Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Organisation de l’armée française en 14-18 ; termes militaires

Lire notre revue Vatusium n° 18, 2015 « Les Passerands dans la Grande Guerre », 1ère partie : 1914 et 1915.

Les régions militaires 

La France est divisée en « régions militaires ». La Haute-Savoie fait partie de la 14e région militaire et beaucoup de soldats de Passy ont été rattachés en août 1914 à la 1ère Armée et appartenaient  au XIVe Corps d’armée.

Carte des régions militaires et des Corps d’armée le 2 août 1914 (site pages14-18)

Carte des régions militaires et des Corps d’armée le 2 août 1914 (site pages14-18)

Les « armées » en août 1914

Positions des armées en août 1914 : 1 : 1ère armée (gén. DUBAIL) ; : 2ème armée (gén. De CASTELNAU) ; 3 : 3ème armée (gén. RUFFEY) ; 4 : 4ème armée (gén. De LANGLE DE CARY) ; : 5ème armée (gén. LANREZAC) ; en haut : Armée anglaise (gén. FRENCH).

Zones de concentration des armées allemandes à partir du 6 août 1914 et leurs mouvements jusqu'au 20 : de bas en haut, la position des 5 armées françaises, de l’armée anglaise, et de l’armée belge

Zones de concentration des armées allemandes à partir du 6 août 1914 et leurs mouvements jusqu’au 20 : de bas en haut, la position des 5 armées françaises, de l’armée anglaise, et de l’armée belge

Position des armées françaises le 14 août 1914 ; à noter une erreur de frappe en bas de la carte : lire 1ère Armée (Dubail), et non 5e Armée.

Position des armées françaises le 14 août, La grande guerre racontée par les combattants (site sambre-marne-yser)

Position des armées françaises le 14 août, La grande guerre racontée par les combattants (site sambre-marne-yser)

Une « armée » se compose de plusieurs « corps d’armée » (C.A.) : 40 000 hommes, 120 canons commandés par un général de corps d’armée.
Par exemple, la 1ère Armée était composée du VIIe C.A. de Besançon, du VIIIe C.A. de Bourges, du XIIIe C.A. de Clermont-Ferrand, du XIVe C.A. (soldats de Passy), du XXIe C.A. d’Epinal.

Concentration des armées en août 1914 : les chiffres romains en gras indiquent la position des 5 armées françaises ; les chiffres romains entourés marquent la position des Corps d’armée. Le XIVe Corps d’armée auquel appartiennent de nombreux soldats de Passy est positionné au sud-est.

Carte de la concentration des armées belge, britannique et française en août 1914 : les chiffres romains en gras indiquent la position des 5 armées françaises ; au nord, les armées belges et britanniques ; les chiffres romains entourés marquent la position des Corps d’armée (Joseph Joffre/Éditions Plon)

Carte de la concentration des armées belge, britannique et française en août 1914 : les chiffres romains en gras indiquent la position des 5 armées françaises ; au nord, les armées belges et britanniques ; les chiffres romains entourés marquent la position des Corps d’armée (Joseph Joffre/Éditions Plon)

Chaque Corps d’Armée comprend au moins deux divisions.

Le XIVe Corps d’armée, composé de Dauphinois et de Savoyards, représentait la région de Lyon et de Grenoble. Il était constitué de 2 Divisions d’Infanterie (D.I.), la 27e D.I. de Grenoble et la 28e D.I. de Chambéry.
La « division »

En 1914, une division (16 000 hommes), commandée par un général de division, est composée de deux Brigades (6800 hommes commandés par un général de brigade) qui comprennent chacune trois régiments d’infanterie (R.I.) ou Bataillons de Chasseurs Alpins (BCA) aux ordres de colonels, trois groupes d’artillerie (R.A.C. pour artillerie de campagne ou R.A.M. pour artillerie de montagne) et un escadron de cavalerie. Elles peuvent disposer d’un régiment supplémentaire de territoriaux affectés aux travaux et tâches divers.

Elle comprend aussi un Groupement de Brancardiers Divisionnaire (G.B.D.), un Escadron du Train des Equipages Militaires, une Section de secrétaires d’état-major et du recrutement, une section d’infirmiers militaires, une section de Commis et Ouvriers militaires d’Administration (C.O.A.)
Voici la composition des deux divisions du XIVe Corps d’armée au début de la Grande Guerre :

14e CA

Le « régiment »

Un régiment (3000 à 3400 hommes) compte trois bataillons 3400 hommes commandés par un colonel. Le régiment est l’unité morale : il possède son histoire, sa devise, son drapeau.

Un régiment est composé d’hommes de la même région, du même « pays », ce qui renforce l’esprit de corps ; en 1914, on désigne donc les régiments par le nom de leur ville de casernement : le « régiment d’Annecy », le « régiment de Chambéry »…

À la mobilisation, en 1914, les régiments français d’infanterie forment chacun un régiment de réserve dérivé dont le numéro est celui du régiment actif majoré de 200 (ex. : à Châlons-sur-Marne : 106ème régiment d’active et 306ème régiment de réserve et à Reims : 132ème régiment d’active et 332ème régiment de réserve). De surcroît, le régiment de réserve est, au départ, commandé par le lieutenant-colonel, commandant en second du régiment actif, et la numérotation des compagnies du régiment de réserve prend la suite de celle du régiment d’active.

Chaque régiment d’infanterie est composé de 3 bataillons d’infanterie de 1000 ou 1100 combattants aux ordres d’un commandant. Un bataillon comprend quatre compagnies et 2 mitrailleuses *.

La « compagnie »

Une compagnie comprend 250 hommes commandés par un capitaine ou un lieutenant.
La compagnie est l’unité de vie du soldat. Une compagnie comprend quatre sections.
Exemple d’une compagnie d’infanterie :

 

La 12e compagnie du 1er R.I. en 1911, casernée à Cambrai (Wikipedia, art. 1er R.I.)

La 12e compagnie du 1er R.I. en 1911, casernée à Cambrai (Wikipedia, art. 1er R.I.)

Une section de 60 hommes est commandée par un lieutenant, un souslieutenant ou un adjudantchef.
Les sections sont regroupées par deux pour former un peloton et se divisent chacune en quatre escouades de 15 hommes aux ordres de caporaux. Deux escouades accolées sont une demisection commandée par un sergentchef ou un sergent.

Une batterie d’artillerie de campagne comprend quatre pièces de 75 aux ordres de capitaines. Les groupes rassemblent plusieurs batteries, commandés par des commandants ou lieutenants colonels.

Dans la cavalerie, le régiment (sept cents hommes) se compose de cinq escadrons de cent cinquante hommes environ, commandés par le chef d’escadron (commandant ou capitaine). Les brigadiers sont les caporaux de l’infanterie, les maréchaux des logis, ou margis, des sergents, sergents-chefs ou sergents-majors.

* En juin 1916, les régiments sont réorganisés avec la création des compagnies de mitrailleuses et la constitution des Dépôts Divisionnaires d’Infanterie.

1° Le bataillon, actuellement à 4 Compagnies, comprendra désormais 3 Compagnies ordinaires et 1 Compagnie de Mitrailleuses à 4 sections (à l’exclusion des bataillons territoriaux).
2° La Division d’Infanterie comprendra un Dépôt divisionnaire comptant, en principe, autant de compagnies que la Division compte de bataillons (à l’exclusion des Bataillons territoriaux).
3° Dans le régiment, les Compagnies seront numérotées comme suit :
1er Bataillon : 1ère Cie, 2ème Cie, 3ème Cie, 1ère Cie de Mitrailleuse
2e Bataillon : 5ème Cie, 6ème Cie, 7ème Cie, 2ère Cie de Mitrailleuse
3e Bataillon : 9ème Cie, 10ème Cie, 11ème Cie, 3ème Cie de Mitrailleuse

Dans le Dépôt Divisionnaire : 4ème Cie, 8ème Cie, 12ème Cie.
4° Le Dépôt Divisionnaire sera constitué par les 4èmes Compagnies des Bataillons de la Division. Il dépendra directement du général de division et suivra la Division dans tous ses déplacements. (JMO)
« Les compagnies du dépôt divisionnaire (D.D.), étaient rattachées au C.I.D. (Centre d’instruction divisionnaire). Les C.I.D. étaient itinérants, en retrait de la ligne de front, et suivaient leur division. Ils étaient centres d’instruction en même temps qu’ils recevaient, en provenance des dépôts régimentaires, les contingents de renforts destinés au front. » (source : Forum du site pages14-18)

Les Grades et insignes de l’armée française en 1914

Grades et insignes de l’armée française en 1914 (Almanach Hachette 1917)

Grades et insignes de l’armée française en 1914 (Almanach Hachette 1917)

La « Zone des armées »

Zone des armées (site pages14-18)

Zone des armées (site pages14-18)

Voir nos autres pages sur
– Passy pendant la grande Guerre
en particulier
 notre page consacrée au monument aux morts de Passy.

– Passy de 1920 à nos jours.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– 
Le château médiéval de Charousse à Passy
– 
Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
– 
L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
–  
La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– 
La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– 
L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– 
Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– 
L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– 
La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– 
La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– 
La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter