Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Passerands décorés de l’insigne italien Fatiche di guerra

Written By: BT

Lire notre revue Vatusium n° 18, 2015 « Les Passerands dans la Grande Guerre » 1ère partie : 1914 et 1915 ; et Vatusium n° 19, 2016 « Les Passerands dans la Grande Guerre » 2e partie : 1916 à 1919 (parution août 2016).

Cette page BONUS complète nos articles publiés dans Vatusium n° 18 et n° 19.

Au moins 7 Passerands ont été décorés de « l’insigne italien des fatigues de guerre », décoration instituée en 1916 (Voir notre revue Vatusium n° 19, page…).

Barrette ou insigne italien « Fatiche di Guerra » 

Barrette ou insigne italien « Fatiche di Guerra » (site it.wikipedia, art. Distintivo per le fatiche di guerra)

Barrette ou insigne italien « Fatiche di Guerra » (site it.wikipedia, art. Distintivo per le fatiche di guerra)

Cette expression « Fatigues de guerre », notée sur les fiches matriculaires des registres militaires français, est en réalité une mauvaise traduction, un faux ami, de l’expression italienne « Fatiche di Guerra » ; en traduction littérale, celle-ci signifie « efforts de guerre » mais aussi « entreprise difficile et glorieuse… » ; par exemple, les travaux d’Hercule se traduisent en italien par « le fatiche d’Ercole ». Pour « Fatiche di Guerra », rien n’est plus proche en français que l’expression  “ancien combattant”  (« fatiche » est la forme plurielle de « fatica », peine, effort).

Voici par exemple un extrait de la fiche du Passerand François Eugène MOGENY, classe 1917 :

Fiche MOGENY w2

« L’idée à la base de l’institution de médailles et de signes distinctifs de commémoration est celle de la gratification avec un signe reconnaissable de ceux qui, lors d’un conflit, affrontent les fatigues physiques et morales, le stress et les dangers dérivant du devoir accompli.
Durant la Grande Guerre, sur la base de ce principe, avec le Décret Royal du 21/5/1916 n° 641, fut  instituée une décoration pour les militaires et assimilés qui supportaient les « peines (fatiche) de la guerre en cours ».  […] » (traduction d’un texte italien présenté sur le forum du site pages14-18)

Cette décoration, sous forme d’un ruban de décoration à appliquer sur l’uniforme, était remise automatiquement aux soldats italiens qui étaient sous les armes depuis au moins un an, et après 4 mois passés à l’étranger, toujours pour les soldats italiens. La logique voudrait qu’ils aient considéré que les Français avaient droit à cette décoration au bout de 4 mois passés en Italie….

Durant la Grande Guerre, il ne s’agissait pas d’une médaille, mais d’un ruban.
« La décoration était constituée d’un ruban de soie, sans insigne métallique, d’une largeur de 37 mm, divisé en dix-huit lignes verticales d’égale largeur, avec les couleurs vert, blanc, rouge, avec le vert comme première couleur à gauche.
Le signe avait une couleur similaire au ruban de la Médaille Commémorative de la Campagne d’Unification, car la Grande Guerre était considérée comme le prolongement des luttes pour l’indépendance. Le ruban était porté sur la tunique sur la gauche de la poitrine, seule ou avec les autres décorations.
Du fait du prolongement du conflit, afin de différencier parmi les personnes décorées celles qui avaient passé plusieurs années dans les zones d’opération, le décret fut complété par le D. M. n° 257 du 5 avril 1918.
Ce décret établissait que chaque année entière devait être signalée par une étoile d’argent à cinq branches, large de 5 mm, qui devait être fixée sur le ruban de la personne décorée.

Barrette ou insigne italien « Fatiche di Guerra », présenté ici avec 4 étoiles pour 4 années passées sur le front

(site it.wikipedia, art. Distintivo per le fatigue du guerra)

(site it.wikipedia, art. Distintivo per le fatigue du guerra)

Une modification à la description des nouveaux uniformes français ajoute à celle-ci, le 30 août 1918, une brève description d’un « insigne italien des fatigues de guerre« , en ces termes :
Ill. : Description française de l’insigne italien des “fatigues de guerre » en 1918 (site lagrandeguerre.cultureforum.net)

Du ruban à la médaille

Une fois la guerre finie, elle fut complétée en 1920 par la Médaille commémorative de la guerre contre l’Autriche (avec le Décret n°1241 du 29 juillet)En fait, cette médaille est très courante en Italie (mais plus rare en France car peu de soldats y sont restés plus d’un an).

Distintivo per le fatiche di guerra 

Distintivo per le fatiche di guerra (site Delcampe)

Distintivo per le fatiche di guerra (site Delcampe)

Médaille italienne : « Guerre pour l’unité de l’Italie, 1915-1918 »

Médaille italienne : « Guerre pour l’unité de l’Italie, 1915-1918 », revers

Médaille italienne : « Guerre pour l’unité de l’Italie, 1915-1918 », revers

Sources et sites pour en savoir plus :

site  it.wikipedia, art. Distintivo per le fatiche di guerra

Forum du site pages14-18 :
page histoire médaille Italie sujet 1283 :

et page histoire médaille fatigues sujet 6867

et page histoire insigne italien sujet 10242

et page ruban italien sujet 12144

et page identification barette décoration sujet 6459

site medailles1914-1918

Site lagrandeguerre.cultureforum.net

Site anciensditalie : Voir Menu, rubrique Décorations : « Fatiche di guerra »

Site freeforumzone.com : « Fatiche di guerra »

Site milistory.net  : « Fatiche di guerra »

Site plini.alpini.net  : « Fatiche di guerra »

Site faleristica.it  : « Fatiche di guerra »

Voir nos autres pages sur
– Passy pendant la grande Guerre
en particulier
notre page consacrée au monument aux morts de Passy.

– Passy du XXe siècle à nos jours.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
– L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter