Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Passerands de l’armée d’Orient décorés en 14-18

 Lire notre revue Vatusium n° 18, 2015 « Les Passerands dans la Grande Guerre » 1ère partie : 1914 et 1915 ; et Vatusium n° 19, 2016 « Les Passerands dans la Grande Guerre » 2e partie : 1916 à 1919 (parution août 2016).

Cette page BONUS complète nos articles publiés dans Vatusium n° 18 et n° 19.

Plusieurs décorations ont pu être accordées aux soldats français de l’Armée d’Orient : Médaille commémorative d’Orient, Médaille commémorative serbe et Médaille commémorative roumaine. Certains Passerands en ont eu deux.

1) Médaille commémorative d’Orient

Médaille commémorative d’Orient (Site Wikipedia, art. Médaille commémorative d’Orient)

Médaille commémorative d’Orient (Site Wikipedia, art. Médaille commémorative d’Orient)

Ruban : L’Armée d’Orient. Ruban bleu clair avec trois raies verticales jaunes de 7 mm au centre et 2mm sur les côtés. La raie centrale étant la plus large.
Médaille : De modèle identique à la Médaille commémorative du Maroc et créée par la loi du 22 juillet 1909. Concernant les opérations de pacification menées dans le pays entre 1907 et 1909. Due au même graveur que la Médaille du Maroc Georges Lemaire, elle est en bronze au lieu d’argent.
La gravure représente l’effigie d’une “ République guerrière ” coiffée d’un casque où sont fixées des feuilles de chêne avec les mots “ République française ” et la signature de l’artiste. Cet avers est identique à la médaille commémorative des Dardanelles. Au revers, une composition associe les symboliques de l’armée de terre et de mer (fusil, hallebarde, drapeaux), ainsi que les dates “ 1915-1918 ”.
Bélière : En bronze, formée de deux palmes et d’un croissant […]. (Site Wikipedia, art. Médaille commémorative d’Orient)

Au moins 4  Passerands ont obtenu cette Médaille commémorative d’Orient :

BARRERE Guillaume Etienne, classe 1910, 1er Rgt d’artillerie de montagne. Campagne d’Orient du 2 novembre 1915 au 3 janvier 1918 ; Médaille commémorative de la Grande Guerre ; médaille de la Victoire ; médaille commémorative d’Orient ; médaille militaire (décret du 6 juin 1929).

BARRERE Robert Alexandre, classe 1915, 1er Rgt d’artillerie de montagne, en Orient du 22 novembre 1915 au 6 octobre 1916. Campagnes d’Orient du 22 novembre 1915 au 6 octobre 1916. Médaille Interalliée dite de « La Victoire » le 6 septembre 1933, médaille commémorative d’Orient ; médaille commémorative serbe le 12 février 1932 :

Décorations du Passerand Robert Alexandre Barrère

Décorations du Passerand Robert Alexandre Barrère

Décorations du Passerand Robert Alexandre Barrère

 GRENECHE, Eugène-Clovis, classe 1916, passé le 8 décembre 1916 au 38e Rgt d’artillerie de campagne, parti à Salonique le 20 décembre 1916 ; Passé au 5e Rgt d’artillerie de campagne le 22 janvier 1917, au 204e Rgt d’artillerie de campagne le 1er avril 1917. Autorisations Médaille d’Orient le 24 juillet 1934 et Médaille Interalliée La Victoire » le 4 juillet 1924. Campagne d’Orient du 21 décembre 1916 au 12 novembre 1918.

HERITIER Alphonse Jean François, classe 1910, passé au 175e RI le 28 avril 1915 (armée d’Orient le 2 mai 1915) ; passé au 58e Bataillon de Chasseurs en qualité de mitrailleur le 17 février 1916 ; évacué pour  paludisme le 5 juin 1917. Croix de guerre Etoile de bronze ; médaille commémorative d’Orient, médaille commémorative serbe.

Création de la médaille commémorative d’Orient

« Ce sont les unités de l’Armée d’Orient (1916-1918) qui, aux ordres du général Louis Franchet d’Espèrey, provoquèrent en septembre 1918 l’effondrement du front germano-bulgare, la défaite de la Bulgarie, reconquirent la Serbie et la Roumanie, puis envahirent l’Autriche-Hongrie.
Et c’est pour commémorer cette expédition que le député Girod demanda l’attribution de la médaille coloniale avec barrettes spécifiques et que les députés Bureau et Dariac demandèrent la création d’une médaille commémorative d’Orient date du 26 juin 1917. Le gouvernement français refusa la première formule qui détourne la Médaille Coloniale de son but initial et rejeta également la création d’une nouvelle décoration particulière. Cependant la venue de la médaille commémorative de la Grande Guerre (1920) et de la médaille de la Victoire (1922) qui couvrent tous les théâtres d’opérations d’un même conflit mondial relancent le débat.
La loi du 15 juin 1926 institue la médaille commémorative d’Orient et des Dardanelles destinée à tout personnel, militaire ou civil ayant fait partie des unités du Corps Expéditionnaire Franco-Britannique des Dardanelles, placé sous les ordres du général anglais Ian Hamilron.
Et, le 8 juillet de la même année, un décret définissait les caractéristiques de son ruban. Elle récompense le personnel militaire et civil embarqué avant le 11 novembre 1918 et relevant du corps expéditionnaire des Dardanelles ou de l’armée française d’Orient et les marins de ces expéditions. […] » (site Wikipedia, art. Médaille commémorative d’Orient)

2) Médaille commémorative SERBE

Au moins 3 Passerands ont obtenu la Médaille commémorative serbe :

Outre BARRERE Robert Alexandre et HERITIER Alphonse Jean François mentionnés ci-dessus, on relève MOTTIN Louis Philibert, classe 1915, passé au 175e Btn de marche administré par le 140e RI le 28 février 1915, parti au front et blessé le 10 mai 1915 aux Dardanelles ; médaille commémorative serbe, le 8 juin 1931. Campagne d’Orient du 28 février 1915 au 23 juillet 1919.

Médaille commémorative serbe (Site onnepassepas.fr)

Médaille commémorative serbe (Site onnepassepas.fr)

Créée le 1er décembre 1920, elle est attribuée à tous ceux, Serbes et étrangers, qui ont servi les intérêts du pays durant le conflit. Les soldats français ayant combattu dans l’Armée française d’Orient entre 1915 et 1918 et ayant permis la libération du territoire serbe, furent ainsi récompensés par l’obtention de cette médaille.
La médaille en bronze est en forme de croix, ses bras arrondis étant agrémentés d’une petite boule traversée par deux glaives. Au centre de l’avers, elle porte une couronne de chêne et de laurier entourant l’effigie du roi Pierre Ier avec l’inscription en cyrillique « Pierre 1er roi de Serbie » et les dates « 1914 1918 ». Au centre du revers se trouve un aigle bicéphale couronné aux ailes déployées avec au centre les armes de Serbie. Sur les branches de la croix on peut lire les dates « 1915 1916 1917 ».
Le ruban, monté à la serbe, est aux couleurs nationales de la Serbie : rouge, bleu et blanc. (Site onnepassepas.fr)

3) Médaille commémorative roumaine

Avers de la Médaille commémorative roumaine (Site medailles1914-1918.fr)

Avers de la Médaille commémorative roumaine (Site medailles1914-1918.fr)

« Elle est créée en juillet 1918 pour honorer les militaires et les civils, roumains et étrangers, qui ont participé à la Première Guerre mondiale (ou Guerre de l’unité nationale) dans les rangs ou en collaboration avec l’armée roumaine (elle a par exemple été attribuée aux militaires français…).

Les agrafes : Le ruban est orné d’un certain nombre d’agrafes qui rappellent les principaux combats auxquels a participé le récipiendaire (il existe des variantes dans la fabrication de ces agrafes, principalement au niveau de la graphie des noms). Très légères et très fines, elles sont en laiton embouti. Le fond est quadrillé et noirci pour faire ressortir le nom. Elles se fixent au ruban par deux courtes pinces dans lesquelles se trouve un petit tenon. » (Site medailles1914-1918.fr)

Revers de la Médaille commémorative roumaine (Site medailles1914-1918.fr)

Revers de la Médaille commémorative roumaine (Site medailles1914-1918.fr)

Au moins un Passerand a été décoré de la Médaille commémorative roumaine : FERRAND Joseph François, classe 1906, passé au 8e RI coloniale le 4 février 1918 ; parti à la 16e D.I.C. (A.O. Armée d’Orient) le 10 mars 1918, arrivé au B.D.I. 16e D.I.C. le 21 mars 1918 ; passé au 8e RIC le 4 mai 1918 ; évacué malade le 23 septembre 1918 ; passé au 37e RI coloniale le 22 décembre 1918. Campagne d’Orient du 16 mars 1918 au 24 janvier 1919. Médaille commémorative roumaine (20 mars1928)

Sources et sites pour en savoir plus :

Wikipedia, art. Médaille commémorative d’Orient) http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9daille_comm%C3%A9morative_d’Orient

 

Site onnepassepas.fr, page la médaille commémorative serbe 1914-1918   http://www.onnepassepas.fr/pages/les-medailles/la-medaille-commemorative-serbe-1914-1918.html

 

Site medailles1914-1918.fr, page Médaille commémorative roumaine  http://www.medailles1914-1918.fr/roumanie-commemo.html

Voir nos autres pages sur
– Passy pendant la grande Guerre
en particulier
notre page consacrée au monument aux morts de Passy.

– Passy du XXe siècle à nos jours.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
– L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter