Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

L’Arve à Servoz et l’ancien lac… au-dessus de Passy

Descendant de Servoz, l’Arve a eu autrefois de graves conséquences sur l’histoire et la géographie de Passy.

« Le cours supérieur de l’Arve venant buter sur la masse du Prarion, dut se frayer un passage vers l’Ouest dans la chaîne centrale par deux changements brusques de direction ; il en résulta deux gorges successives séparées par le replat intermédiaire de Servoz, avant d’atteindre la vallée moyenne près de Chedde au lieu-dit « Les Egratz », éperon terminal de la Tête Noire de Montfort. » (Paul Soudan, Histoire de Passy, p.12)

L’Arve reçoit à Servoz les eaux de la Diosaz qui prend sa source dans les hauteurs de Passy. Le confluent est situé légèrement en amont du pont qui marque la frontière entre Servoz et les Houches, avenue de la Gare.

L’Arve à SERVOZ (Doc. C.H.e.P.P., cliché d’Antoine Chandellier, avec Roland Sarkis de l’Aéroclub de Sallanches)

Vue amont de l’ARVE depuis le pont de l’avenue de la Gare à SERVOZ ; on distingue à gauche le confuent avec la DIOSAZ (cliché Bernard Théry)

Vue aval de l’ARVE depuis le pont de l’avenue de la Gare à SERVOZ (cliché Bernard Théry)

« La vallée de l’Arve, située en pays de montagne, était propice aux éboulements qui pouvaient obstruer le lit de la rivière, comme en 1471 avec les éboulements rocheux de l’arête des Fiz, au-dessus de Passy. (Voir à ce sujet notre page L’écroulement de la montagne des Fiz en 1471). Les phénomènes d’embâcles et débâcles étaient réguliers : à cause de l’érosion, du déboisement ou de fortes pluies, les eaux des torrents affluents de l’Arve chargeaient divers matériaux solides : terre, roches et/ou bois mort. Leur lit s’obstruait et les matériaux formaient un barrage : c’est l’embâcle. Les eaux pouvaient alors former un lac temporaire ou encore changer de chenal d’écoulement. Puis, l’accumulation massive des matériaux faisait céder le barrage : c’est la débâcle qui entraînait des inondations en aval, jusqu’à l’Arve. » (Revue Nature et Patrimoine en pays de Savoie, n° 33, mars 2011, p. 15 à 21 (dossier de Géraldine Périllat « l’Arve et les hommes : une histoire mouvementée »). Voir notre revue Vatusium n° 15.

Sur cette carte en 3D, on distingue l’ancien « lac de Servoz » (Source : geologie-montblanc)

Jean-Antoine LINCK (1766-1843), Servoz et le château Saint-Michel (Livre d’or, p. 87)

Le passage de l’Arve à Servoz a été marqué autrefois par la présence d’un lac. Le quartier du « Lac » des Houches en témoigne encore aujourd’hui.

Panneau situé près du pont de l’avenue de la Gare à SERVOZ

Selon Paul Soudan, « le lac de Servoz était à (l’époque romaine) encore très important.» (Histoire de Passy, p. 19 : Voir notre revue Vatusium n° 15 et  notre page consacrée à DIONYSIA, une cité engloutie à Passy ?

Une chose est sûre : avant de tomber dans la gorge qui la conduit dans la plaine de Passy, l’Arve doit franchir un pertuis, au pont des Lanternes, à Servoz.

Les rives de l’ARVE juste en aval du pont des Lanternes à Servoz (cliché Bernard Théry)

Les rives de l’ARVE juste en aval du pont des Lanternes à Servoz (cliché Bernard Théry)

Autres pages sur la rivière Arve et Passy.

Voir aussi nos pages sur les  « Lacs naturels »

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter