Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Les Passerands territoriaux du 1er BTCA : Carnet de route d’Hubert Duperrey

Written By: BT

Lire notre revue Vatusium n° 18, 2015 « Les Passerands dans la Grande Guerre », 1ère partie : 1914 et 1915.

Cette page BONUS transcrit et commente le manuscrit publié dans Vatusium n° 18, p. 9 (doc. Simone Musica)

Début du manuscrit du Passerand Hubert Duperrey publié dans Vatusium n° 18, p. 9 :

Manuscrit d'Hubert Duperrey

Manuscrit d’Hubert Duperrey

Qui était Hubert DUPERREY ? Extraits de sa fiche matricule :

Né le 3 octobre 1875 à Passy, Auguste Hubert Duperrey était cultivateur  à Passy, fils de feu Pierre Auguste et de feue Rose Ancey. Taille : 1,63 m ; instruction : 3. Signe particulier : « lentillé ».
Incorporé au 11e Btn de Chasseurs à pied à compter du 14 novembre 1896 ; clairon le 26 septembre 1897 ;  certificat de bonne conduite accordé ; passé dans la Réserve de l’armée active le 20 septembre 1899. A accompli une 1ère période d’exercices dans le 11e Btn de chasseurs du 22 septembre au 19 octobre 1902 ; et une 2ème période au 11e Btn de chasseurs du 25 septembre au 22 octobre 1905.
Passé dans l’armée territoriale le 1er octobre 1909. A accompli une période d’exercices dans le 1er Btn territorial de Chasseurs à pied du 3 au 11 août 1911. Recensé à Passy en 1911 comme chef de famille cultivateur à Maffrey.
Territorial de 39 ans rappelé à l’activité à la mobilisation générale le 2 août 1914, arrivé au corps le 3 août, au 1er Btn territorial de Chasseurs à pied (VOIR ci-dessous le récit de sa « campagne »).

TRANSCRIPTION DU MANUSCRIT d’Hubert Duperrey assurée par CHePP (l’orthographe a été conservée ; seule la ponctuation a été modifiée pour faciliter la lecture ; les indications entre crochets ont été ajoutés par CHePP).
Des extraits de l’Historique du 1er Bataillon Territorial de Chasseurs Alpins complètent et confortent les indications fournies par Hubert Duperrey.

Historique du 1er Bataillon Territorial de Chasseurs à pied :

HISTORIQUE 1erBtn territorialChasseurs

Campagne 1914 et 1915

[Du 5 août au 7 octobre 1914 : entraînement pour les territoriaux]

« Départ d’Annecy le 5 août [1914], arrivé à Bon-Conseil à 4 heures du soir. Départ de Bon-Conseil le 15 août pour Bourg-St-Maurice [à l’est d’Albertville], logé au Théâtre sur le bétume ; le 24 août, départ pour Séez [près de Bourg-St-Maurice]. Le 28 septembre, tir à Vulmisse ; départ précipité, partis à 1h 57 de Bourg et arrivont à Montluel [au N.E. de Lyon] à 2 heures le 29, 4 km à faire et nous arrivons à Brésolle ; 3 octobre, tire à la Valbonne ;

[Le camp militaire de La Valbonne est un camp militaire français situé à proximité de La Valbonne (hameau partagé entre les communes de Béligneux et de Balan), dans l’Ain ; implanté en 1872, le camp est d’abord constitué de tentes de toile pour le casernement des troupes.]

Pour en savoir plus sur le camp de la Valbonne, voir le site museemilitairelyon

Camp de la Valbonne 

Camp de la Valbonne (site Delcampe.net)

Camp de la Valbonne (site Delcampe.net)

[7 octobre 1914 : marche au son du canon dans le secteur de Villers-Cotterêts]

« …5 octobre, 8 heures du soir départ de Brésolle [lire Bressolles, au N.E. de Lyon, près de Montluel] pour Montluel, embarquons à 11 h du soir, arrivons à Villard-Cotterret [lire Villers-Cotterêts] le mercredi. Le 7 à 5 heures du matin, un quart de bouillon et 16 km à faire au son du canon, arrivé à Haute-Fontaine le 7 octobre ; du 7 au 19, tranchée à Haute-Fontaine. »

Carte situant Bressolles, Montluel, au N.E. de Lyon 

Carte situant Bressolles, Montluel, au N.E. de Lyon (Google)

Carte situant Bressolles, Montluel, au N.E. de Lyon (Google)

[Historique du 1er Bataillon Territorial de Chasseurs Alpins : « Le 1er Bataillon Territorial de Chasseurs est constitué le 3 août 1914 à l’effectif de 1.100 hommes.
Son organisation terminée, il est dirigé par voie ferrée, le 6 août, sur Bourg-Saint-Maurice [vallée de la Tarentaise, en Savoie, au sud de Chamonix et à l’est d’Albertville et Chambéry]. Arrêté en route, il cantonne du 7 au 15 à Bellentre, où les journées sont consacrées à l’instruction. Le 15 août, il gagne Bourg-Saint-Maurice où il cantonne jusqu’au 25. Il stationne ensuite à Séez, près de Bourg, jusqu’au 28 septembre. Ensuite, il séjourne à Bressolles [département de l’Ain en région Rhône-Alpes, au N.E. de Lyon, près de Montluel],… »

Région de Compiègne et Villers-Cotterêts en 14-18 

Région de Compiègne en 14-18 (site 1914ancien.free.fr)

Région de Compiègne en 14-18 (site 1914ancien.free.fr)

« …puis, le 6 octobre, il est embarqué à Montluel à destination de Villers-Cotterêts [département de l’Aisne en Picardie, au S.E. de Compiègne] où il arrive le 7 [octobre].
Dirigé le même jour sur Haute-Fontaine, le Bataillon creuse des tranchées et prépare des emplacements de batteries. »]

Haute-Fontaine, au centre de la carte :

Haute-Fontaine, au centre de la carte (site 1914ancien.free)

Haute-Fontaine, au centre de la carte (site 1914ancien.free)

« Territoriaux creusant une tranchée »  :

"Territoriaux creusant une tranchée." (site peinturesetpoesie.blog50.com)

« Territoriaux creusant une tranchée. » (site peinturesetpoesie.blog50.com)

La retraite de la 1ère Armée Allemande après la bataille de la Marne ;

à partir du 11 septembre 1914 elle s’oriente au nord-est conformément aux ordres de von Bülow :

La retraite de la 1ère Armée Allemande après la bataille de la Marne : à partir du 11 septembre 1914 elle s'oriente au nord-est conformément aux ordres de von Bülow (site 1914ancien.free)

La retraite de la 1ère Armée Allemande après la bataille de la Marne (site 1914ancien.free)

[19 octobre 1914 : pas le temps de manger la soupe ! Les territoriaux montent vers l’est de Compiègne ; « tout mouillés et pas gais » ]

« Dimanche 19 octobre [1914], ont laisse la soupe et départ à 3 heures du soir pour St-Crépin [Saint-Crépin-aux-Bois dans l’Oise], arrivont à 8h ½  après le passage dans une forêt très noire, cantonnés par section dans une grange et nous mangeons une boite de singe à deux, tout mouillé pa gais. Le 20 octobre, garde avec les tirailleurs aux murs d’enceinte du parc d’Offémont. »

Saint-Crépin-aux-Bois est situé dans la forêt de Laigue dans le canton d’Attichy, à environ 15 km à l’est de Compiègne, dans le département de l’Oise (région de Picardie).

[Historique du 1er Bataillon Territorial de Chasseurs Alpins : « Dès le 18 octobre 1914il est dirigé sur Saint-Crépin-aux-Bois (Oise), où il construit des abris et des tranchées
dans le parc d’Offémont. Il prend position dans ce parc  le 28 octobre, à la suite d’une attaque allemande sur notre première ligne. »]

Carte des combats dans l’Oise, l’Aisne et la Somme de 1914 à 1918 ; Attichy, à l’est de Compiègne :

Carte des combats dans l’Oise, l’Aisne et la Somme de 1914 à 1918 ; Attichy, à l’est de Compiègne (site somme-1916.skyrock.com)

Carte des combats dans l’Oise, l’Aisne et la Somme de 1914 à 1918 ; Attichy, à l’est de Compiègne (site somme-1916.skyrock.com)

Un cimetière à St-Crépin-aux-Bois dans l’Oise :

Un cimetière à St-Crépin-aux-Bois dans l’Oise (site communes.com/picardie/oise)

Un cimetière à St-Crépin-aux-Bois dans l’Oise (site communes.com/picardie/oise)

[Du 25 octobre au 15 novembre 1914, gardes, travaux, corvées ; un tué ; « ouverture des boyaux sous la pluie des balles »]

« Le 25 octobre (1914), départ pour la ferme des carriers ; le 30, alerte 2 h d’une cannonade terrible ; du 25 octobre au 15 novembre, changeons tout les jours de cantonement, un au gourbi pour prendre la garde et un jour à la faisanderie pour travailler, jour de la Toussaint, école de section à la faisanderie. Parti à Olincourt le 22 Novembre [secteur d’Ollencourt et Nervaize, dans l’Oise, au nord-est de Compiègne] ; le 23 Nbre corvée de bois. Decombart tué, sépulture de suite, le 30 Nbre revenont au parc Offemont, garde et traveaux des gourbis ; le 8 Décembre repartons à Olincourt garde et ouverture des boyaux sous la pluie des balles ; revenu le 13 Dbre au parc ; du 15 au 23 ont a été en 3ème ligne sur le plateau de Quenevières [lire Quennevières]. »

Groupe de Territoriaux arrivant au travail, avril 1917 :

Groupe de Territoriaux arrivant au travail, avril 1917 (site des soldats de Ruffigné : ruffineck44.blogspot.fr)

Groupe de Territoriaux arrivant au travail, avril 1917 (site des soldats de Ruffigné : ruffineck44.blogspot.fr)

[Décembre 1914 : « corvée de cartouches dans les boyaux » ; un tué… dans sa cuisine]

« Le 21 [décembre 1914], attaques sur tout le front et l’après-midi, corvée de cartouches dans les boyaux ; le 24 au parc Offémont ; le 25 Dbre attaque. Billon, cuisinier des sous-officiers, tué dans sa cuisine par une balle de schrapnell, sépulture à Offémont. »

Corvée de cartouches ; photo pris après l’été 1915 vu la présence du casque Adrian :

Corvée de cartouches ; photo pris après l’été 1915 vu la présence du casque Adrian (site soissonnais14-18.net)

Corvée de cartouches ; photo pris après l’été 1915 vu la présence du casque Adrian (site soissonnais14-18.net)

VOIR sur notre page « Historique du 2e Zouaves, août-décembre 1914 » Les combats du 2e zouaves dans l’OISE, secteur de Quennevières et du bois Saint-Mard (septembre 1914-juillet 1915), la prise de la ferme de Quennevières, 30 octobre 1914, les attaques du Bois Saint-Mard, 21-25 décembre 1914 et la suite des combats du 2e Régiment de Zouaves en 1915 lors de la Bataille de Champagne.

Situation de Tracy-le-Mont, Quennevières, au centre de la carte :

Situation de Tracy-le-Mont, Quennevières, au centre de la carte (carte Google)

Situation de Tracy-le-Mont, Quennevières, au centre de la carte (carte Google)

Carte de St-Crépin, Offémont, Tracy-le-Mont, Quennevières (au centre de la carte) et du Bois Saint-Mard, Ollencourt (au nord de Tracy-le-Mont)
extraite de l’Historique du 2ème Zouaves, à l’est de Compiègne :

Carte de St-Crépin, Offémont, Tracy-le-Mont, Quennevières et du Bois Saint-Mard, Ollencourt extraite de l’Historique du 2ème Zouaves, à l’est de Compiègne (site gallica BNF, p. 10)

Carte de St-Crépin, Offémont, Tracy-le-Mont, Quennevières et du Bois Saint-Mard, Ollencourt extraite de l’Historique du 2ème Zouaves, à l’est de Compiègne (site gallica BNF, p. 10)

[Historique du 1er Bataillon Territorial de Chasseurs Alpins : « Du 15 novembre au 23 décembre 1914, une compagnie est de service dans les tranchées de deuxième ligne, vers Ollencourt
et Nervaize [dans l’Oise, au nord-est de Compiègne].

A partir du 26 décembre (1914), à la suite d’une attaque sur Tracy-le-Val et Puisaleine [idem], 
deux compagnies sur quatre sont de service en première et deuxième lignes, les deux autres compagnies restant en réserve.]

[Janvier 1915 : plateau de Quennevières ; un tué ; gardes et travaux, corvée dans les boyaux des zouaves et des tirailleurs et… dans la boue]

« Le 1er janvier 1915, départ pour aller en 3ème ligne au plateau de Quenevière. Le  5 janvier, Guedon de Megève tué à Nervaise, 2ème compagnie ; le soir, soupe à Tracy et couché dans un sale gourbi au Parc ; du 9 au 17 , garde et travaille au carfour du centre ; du 17 au 23, reste au plateau de Quenevière, corvée dans les boyaux où il y a les zouaves ; le 22, corvée dans le boyaux de tirailleurs jusqu’en 1ère ligne, boue jusque sur les genoux, rentrons au Parc vannés, prenons le fournissement et mangeons la soupe à Tracy, rentrons au Parc, logé dans un gourbi tout mouillé, plaçons les toiles de tente pour nous abriter ; le 23, passé la matinée en caleçon pour décroter les pantalons ; le soir, de garde. »

Tranchée et boue :

Tranchée et boue (site muad.com : le journal de route d’un engagé volontaire)

Tranchée et boue (site muad.com : le journal de route d’un engagé volontaire)

[Fin janvier 1915 : un tué dans les boyaux]

«  Le 26 janvier le soir attaque par les Boches aux bois de St-Mard ; elle a été repoussée ; le 27 grand bombardement pour notre artillerie ; le 28, Sallet tué, sergent Maurice blessé 1ère compagnie au plateau de Nouvion dans les boyaux. »

Carte situant Tracy-le-mont, Quennevières, Puisaleine, la ferme d’Ecafaut (au centre de la carte),
et le Bois St-Mard (en haut à gauche), à l’est de Compiègne :

 Carte situant Tracy-le-mont, Quennevières, Puisaleine, la ferme d’Ecafaut et le Bois St-Mard (site chtimiste)

Carte situant Tracy-le-mont, Quennevières, Puisaleine, la ferme d’Ecafaut et le Bois St-Mard (site chtimiste)

[Février 1915 : des blessés, un tué ; école de clairon ; « travaux dans les boyaux » et « mauvais temps »]

 « Le 29 j. [janvier 1915], allons à la ferme d’Ecafaut ; Le 2 février, Antonioz (3ème Cie) blessé à l’épaule ; le 3 (1ère Cie), Bouvet tué et Pelliex blessé à l’épaule par le même obus ; le soir Choupin de St-Gervais blessé par plusieurs sphrapnels (sic) ; le 4, retour au Parc (3e compagnie) ; le 5, école de clairon l’après-midi tous les jours. Le 9 [février 1915] au soir, départ et allons au plateau de Nouvion ; le 11 travaille dans les boyaux. Maboux blessé légèrement à l’épaule ; toujours le mauvais temps ; le 15 février, rentrons au Parc. » 

« Campagne faite par Duperrey Hubert au 11e bataillon de Chasseurs Alpins » (FIN du manuscrit)

[Historique du 1er Bataillon Territorial de Chasseurs Alpins :
« Jusqu’au 1er janvier 1915
, le Bataillon a eu dans ce secteur 3 tués par éclats d’obus.
Jusqu’au 5 juillet, le Bataillon tient le même secteur, où il se trouve placé en réserve, dans 
les différentes attaques.
Du fait de l’artillerie ennemie et sans être engagé directement, il éprouve cependant les pertes sensibles suivantes :
10 tués, 203 blessés.

A partir du 5 juillet, il occupe le secteur de Puysaleine-Quennevières.]

Pour lire la suite de l’Historique du 1er Bataillon Territorial de Chasseurs à pied, 14e Région, Dépôt de la 56e Brigade, voir le site tableaudhonneur.free.fr (transcription : numérisation P. Chagnoux, 2013)

Que devient Hubert DUPERREY après sa « campagne » ? Extraits de sa fiche matricule :

Placé en sursis d’appel à l’usine de Chedde le 12 mars 1915. Passé dans la réserve de l’armée territoriale le 1er octobre 1916. Renvoyé dans ses foyers comme père de six enfants le 25 avril 1917 ; passé (comme tous les détachés en usine) au 2e Rgt de Dragons le 1er juillet 1917, puis au 7e Cuirassiers le 1er octobre 1917 et enfin au 97e RI le 10 avril 1918. Dégagé des obligations militaires le 1er octobre 1923.

11 Passerands Territoriaux des classes 1888 à 1899 ont servi comme Hubert Duperrey au 1er Btn territorial de Chasseurs à pied pendant cette période des années 1914 et 1915 (état actuel de nos recherches) :

BERTHIER Pierre François (classe 1893, sursis d’appel à l’usine de Chedde le 12 juillet 1915) ;
BIOLLAY Anatole Henri (classe 1893, blessé le 18 avril 1915 par éboulement pendant le bombardement [secteur d’Ollencourt et Nervaize, dans l’Oise, au nord-est de Compiègne] ; décédé le 21 février 1919 à Paris de maladie) ;
BOTTOLLIER-DEPOIS Célestin (classe 1888, renvoyé dans ses foyers le 14 décembre 1914 ; rappelé le 17 avril 1915 et détaché le dit jour à l’usine de Chedde) ;
CHAMBET Marc François (classe 1888, renvoyé dans ses foyers le 15 décembre 1914. Détaché le 24 décembre 1914 à la Poudrerie militaire de Chedde) ;
CROTTET Théodule Ovide (classe 1893, du 3 août 1914 au 22 janvier 1915, puis du 1er juillet 1917 au 20 janvier 1919, sans précisions) ;
DAIGUE Pierre Joseph (classe 1897, blessé par éclat d’obus le 12 mars 1915 de Tracy-le-Mont ; rentré au dépôt le 1er mai 1915 ; détaché le dit jour comme manœuvre à l’usine de Chedde ; aux armées du 7 février 1917 au 22 janvier 1919. Démobilisé le 23 janvier 1919) ;
DECRUY Joseph Alfred (classe 1897, parti en renfort le 3 mars 1915 ; évacué sur le dépôt le 14 mai 1915. Placé en sursis d’appel, puis détaché à l’usine de Chedde comme conducteur de moteur le 14 mai 1915. Muté à l’usine d’Alais le 15 juin 1918 à St-Jean de Maurienne ; détaché à l’usine Girod Joya à Epierre le 2 novembre 1918 ; détaché à l’usine électrochimique de Bozel le 21 décembre 1918) ;
DUPERREY Auguste Hubert (classe 1895, voir ci-dessus) ;
PELLET-CALNY Thomas Aristide (classe 1895, placé en sursis d’appel comme conducteur de battage à Passy le 3 septembre 1915 ; passé au 2e Groupe d’aviation le 13 janvier 1916 ; détaché le 4 octobre 1918  aux usines Berliet à Lyon ; passé au 158e RI le 7 octobre 1918. Détaché du 4 octobre 1918 au 16 janvier 1919) ;
PIN Pierre (classe 1895, aux armées le 8 octobre 1914 ; passé au 13e Btn de Chasseurs le 2 février 1915 ; détaché le 3 juin 1917 aux établissements de construction de Lyon ; passé à l’établissement comptoir industriel d’étirage des métaux à Lyon le 5 juin 1917) ;
VOUILLOZ François Ferdinand (classe 1899, A l’hôpital n° 1 le 18 septembre 1914 ; détaché à l’usine de Chedde depuis sa convalescence à une date inconnue).

Sources et sites à consulter pour en savoir plus :

Historique du 1er Bataillon Territorial de Chasseurs à pied, 14e Région, Dépôt de la 56e Brigade  (Site gallica.bnf : fac-similé) et site tableaudhonneur.free.fr (transcription : numérisation P. Chagnoux, 2013)

Historique du 2ème Zouaves, à l’est de Compiègne (site gallica BNF, p. 10)

site peinturesetpoesie.blog50.com  

site somme-1916.skyrock.com  

site soissonnais14-18.net : Corvée de cartouches

site communes.com/picardie/oise : cimetière de St-Crépin-aux-Bois

site des soldats de Ruffigné : ruffineck44.blogspot.fr

site muad.com : le journal de route d’un engagé volontaire : Tranchée et boue

site chtimiste : Carte situant Quennevièreset le Bois St-Mard

site 1914ancien.free.fr : carte des combats

site Delcampe.net : La Valbonne

Voir nos autres pages sur
– Passy pendant la grande Guerre
en particulier
 notre page consacrée au monument aux morts de Passy.

– Passy de 1920 à nos jours.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
– L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter