Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Biographie de Victor-Amédée II (1666-1732)

Written By: BT

Lire notre revue Vatusium n° 17 : p. 6 à 7, « Un petit Duc sans duché… », (portrait de Victor-Amédée II enfant, p. 6 ; portrait de Victor-Amédée II en 1706 pendant le siège de Turin, par M. G. B. Clementi, p. 7) ; « La Guerre de Succession d’Espagne et l’occupation française », p. 8.

Victor-Amédée II de 9 à 14 ans (1675-1680) : régence de sa mère Marie-Jeanne-Baptiste de Savoie

Victor-Amédée II de Savoie succède à son père à l’âge de neuf ans sous la régence de sa mère.

Victor-Amédée II, Duc de Savoye, Prince de Piémont, Roy de Cypre (source : commons.wikipedia)

Victor-Amédée II, Duc de Savoye, Prince de Piémont, Roy de Cypre (source : commons.wikipedia)

Né 14 Mai 1666 à Turin, Victor-Amédée II était le fils de Charles-Emmanuel II, duc de Savoie et prince de Piémont, et de Marie-Jeanne-Baptiste de Savoie.

Marie-Jeanne-Baptiste de Savoie dite Mademoiselle de Nemours (1644-1724) est une aristocrate française. Issue d’une branche française de la Maison de Savoie, elle est la fille de Charles-Amédée de Savoie, duc de Genève, de Nemours et d’Aumale, mort en duel en 1652, et d’Élisabeth de Bourbon. Arrière-petite-fille du roi Henri IV de France par César de Vendôme, fils légitimé du roi et de Gabrielle d’Estrées, elle est apparentée à la famille royale (et à Louis XIV) mais aussi à la Maison de Lorraine et aux Valois.

Le 10 mai 1665, Marie-Jeanne-Baptiste épousa à Turin son cousin Charles-Emmanuel II (1634-1675), duc de Savoie et prince de Piémont, fils de Victor-Amédée Ier de Savoie et de Christine de France, veuf de Françoise-Madeleine d’Orléans. La Maison de Savoie est alors très liée avec celle de France.

Ils eurent un fils unique, Victor-Amédée né en 1666 pendant la minorité duquel elle exerça la régence, veillant à conserver de bonnes relations avec son puissant voisin devenu son cousin le roi Louis XIV. Elle fut soutenue dans sa tâche par l’archevêque François-Amédée Milliet de Challes et d’Arvillars.

« Au début, le jeune duc laisse gouverner sa mère officiellement régente, qui accentue encore la dépendance totale du duché vis-à-vis de la France. C’est ainsi que Louis XIV oblige Turin à persécuter les protestants du Piémont  en parallèle à  la persécution des protestants français (d’où l’exil d’une partie des Vaudois en Suisse et en Allemagne du sud) ; d’ailleurs le prince mal assuré a du mal à s’imposer à une partie de la noblesse et même à certaines villes comme Ceva et Mondovi. » (site savoie-archives André PALLUEL-GUILLARD)

Victor-Amédée II de Savoie, gravure allemande (Source Internet)

Victor-Amédée II de Savoie, gravure allemande (Source Internet)

Victor-Amédée II de 14 à 47 ans (1680-1713) : duc de Savoie, prince du Piémont et roi de Chypre

Victor-Amédée II au château de Versailles

Estampe 29,9 x 19,9 cm. Inscriptions marques : Victor Amé 2me Duc de Savoye. Prince de Piemont; Roy de Cypre &c. / A Paris Chez J; Mariette rüe St jacques aux coonnes d'Hercules avec Privilege du Roy. Fonds : Château de Versailles et de Trianon (Centre de recherche, château de Versailles, banque d’images)

Estampe 29,9 x 19,9 cm. Inscriptions marques : Victor Amé 2me Duc de Savoye. Prince de Piemont; Roy de Cypre &c. / A Paris Chez J; Mariette rüe St jacques aux coonnes d’Hercules avec Privilege du Roy. Fonds : Château de Versailles et de Trianon (Centre de recherche, château de Versailles, banque d’images)

Victor-Amédée II et la Ligue d’Augsbourg (1688-1697)

La guerre de la Ligue d’Augsbourg, également appelée guerre de Neuf Ansguerre de la Succession Palatine ou guerre de la Grande Alliance, eut lieu de 1688 à 1697. Elle opposa le roi de France Louis XIV, allié à l’Empire ottoman et les jacobites irlandais et écossais à une large coalition européenne, la Ligue d’Augsbourg menée par l’Anglo-Néerlandais Guillaume III, l’empereur du Saint-Empire romain germanique Léopold Ier, le roi d’Espagne Charles II, Victor-Amédée II de Savoie et de nombreux princes du Saint-Empire romain germanique.
Pour en savoir plus voir dans Wikipedia l’article guerre de la Ligue d’Augsbourg

Victor-Amédée II, gravure (source Internet)

Victor-Amédée II, gravure (source Internet)

Victor-Amédée II épouse en 1684  Anne-Marie d’Orléans (1669-1728), fille de Philippe de France duc d’Orléans (« Monsieur », frère de Louis XIV) et d’Henriette Stuart (Henriette d’Angleterre).

Anne Marie d'Orléans, par Ferdinand Elle (1684)

Anne Marie d’Orléans, par Ferdinand Elle (1684)

Ils auront 8 enfants :

Marie-Adélaïde de Savoie (1685-1712), mariée à Louis de France, dauphin de France, duc de Bourgogne
2 Marie-Anne née et décédée en 1687
Marie-Louise-Gabrielle (1688-1714), mariée à Philippe V d’Espagne
4 un enfant mort-né (1691)
5 un enfant mort-né (1697)
6 Victor-Amédée (1699-1715), prince de Piémont
Charles-Emmanuel (1701-1773), qui succèdera à son père Victor-Amédée II sous le nom de Charles-Emmanuel III de Sardaigne
8 Emmanuel-Philibert né et décédé en 1705.

Bien que marié à une nièce de Louis XIV, Victor-Amédée II, âgé de 22 ans au début du conflit, a pris part à la Ligue d’Augsbourg contre la France, qui envahit ses États.

Battu à la bataille de Staffarda (1690), il envahit le Dauphiné en 1692, mais à nouveau battu à la Marsaille (1693), il doit signer avec Louis XIV une paix séparée en 1696 et donner sa fille aînée en mariage au duc de Bourgogne, petit-fils aîné du roi Louis XIV, et appelé un jour à monter sur le trône de France. (Wikipedia)

Les territoires du duc de Savoie en 1700

Campagne d’Italie du nord 1690-1696. Les territoires du duc de Savoie, Victor-Amédée II comprenaient le comté de Nice, le duché de Savoie et la principauté du Piémont où se trouvait la capitale Turin. (source Wikipedia) :

Les territoires du duc de Savoie en 1700 (source Wikipedia, Guerre de la Ligue d’Augsbourg)

Les territoires du duc de Savoie en 1700 (source Wikipedia, Guerre de la Ligue d’Augsbourg)

La Guerre de Succession d’Espagne et l’occupation française, 1700

« En 1700, Charles II, roi d’Espagne, meurt sans successeur. La France impose un roi bourbon, provoquant une longue guerre européenne contre l’ennemi héréditaire d’Autriche, auquel s’est rallié Victor-Amédée, en dépit du récent mariage de ses deux filles aux deux petits-fils de Louis XIV, le duc de Bourgogne et le duc d’Anjou devenu Philippe d’Espagne. » (Dauphiné, p. 29)

Vendôme s’oppose durant trois ans à son cousin, le prince Eugène de Savoie-Carignan,  feldmaréchal impérial qu’il bat à Cassano en 1705.

En 1706, aidé par son cousin Eugène de Savoie, il détruit l’armée française qui avait mis le siège devant Turin, il libère le Piémont, envahit la France et, en juillet 1707, attaque Toulon, bloqué par les Anglais de l’amiral Showel ; la flotte française se saborde mais, le 23 août, les Savoisiens lèvent leur siège.

(source : Wikipedia, article « Victor-Amédée II de Savoie » )

Voir dans Vatusium n° 17 le portrait en pied Victor-Emmanuel II en 1706 pendant le siège de Turin, par M. G. B. Clementi.

Détail du portrait de Victor-Emmanuel II en 1706 pendant le siège de Turin, par M. G. B. Clementi

Détail du portrait de Victor-Emmanuel II en 1706 pendant le siège de Turin, par M. G. B. Clementi

Vœu de Victor-Amédée II à Superga

« L’intérieur de l’Eglise Santa Cristina à Turin abrite de nombreux objets d’arts, autels et reliquaires, ainsi que de belles fresques illustrant des épisodes glorieux de l’histoire de la maison de Savoie. Parmi elles, on remarque surtout ce vœu de Victor-Amédée II à Superga, où le duc de Savoie et son cousin le prince Eugène promettent d’élever un sanctuaire à la Vierge en cas de victoire sur les troupes françaises qui assiègent Turin. Victorieux, le duc tiendra sa promesse. » (source Internet) :

Vœu de Victor-Amédée II à Superga, église Santa Cristin

Vœu de Victor-Amédée II à Superga, église Santa Cristin

Victor-Amédée II de 47 à 52 ans (1713-1718) : duc de Savoie, prince du Piémont, roi de Chypre et de Jérusalem, roi de Sicile et marquis de Montferrat

À l’issue de la Guerre de Succession d’Espagne, en 1713, Le Duc de Savoie Victor-Amédée II reçoit la couronne de Sicile au Traité d’Utrecht  et devient roi en 1713.

« En 1713, il récupère Nice et la Savoie, mais surtout il reçoit la Valsesia, la Lomelline, le Montferrat, Alexandrie et surtout la Sicile et le titre royal, et s’empresse d’aller se faire couronner à Palerme.
Mais cinq ans plus tard, la pression des Grandes Puissances et surtout le revirement de son ex-gendre le roi d’Espagne l’obligent  à échanger sa dernière acquisition avec la Sardaigne, même s’il conserve le titre royal. La Sicile revendiquée par l’Espagne passe à l’empereur Habsbourg, mais Philippe V reçoit Parme, Plaisance et la Toscane. » (savoie-archives André PALLUEL-GUILLARD )

Les cessions territoriales à la suite des traités d'Utrecht, de Stockholm, de Nystad et de Passarowitz (source Wikipedia, Traité d’Utrecht

Les cessions territoriales à la suite des traités d’Utrecht, de Stockholm, de Nystad et de Passarowitz (source Wikipedia, Traité d’Utrecht)

Arrivée de Victor-Amédée II à Nice

Ci-dessous, on voit le voit arriver à Nice (porte Pairolière), seul port des États de Savoie accessible par la route. (source Internet) :

Arrivée de Victor-Amédée II à Nice

Arrivée de Victor-Amédée II à Nice

Embarquement de Victor-Amédée II pour Palerme

Le tableau reproduit ci-dessous représente l’embarquement du duc et de la duchesse de Savoie pour Palerme, où ils vont recevoir la couronne. (source Internet) :

Embarquement de Victor-Amédée II pour Palerme

Embarquement de Victor-Amédée II pour Palerme

Victor-Amédée II de 52 à 64 ans (1718-1730), duc de Savoie, prince du Piémont, roi de Chypre et de Jérusalem, roi de Sardaigne et marquis de Montferrat

Du royaume de Sicile au royaume de Sardaigne

Victor-Amédée II

Victor-Amédée II

Cette couronne est échangée contre celle de la Sardaigne au traité de Londres (1718). La Savoie prend le nom d’« États sardes ». Duc de Savoie, prince de Piémont et roi de Sardaigne, Victor-Amédée II modernise les institutions : intendants, cadastre général, nouvelle codification (Royales Constitutions de 1723).

Victor-Amédée II devient ainsi le premier « roi de Sardaigne » de la Maison de Savoie.

Blason de Victor-Amédée II roi de Sardaigne (1720).

Blason de Victor-Amédée II roi de Sardaigne (1720).

« Après 1720, revenu de son bellicisme d’antan, il s’occupe dorénavant de la réforme intérieure de ses Etats. Très autoritaire, très pragmatique, secret et volontiers sceptique sur ses parents et contemporains, très solitaire et  sans grand principe  ni  intelligence intellectuelle, Victor Amédée est le créateur de l’ absolutisme bureaucratique, mettant les collèges et l’université de Turin sous sa coupe, obligeant les étudiants de ses Etats à venir étudier au collège des provinces de Turin, organisant et régularisant, un conseil d’Etat de 8 membres mettant les principales villes sous le contrôle de vicaires de police, installant dans les provinces des intendants pour appliquer ses décisions et mater la noblesse (d’épée) en la noyant dans une noblesse de robe dévouée à la monarchie, rompant avec Rome pour mieux imposer ses volontés «gallicanes» au pape. Enfin et surtout, il crée de nouveaux ministères spécialisés (Affaires externes, affaires internes, guerre) et des « agences » techniques comme celles des finances, de la solde, de l’artillerie, de la maison royale… » (savoie-archives André PALLUEL-GUILLARD)

Etats de la Maison de Savoie au XVIIIe siècle (source Larousse)

Etats de la Maison de Savoie au XVIIIe siècle (source Larousse)

« En 1723, il publie ses Royales Constitutions (code Vittoriano) « pour donner des lois faciles et claires à ses peuples». Et enfin il ordonne la cadastration générale de son royaume (voir notre page sue la mappe sarde de Passy), première entreprise du genre en Europe afin de rentabiliser au mieux l’impôt foncier et y assujettir la noblesse et le clergé. » (savoie-archives André PALLUEL-GUILLARD)

Victor Amédée II de Savoie en 1720 (Source Internet)

Victor Amédée II de Savoie en 1720 (Source Internet)

La reine Anne Maria d’Orléans, 1669-1728 (Source Internet)

La reine Anne Maria d’Orléans, 1669-1728 (Source Internet)

Le duché de Montferrat, la principauté de Piémont et le comté de Nice au sein du royaume de Sardaigne :

(source Internet )

Le duché de Montferrat (en jaune), la principauté de Piémont (en rose) et le comté de Nice (en vert, avec la principauté d'Oneille enclavée dans la République de Gênes), au sein du Royaume de Sardaigne en 1726. (source Internet)

Le duché de Montferrat (en jaune), la principauté de Piémont (en rose) et le comté de Nice (en vert, avec la principauté d’Oneille enclavée dans la République de Gênes), au sein du Royaume de Sardaigne en 1726. (source Internet)

Abdication de Victor-Amédée II en 1730

En 1729, il épouse morganatiquement Anne-Thérèse Canelli, marquise de Spigno, en compagnie de laquelle il se retire à Chambéry après avoir abdiqué en faveur de son fils le 3 septembre 1730.

Victor Amédée II de Savoie (1730), huile sur toile, anonyme (XVIIIe s.), coll. musée des Beaux-Arts de Chambéry. Exposition "Un air d'Italie", musée dauphinois, Grenoble (Isère, France) (source Internet)

Victor Amédée II de Savoie (1730), huile sur toile, anonyme (XVIIIe s.), coll. musée des Beaux-Arts de Chambéry. Exposition « Un air d’Italie », musée dauphinois, Grenoble (Isère, France) (source Internet)

Cependant déçu par son fils, il essaie de revenir sur son abdication et de reprendre le pouvoir l’année suivante.

Son fils Charles-Emmanuel III, qu’il rencontre à Rivoli en 1731, l’assigne à résidence au château de Moncalieri, où il meurt dans l’isolement et la tristesse le 13 Octobre 1732.

Il est inhumé à la basilique de la Superga à Turin.
Bibliographie

Notre association CHePP a mis à la disposition des lecteurs à la Bibliothèque de Passy le livre « Victor Amédée II, » édité par la  Société savoisienne d’histoire et d’archéologie :

« A la veille du cent cinquantième anniversaire de la réunion de la Savoie à la France, nombre de Savoyards ignorent l’existence de ce petit Etat à cheval sur les grandes Alpes. Au XVIIIe siècle, c’est un Etat pauvre, peuplé de montagnards et de paysans pauvres pour la plupart, survivant grâce à l’émigration. A sa tête un jeune duc, sous tutelle tantôt de son suzerain l’empereur, tantôt son redouté puissant voisin, Louis XIV.
Comment a-t-il pu se doter d’une administration – ancêtre de la bureaucratie moderne – bien plus efficace que celles de la France et de l’Espagne et d’une armée avec laquelle il fallut bientôt compter en Europe ? Grâce à la ténacité et au génie organisateur de son souverain, Victor-Amédée II, ce duc qui, apportant la couronne royale à la Maison de Savoie, transformera ses Etats en un royaume.
Comment ce petit Etat, véritable défi à la géopolitique, a-t-il pu dès l’aube du XVIIIe siècle « jouer dans la cour des grands » avec la France, l’Autriche, l’Espagne, l’Angleterre et les Pays-Bas ? C’est grâce à l’habileté politique, à la ruse et au cynisme de ce même Victor-Amédée II, surnommé le « renard des Alpes » par les contemporains.
Admirateur de Louis XIV, soucieux de bel urbanisme pour sa capitale Turin, Victor-Amédée II est doublement un précurseur. Monarque absolu, sa vision politique annonce l’Etat autoritaire, sinon providentiel. Premier roi de Piémont-Sardaigne, prêt à abandonner la Savoie pour gagner la Lombardie, Victor-Amédée II inaugure la lignée des personnalités qui ont tissé l’Unité italienne.
Sur le plan privé, la vie de cet homme complexe et secret, se colore en drame « shakespearien » teinté d’épisodes vaudevillesques !
Cette passionnante histoire nous est contée par la plume alerte et tonique du professeur Geoffrey SYMCOX de l’Université de Californie à Los Angeles, spécialiste de l’histoire moderne européenne. Il nous décrit de façon impartiale la vie et le règne de Victor-Amédée II. En regardant cette époque avec des yeux savoyards, notre vue de l’Europe de Louis XIV s’en trouve transformée.
Un chef-d’œuvre de biographie de souverain. »

Pour en savoir plus sur Victor-Amédée II, voir également les sites suivants :

articles de Wikipedia :
Victor-Amédée II de Savoie
Marie-Jeanne-Baptiste de Savoie
Guerre de la Ligue d’Ausbourg
Anne-Marie d’Orléans
Traité d’Utrecht

autres sites :
savoie-archives André PALLUEL-GUILLARD

fr.academic 

savoielecture

Commons.wikipedia

portraits des comtes et ducs de Savoie

site du collectionneur, Numismatique Savoyarde -La maison de Savoie de 980 à 1860  : « Les ducs de Savoie, princes du Piémont, rois de Chypre et de Jérusalem, rois de Sardaigne et marquis de Montferrat »

Autres pages de notre site sur Passy au XVIIIe siècle.

Découvrez le n° 17 de notre revue Vatusium, La traversée de Passy au XVIIIe siècle, et ses nombreux BONUS, ajoutés sur ce site.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
– Les ex-voto du temple romain de Passy

– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
– L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter