Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Les Passerands et l’artillerie de montagne en 14-18

Written By: BT

Lire notre revue Vatusium n° 18, 2015 « Les Passerands dans la Grande Guerre », 1ère partie : 1914 et 1915.

Certains soldats de Passy ont servi dans l’artillerie de montagne lors de la Grande Guerre.
Tous devaient mesurer au moins 1,70 m pour pouvoir charger et décharger les mulets sans les blesser (voir le texte du général Aublet au sujet du chargement et du déchargement du mulet dans  notre page sur les mulets)

Le chargement d’une pièce de montagne sur un mulet (source : photos de canon de 65 mm dans J'ai Vu n° 40 du 21 Août 1915 (site lagrandeguerre.cultureforum)

Le chargement d’une pièce de montagne sur un mulet (source : photos de canon de 65 mm dans J’ai Vu n° 40 du 21 Août 1915 (site lagrandeguerre.cultureforum)

Passerands du 1er Régt d’artillerie de montagne : François Ambroise ALLARD (classe 1912, 1,73 m) ; Guillaume Etienne BARRERE (classe 1910, 1,71 m) ; Jules Alfred BUTTOUD, (classe 1905, 1,74 m) ; Joseph Alfred MAGNIN, (classe 1907, 1,70 m) ; Joseph Camille MONTMASSON, passé au 2ème Rgt d’Artillerie de montagne  le 20 décembre 1917 (classe 1902, 1,74 m) ; Henri Théophile VALLET, Groupe Territorial du 1er Rgt d’artillerie de montagne (classe 1898, 1,70 m).

Soldats du 1er Rgt d’artillerie de montagne de Grenoble posant devant leurs canons de 65 mm juste avant guerre (site pages14-18)

Soldats du 1er Rgt d’artillerie de montagne de Grenoble posant devant leurs canons de 65 mm juste avant guerre (site pages14-18)

Histoire de l’Artillerie de Montagne

« C’est en 1910 que sera créée la subdivision d’arme de l’Artillerie de Montagne avec la constitution en avril 1910 des 1er et 2ème RAM.
Ces régiments avaient l’uniforme de l’Artillerie avec le béret alpin et une patte de collet particulière en drap écarlate à grenade accompagnée du numéro, les deux découpés en drap bleu foncé.
En 1915 avec l’uniforme bleu horizon l’Artillerie de Montagne prit comme marque distinctive les soutaches blanches qu’elle porte encore de nos jours. » (site pages14-18)

Au 2e Régiment d'Artillerie de Montagne (Nice), pendant la Guerre, à l'Instruction à Lucéram, Alpes-Maritimes (site pages14-18)

Au 2e Régiment d’Artillerie de Montagne (Nice), pendant la Guerre, à l’Instruction à Lucéram, Alpes-Maritimes (site pages14-18)

« Il existe en 1914 deux canons de montagne, démontables en plusieurs charges pour le transport par mulets :
Le matériel utilisé fut d’abord le canon de 80 mm type de Bange modèle 1878 dont le transport demandait 3 mulets.
A partir de 1908 ce matériel fut remplacé par le canon de 65 mm modèle 1906 avec 4 mulets pour le transport. » Source : L’Artillerie française et ses insignes, par le Chef d’Escadron (ER) Charles Letrait. (site pages14-18).
Le canon de 65 mm est destiné à remplacer le vieillissant canon de Bange de 80, canon rayé en acier à chargement par la culasse[ (Site Wikipedia, art. Canon de 65 mm).

Canon de 80 de Bange (site fortificationetmemoire)

Canon de 80 de Bange (site fortificationetmemoire)

Les chasseurs alpins disposent d’un canon spécial, le 65 mm de montagne modèle 1906 qu’ils peuvent installer dans les endroits les plus inaccessibles. Ce canon de petit calibre à tir rapide « sera très efficace dans la première partie de la guerre car les troupes allemandes n’ont pas de matériel équivalent. » (L. Arnaud-Pillonel, Je t’écris du front, p. 21).

: Canon de 65 mm au Musée de l'Artillerie de Draguignan (site rosalielebel75)

: Canon de 65 mm au Musée de l’Artillerie de Draguignan (site rosalielebel75)

Ce petit canon de montagne français « Schneider-Ducrest » de 65 mm, pesait à peine 400 kg. Il était basé sur un système de recul plutôt original, puisque le tube était avant le tir placé à la main en position de recul maximum, comprimant ses ressorts, puis libéré (et projeté vers l’avant) quelques fractions de secondes avant le coup, diminuant d’autant la puissance du recul.

Canon de montagne français « Schneider-Ducrest » de 65 mm (site landships.info)

Canon de montagne français « Schneider-Ducrest » de 65 mm (site landships.info)

Pièce de 65 de montagne en batterie, avec son caisson de munitions

Pièce de 65 de montagne en batterie, avec son caisson de munitions  (site landships.info)

Pièce de 65 de montagne en batterie, avec son caisson de munitions (site landships.info)

« Le 65 de montagne qui va progressivement remplacer le 80 de montagne était un matériel à tir rapide à lancer avec affût articulé : le tube en acier disposait d’un ressort télescopique qu’il fallait comprimer à la main avant le départ du premier coup ce qui avait pour effet de ramener le tube à cinquante centimètres en arrière de sa position normale. Après chargement, le tube étant en arrière, le tir s’effectuait en lâchant le ressort, ce qui provoquait le « lancer » du tube en avant ; la mise à feu avait lieu exactement à la fin du lancer ; l’énergie du recul contrebalançait la force d’inertie du lancer et ramenait le tube en arrière, en position de tir du coup suivant.

Artillerie de montagne, pièce de 65 (site histoiredumonde)

Artillerie de montagne, pièce de 65 (site histoiredumonde)

VIDEO : site landships.info

En cas de long feu (retard dans la mise à feu), rare heureusement, la pièce piquait du nez vers l’avant, l’obus risquant alors de percuter le sol, donc d’exploser, à quelques mètres en avant de la pièce aussi les artilleurs chevronnés met­taient-ils toujours sous le tube en position de tir « avant » une caisse à munition vide pour limiter, en cas de long feu, le basculement du tube.
Le 65 de montagne avait une portée maximum de 5 500 mètres avec un projectile en acier de 4 kilos et sa vitesse de tir pouvait atteindre 10 à 15 coups/minute, avec des angles de tir inférieurs à 45°. Il permettait donc un tir rapide sans dépointage. Ses concepteurs se s’étaient inspirés des développements techniques du canon de 75 mm modèle 1897.

Un obus d’artillerie de montagne (site 14-18.crdp-limousin)

Un obus d’artillerie de montagne (site 14-18.crdp-limousin)

D’un poids en batterie de 400 kilos, la pièce se décompo­sait en quatre fardeaux pour le transport à dos de mulets : la pièce, le frein, la flèche, les roues. La traction sur route s’ef­fectuait à l’aide d’une limonière et d’une roulette sous la crosse.
Utilisé dans les campagnes coloniales, ce matériel fut même mis à dos de dromadaires pour former des batteries sahariennes. » (site histoiredumonde)

Poids du projectile : 4,5 kg max ; fabriquant : Schneider et Cie (Source : site Site Wikipedia, art. Canon de 65 mm)

Mules et mulets, indispensables compagnons de combat (voir notre page sur les mulets en 14-18)

Avec le canon de 65 mm de montagne conduit par des mules, les chasseurs alpins ont conquis les postes et sommets des Vosges alsaciennes.

Mulet portant un fût de canon au Musée des troupes de montagne (Site rosalielebel75)

Mulet portant un fût de canon au Musée des troupes de montagne (Site rosalielebel75)

Bât de mulet (site Le forum des mules et mulets)

Bât de mulet (site Le forum des mules et mulets)

Une photo d’avril 1943, prise au moment de la bataille du massif de l’Ousselat, montre des artilleurs du 67e RA (régiment d’artillerie d’Afrique) qui combattent au sein de la DMC (division de marche de Constantine), montent en ligne, équipés de canons de 65 mm de montagne modèle 1906. On voit comment le mulet était chargé. (site dromabuz)

Artilleurs du 67e RA (régiment d’artillerie d’Afrique) en Avril 1943 (site dromabuz)

Artilleurs du 67e RA (régiment d’artillerie d’Afrique) en Avril 1943 (site dromabuz)

Canon de 65mm modèle 1906 et artilleurs alpins de la 7e Batterie du 1er R.A.M près de Villard-de-Lans en 1910. (Site pages14-18)

Canon de 65mm modèle 1906 et artilleurs alpins de la 7e Batterie du 1er R.A.M près de Villard-de-Lans en 1910. (Site pages14-18)

Vue d'une pièce en action  (photos de canon de 65 mm dans J'ai Vu n° 40 du 21 Août 1915, Coll. Mathieu) (site mathieuvaldivia Secteur fortifié du Dauphiné)

Vue d’une pièce en action (photos de canon de 65 mm dans J’ai Vu n° 40 du 21 Août 1915, Coll. Mathieu) (site mathieuvaldivia Secteur fortifié du Dauphiné)

Lorsque les mulets ne peuvent pas atteindre les sommets escarpés, les pièces d’artillerie doivent être hissées à dos d’homme.

Canon hissé sur une ramasse (site troupesdemontagne)

Canon hissé sur une ramasse (site troupesdemontagne)

Chasseurs alpins et leur « 65 » : on mesure la taille du canon grâce à la présence des chasseurs (Site remiremontmilitaire)

Chasseurs alpins et leur « 65 » : on mesure la taille du canon grâce à la présence des chasseurs (Site remiremontmilitaire)

3e Groupe d'Artillerie de Campagne d'Afrique (Constantine), 4e Batterie de Montagne. La photo est écrite de Casablanca (Maroc-Occidental), le 25 mars 1912 (site pages14-18)

3e Groupe d’Artillerie de Campagne d’Afrique (Constantine), 4e Batterie de Montagne. La photo est écrite de Casablanca (Maroc-Occidental), le 25 mars 1912 (site pages14-18)

Sources :

Site rosalielebel75

site lagrandeguerre.cultureforum  http://lagrandeguerre.cultureforum.net/t72871-sellerie-harnachement-et-bats-de-l-artillerie

Site remiremontmilitaire

site mathieuvaldivia Secteur fortifié du Dauphiné

Site Wikipedia, art. Canon de 65 mm ; art. Musée des troupes de montagne »

Site pages14-18

site troupesdemontagne

Pour en savoir plus :

Pages14-18 (7ème batterie du 1er RAM)

Site fortsteynard

site fortificationetmemoire

site troupesdemontagne

site canonspgmww1guns

site 14-18.crdp-limousin

Bibliographie : Arnaud-Pillonel, Je t’écris du front, p. 21 (disponible à la bibliothèque de Passy)

 

Voir nos autres pages sur
– Passy pendant la grande Guerre
en particulier
 notre page consacrée au monument aux morts de Passy.

– Passy de 1920 à nos jours.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
– L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter