Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Histoire des montagnes, des « communiers » et du « consortage »

Written By: BT

Extraits de l’article des pages 4 à 12 (synthèse effectuée à partir des livres d’Albert Mermoud, Mémoire du Mont-Blanc d’antan et de Paul Soudan, Au pays du Mont-Blanc – Histoire de Passy) :

Alpages des Ayères (cliché Didier Schoenberger)

De la préhistoire à l’antiquité.
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la fréquentation des alpages par le bétail ne remonte pas au Moyen-âge, mais … à la Préhistoire. Et les hauteurs ont été occupées avant les vallées (…).
La montagne présentait, en effet, des avantages. Albert Mermoud renvoie au livre de Raoul Blanchard, Les Alpes occidentales : « Lorsque la montagne fut débarrassée de sa gangue de glace, les chasseurs furent suivis par des pasteurs, beaucoup plus nombreux, avec leurs troupeaux de bovins et de moutons, qu’ils avaient appris à domestiquer. Les pâturages de la montagne proche s’offraient pour satisfaire leurs besoins de nourriture en été, alors que les terres des basses vallées en manquaient. (…) Les premiers visiteurs trouvaient à ces altitudes moins d’obstacles à leur implantation. Les grands ennemis de l’occupation humaine ont toujours été les eaux et la densité de la végétation : ce sont les vallées profondes qui apportent le maximum de ces inconvénients, tandis qu’ils se réduisent sur les hautes pentes garnies d’alpages et de forêts plus claires. Ainsi, à travers les Alpes françaises l’occupation préhistorique s’est révélée précoce et dense, avec une prédilection pour les domaines d’altitude.» (…) (suite p. 5)

De l’an 1000 au XIVe siècle
(…) L’institution des « franchises » par Aimon II, de la Maison des Faucigny, (1202-1253) constitua une véritable révolution dans le monde féodal.
« Aimon avait compris l’intérêt que le commerce et l’agriculture pouvaient tirer de ces conditions nouvelles faites à des gens de petites ressources (…).
Ces franchises (…) contenaient en fait par écrit, soit la confirmation d’usages et de traditions communautaires qui remontaient aux Ceutrons et aux Burgondes, par exemple pour l’usage des pâturages d’alpage en commun, par des « communiers ». (…).
Les communiers n’auront de cesse de faire confirmer ces avantages et droits spécifiques, dont beaucoup avaient été accordés par la famille de Faucigny. Cette politique intelligente était plutôt révolutionnaire dans cette société féodale cramponnée sur ses privilèges, et ne plaisait pas forcément aux puissants du moment. (…) » (suite p. 6 à 9)
(…)« H. Baud qui a beaucoup étudié l’économie de cette période, a été frappé par l’aisance relative des hameaux d’altitude ayant la propriété collective des alpages, opposée à la pauvreté de la plaine où les cultures étaient sans cesse menacées par les divagations de l’Arve, non encore endiguée. La propriété collective permettait de subsister à un grand nombre de familles. » (suite p. 9 à 12)
Pour en savoir plus, voir dans Vatusium n° 14, pages 4 à 12, le texte complet et ses nombreux documents iconographiques.

Extraits de l’article « Le consortage », par Michèle Rollet (Vatusium 14 p. 32-33) :

Alpages des Ayères (cliché Didier Schoenberger)

« Le consortage est une forme de propriété collective. C’est un espace souvent important formé de parcelles cadastrées qui appartiennent à tous les consorts. On appelle ainsi les propriétaires de ces parcelles. Nous avons cinq consortages à Passy : Ayères d’en Haut, Ayères du Milieu, Ayères des Rocs, les Mollays et Barmus.
Cette forme de propriété existe depuis très longtemps. Pour Ayères d’en Bas, nous possédons un acte datant de 1738. (…)
Chaque propriétaire possède une part de la montagne qui s’hérite de génération en génération et cet article est très important pour la sauvegarde de la montagne : la multiplication des propriétaires au fil des années serait la perte assurée de ces consortages. (…)
Il y avait beaucoup d’amitié et de solidarité entre les consorts mais c’était surtout un magnifique exemple de démocratie. »
Pour en savoir plus, voir dans Vatusium n° 14, pages 32-33, le texte complet et ses documents iconographiques.

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter