Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Le Passerand Joseph Mérieux, la clique et la musique en 14-18

Written By: BT

Lire notre revue Vatusium n° 18, 2015 « Les Passerands dans la Grande  Guerre » 1e partie : 1914-1915 et  Vatusium n° 19, 2016 « Les Passerands dans la Grande Guerre », 2e partie : 1916 à 1919.
Cette page BONUS complète nos articles publiés dans les numéros 18 et 19 de Vatusium.

Campagne de 1914. Infanterie en marche, la « Clique », CPA Camp de Mailly 

Campagne de 1914. Infanterie en marche, la « Clique » CPA Camp de Mailly (ND Phot ; site picclick.fr)

Campagne de 1914. Infanterie en marche, la « Clique » CPA Camp de Mailly (ND Phot ; site picclick.fr)

« Les régiments d’infanterie sont accompagnés par leur « musique » rythmant les marches ou les attaques et accompagnant les chants qui doivent assurer la cohésion régimentaire. » (Daniel Légat et Anthony Pinto, Les Savoyards et la Guerre. Les combattants de 14-18, éd. 3dvision, 2013, p. 57)

Voir photo d’une Musique en tête du régiment dans le livre de Legat et Pinto, Les Savoyards et la Guerre. Les combattants de 14-18, p. 57, disponible à la bibliothèque de Passy)

Avant de partir au régiment, certains Passerands avaient appris à jouer d’un instrument. Une fanfare existait dans la commune.

La fanfare municipale de Passy, l’Echo de Warens, avant la guerre 14-18, en 1909 

La fanfare municipale de Passy, l’Echo de Warens, avant la guerre 14-18, en 1909 (coll. Serge Ravasi, in P. Dupraz, Traditions et évolution de Passy, p. 144)

La fanfare municipale de Passy, l’Echo de Warens, avant la guerre 14-18, en 1909 (coll. Serge Ravasi, in P. Dupraz, Traditions et évolution de Passy, p. 144)

Certains Passerands ont fait partie de la musique régimentaire ; d’abord pendant leur service militaire, et sans doute aussi pendant les années de la Grande Guerre. Exemples :

Musiciens passerands dans l’artillerie :
BARRERE Guillaume Etienne, classe 1910,
1er Rgt d’artillerie de montagne, trompette le 25 septembre 1912
FIVEL Félix Arsène, classe 1896, Groupe territorial du 2e Rgt d’Artillerie , trompette le 25 juin 1898
MERIEUX Joseph Léon, classe 1905, rappelé au 2e Artillerie de campagne en août 1914, trompette le 1er avril 1907
PUGNET René Arthur, classe 1904, rappelé le 4 août 1914 au 2e Rgt d’artillerie de campagne, trompette le 18 septembre 1906.
Musiciens passerands dans la cavalerie :
BUTTOUD Henri Alexandre, classe 1909,
4e Rgt de Dragons, trompette le 3 octobre 1911
MERIEUX Joseph, classe 1895, 4e Rgt de Dragons, adjudant trompette major le  23 juin 1913. 
Musiciens passerands dans l’infanterie :

BOUCHARD Henri Alexandre, classe 1898, 107e RIT, tambour le 21 février 1901
BUTTOUDIN Léon, classe 1910, 97e RI puis 99e RI en 1914, tambour le 26 septembre 1912
FIVEL Henri Hubert, classe 1892, Territorial rappelé le 3 août 1914 au 107e RIT, caporal clairon le 26 novembre 1895
FIVEL-DEMORET Michel Modeste, classe 1897, rappelé en 1914 au 107e Territorial d’Infanterie, tambour le 21 septembre 1899 
GRUZ Félix Hubert
, classe 1895, Territorial rappelé à l’activité en août 1914 au 107 RIT, caporal clairon le 24 septembre 1898
Dans les bataillons de chasseurs :
BOTTOLLIER Elie, classe 1901, 11e Chasseurs, clairon en janvier 1904
COSSARD Edouard François, classe 1906, rappelé au 51e Btn de Chasseurs, caporal fanfariste
DUPERREY Auguste Hubert, classe 1895, rappelé au 1er Btn territorial de Chasseurs à pied, clairon le 26 septembre 1897
FIVELDEMORET Narcisse, classe 1906, au Btn de chasseurs à pied d’Annecy ; rappelé le 3 août 1914, clairon le 5 janvier 1909
VALLET Joseph Clovis, classe 1907, rappelé à l’activité à la mobilisation générale le 4 août 1914 au 22e Btn de Chasseurs, clairon le 6 mars 1909.

Pour les Chasseurs à pied et alpins on parle de « fanfare ». (Site photos1418)

Fanfare du 27e Bataillon de Chasseurs Alpins, Menton, 1902 

Fanfare du 27e Bataillon de Chasseurs Alpins, Menton, 1902 (site entrelesjas.over-blog.com)

Fanfare du 27e Bataillon de Chasseurs Alpins, Menton, 1902 (site entrelesjas.over-blog.com)

Voir aussi
– la fanfare du 2e BCAP de Chambéry en 1916 (Coll. alpins.fr, Cédric Demory, in Legat et Pinto, Les Savoyards et la Guerre. Les combattants de 14-18, p. 81 ; livre CHePP disponible à la bibliothèque de Passy)
– La Fanfare de Chasseurs alpins  sur le Site photos1418
– Tableau de Bernard RAMBAUD, La fanfare des chasseurs alpins aux Bréviaires près de Tignes, Blanchet & Associés, Paris.(site artnet.com)

Retour du front, musique en tête 

Retour du front, musique en tête (Source : internet)

Retour du front, musique en tête (Source : internet)

Parcours du Passerand Joseph MERIEUX, classe 1895, adjudant trompette major

Né le 13 mai 1875 à Passy, commis de perception à Cluses, fils de (Joseph) Tobie Mérieux et de Marie Geneviève Fivel domiciliés à Passy. Il appartenait à une famille de musiciens : son père Tobie présidait la fanfare de Passy et il avait participé à sa création (Voir P. Dupraz, Traditions et évolution de Passy, p. 143).
Incorporé au 4e Rgt de Dragons (ml 2) à compter du 14 novembre 1896, il devient brigadier-fourrier le 18 septembre 1897, maréchal des logis-fourrier le 21 septembre 1898 ; rengagé pour 3 ans sans prime le 24 novembre 1898 à compter du 1er novembre 1899, avec prime le 1er mars 1899 ; maréchal des logis chef le 9 octobre 1900 ; remis maréchal des logis sur sa demande pour remplir les fonctions de maréchal des logis trompette major* le 15 janvier 1901.
* Chef des trompettes dans les corps anciennement montés (fonction correspondant à celle de tambour-major des armes à pied). (site larousse.fr)

Il épouse le 5 octobre 1901 Demoiselle Jeanne Hivert alors domiciliée à Chambéry.

Rengagé pour 2 ans le 7 décembre 1901, rengagé pour 3 ans ; commissionné le 26 mars 1909, il passe dans l’armée territoriale en octobre 1909, puis est promu adjudant trompette le  23 juin 1913.

Trompette du 14e Dragons 

Trompette du 14e Dragons (site files.itslearning)

Trompette du 14e Dragons (site files.itslearning)

Militaire de carrière au 4e Rgt de Dragons pendant la Grande Guerre
Aux armées du 2 août 1914 au 1er juillet 1917 ; intérieur du 2 juillet au 29 décembre 1917 ; aux armées du 30 décembre 1917 au 4 septembre 1919 ; intérieur du 5 septembre au 23 octobre 1919.
Cité à l’ordre de l’Armée : La médaille militaire est conférée le 5 novembre 1914 au trompette-major Mérieux pour le motif suivant : « A fait preuve depuis le début de la campagne de beaucoup de sang froid et d’énergie ; s’est fait remarquer le 2 novembre (1914)* en assurant la liaison sous un feu violent d’artillerie. »
* Le 4e Rgt de Dragons s’est emparé des villages de Chazelles [Chazelles-sur-Albe, en Lorraine] et Gondrexon [Meurthe-et-Moselle en Lorraine] le 2 novembre 1914.

A l’ordre du 4e Rgt de Dragons : « D’un dévouement à toute épreuve, a fait toute la campagne au 4e Dragons. S’est particulièrement distingué comme agent de liaison pendant les affaires de juillet et août 1918 où il a fait preuve de beaucoup d’allant. » Croix de guerre avec une étoile de bronze et une palme, fourragères aux couleurs de la Croix de guerre, 13 août 1918. Médaille de la Victoire, loi du 20 juillet 1922 ; Médaille commémorative française, loi du 23 juin 1920.

Campagnes contre l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie : aux armées du 2 août 1914 au 1er juillet 1917 ; intérieur du 2 juillet au 29 décembre 1917 ; aux armées du 30 décembre 1917 au 4 septembre 1919 ; intérieur du 5 septembre  au 23 octobre 1919.
Admis à faire valoir ses droits à la retraite le 2 février 1924. Se retire à Passy. Son fils a fait construire le « Café Vert » à Passy.

La musique militaire

Ce que l’on appelle couramment la musique militaire recouvre en fait trois grands répertoires n’ayant que peu de rapports entre eux :

  1. La céleustique, car les « musiques d’ordonnance » ne sont pas des musiques mais des signaux sonores destinés à transmettre des ordres.
  2. La musique militaire proprement dite, destinée au cérémonial, au divertissement et au prestige.
  3. Les chansons utilisées par les soldats qui relèvent essentiellement de la tradition orale. (Site theatrum-belli.com, la musique militaire française)

Clairon et/ou trompette : les « sonneries d’ordonnance »

Le répertoire institutionnel comprend les sonneries réglementaires, d’une part, les marches instrumentales et les chants de marche au pas cadencé, d’autre part.
Les trompettes servent dans les régiments de cavalerie et d‘artillerie. » (Site photos1418)

Clairon du 140e Régiment d’Infanterie 1916 

Clairon du 140e Régiment d’Infanterie 1916 (site soldaademohler.fr)

Clairon du 140e Régiment d’Infanterie 1916, Le Passepoil (site soldaademohler.fr)

Voir aussi
Photo d’un « clairon » sur le site photos1418  http://photos1418.blogspot.fr/2012_07_01_archive.html

Vivre au rythme des « sonneries d’ordonnance »

« Moyen de divertissement, la musique accompagne les soldats sur les champs de bataille. Elle est également présente dans le service quotidien des militaires, notamment à travers les « sonneries d’ordonnance ». Une sonnerie est une courte mélodie destinée à transmettre les ordres, à déterminer des attitudes (par exemple le garde-à-vous), à rythmer les différents moments de la vie militaire ou à réaliser le soutien des cérémonies officielles et commémoratives.

Ces sonneries sont interprétées par des instruments d’ordonnance, c’est-à-dire des instruments à résonance naturelle, sans clé ni piston, ne pouvant jouer qu’un nombre limité de notes (les harmoniques de la tonique), contrairement aux instruments d’harmonie.

Le clairon, la trompette de cavalerie (qui a un son plus strident que le clairon), le cor de chasseur et certaines percussions comme le tambour appartiennent à cette famille. Le clairon est l’instrument inséparable du quotidien militaire puisqu’il est utilisé quotidiennement dans toutes les armes pour interpréter les sonneries réglementaires. Il est également la voix des défunts – lorsque se fait entendre la sonnerie Aux morts – afin de rappeler aux vivants le sacrifice de ceux qui les ont précédés. » (Site alienor.org)

La Grande Guerre des musiciens d’ordonnance 

La Grande Guerre des musiciens d’ordonnance (site tambours-bgha.org, page centenaire Alsace)

La Grande Guerre des musiciens d’ordonnance (site tambours-bgha.org, page centenaire Alsace)

Pour écouter des sonneries, voir
– Site alienor.org, page sonneries militaires http://www.alienor.org/articles/airmilitaire/sonneries.htm
Site pages14-18.mesdiscussions.net,
–  Sonneries militaires : http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Pages-14-18-l-Art-et-la-Guerre/Musique/sonneries-militaires-sujet_465_1.htm :

– sur le site des troupes de marine
http://www.troupesdemarine.org/out […] ia/mp3.htm  faites dérouler et vous arriverez sur les sonneries réglementaires au clairon…..
et
Sonnerie aux morts française sur youtu.be
https://youtu.be/NPTkrUt1m3I?list=RDNPTkrUt1m3I
Histoire de la sonnerie aux morts américaine sur youtu.be https://youtu.be/Hp37oNLtNFY?list=RDNPTkrUt1m3I

Signes distinctifs des musiciens

« Dans un régiment, le clairon, le trompette et le tambour portent des signes distinctifs aux manches et au col. Ce sont des galons de couleurs bleue, blanche et rouge, brodés de façon « cul de dé ». (Site photos1418)

La « clique »

Le mot « clique » désigne l’ensemble des tambours et des clairons d’une musique militaire.

La clique. Refrain : « Et Verdun, la victorieuse, Pousse un cri que portent là-bas Les échos des bords de la Meuse, Halte là ! On ne passe pas » 

La clique. Refrain : « Et Verdun, la victorieuse, Pousse un cri que portent là-bas Les échos des bords de la Meuse, Halte là ! On ne passe pas » (site linflux.com, page la chanson dans la Grande Guerre)

La clique. Refrain : « Et Verdun, la victorieuse, Pousse un cri que portent là-bas Les échos des bords de la Meuse, Halte là ! On ne passe pas » (site linflux.com, page la chanson dans la Grande Guerre)

La « musique »

« Chaque régiment possède en plus de sa « clique » avec clairons et tambours, une musique essentiellement composée de cuivres placée sous l’autorité du chef de la musique. […]

La Musique du 125ème Régiment d’infanterie de Poitiers 

La Musique du 125ème Régiment d'infanterie de Poitiers (Canal blog : l'histoire du 125è) (site rp.archivesmusiquefacteurs)

La Musique du 125ème Régiment d’infanterie de Poitiers (Canal blog : l’histoire du 125è) (site rp.archivesmusiquefacteurs)

La musique défile en tête du régiment

 Verdun, Défilé de la Fanfare du 132è RI de Reims – Rue Saint Paul 

Verdun, Défilé de la Fanfare du 132è RI de Reims - Rue Saint Paul (site pages14-18.mesdiscussiosn.net, sujet 9806)

Verdun, Défilé de la Fanfare du 132è RI de Reims – Rue Saint Paul (site pages14-18.mesdiscussiosn.net, sujet 9806)

L’instruction technique des musiciens

Le chef de musique a la direction de la musique, du personnel et du matériel. Il est responsable de la discipline, de l’éducation militaire, de la tenue et de l’instruction technique des musiciens et du tambour-major. Il a tous les droits d’un commandant de compagnie. Il relève du colonel, de l’un des lieutenants-colonels et des chefs des détachements dont il fait partie […] Il a la direction technique de l’instruction des tambours et des clairons. Il doit son concours au médecin du corps chargé de donner aux musiciens, l’instruction des brancardiers. Il est placé, pour l’administration, sous les ordres du capitaine commandant la compagnie hors rang*.
*Compagnie Hors Rang : Compagnie unique qui se trouve au niveau du régiment et regroupe ce qui touche au fonctionnement administratif, logistique et au commandement du régiment. On y trouve le secrétariat du colonel et de son petit état-major, les cellules traitant de l’approvisionnement en matériel, habillement, nourriture, un peloton de pionniers pour les travaux de protection, la section de brancardiers qui est en même temps la musique du régiment. Pour commander, il faut assurer les liaisons vers les supérieurs et les subordonnés, et naturellement une équipe de téléphonistes y a sa place. (Site du Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918,  crid1418.org)

La musique est rattachée à la compagnie hors rang*, mais pour l’administration seulement. Le personnel de la musique comprend des élèves musiciens et des musiciens titulaires […]. Les uns et les autres peuvent être nommés à la 1ère classe dans les conditions fixées à l’article 135.

Article 135 : L’admission des soldats à la 1ère classe est prononcée par le colonel sur la proposition du capitaine et l’avis du chef de bataillon. Leur nombre ne peut dépasser deux par escouade. Les soldats de 1ère classe sont choisis parmi les soldats de 2e classe ayant au moins quatre mois de service et qui méritent cette distinction par leur vigueur, leur conduite et leur instruction militaire. […] Le nombre des nominations ainsi faites ne devra pas dépasser huit pour l’ensemble de la musique. […] » (Site amphitrite33)

« Les hommes qui encadrent les jeunes recrues ont déjà passé de longs moments au front. Sur la photo suivante, les chevrons de présence ainsi que ces chevrons de blessure et le rappel de médaille, peuvent en témoigner. » (site photos1418)

Des recrues de la classe 1918, au sein du 164ème RI. 

Des recrues de la classe 1918, au sein du 164ème RI. (site photos1418)

Des recrues de la classe 1918, au sein du 164ème RI. (site photos1418)

« La musique forme quatre escouades, commandées chacune par le plus ancien musicien de 1ère classe de l’escouade. Chaque chef d’escouade assure, à tour de rôle, l’exécution du service de semaine, y compris les appels. […]

Musiciens et… brancardiers

Les musiciens prennent part aux marches et aux manœuvres dans les conditions fixées par le colonel. Ils reçoivent, sous la direction des médecins, l’instruction relative à l’emploi de brancardier. […]. (Site amphitrite33)

En effet, au moment des combats, les musiciens du régiment (38 musiciens) sont employés comme brancardiers.

Nombre de musiciens brancardiers dans un régiment 

Nombre de musiciens brancardiers dans un régiment (site pages14-18.mesdiscussiosn.net, sujet 9951)

Nombre de musiciens brancardiers dans un régiment (site pages14-18.mesdiscussiosn.net, sujet 9951)

Brancardiers de la Grande Guerre

Brancardiers de la Grande Guerre (site chez-ritou.fr/1418)

Brancardiers de la Grande Guerre (site chez-ritou.fr/1418)

« Musique » du 217e RI 

Musique du 217e RI (site pages14-18.mesdiscussions.net, sujet 9951)

Musique du 217e RI (site pages14-18.mesdiscussions.net, sujet 9951)

Sur le brassard porté par les musiciens brancardiers, voir le site pages14-18.mesdiscussiosn.net, sujet 9951)

Voir aussi une photo des musiciens brancardiers de la fanfare du 62e BACP d’Albertville en 1917 (Coll. alpins.fr, Cédric Demory, in Legat et Pinto, Les Savoyards et la Guerre. Les combattants de 14-18, p. 149 ; livre CHePP disponible à la bibliothèque de Passy)

Les élèves musiciens font leurs tirs et assistent aux exercices importants soit avec leur compagnie, soit avec la musique, suivant les ordres donnés par le colonel.

Musique et concert

Concert donné par la musique militaire  

Concert donné par la musique militaire (site Gallica.bnf.fr)

Concert donné par la musique militaire (site Gallica.bnf.fr)

Témoignage de Louis Viguier dans Journal de marche d’un biffin, 2 août 1914-19 février 1919, éd. Loubatières, 2013 ; livre CHePP disponible à la bibliothèque de Passy. Extraits :
p. 173 : Du 8 au 16 octobre 1915 « Repos à Florent où nous changeons de cantonnement. La musique est au-dessus. Elle doit nous donner un concert tous les soirs.
Nous sommes logés dans une ancienne maison de graines. En bas sont les clairons et tambours. J’habite au premier avec les téléphonistes et les sapeurs. Au 2e loge la musique. (…) À 13 h nous partons à l’exercice. À 16 h 30 concert sur la place.
Le soir, grand concert dans le grenier des musiciens puis bourre, banco, manille jusqu’à ce que le major de cantonnement vienne faire éteindre les lumières.
Les canons qui grondaient tant lorsque nous étions aux tranchées n’ont pas l’air de s’être arrêtés. L’on entend toujours le roulement de notre canonnade. Le 13, nous pouvons nous doucher – depuis 15 mois ! Le 14, je vais aux tranchées en vélo pour examiner les travaux d’installation des sous-plombs. Le 7e n’a pas trop fait de pagaille dans les circuits.

p. 195 : 13 juin 1916 La Neuville-aux-Bois est bien agréable. Nous avons quartier libre de 16h à 20h 30. Un concert est donné sur la place de 18 à 19 h. (…)

14 juin 1916 Le cantonnement n’est pas mauvais. On ne voit pas de fumier devant les portes comme d’habitude. Le matériel que nous avons emporté dans les voitures est en bien mauvais état. Nous passerons un long moment à le réparer. Une nouveauté ! Les heures sont avancées de 1 heure.

15-16-17 juin 1916 Je trouve à me loger dans le pays et pas cher! 1 franc par jour pour une belle chambre. Un cinéma est installé sur la place et fonctionne pendant les concerts donnés par nos musiciens.

La « musique » du 418e RI et ses instruments

La « musique » du 418e RI et ses instruments (site lagrandeguerre.cultureforum.net)

La « musique » du 418e RI et ses instruments (site lagrandeguerre.cultureforum.net)

Sources et sites à consulter pour en savoir plus :

Site amphitrite33 : la musique http://amphitrite33.canalblog.com/archives/2011/03/29/20760319.html

Site theatrum-belli.com, la musique militaire française http://www.theatrum-belli.com/la-musique-militaire-francaise-un-patrimoine-oublie-rha/ :

site linflux.com, page la chanson dans la Grande Guerre http://www.linflux.com/2014/1914-1918-la-chanson-dans-la-grande-guerre/:nombreux  TEXTES et ENREGISTREMENTS

Site alienor.org, page sonneries militaires http://www.alienor.org/articles/airmilitaire/sonneries.htm

Site photos1418 http://photos1418.blogspot.fr/2012/07/en-musique.html

site picclick.fr  http://picclick.fr/CPA-Infanterie-en-Manoeuvres-En-Marche-la-Clique-351822548803.html#&gid=1&pid=1
site entrelesjas.over-blog.com http://entrelesjas.over-blog.com/article-29630806.html

site files.itslearning

site artnet.com http://www.artnet.com/artists/bernard-rambaud/past-auction-results

site soldaademohler.fr http://www.soldaademohler.fr/boutique/documents-fr/guerre-de-1418-uniformes-et-unites-boisselier-huen-ceny-bucquoy/

site tambours-bgha.org, page centenaire Alsace  http://www.tambours-bgha.org/sujet/tag/centenaire-alsace/

site rp.archivesmusiquefacteurs http://rp-archivesmusiquefacteurs.blogspot.fr/2013/11/conte-de-noel-pour-clarinettistes.html

site chez-ritou.fr/1418  http://chez-ritou.fr/1418_somme/derriereleslignes/hopital-brancardier.jpg

site Gallica.bnf.fr

site lagrandeguerre.cultureforum.net  http://lagrandeguerre.cultureforum.net/t67445-les-regiments-de-la-serie-400

Site du Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918,  crid1418.org) http://crid1418.org/espace_pedagogique/lexique/lexique_cd.htm

site larousse.fr : définition de « trompette-major  http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/trompette-major_trompettes-majors/79924

Enregistrements de sonneries : Au Drapeau, la soupe, Cessez le feu…

Sitecrdp.ac-amiens.fr : la musique régimentaire  https://crdp.ac-amiens.fr/pensa/3_1_presentation.php
Site musique militaire.fr : plus de 300 chants militaires en ligne  http://musique-militaire.fr/

Site mariannemelodie.fr : les 100 plus belles musiques militaires (Enregistrements historiques : Sambre et Meuse, Rhin et Danube, Quand Madelon, Chant du départ…)
http://www.mariannemelodie.fr/fr/cd-instrumental-folklore-ambiance/musique-militaire/100-plus-belles-musiques-militaires-jouees/7185242.html

Site centenaire.org/fr/musique-militaire  http://centenaire.org/fr/musique-militaire

Site pages14-18.mesdiscussions.net :
– site pages14-18.mesdiscussiosn.net, sujet 9806 http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/forum-pages-histoire/musique-sujet_9806_1.htm

– infirmier simple soldat, sujet 9951 http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/qui-cherche-quoi/infirmier-simple-soldat-sujet_9951_1.htm
– page Art de la guerre > Musique  http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Pages-14-18-l-Art-et-la-Guerre/Musique/liste_sujet-1.htm :

–  Sonneries militaires : http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Pages-14-18-l-Art-et-la-Guerre/Musique/sonneries-militaires-sujet_465_1.htm :

sur le site des troupes de marine
http://www.troupesdemarine.org/out […] ia/mp3.htm  faites dérouler et vous arriverez sur les sonneries réglementaires au clairon…..
et

Sonnerie aux morts française sur youtu.be
https://youtu.be/NPTkrUt1m3I?list=RDNPTkrUt1m3I
Histoire de la sonnerie aux morts américaine sur youtu.be https://youtu.be/Hp37oNLtNFY?list=RDNPTkrUt1m3I

BIBLIOGRAPHIE :

Louis Viguier, Journal de marche d’un biffin, 2 août 1914-19 février 1919, éd. Loubatières, 2013 ; livre CHePP disponible à la bibliothèque de Passy.
Pierre Dupraz, Traditions et évolution de Passy
Daniel Légat et Anthony Pinto, Les Savoyards et la Guerre. Les combattants de 14-18, éd. 3dvision, 2013.

Voir nos autres pages sur
– Passy pendant la grande Guerre
en particulier
notre page consacrée au monument aux morts de Passy.

– Passy de 1920 à nos jours.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
– L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter