Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

A la recherche des causes du crétinisme

Lire notre revue Vatusium n° 16, pages 69 à 72.

Gravure représentant un "crétin"  tirée du rapport de la Commission du roi Charles-Albert, 1845-1851, p. 239

Gravure représentant un « crétin » tirée du rapport de la Commission du roi Charles-Albert, 1845-1851, p. 239.

Cette gravure est reprise sur le site maieutapedia où l’article « Pathologie des os » donne des explications sur le « crétinisme » :

« L’accroissement de la thyroïde, allant de pair avec un fonctionnement défectueux des hormones thyroïdiennes, engendre ce qu’on appelle le « crétinisme », c’est-à-dire un retard dans la croissance corporelle et mentale. Manifestations connexes : ventre proéminent, langue gonflée, traits rugueux et peau sèche. Cette maladie qui a presque disparu, affectait surtout les populations des vallées de la haute montagne. Les hormones thyroïdiennes fonctionnant mal pendant la grossesse faute d’iode, les crétins présentent souvent des degrés de débilité mentale pouvant allant jusqu’à l’idiotie. D’autre part, ils sont sexuellement déficients par le fait de la croissance insuffisante des organes génitaux. »

Saussure et ses émules, les docteurs Fodéré et Fabre

Avant d’incriminer le manque d’iode, on a longtemps cherché la cause de cette maladie. Saussure avait abordé le sujet en 1786 dans son Voyage dans les Alpes. Voir notre page « Les hypothèses de Saussure ».

Mais le savant était loin d’avoir trouvé les véritables causes du crétinisme.

En avril 1800, un médecin et botaniste français, né à St-Jean de Maurienne, François-Emmanuel Fodéré (1764-1835), publie un Traité du goître et du crétinisme (1)

Il avait déjà rédigé en 1792 un essai sur les causes de ces deux maladies et leurs remèdes (2).

Dans les chapitres 5 à 10, il récuse les « diverses opinions » qu’on a eues sur les causes du goitre : les eaux séléniteuses, les eaux de neige, l’alimentation grossière…

La « cause éloignée du goitre et du crétinisme » réside, selon lui,  dans un « état permanent de chaleur et d’humidité de l’atmosphère des vallées » (p. 100)

Gravure représentant un « crétin » tirée du rapport de la Commission du roi Charles-Albert, 1845-1851, p. 233.

Gravure représentant un « crétin » tirée du rapport de la Commission du roi Charles-Albert, 1845-1851, p. 233.

En 1840, un Dictionnaire des dictionnaires de médecine français et étrangers ou Traité complet de médecine et de chirurgie pratique, est publié sous la direction du docteur Fabre (3). L’article « crétinisme » décrit les symptômes et recherche les causes : les « vallées humides, profondes, tortueuses » avec « marécages et brouillards », chaleur excessive en été, et reprend les thèses de Saussure et Fodéré… « Le crétinisme est souvent un héritage de famille » (p. 160) On recommande des « mesures hygiéniques », la coupe des arbres qui ombragent les vallées et « interceptent la lumière ».

Carte postale ancienne montrant une « atrophiée des Hautes montagnes », Lambers, édit., Gap, 1850 (Source : site Delcampe)

Carte postale ancienne montrant une « atrophiée des Hautes montagnes », Lambers, édit., Gap, 1850 (Source : site Delcampe)

La commission du roi Charles-Albert en 1845

En décembre 1845, le roi Charles-Albert est préoccupé par cette infirmité (lire Vatusium n° 16 p. 71).

Il crée une commission composée de spécialistes en médecine, chimie et géologie dont Monseigneur Billiet, archevêque de Chambéry » (4). Bien des causes de propagation furent explorées : conditions atmosphériques, nature du sol, qualité des eaux. Assistés de curés et de syndics, les médecins se répartirent dans toute la Savoie.
Les premières études sur l’infirmité, menées au XVIe siècle, avaient déjà été suivies de publications des médecins suisses Félix Plater et Josias Smiler.

Le Rapport de la commission créée par S.M. le roi de Sardaigne pour étudier le crétinisme, Turin, 1848 est disponible en  livre numérique : cliquer sur « aperçu du livre » et voir les  illustrations à la fin de l’ouvrage :

Gravure représentant une « crétine » tirée du rapport de la Commission du roi Charles-Albert, 1845-1848, p. 231.

Gravure représentant une « crétine » tirée du rapport de la Commission du roi Charles-Albert, 1845-1848, p. 231.

Dans la Gazette médicale de Montpellier, Louis-Jules Saurel, rend compte des débats en 1851: Du goitre et du crétinisme : à l’occasion du Rapport de la commission créée par S. M. le Roi de Sardaigne, pour étudier le crétinisme  (5) (lire Vatusium n° 16 p. 71). Livre numérique disponible

Le docteur Grange avait trouvé l’explication et du même coup le remède, mais L. J. Saurel explique qu’il n’a pas réussi à convaincre ses confrères ! (lire Vatusium n° 16 p. 71).

Carte postale ancienne « Briançonnais – Types d’anciens habitants des Vallées »

Carte postale ancienne « Briançonnais – Types d’anciens habitants des Vallées »

Cette carte postale ancienne « Briançonnais – Types d’anciens habitants des Vallées » est tirée du site geneprovence   qui la commente ainsi : « La carte postale que voici, envoyée en juin 1908, représente une famille du Briançonnais, dans les Hautes-Alpes. Comme on le remarque, les deux personnes à droite présentent des signes évidents de nanisme (on parle à cette époque d’« atrophiés »). Il faut sans doute envisager dans ce cas les conséquences d’une longue phase d’hypothyroïdie, caractéristique des régions montagneuses, un état qui engendre le ralentissement des fonctions de l’organisme. Les cas de goitreux sont liés à la même cause, connue sous le nom de crétinisme. »

Solutions et prévention de la commission :

« Les conclusions des rapporteurs de la commission fondée par le roi Sarde apportèrent de réelles solutions. Guidés par  » l’amour de la science et de l’humanité souffrante « , les médecins attestèrent que le crétinisme n’était point inguérissable à moins que la tête ne soit difforme dès la naissance. Dans ce cas, le malade devenait incurable. Sinon, la difficulté de guérir croissait avec l’état adulte.
La commission préconisa également des mesures préventives : l’assèchement des marais, l’installation de citernes d’eau potable, la création d’une instance chargée des règles de salubrité. Des mesures furent également prises pour empêcher tout mariage entre personnes atteintes de crétinisme. Cela alla jusqu’à la fondation d’écoles obstétriques visant la régularisation des naissances ! La commission poursuivit en encourageant, d’une prime, les mères bienveillantes pour leurs progénitures (…) » (13)

Quand on lit le détail de ces « moyens proposés par la Commission pour arriver à faire disparaître le crétinisme des Etats sardes », on reste pantois…

Ces moyens, L. J. Saurel les résume aux pages 27 et 28 de son article :

Saurel_p27

Saurel_p28

Autres essais ou témoignages sur le crétinisme :

Docteur J.A. Chabrand, Du Goître et du crétinisme endémiques et de leurs véritables causes, 1864.
Médecin- inspecteur des eaux minérales de Monétier ; médecin des épidémies et de l’hôpital civil de Briançon (Hautes-Alpes). Son livre est disponible sur bnf gallica.

Lire p. 27 à 33, 45-46, 50, 65-66, 75, 78 à 81(goitre et service militaire), 91-92.

– Récit d’Edouard Whymper, illustrateur et alpiniste britannique (1840-1911), Escalades dans les Alpes de 1860 à 1869 (Scrambles among the Alps ), éd. 1871, traduit de l’anglais par Adolphe Joanne, Hachette, 1873. Plutôt le goitre que l’uniforme… Livre numérique disponible sur bnf gallica.

Lucien MAYET, Nouvelles recherches sur la répartition géographique du goitre et du crétinisme, 1901

NOTES :
(1) Germinal an VIII (avril 1800) ; Livre numérique disponible sur bnf.gallica ;

(2) Essai sur le goître et le crétinage, où l’on recherche particulièrement quelles sont les causes de ces deux maladies des habitans des vallées, et quels sont les moyens physiques et moraux qu’il convient d’employer pour s’en préserver entièrement à l’avenir. par M. Fodéré,… / Turin : impr. royale , 1792.

(3) Docteur FABRE (dir.), Dictionnaire des dictionnaires de médecine français et étrangers ou Traité complet de médecine et de chirurgie pratique… 1840, art. « crétinisme », tome troisième, p. 158 à 161 ; fac-similé du livre disponible en ligne.

(4) Source : site 123savoie.com ; depuis 2002, la société 123 Savoie, basée à Chambéry, met en valeur le terroir et les richesses des Pays de Savoie. Lire la suite sur le site  ;
(5) Louis-Jules SAUREL, Du goitre et du crétinisme : à l’occasion du Rapport de la commission créée par S. M. le Roi de Sardaigne, pour étudier le crétinisme ; extrait de la gazette médicale de Montpellier (Livre numérique disponible ) :

Voir nos autres pages sur… 

–  La lutte contre le crétinisme et les goitres
– Définition et répartition du crétinisme en France et en Europe
– Antoine Fée rencontre une « femme goitrée » et un « crétin » à Chedde en 1835
Témoignage de P. Grolier sur le crétinisme autour de Passy (Musée des familles, 1856) 
– Plutôt le goitre que l’uniforme 

Voir notre page sur Horace Bénédict de Saussure et ses compagnons à la conquête du Mont-Blanc

Autres pages sur le patrimoine hospitalier de Passy

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy

L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882

–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications 

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter