Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Les poilus de Passy et l’occupation de la rive gauche du Rhin, 1918-1919

Lire notre revue Vatusium n° 19, 2016 « Les Passerands dans la Grande Guerre », 2e partie : 1916 à 1919 (parution août 2016).

Cette page BONUS complète notre article « Les Passerands après l’Armistice du 11 novembre 1918 » publié dans Vatusium n ° 19, pages … Extrait : « Lorsque les clairons sonnent l’armistice le 11 novembre à 11 heures, les poilus de Passy n’en ont pas fini avec l’armée. Ils ne seront démobilisés qu’au bout de nombreux mois (Voir notre page sur La démobilisation des Passerands en 1918-1919). […] En outre, ils vont rejoindre, après d’interminables marches, des zones d’occupation sur la rive gauche du Rhin ou certains casernements. »

Carte du front ouest de 1914 à 1918 :

Fronts 1914-1918NOVEMBRE 1918

2-3 novembre 1918 Avancée alliée sur tous les fronts. Gouvernement révolutionnaire en Autriche qui signe l’armistice avec les Italiens à la Villa Giusti, près de Padoue.
5-7 novembre 1918 Mouvements révolutionnaires en Allemagne.
6 novembre 1918 Les Américains occupent Sedan.
9 novembre 1918 Abdication de l’empereur Guillaume II. Proclamation de la République allemande.

11 novembre 1918 L‘Allemagne signe l’armistice avec les Alliés. À 11 heures, les hostilités sont suspendues.

« Ordre général n° 521 du 7e C.A. : Maréchal Foch à Commandant en chef

  1. Les hostilités sont suspendues sur tout le front à partir du 11 novembre (onze) heure française.
    II. Les troupes alliées ne dépasseront pas jusqu’à nouvel ordre la ligne atteinte à cette date et à cette heure. Rendre compte exactement de cette ligne.
    III. Toute communication avec l’ennemi est interdite jusqu’à réception des instructions envoyées aux Commandants d’armées. Signé Foch. » (JMO du 23e RI, page 83, transcription Bernard Théry)

DE L’ARMISTICE AU TRAITE DE PAIX, OCCUPATION ET GARDE DES FRONTIERES ALLEMANDES,  NOVEMBRE 1918-AOUT 1919

L’occupation de la rive gauche du Rhin

« Les conditions de l’armistice disposent que l’armée allemande doit démilitariser la rive gauche du Rhin et respecter en rive droite une bande neutre de 10 km de largeur. L’armée française occupe plusieurs villes dont Aix-la-Chapelle et Mayence, où la 35e Division d’infanterie entre le 8 décembre 1918. 12 000 hommes y stationnent, dont 5 400 dans les casernes alentour. Les Français y resteront jusqu’en juin 1930. » Pour en savoir plus, VOIR le site archives.ecpad.fr

Parmi la 5e clause concernant le front d’occident stipule : « Évacuation des pays de la rive gauche du Rhin par les armées allemandes. Les pays de la rive gauche du Rhin seront administrés par les autorités locales, sous le contrôle des troupes d’occupation des Alliés et des États-Unis [qui] assureront l’occupation de ces pays par des garnisons tenant les principaux points de passage du Rhin (Mayence, Coblence, Cologne) avec, en ces points, des têtes de pont de 30 kilomètres de rayon. » (Wikipedia, art. « Armistice de 1918 »)

Ordre du général Pétain aux troupes qui vont occuper l’Allemagne

Le 12 novembre, le général PÉTAIN adresse aux armées françaises l’ordre suivant :
« Aux Armées françaises,
Pendant de longs mois, vous avez lutté. L’Histoire célèbrera la ténacité et la fière énergie déployées pendant ces quatre années par notre Patrie, qui devait vaincre pour ne pas mourir.
Nous allons, demain, pour mieux dicter la paix, porter nos armes jusqu’au Rhin. Sur cette terre d’Alsace-Lorraine qui nous est chère, vous pénétrerez en libérateurs. Vous irez plus loin, en pays allemand, occuper des territoires qui sont le gage nécessaire des justes réparations.
La France a souffert dans ses campagnes ravagées, dans ses villes ruinées ; elle a des deuils nombreux et cruels. Les provinces délivrées ont eu à supporter des vexations intolérables et des outrages odieux.
Mais vous ne répondrez pas aux crimes ennemis par des violences qui pourraient vous sembler légitimes dans l’excès de vos ressentiments. Vous resterez disciplinés, respectueux des personnes et des biens ; après avoir abattu votre adversaire par les armes, vous lui en imposerez encore par la dignité de votre attitude, et le monde ne saura ce qu’il doit le plus admirer de votre tenue dans le succès ou de votre héroïsme dans les combats.
J’adresse avec vous un souvenir ému à nos Morts, dont le sacrifice nous a donné la Victoire ; j’envoie un salut plein d’affection aux pères et aux mères, aux veuves et aux orphelins de la France, qui cessent un instant de pleurer, dans ces jours d’allégresse nationale, pour applaudir au triomphe de nos armes.
Je m’incline devant vos drapeaux magnifiques.
Vive la FRANCE ! »
Signé : PÉTAIN.

15 novembre 1918 Les Allemands ont évacué tout le territoire français.
17 novembre 1918 Les troupes françaises entrent en Alsace-Lorraine.

Zones d’occupation de la rive gauche du Rhin  (site 20072008.free.frcart11novembre1918 w

MOUVEMENTS DES TROUPES FRANÇAISES APRES LE 11 NOVEMBRE 1918

Les passerands des différents régiments vont accomplir depuis le front de longues marches soit vers la Seine soit vers le Rhin. Ces mouvements seront ponctués de défilés dans les villes traversées et/ou libérées (Bruxelles, Liège, Metz…), salués par de chaleureux applaudissements. Exemples vécus par des Passerands :

A la 28e D.I., les Passerands du 11e BCAP marchent vers Neuilly, ceux du 30e RI vers Metz, ceux du 22e BCAP vers Aix-la-Chapelle ; à la 41e D.I., ceux du 23e RI marchent des Flandres au Rhin.

Le mouvement de la 28e D.I. :
Les Passerands du 11e BCAP vers Neuilly

JMO du 11e BCAP, pages 46 à 48 (transcription Bernard Théry) :
« 6 novembre 1918 Le Bataillon (réserve  d’I.D.) cantonne à Morcourt commune de Flavigny-le-Grand [dans l’Aisne, à l’est de St-Quentin, juste à l’est de Guise].
7 novembre Mouvement vers Rue Lagasse par Montceau-sur-Oise, Malzy, Chigny (environ 12 km).
19 novembre Etape de Anguilcourt [au S.E. de St-Quentin] à Ogues (ouest de Chauny, environ 25 km).  Chiry-Ourscamp [commune de l’Oise].
29 novembre étape de Mont-L’Evêque à Viarmes (Seine-et-Oise) 25 km. (…)
19 décembre Mouvement vers Montmorency [dans le Val-d’Oise, à environ treize km au nord de Paris], puis Neuilly-sur-Seine. »

Les Passerands du 30e RI vers Metz

JMO du 12 novembre au 3 décembre 1918, pages 102 à 104 (transcription Bernard Théry) : « Mouvement de Moussy et Brugny Vaudancourt [dans la Marne au S.O. d’Epernay] vers (3 déc.) Badonviller [en Meurthe-et-Moselle, au nord de Raon-l’Etape].
Du 14 au 31 décembre 1918 : Le 15 décembre, la Division fait une entrée solennelle à Metz [restée aux mains des Allemands pendant toute la guerre et libérée le 19 novembre]. Elle défile sur l’Esplanade à 10 heures devant le général de Maud’huy Gouverneur de la ville. (…) Le régiment assure à Metz et aux environs la garde et le service des forts et ouvrages de la région. »

Sur Metz, voir
le site maquetland.com
site tout-metz.com/histoire-metz

« Comment, en 1918, Metz a rompu ses chaines (la mission Houpert-Christmann) » communication faite à l’académie de Metz le 3 mars 195 5 par M. André Bellard , site documents.irevues

Les Passerands du 22e BCAP vers Aix-la-Chapelle

JMO du 22e BCAP, pages 108 à 110 (transcription Bernard Théry) :
« 
Du 11 au 23 novembre 1918 : cantonnement à Marlemperche à 1km 500 Est de Le Nouvion. ; 1er décembre Le Cateau ; 6 décembre Raismes, Antoing, Dottignies.
22 décembre 1918 Défilé à BRUXELLES.
31 décembre Fléron ; 1er janvier 1919 Repos à Fléron (Belgique)
3 janvier 1919 Aix-la-Chapelle ; relève du 168e RI.

Le mouvement de la 41e D.I. :

Les Passerands du 23e RI des Flandres au Rhin
Rappel des derniers combats du 23e RI en 1918 dans les Flandres : Poelcapelle, Most, Kuipendaarde, Waregem, château de Scheldekant, fort Kezel.

Marches du 23e R.I. vers Aix-la Chapelle le Rhin, nov.-déc. 1918

De Gand à Aix-la-Chapelle et au Rhin marche vers Rhin

JMO du 23e RI (transcription Bernard Théry), 10 novembre 1918 (…) « A 8 heures, les 3 Btns avaient dépassé Maerck- Kerkhem [Maarke-Kerkem, au sud de GAND]. A 9h, la tête du Rgt se heurte aux débouchés E. et N. de Segehem aux arrière-gardes ennemies qui tiennent avec des mitrailleuses et des canons de petit calibre tirant à faible distance les abords du village. Le Rgt est relevé sur ses emplacements de fin de journée par le 152e RI. Il vient cantonner dans la région Maerkhe, Kerkhem, Schoorisse [au S.E.]. Pertes : 1 tué, 2 blessés.
11 novembre le Rgt fait mouvement et vient s’installer : 1e Btn  sortie N. d’Auseghem, 2e Btn à Gyselbrechseghem, 3e Btn dans la région d’ Huautjeshoeck.
19 novembre 1918 Le régiment fait mouvement dans la matinée et vient cantonner à Audenarde aux casernes de la ville.
24 novembre (…) vient cantonner à Steenbrugge – Wynhuyze et Holllemansstraad.
26 novembre 1918 Le régiment fait mouvement et défile à Bruxelles devant les autorités locales, le général Degoutte Cdt l’A.F.B. et le Général Massenet Cdt le 7e C.A. [auquel appartient le 23e RI]
Il est salué à son passage dans toutes les rues de la ville par des manifestations enthousiastes des habitants criant « Vive la France, vivent les Français, vivent les poilus ». La foule paraît profondément impressionnée par l’ordre impeccable du défilé et par l’allure martiale de la troupe.
La grande halte a lieu au square Marie-Louise où se renouvellent à l’égard du régiment d’émouvants témoignages de sympathie. Le régiment cantonne à Tervueren [à l’Est de Bruxelles] où il passe la journée du 27.
28 novembre Le régiment se déplace et vient cantonner : 2e btn à Mélin ; 1e btn à Gobertange  [au S.E. de Bruxelles]. […]
30 novembre Bovenistier, Limont ; 1er décembre 1918 St-Nicolas, faubourg ouest de Liège.
2 décembre  Le régiment défile dans les rues de Liège devant le général Degoutte commandant l’armée française en Belgique et aux acclamations vibrantes de la foule liégeoise. […]
5 décembre Le régiment cantonne à Limbourg où il est reçu à son arrivée par les autorités locales, musiques et réfugiés français de Cambrai. Le régiment défile en cours de route à Dison et Verviersl’enthousiasme est indescriptible ; la population acclame les Bataillons qui défilent crânement aux applaudissements de la foule ; des bouquets sont offerts au Colonel.
6 décembre Le régiment quitte Limbourg, défile à Baclen sur la demande des habitants du village et des réfugiés français ; la tête de la colonne franchit la frontière à 8h 20, à la borne 18.4 sur la route Limbourg-Eupen. Le régiment défile à Eupen, premier village allemand et vient cantonner : 1er Btn à Berlotte, 2e Btn à Eynatten, 3e Btn, E.M. et CHR à Hauset.
7 décembre Le régiment va se cantonner aux casernes d’Aix-la-Chapelle. Il défile en ville devant le général Degoutte et le général belge Michel qui commande l’armée d’occupation, et reçoit les félicitations du général de la Division et du général commandant l’Armée.
Le matin à 10 heures, devant le tombeau de Charlemagne, cérémonie en présence des drapeaux des D.I. françaises et américaines. Le général Degoutte prononce un émouvant discours. […]
10 décembre Le régiment quitte Aix-la-Chapelle pour venir cantonner à Broich. […]
12 décembre Cantonne à Grevenbroich [commune de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, district de Düsseldorf] et Elsen.

Grevenbroich, au N.E. d’Aix-la-Chapelle, sur la rive gauche du Rhin (Source : Google)

Grevenbroich w

JMO du 23e RI (suite) 13 décembre 1918 Le régiment quitte Grevenbroich pour venir occuper ses emplacements de 1ère ligne suivant les prescriptions de l’ordre général. Des troupes belges occupent les cantonnements assignés au Rgt. Le Lieutenant-colonel fait personnellement la reconnaissance en automobile et se rend à Neuss au Q.G. de la 4e D.I. Belge qui donne avec complaisance un ordre immédiat d’évacuation aux troupes belges. […]
29 janvier 1919 Le Régiment s’embarque à Neuss
30 janvier Le débarquement s’effectue à Wittelsheim […]
31 janvier 1919 La CHR et le 1er btn (..) se rendent à Oberstrobach et Brechaumont.
1er février Se dirigent sur Belfort où ils défilent et vont cantonner à Héricourt dans les casernes du 47e Artillerie.
2 février Les 2e et 3e Btns les rejoignent. […] ; 6 février 1919 : Luxeuil.
7 février : région de Plombières (neige et verglas rendent la marche particulièrement pénible).
10-17 février (Les Cies s’embarquent à Remiremont pour Bussang, Gérardmer)

DECEMBRE 1918

14 décembre 1918 Le président Wilson arrive en France pour participer à la conférence de la paix.

Message de l’Armée d’occupation aux habitants des Pays Rhénans, 1er décembre 1918
(transcription Bernard Théry) :

14 décembre Armée d’occupation des Pays rhénans, 4e zone
Aux habitants des Pays Rhénans !
1. Comme suite aux conditions de l’armistice du 11 novembre 1918, l’armée placée sous mon commandement prend possession du territoire rhénan compris entre la frontière germano-hollandaise, le Rhin et une ligne passant par Stürzelberg [au sud de Düsseldorf et au nord de Cologne], Hönningen, [au sud de Cologne et de Bonn] (ces localités non comprises), Grevenbroich, Jülich, Stolberg [à l’est d’Aachen], Eupen [à l’est de Liège] (ces localités comprises).
2) L’état de siège est décrété dans cette région à partir de ce jour.
3) Tous les pouvoirs sont exercés par les autorités militaires des Armées Alliées, occupant le territoire et placées sous mon commandement.
4) J’entends :
Que les arrêtés pris par ces autorités, en vertu de mes ordres, soient observés scrupuleu-sement, par tous les habitants ;
Que tous les fonctionnaires continuent à exercer leurs fonctions ou leur mandat sous le contrôle des autorités militaires des Armées alliées, en respectant les instructions que donneront à cet effet lesdites autorités ;
Que les troupes, les Officiers et les fonctionnaires appartenant aux Armées Alliées soient accueillis partout et en toutes circonstances avec les honneurs, le respect et la considération qui leur sont dus.
5) Tout crime, tout délit, ainsi que tout acte ou toute manifestation hostile envers les Armées Alliées, leurs représentants ou leurs emblèmes seront réprimés avec la dernière rigueur par les conseils de guerre institués à cet effet. Toute contravention aux arrêtés pris par les autorités militaires, en vertu de mes ordres, sera sévèrement punie.
6) Il appartient aux populations de mettre immédiatement tout en œuvre pour que la vie locale soit reprise dans le calme habituel.
Tout citoyen digne de ce nom s’y emploiera sans délai. Arrêté à mon Quartier général le 1er décembre 1918, Le Lieutenant-général Commandant. Signé E. Michel.

Message du Général Michel aux troupes d’occupation de la 4ème zone des Pays Rhénans (transcription Bernard Théry) :

« Soldats,  Au lendemain des victoires des Flandres, vous franchissiez la frontière pour occuper la portion du territoire ennemi dont la garde nous est confiée.
Cette occupation est réglée par les conventions de l’armistice du 11 novembre 1918 ; il nous appartient d’en appliquer scrupuleusement toutes les clauses, sans faiblesse aucune, comme sans violence inutile quelles que soient les circonstances.
Soldats,
La mission qui vous incombe sera remplie par vous avec cette volonté ferme et sereine si ancrée dans vos cœurs et dont vous n’avez cessé de donner les preuves constantes jusqu’à ce jour.
Vous serez soutenus par cet admirable esprit de discipline qui vous unit dans un même et unique sentiment du devoir et qui a porté si haut votre valeur morale.
Par votre attitude pleine d’énergie et de loyauté, vous serez un exemple au monde, ajoutant ainsi de nouveaux fleurons à cette couronne de gloire que vous avez acquise au prix de votre sang sur les champs de bataille. »
Le Lieutenant Général Commandant. Signé : Michel (J.M.O. du 168e R.I., 4 décembre 1918)

L’OCCUPATION DES PAYS RHENANS et de la HAUTE-SILESIE APRES LE TRAITE DE PAIX DE VERSAILLES (1920-21) : Voir Vatusium n° 19.

« Après la première guerre mondiale, les bataillons de réserve et les bataillons de marche sont dissous en 1919. Les unités d’active sont envoyées en occupation en Allemagne notamment en Rhénanie (1919), HauteSilésie (1920) et dans la Ruhr (1923) ; le 22e BCA est envoyé au Danemark (1919). » (Site Mémoire des Alpins)

L’Europe avant et après le traité de Versailles (site ufacbagnolet)

EUROPE après 1919

Sources et sites à consulter pour en savoir plus :

JMO : Mémoire des hommes Journaux des unités 1914-1918 

Site Mémoire des Alpins

Cartes de l’Europe à l’issue des traités de paix :
Zones d’occupation de la rive gauche du Rhin : site 20072008.free.fr

site maxicours.com

site ufacbagnolet

site archives.ecpad.fr

Wikipedia, art. « Armistice de 1918 »

Site ac-nancy-metz.fr/centenaire14-18

site maquetland.com

site tout-metz.com/histoire-metz

Voir nos autres pages sur
– Passy pendant la grande Guerre
en particulier
 notre page consacrée au monument aux morts de Passy.

– Passy de 1920 à nos jours.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
– L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter