Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Soldats de Passy détachés dans les usines de guerre en 14-18

Written By: BT

Lire notre revue Vatusium n° 18, 2015 « Les Passerands dans la Grande Guerre », 1ère partie : 1914 et 1915.

Cette page BONUS complète notre article « Les soldats de Passy détachés et affectés spéciaux » publié dans Vatusium n ° 18, pages 51 à 56.

Voir les photos de la page 55 : 
– Trempe des obus de 220 à l’arsenal de Perrache, Lyon, octobre 1915 (site centenaire.org)
– Usines Berliet à Lyon. Les ateliers fabriquent des obus de 75mm. Janvier 1916  (site centenaire.org).

Un exemple d’usine où ont travaillé des soldats de Passy : la Poudrerie Picard à Saint-Fons dans la banlieue de Lyon  et son atelier de fabrication de la mélinite.

Poudrerie Picard à Fons. Atelier de fabrication de la mélinite : batteries en terrines fixes (sites culture.gouv.fr et numelyo.bm.lyon ; Bibliothèque municipale de Lyon ; service photographique de l’armée)

Poudrerie Picard à Fons. Atelier de fabrication de la mélinite : batteries en terrines fixes (sites culture.gouv.fr et numelyo.bm.lyon ; Bibliothèque municipale de Lyon ; service photographique de l’armée)

Certains Passerands mobilisés ont été « détachés » à l’usine de Chedde ; 29 autres soldats de Passy l’ont été dans d’autres usines :

Certains sont passés par l’usine de Chedde avant de rejoindre une autre entreprise ou d’être « détachés agricoles » à Passy dans leur propre exploitation. Les détails tirés de leur fiche matriculaire donnent une bonne idée de leur parcours militaire : passés de réformés à « bons pour le service »… Et aussi de leur état de santé et de leurs blessures.

HAUTE-SAVOIE : Usine d’Alais à ST-JEAN DE MAURIENNE
DECRUY Joseph Alfred, classe 1897, Territorial placé à l’usine de Chedde le 28 février 1915, puis muté à l’usine d’Alais le 15 juin 1918 à St-Jean de Maurienne ; détaché à l’usine Girod Joya à Epierre le 2 novembre 1918 ; détaché à l’usine électrochimique de Bozel le 21 décembre 1918. JACQUET Emile Alexandre, classe 1899, Territorial.
SALLANCHES : BUFFLIER François Edouard, classe 1902, Réserve, maintenu réformé en octobre 1914, classé service auxiliaire en avril 1917 et détaché à la Maison Bouchage et Viard à Sallanches.
CHAMONIX : entreprise Bossonney de bûcheronnage : COLLUBRIER Pierre Ernest, classe 1890, Réserve de la Territoriale, du 8 avril au 30 juin 1917 à l’entreprise Bossoney à Chamonix ;  FIVEL Henri Hubert, classe 1892, Réserve de la Territoriale, à l’usine de Chedde le 22 janvier 1915 ; détaché comme bûcheron le 13 avril 1917 à l’entreprise Bossonney à Chamonix.
ANNECY, Maison Georges Paccard (fonderie) : LONG François Joseph, classe 1896, Territorial, blessé par éclat d’obus au mollet gauche le 3 octobre 1915 à Souain ; détaché le 11 avril 1916 à Maison Georges Paccard à Annecy.

SAVOIE. EPIERRE :
CAVEX Félix, classe 1895, Territorial, Société Electrométallurgique, 6, rue Grollée Lyon le 5 juillet 1915 ; passé à la Société Electrométallurgique à Epierre (Savoie)
UGINE : CURRAL Alphonse Henri, classe 1900, Réserve, classé Services auxiliaires pour varices, puis service armé en novembre 1914 ; détaché à l’usine Girod à Ugine en décembre 1914. PIOPPO André, classe 1898, Territorial, détaché  à l’usine Girod à Ugine du 28 octobre 1914 au 23 janvier 1918.
LA POMBLIERE-SAINT-MARCEL (près de Moûtiers) : DECRET François Alfred, classe 1890, Réserve de la Territoriale, affecté à la Société d’électrochimie de La Volta Usine de Pomblière Saint-Marcel le 3 sept. 1917.

LYON et sa région

: Lyon, chaîne de montage aux usines Berliet, janvier 1916 (site centenaire.org)

: Lyon, chaîne de montage aux usines Berliet, janvier 1916 (site centenaire.org)

Usine Berliet à Lyon : obus de 75mm  et construction de camions pour l’armée
DECRET Anatole, classe 1903, Réserve, caporal détaché à l’usine Berliet de Lyon le 9 décembre 1915. PELLET-CALNY Thomas Aristide, classe 1895, Territorial détaché le 4 octobre 1918  aux usines Berliet à Lyon. THOME Alfred Edouard, classe 1888, détaché à l’usine Berliet à compter du 12 avril 1916 jusque sept. 1918.
Comptoir industriel d’étirage des métaux à Lyon : PIN Pierre, classe 1895, Territorial détaché le 3 juin 1917 aux établissements de construction de Lyon ; passé à l’établissement comptoir industriel d’étirage des métaux à Lyon le 5 juin 1917.
Poudrerie de FONS, dans la banlieue de Lyon : DUCROZ Pierre Joseph, classe 1902, Réserve, classé dans les services auxiliaires pour bégaiement prononcé, service armé en novembre 1914 au 140e RI ; détaché à la poudrerie de Fons le 17 février 1915. DUPRAZ Pierre, classe 1898, détaché à la poudrerie de Saint-Fons du 1er juillet au 22 août 1917.
Société d’éclairage électrique à Lyon : TISSOT François, classe 1899, Territorial détaché à la Société d’éclairage électrique à Lyon le 14 octobre 1914 ; passé à l’usine de Chedde le 22 janvier.

ISERE. GRENOBLE, Société des explosifs : SIGAUD Henri-Pierre-Auguste, classe 1913, armée active,, dessinateur industriel à la Société de l’Arve. Blessé le 14 décembre 1914 à Moncourt dans la Somme ; détaché en usine travaillant pour la défense nationale le 21 octobre 1915, muté à la Société des explosifs à Grenoble le 27 décembre 1915 ; relevé d’usine et rentré au dépôt le 17 janvier 1918.
ALLEVARD, Isère : Forges.  THOVEX  Pierre Antoine, classe 1907, Réserve, classé service auxiliaire en octobre 1915, détaché à l’usine des Forges d’Allevard, Isère, le 31 juillet 1916 ; passé le 18 avril 1917 à l’entreprise Mercier et Limousin au Camp d’Avord.
HAUTES-ALPES. L’Argentière, usine de La Bessée
GRUZ Félix Hubert, classe 1895, Territorial détaché le 24 juillet 1915 à l’usine de La Bessée  à l’Argentière.
COTE-d’OR, Lamarche-sur-Saône, Société générale d’explosifs : GUICHONNET Armand, classe 1906, Réserve, sergent fourrier le 3 septembre 1914 à l’usine de Chedde à partir du 26 octobre 1914. A la Société générale d’explosifs à Lamarche-sur-Saône le 30 janvier 1915.
AIN, Bellegarde, Maison Bertholus, ferro-alliages : GUYON Samuel Charles Victor, classe 1899, Territorial détaché à l’usine de Chedde le 7 septembre 1914 ; détaché à la Maison Bertolus à Bellegarde le 24 juin 1915.

LE HAVRE, site de Graville, Société de Tréfileries et Laminoirs du Havre : GABIOUX Félix Alexandre, classe 1901, Réserve, blessé le 21 février 1915 au Reichakerpopf (gelure du pied droit) ; détaché du 26 janvier 1916 au 9 mars 1919 à la Société de Tréfileries et Laminoirs du Havre (T.L.H.) Site de Graville D.M. L.A 02896 demande du 3 janvier 1916.

Les Tréfileries et Laminoirs du Havre (TLH) sont un complexe métallurgique créé au Havre par la Société Weiller et Cie à partir de 1896. Pendant la guerre, à l’instar de Schneider, les TLH font le choix de la participation à l’effort de guerre et les ouvriers fabriquent obus, douilles, cartouches et balles.
Pour en savoir plus sur l’établissement de Graville, voir le site Wikipedia, art. « Tréfileries et Laminoirs du Havre « .

MONTREUIL-SUR-MER
DEPOUX Sylvain Auguste, classe 1899, Territorial détaché du 8 mars 1917 au 31 mars 1919 aux Carrières d’Engoudsent  à Beussent près de Montreuil-sur-Mer.

PARIS et région parisienne. PARIS, usine Bauer 140 rue St-Maur
BUTTOUDIN Ernest Elie, classe 1903, Réserve, classé dans le service auxiliaire pour laryngo-bronchite rebelle ; classé dans le service armé en Janvier 1915 au 97e RI ; entré à l’hôpital le 26 mai 1915 pour bronchite ; détaché le 20 août 1915 à l’usine Bauer 140 rue St-Maur à Paris.

La fabrication des obus de 75 à l’usine Darracq de Suresnes (Source site Gallica.bnf)

La fabrication des obus de 75 à l’usine Darracq de Suresnes (Source site Gallica.bnf)

SURESNES, usine Darracq : fabrication des obus de 75
DECRET Alfred Emile, classe 1900, Réserve, classé dans les services auxiliaires pour faiblesse générale, service armé en décembre 1914 ; détaché Etablissements de la Défense nationale à l’usine Darracq de Suresnes. Voir le site gallica.bnf  : La fabrication des obus de 75 à l’usine Darracq à Suresnes (forge et traitement) : [photographie de presse] / Agence Meurisse.

ITALIE, usine Nera Montero : COTTIN Louis, classe 1899, Territorial exempté, puis incorporé ; à l’usine de Chedde le 11 janvier 1915 ; puis à l’usine Nera Montero en Italie le 20 février 1916.

Société Norvégienne des Voitures Sommerragaton 15  Christiana : PIRALI Edouard, classe 1895, Territorial détaché à la maison Delannay et Belleville à St-Denis le 19 avril 1916 ; passé à la Compagnie des produits chimiques Alais et Camargue le 29 avril 1916. Placé le 24 octobre 1916 au titre de la Société Norvégienne des Voitures Sommerragaton 15  Christiana.

C.O.A. : FIVEL-DEMORET Alfred Jean Pierre, classe 1890, Réserve de la Territoriale, passé à la 4e Section de C.O.A. [Commis et Ouvriers militaires d’Administration] le 1er décembre 1915.

Voir nos autres pages sur
– Passy pendant la grande Guerre
en particulier
notre page consacrée au monument aux morts de Passy.

– Passy de 1920 à nos jours.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
– L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter