Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Ordonnance du duc Emmanuel-Philibert sur l’instruction des enfants, 1562.

Written By: BT

Références

« Un arrêt du Sénat de Savoie du 21 février 1562, rendu au nom du Duc Emmanuel Philibert, évoque longuement l’importance de l’instruction, notamment pour lutter contre l’hérésie calviniste, et les grands principes qui doivent guider l’action des maîtres d’école (notons que l’Université de Turin n’est jamais évoquée, ce qui confirme que l’instruction primaire n’était pas sous son contrôle). Il évoque aussi les conditions (générales) que doivent remplir les maîtres d’origine étrangère (être approuvés par le Sénat et les autorités religieuses) pour obtenir leur « certificat d’aptitude ». Il ne semble pas que ce certificat d’aptitude ait jamais été exigé pour les maîtres indigènes (aucune trace dans les archives). »

Le duc de Savoie Emmanuel-Philibert (1528-1580) peint par Pantoja de la Cruz à l’Escorial

Le duc de Savoie Emmanuel-Philibert (1528-1580) peint par Pantoja de la Cruz à l’Escorial

Ces dispositions confirment que les Evêques ont toute autorité sur les membres du corps enseignant en général, et sur les maîtres du primaire en particulier. » Notes tirées du livre d’Alexis De Jussieu, Histoire de l’Instruction Primaire en Savoie, 1875.

Voici le texte de l’ordonnance :

« 1° Nul étranger ne sera admis à instruire les enfants sans avoir été approuvé par le Sénat et par l’autorité religieuse ;

2° Tous maîtres et maîtresses d’écoles devront, devant le clergé de la paroisse et les écoliers, en présence du juge de la terre, des syndics, de trois ou quatre conseillers de la communauté et d’un notaire réunis à l’église, faire avant d’entrer en fonctions, profession publique de la foi catholique dans la forme déterminée par l’archevêque de Turin ; ils écriront cette confession, la signeront de leur propre main, l’afficheront dans la salle et la feront réciter une fois par mois à leurs élèves qui devront en avoir chacun une copie ;

3° A l’entrée de la classe, ils feront réciter à leurs écoliers, le Pater, l’Ave et le Credo ;

4° Ils emploieront comme abécédaires et livres de lecture pour les commençants, des livres catholiques approuvés par des Universités françaises et non point des livres profanes et immoraux, comme l’Art d’aimer d’Ovide, etc…, plus capables de pervertir la jeunesse que de la porter à la vertu ;

5° Ils feront apprendre, tous les jours, à leurs élèves le catéchisme de Canisius ;

6° Enfin, aux dimanches et fêtes solennelles, ils les conduiront aux offices de l’Eglise et ils les feront confesser et communier quatre fois l’année « afin que par cy après abhorissans et fuyans le péché, ces élèves fassent un passage en un estat plus vertueux. »

Pour en savoir plus sur le duc de Savoie Emmanuel-Philibert, voir

notre page qui lui est consacrée
– le site du Musée militaire de Lyon et de la Région Rhône-Alpes
– le site Wikipedia

Voir aussi toutes nos pages  sur
– L’enseignement à Passy

Nous contacter ; Commander nos publications

 Lettre d’information-Newsletter