ; il est disponible sur le site Gallica de la BNF : cliquez ici.

Napoléon III, par H. Flandrin (source : site Saint-Vert)

Table des matières :
A Chambéry, les préparatifs de la ville, page 1
Arrivée de l’Empereur et de l’Impératrice, journée du 27 août, page 4
Journée du 28 août à Chambéry, page 10
Journée du 29 août, départ pour Aix-les-Bains en « train impérial », page 17
A Aix-les-Bains, journée du 29 août (suite), page 19
A Annecy, journée du 29 août (suite), page 24
Journée du 30 août, à Annecy, page 27
D’Annecy à Thonon, journée du 31 août, page 30
A Thonon, journée du 31 août (suite), page 34
De Thonon à Sallanches, journée du 1° septembre, page 36
De Sallanches à Chamonix, journée du 2 septembre 1860, page 37
De Chamonix à Bonneville, journée du 3 septembre, page 40
De Bonneville à Chambéry, journée du 4 septembre, page 42
Dernière soirée à Chambéry, journée du 4 septembre (suite), page 43
Départ de Chambéry, journée du 5 septembre,  page 45
Documents, page 47 à 51.

Extrait de l’avant-propos, page XI

« (…) En la circonstance, Napoléon III se montra tel qu’il était : sons morgue, foncièrement bon et généreux. Il fut touché de l’accueil cordial du peuple savoyard et prit soin de lui témoigner son vif intérêt par mille attentions délicates.

L’impératrice Eugénie, alors dans toute la splendeur de sa beauté, eut sa part des acclamations populaires. Elle se montra charmante. Malgré une légère indisposition, elle voulut assister â toutes les cérémonies, à toutes les parties de la fête, promenades, dîners, visites aux établissements de bienfaisance, voire même aux bals qu’elle ouvrit elle-même et où elle demeura jusqu’à une heure tardive.

L’Impératrice Eugénie (source : site de Fontainebleau)

Un détail donnera une idée de la bonhomie qui signala le voyage des souverains. Partout ils sortirent dans les rues sans escorte ; d’Annecy à Thonon ils allèrent en voiture, sans autre cortège que quatre gendarmes à cheval. On pense si nos compatriotes, avec leur culte inné de l’hospitalité, apprécièrent ces marques de confiance ! … Rien ne pouvait leur être plus agréable.
Et quoi de plus touchant que la présence sur le passage des souverains de ces médaillés de Sainte-Hélène qui pleuraient de joie en voyant le neveu du grand Empereur !… (…)»

Récit du voyage de Sallanches à Chamonix (journée du 2 septembre 1860)

« (…) Le 2 septembre, l’Empereur s’était levé à cinq heures du matin. A six heures, Leurs Majestés entendaient la messe dans l’église de Sallanches, et à sept heures tout était prêt pour le départ ; mais l’orage qui avait éclaté la veille dans la vallée, un de ces orages des Alpes, violents et rapides, avait causé de grands désastres.

On fit observer à l’Empereur qu’il serait peut-être imprudent de tenter le voyage de Chamonix ; mais l’Empereur avait persisté dans sa résolution.

Avant de quitter la ville, l’Empereur avait remis au Maire une somme de 25.000 francs pour réparer les quais. Il avait accordé, en outre, 1.000 francs à chacun des établissements de bienfaisance de la ville et aux établissements de la ville et aux établissements des Sœurs de charité.

L’Empereur aurait aussi accordé sur sa cassette particulière une pension de 1.200 francs à l’Ecole d’horlogerie de Cluses.

Après avoir pris congé des autorités de Sallanches, Leurs Majes­tés sont parties pour Chamonix, accompagnées jusqu’au bas des rampes par la population tout entière. Les voitures impériales attelées de quatre vigoureux chevaux du pays, habitués à gravir tes pentes abruptes, s’étaient éloignées aux cris de : Vive l’Empereur ! vive l’Impératrice ! vive le Prince impérial !

A huit heures et demie, le cortège impérial avait atteint Servoz et passé le torrent Noir sur un pont de bois qu’on avait terminé pendant la nuit.

Le nant Noir, route de Chamouni, par Louis Bacler d’Albe (Vatusium n° 6, p. 34)

Arrivé devant le premier torrent, le Nant Jantan, on avait trouvé les habitants achevant de combler le lit du torrent sous les ordres d’un conducteur des ponts et chaussées. La pluie avait diminué graduellement, et le torrent était moins rapide.

M. Charles, le premier piqueur de l’Empereur, est descendu dans le torrent pour s’assurer s’il n’y avait pas d’excavations et s’il était assez solide pour supporter le poids des voitures. En même temps, dix hommes des plus vigoureux, pris parmi les travailleurs, s’étaient mis à l’eau du côté de l’abime pour soutenir la voiture en cas de danger, et c’est ainsi que Leurs majestés ont franchi le premier torrent.
Arrivé sur l’autre bord, l’Empereur a distribué lui-même de bonnes récompenses à ces braves gens.
Le second torrent, le Bourgeat, avait été franchi de même, et leurs Majestés étaient enfin arrivées à Chamonix. (…)»

Pour le déroulement du séjour à Chamonix, voir le site de Chamonix-Mont-Blanc, rubrique Votre mairie en ligne >  « Mémoire de la ville » : 150e anniversaire de l’Annexion de la Savoie à la France. La visite impériale de 1860. : cliquez ici.
En voici quelques extraits :
« Le 2 septembre 1860, à 9h30, sous la pluie, le conseil municipal et la compagnie des guides (au complet) attendent au niveau de l’arc de triomphe, élevé à l’entrée du bourg. Les voitures sont décorées du drapeau impérial et la monture a une cocarde tricolore.
Les guides, au nombre de cent au moins, à cheval, portent chacun un drapeau et chaque mulet, une cocarde. » (…)
A 10h00, le son des cloches et le tir des canons signalent l’arrivée du couple impérial. Il est accompagné d’une escorte de gendarmes à cheval et d’un détachement de dragons. Malgré le mauvais temps, la foule est importante, mais l’ascension au Montenvers, qui devait se faire à midi, est reportée au lendemain matin. L’empereur, vers 13h00, descend sur la place du pont de Cour et en profite pour rencontrer la population locale, les élites, ainsi que des vétérans du premier empire (croix de Sainte-Hélène). Quant à l’impératrice, à 16h00, elle part, en compagnie d’un écuyer et de ses dames d’honneur, en direction du glacier des Bossons. Son excursion dura trois heures. (…) Le couple impérial loge à l’hôtel Royal (actuellement le casino) tenu par Ferdinand Eisenkrämer.
Le 3 septembre, le couple part à 6h00 pour le Montenvers. »

La caravane impériale en route vers le Montenvers. "Napoléon III et Eugénie empressé visiter la Mer de Glace." Créé par Grandsire après Marc, publié sur L'Illustration, Journal Universel, Paris, 1860

La caravane impériale en route vers le Montenvers. « Napoléon III et Eugénie empressé visiter la Mer de Glace. » Créé par Grandsire après Marc, publié sur L’Illustration, Journal Universel, Paris, 1860

Le couple impérial en route pour la Mer de Glace (Vatusium n° 13, p.54)

L’impératrice Eugénie se rendant à la Mer de Glace (source : musée du Montenvers)

Excursion de Leurs Majestés à la Mer de Glace, le 2 septembre 1860 (Découvrir l’histoire de Savoie, p. 161)

 

Costume de l'Impératrice à la Mer de Glace (Gravure parue dans l'Illustration, source gallica.bnf)

Costume de l’Impératrice pour son excursion à la Mer de Glace (Gravure parue dans l’Illustration, source gallica.bnf)

"Napoléon III et l'impératrice Eugénie, excursion sur la Mer de Glace". Créé par Marc, publié sur L'Illustration, Journal Universel, Paris, 1860

« Napoléon III et l’impératrice Eugénie, excursion sur la Mer de Glace ». Créé par Marc, publié sur L’Illustration, Journal Universel, Paris, 1860.

Découvrez le n° 17 de notre revue Vatusium, La traversée de Passy au XVIIIe siècle, et ses nombreux BONUS, ajoutés sur ce site.

Autres pages sur les visiteurs de Passy au XIXe siècle. En particulier :

– Impératrice Joséphine (juin 1810), première épouse de Napoléon Ier (1763-1814)
 Le voyage de l’Impératrice Marie-Louise à Passy et Chamonix (juillet 1814)
 Victor Hugo à Passy en 1825, en compagnie de Charles Nodier

Autres pages sur les VISITEURS CELEBRES de PASSY et RECITS de VOYAGE au Pays du Mont-Blanc.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy

L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882

–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

A découvrir également…
1850-1860 : vers « l’annexion » de la Savoie à la France.
HISTOIRE de PASSY

Passy au XVIIIe siècle.
Passy au XIXe siècle.
Relief et panoramas de Passy.
Présentation de Passy, aujourd’hui.
AUTRES ELEMENTS BIBLIOGRAPHIQUES SUR PASSY ET LA SAVOIE : Récits de voyageurs.

 

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter