Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Pierre Baud, curé de Chedde (1955-1998)

Lire notre revue Vatusium n° 3, p. 29

Deux curés seulement se sont succédé à la paroisse Saint-Joseph de Chedde.

Il y eut d’abord son fondateur, Francis Berger, qui en fut le pasteur, de la consécration de l’église en 1934 à sa mort en 1954 ; puis ce fut Pierre Baud à qui les Passerands ont rendu un hommage émouvant  lors de ses funérailles le vendredi 12 avril 2013.

Né à Evian en 1920, ordonné prêtre en 1944, il commença son apostolat comme vicaire à Thonon-les-Bains, puis comme aumônier au pensionnat de St-Martin ; après trois années comme curé de Cordon, son sacerdoce l’amena en 1955 à la paroisse St-Joseph de Chedde.

Ce fut pour lui un changement important. Mais il s’est vite intégré au milieu ouvrier et cosmopolite de ce village de Passy ; il ne le quittera qu’en 1998, au moment de la retraite.

Le père Baud à son départ en retraite (Vatusium n° 3, p. 29).

Le père Baud à son départ en retraite (Vatusium n° 3, p. 29).

Comme on a pu le rappeler lors de ses funérailles, le « père Baud », avait symbolisé sa vie de curé à Chedde dans un de ses propos prononcé lors du Centenaire de l’usine de Chedde le 20 octobre 1996 : « Je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger », avait-il dit en citant le dramaturge latin Térence ; c’était lors de la « très émouvante célébration liturgique » qu’il avait orchestrée et au cours de laquelle il avait rendu « un hommage vibrant à la population de Chedde, cette population venue de tous les coins de l’Europe. »

L’ancien maire de Passy, Gilbert Perrin, a noté que Pierre Baud avait « servi pendant de nombreuses années sans distinction de croyances politiques, philosophiques et religieuses. » Il pouvait ajouter : « Sa jovialité l’invitait plus à convaincre qu’à imposer. » De la naissance des petits Cheddois au trépas, « il était toujours là pour officier, conforter, conseiller. » Et parodiant Louis Aragon : « Monsieur le curé, vous avez été le compagnon de ceux qui croyaient au ciel et de ceux qui n’y croyaient pas. »

Pierre Baud était encore parmi ses anciens paroissiens et amis en janvier 2013,  très peu de temps avant sa mort, pour une représentation filmée dont il était l’auteur, «  Une grande rétrospective sur la vie du village », aux côtés des membres de Mémoire de Chedde, l’association dont il fut adhérent et membre bienfaiteur. Avec sa camera 16mm, il avait autrefois filmé bien des événements marquants de la vie cheddoise : sortie d’usine, mariages, communions, corso, kermesses, paysages…

Curé de Chedde, Pierre Baud aura été l’âme de ce quartier où il a toujours tissé du lien social, un quartier centré autour de l’église St-Joseph et du « phalanstère » qui lui servait aussi de presbytère, de salle de catéchisme, de cinéma. Ces lieux ont disparu aujourd’hui pour laisser place à un autre lieu de « culture pour tous », la bibliothèque municipale.

M. le Maire, Gilles Petit-Jean Genaz, pouvait conclure : « Pierre Baud était tout entier caractère, intelligence, esprit et bonté, un grand homme, un homme grand, et un exemple à Passy. »

A découvrir également, nos pages sur :
L’église St-Joseph de Chedde

Autres pages sur les églises et le temple de Passy.

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter