Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Les conscrits, le « conseil de révision » et le service militaire

Written By: BT

Références :
Lire Pierre Dupraz, Passy hier et aujourd’hui, p. 136-137 ; Pierre Dupraz, Traditions et évolution de Passy, p. 137 à 139.

Le conseil de révision

« Avant d’effectuer leur service militaire, les jeunes sont sélectionnés lors du conseil de révision. Un rituel particulier et qui fait aujourd’hui sourire.
Jugez plutôt ! La scène se passe dans la mairie du chef-lieu de canton : pour les passerands à Saint-Gervais donc. Les jeunes de 18 ans sont convoqués pour être mesurés, pesés, observés dans le détail : dentition, vue, infirmités diverses, ceci devant un médecin militaire avec les gendarmes pour assesseurs. Mais le plus surprenant est que les garçons défilent en tenue d’Adam devant une très officielle commission composée des maires, du conseiller général, de l’adjudant de gendarmerie entre autres (ce sont des hommes évidemment). »
« Après examen du cas, si tout se passe normalement, la formule prononcée est « Bon pour le service ». Les recalés sont généralement un peu malheureux… Une époque révolue ! » (Traditions et évolution de Passy, p. 137)

La classe de 1885 (nés en 1865) photographiés à St-Gervais devant la Mairie (photo Numa Allantaz ; Coll. Irène Perroud, Traditions et évolution de Passy, p. 139)

« Dès la sortie, les jeunes, décorés de cocardes tricolores, de rubans, et coiffés de chapeaux se rendent dans un des bistrots du bourg où ils prennent souvent leur première « cuite ». Parfois même, certains font une « excursion » dans une ville voisine pour une séance d’amours tarifées. Les jeunes ne sont pas les seuls à passer le conseil de révision, les étrangers qui deviennent français par naturalisation sont soumis à pareil traitement jusqu’à l’âge de quarante ans. Toutefois, ils n’effectueront pas leur service militaire pour charge de famille. » (Traditions et évolution de Passy, p. 137)
On observe sur ces photos que les jeunes conscrits ornent leur poitrine de cocardes tricolores. On constate également la présence de Passerands qui n’ont plus 20 ans depuis longtemps… ; ce sont les naturalisés, souvent des immigrés italiens.

Les conscrits de 1925 autour du Maire Théophile Vallet (Coll. Pierre Dupraz, Traditions et évolution de Passy, p. 137)

Le service militaire

« Dans la première moitié du siècle, la feuille de route arrive vers les vingt ans, les garçons sont envoyés dans des régiments d’infanterie de l’est de la France car la menace est allemande ! A défaut, ils seront affectés dans les chasseurs alpins pour garder au besoin les frontières de l’Italie voisine. »
« Etre sous les drapeaux est considéré comme un honneur ; c’est aussi une sorte de rite de passage vers la vie d’homme adulte. D’ailleurs, les « pioupious », en dehors de l’obligation de voyager en uniforme pendant les rares permissions, ne manquent pas de faire le tour du village en tenue militaire, et de se rendre dans le bourg voisin (Sallanches ou Saint-Gervais) pour se faire photographier ! Le portrait sera distribué avec fierté à la famille au sens large, et aux amis ; c’est parfois le seul de toute la jeunesse. » (Traditions et évolution de Passy, p. 138)

La corvée de « pluches ». Image de la vie de garnison du soldat Gaudin envoyée à des amis de Joux. (Coll. Irène Perroud, Traditions et évolution de Passy, p. 139)

Une photo souvenir de la guerre 14-18 :

Parmi ces poilus prêts à l’attaque pendant la guerre de 14-18, l’un est de Passy (Traditions et évolution de Passy, p. 134)

Compléter cette page avec celle de notre chapitre sur « Passy en 14-18 » : Le conseil de révision des conscrits de Passy, à St-Gervais  

Autres pages sur la vie des gens à Passy autrefois.
A découvrir également…
La guerre de 1914-1918.
Passy du XXe siècle à nos jours.
Le JUMELAGE PASSY-PFULLINGEN.
HISTOIRE DES VILLAGES DE PASSY DU XVIe A NOS JOURS.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy

L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882

–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter