Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

La cascade de Chedde

Written By: BT

Références :
Lire notre revue Vatusium n° 6, p. 38-41 ; Vatusium n° 15, p. 54 à 59 : « La cascade de Chedde et ses secrets » ; Vatusium n° 17, p. 40-41, p. 40 (cascade de Chedde par Deroy).
Voir aussi : Pierre Dupraz, Passy hier et aujourd’hui, p. 36-37 ; Pierre Dupraz, Traditions et évolution de Passy, p. 118 (photo), 153 ; Paul Soudan, Historique de l’usine de Chedde, p. 16. 

La cascade de Chedde dans son écrin (Doc. CHePP, photo Antoine Chandellier, pilote Roland Sarkis)

Le « coeur » de la cascade de Chedde au printemps (cliché Bernard Théry)

La « cascade de cœur », route des Soudans à Passy-Chedde, est une magnifique chute du torrent de l’Ugine dont le cours alimentait autrefois des « artifices », moulins et scieries. Ses abords ont été aménagés et un sentier permet de l’approcher.

« A la période pionnière du tourisme estival, les voyageurs, se rendant de Genève à Chamonix, passaient la nuit à Sallanches ou à Saint-Martin. Ils reprenaient, au petit matin, la route qui suivait la rive droite de l’Arve, en fond de vallée, jusqu’à Chedde. De là, l’itinéraire principal s’élevait en direction de Joux pour contourner les gorges de l’Arve. L’heure de départ de l’auberge avait été réglée pour se trouver à la cascade – première curiosité naturelle rencontrée – au soleil levant et la voir parée de son arc-en-ciel. Les touristes admiraient la chute d’eau puissante de l’Ugine qui se divise « en deux branches d’une blancheur admirable, séparées au sommet par une roche et entrecroisées à la base.» (Yves Borrel, art. « En passant par Joux », Vatusium n° 6, p. 38)

« (à Chède) … les voyageurs abandonnent volontiers la route, qui est pénible, pour suivre un sentier qui conduit auprès d’une cascade remarquable. L’imagination la plus riante ne peut rien ajouter à la limpidité de ses eaux et à la fraîcheur des ombrages qui la couvrent : elle est environnée d’un nuage de poussière humide, que les rayons du soleil levant font briller de mille couleurs, en y peignant un magnifique arc-en-ciel. » Lory Père et fils (1815), cité par Pierre Dupraz, Passy Hier et aujourd’hui, 2009, p. 37.

Arr-en-ciel sur la cascade de Chedde (source : site panoramio)

Voici comment quelques voyageurs des siècles passés, éblouis avant nous, en ont parlé :

« (…) le ruisseau de l’Ugine, qui sort du mont Platay produit, en tombant dans la vallée, la jolie Cascade de Chède, si connue des voyageurs. L’eau de cette source est d’une fraîcheur extraordinaire et d’un goût exquis, qualités qui sont à peine remarquées dans ce pays, où l’on ne voit jamais d’étrangers. » M. Raoul-Rochette (1826), cité par Jacqueline et Pierre Dupraz, Livre d’or du pays du Mt-Blanc et de Chamonix aux XVIIIe et XIXe siècles, p. 71.

« On quitte ordinairement les mulets et les chars à banc, au bas du coteau de Chède, pour gravir à gauche un sentier assez raide, qui conduit à une jolie cascade, et plus loin, à un lac placé dans la situation la plus pittoresque. Pendant cette excursion, les mulets sont conduits au lieu où l’on doit les reprendre, par quelques enfants du hameau qui s’empressent d’offrir leurs services aux voyageurs, et pour lesquels il faut faire provision de menue monnaie. Pour jouir de toute la beauté de la cascade, vue avec son arc-en-ciel, il ne faut pas arriver auprès d’elle avant le lever du soleil. Sa chute a creusé un gouffre dont on doit prendre garde d’approcher de trop près parce que la pente est rapide, et que le sol dont l’humidité est continuellement entretenue par les jaillissements de l’eau, est très glissant. »
P.X. Leschevin (1812), cité par Jacqueline et Pierre Dupraz, Livre d’or du pays du Mt-Blanc et de Chamonix aux XVIIIe et XIXe siècles, p. 70.

Le « gouffre » au bas de la cascade de Chedde (cliché Bernard Théry)

Un aménagement hydro-électrique a été fait en haut de la cascade : voir Vatusium n° 15, p. 54 à 59 : « La cascade de Chedde et ses secrets ».

La partie basse de la centrale, à peine visible en hiver (cliché Bernard Théry)

Voir aussi
– la description faite par Victor HUGO dans notre page consacrée à son Voyage dans les Alpes.

– le site de la mairie : cliquez ici.
– le site de l’Office de tourisme de Passy.

Voir aussi La cascade artificielle du « Déversoir » : voir Patrimoine industriel > conduite forcée de Chedde.

Autres pages sur les cascades de Passy et de ses environs.

Voir aussi

Passy Mini-guide culturel (doc. pdf de 48 pages), p. 43-44 : La cascade de Chedde.

Nous contacter ; Commander nos publications
S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter