Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Le « Paris » et autres cuirassés français de 1914 à 1919

Lire notre revue Vatusium n° 18, 2015 « Les Passerands dans la Grande Guerre » 1ère partie : 1914 et 1915 ; et Vatusium n° 19, 2016 « Les Passerands dans la Grande Guerre » 2e partie : 1916 à 1919.

Cette page BONUS complète notre article « De Passy au « Paris », l’odyssée de Georges Girard et des autres marins passerands » publié dans Vatusium n° 19 page 44. Extrait :

Le Passerand Georges Girard, classe 1905, a été embarqué sur le tout nouveau cuirassé français « Paris » du 12 septembre 1914 au 13 mars 1919 (voir photo dans Vatusium 19, p. 44).

Autres photos du cuirassé “Paris” :

Chantier du « Paris » : Forges & Chantiers de la Méditerranée, La Seyne sur Mer : commencé le 10.11.1911, mis à flot : 28.09.1912 ; en service : 01.08.1914 ; retiré : 21.12.1955.
Caractéristiques : 23 400 t ; 26 000 tpc ; 164,9 x 27 x 14,86 m ; TE 9,00 m ; 21,7 nds ; 24 chaudières (Belleville ou Niclausse) ; 4 turbines Parsons ; 4 hélices ; 28 000 cv ; rayon d’action 8 400 milles à 10 nds ; 1 150 h.
Armement : XII de 305 modèle 1906-1910 en 6 tourelles doubles + XXII de 138,6 modèle 1910 en batteries + IV de 47 + 4 tubes LT sous-marins de 450. (Site pages14-18.mesdiscussions.net, paris-cuirasse-sujet 410)

Lancement du cuirassé « Paris »

Lancement du cuirassé « Paris »

Lancement du cuirassé « Paris »

Le « Paris » lors d’essais de vitesse 

Le "Paris" lors d'essais de vitesse (site Wikipedia, art. « Dreadnought »)

Le « Paris » lors d’essais de vitesse (site Wikipedia, art. « Dreadnought »)

Le « Paris » est de la classe Courbet

La classe Courbet est la première classe de cuirassés de type dreadnought construits et mis en service par la Marine nationale française. Elle a été conçue par l’ingénieur M. Lyasse dans le cadre du programme naval de 1910.

Le cuirassé Courbet porte le nom de l’amiral Amédée Courbet (1827-1885). Il est mis sur cale le 1er septembre 1910 à l’Arsenal de Lorient, lancé le 23 septembre 1911 et mis en service le 19 novembre 1913. C’est le premier « Dreadnought » de la Marine française. (Site Wikipedia, art. classe Courbet)

Le cuirassé “Paris”

Le cuirassé “Paris” (site Wikipedia, art. “Paris cuirassé »)

Le cuirassé “Paris” (site Wikipedia, art. “Paris cuirassé »)

Lors de la Grande Guerre, le « Paris » arbore le pavillon du Vice-Amiral Le Bris.

Le Vice-Amiral  LE BRIS Pierre Ange Marie est né le 21 mai 1856 à SAINT-GUEN (Côtes d’Armor) – Décédé le 14 février 1940 à PARIS (Seine). (…) Vice-Amiral le 24 janvier 1913, Chef d’État-Major général de la Marine, il s’attache à poursuivre le développement des constructions neuves mises en route par BOUÉ DE LAPEYRÈRE, d’en accélérer le rythme. En 1914, il demande une augmentation des programmes, il obtient la mise en chantier de 4 cuirassés supplémentaires. Ensuite, il commande la 2ème Escadre en armée navale avec pavillon sur la « VÉRITÉ » puis sur le « PARIS ». En avril 1916, Membre du Conseil Supérieur de la Marine, chargé de la Direction militaire du Service des travaux de la Marine. Il donne une nouvelle impulsion aux constructions neuves pour la lutte contre les sous-marins. Grand-Officier de la Légion d’Honneur. De mars à novembre 1917, Préfet maritime du 2ème arrondissement maritime à BREST. Puis en décembre Inspecteur permanent du matériel et des arsenaux, Président jusqu’en février 1919 la Commission interministérielle de contrôle des chantiers maritimes. Puis il quitte le service actif. Grand-Croix de la Légion d’Honneur. (Site pages14-18.mesdiscussions.net, page amiraux, sujet 591)  

Le « Paris » a traversé la Grande Guerre sans être touché par un sous-marin.

Ce n’est hélas pas le cas de tous les bâtiments français. La campagne des Dardanelles ne débute pas sous les meilleurs auspices. Le bombardement allié des forts turcs défendant le détroit des Dardanelles se solde par la destruction de trois vieux cuirassés, dont un français, le Bouvet, qui coule en quelques minutes. (site 14-18.bruxelles.be)

Voir notre page « Les Dardas de Passy »

Le cuirassé Bouvet, coulé en 1915

Le cuirassé Bouvet, coulé en 1915 (site 14-18.bruxelles.be)

Le cuirassé Bouvet, coulé en 1915 (site 14-18.bruxelles.be)

Le cuirassé « Jean Bart », jumeau du « Paris »

Le Jean-Bart sert en Méditerranée, durant la Première Guerre mondiale. Il est torpillé le 21 décembre 1914 par le sous-marin autrichien U12 dans le canal d’Otrante. Sérieusement touché sur le bâbord avant, au niveau de la cambuse, il repart à faible allure sur Malte, où il arrive le 27 décembre pour subir des réparations. Il ne quittera son bassin de réparation à Malte que le 1er avril 1915. En fin de conflit, il est attaché à la 1re escadre de Corfou. (Wikipedia, art. Jean Bart)

Le cuirassé « Jean Bart »

Le cuirassé « Jean Bart » (Wikipedia, art. Jean Bart)

Le cuirassé « Jean Bart » (Wikipedia, art. Jean Bart)

Affecté en Méditerranée, le « Paris » fournit une couverture au barrage d’Otrante, dans le cadre du blocus contre la marine austro-hongroise maintenue en mer Adriatique.

Zone des croisières de l’Armée navale française, août 1914-mai 1918

 Zone des croisières de l’Armée navale française, août 1914-mai 191… (site ville-brasparts.forum-actf.net)

Zone des croisières de l’Armée navale française, août 1914-mai 191… (site ville-brasparts.forum-actf.net)

Un croiseur français coulé par un sous-marin autrichien : le « Léon Gambetta »

Croiseur-cuirassé Léon Gambetta (site ville-braspart)

Croiseur-cuirassé Léon Gambetta (site ville-braspart)

L’Adriatique était sous la surveillance de la flotte française et, depuis l’entrée en guerre, les navires autrichiens n’avaient pu en sortir.
Mais les sous-marins déjouaient cette surveillance et l’un deux réussit à couler ce croiseur-cuirassé français dans la nuit du 27 avril 1915.
Le navire coula rapidement et peu de chaloupes furent mises à l’eau.
108 rescapés sur un seul canot prévu pour 50 hommes arrivèrent à Leuca et 29 autres furent sauvés le lendemain matin par la marine italienne. On dénombra 684 morts. (site aetdebesancon.blog.lemonde.fr)

Le croiseur cuirassé « Léon Gambetta » coulé par le sous-marin autrichien U-5 en avril 1915 (image de propagande)

Le croiseur cuirassé "Léon Gambetta" coulé par le sous-marin autrichien U-5 en avril 1915 (image de propagande, site Delcampe)

Le croiseur cuirassé « Léon Gambetta » coulé par le sous-marin autrichien U-5 en avril 1915 (image de propagande, site Delcampe)

Canal de Otrante et naufrage du cuirassé « Léon Gambetta »   

Canal de Otrante et naufrage du cuirassé « Léon Gambetta » (site aetdebesancon.blog.lemonde.fr)

Canal de Otrante et naufrage du cuirassé « Léon Gambetta » (site aetdebesancon.blog.lemonde.fr)

Une petite anecdote concernant le cuirassé Paris transformé en porte-avions :
A l’instar du croiseur La Foudre, il a lui aussi fait office ponctuellement de porte-avions. Le 26 octobre 1918, le lieutenant de vaisseau Guierre fait décoller un Henriot d’une plate-forme installée sur la tourelle avant n° 2 de 305 mm pointée à 40° de l’axe du bâtiment. Mais à la suite d’une deuxième tentative malheureuse, à Corfou, le 9 Novembre (l’Henriot s’écrase sur la plage avant), l’expérience n’est plus renouvelée au grand soulagement des canonniers.

Quand la guerre continue après le 11 novembre 1918… Les  révoltes  de  marins  dans  la  Mer  Noire.

Le  11 juin  1919  le  « Paris »  se  trouve  à  Constantinople où  il  attend  d’être  relevé par  le  Voltaire  (et/ ou  le  Provence ?)
Du  4  au  11 juin 1919,  le  fameux  « mutin  de  la  mer noire »  André Marty   passe en  conseil  de  guerre  sur  le  « Paris »  et  sur  le  « Condorcet »  à  Constantinople.
Au  cours  de  ce  procès  il  réussit  cependant  à  réunir à  bord  un  nombre  important de  matelots  et  à  les  informer  des  raisons  et  de  l’ampleur  des  mutineries
survenues  depuis  avril.
Le  16  juin  l’amiral  Sagot-Duvauroux  signale  depuis  Constantinople qu’une  vive  impatience  règne  à  bord  du  « Paris » à  la  suite  de  l’ajournement de  l’arrivée  du Provence  chargé  de  relever  le  « Paris »  (  le  Provence  devait  partir de Toulon  le  9 juin ) .   Apparemment  il  n’y  a  pas  d’incidents  sur  le  « Paris »  alors  qu’il y   en  a    sur  le  Condorcet  qui  attend   la  relève  à  Tendra  (Mer  Noire).

Les revendications des mutinés du mois d’avril 1919 à bord du « Paris » (après le départ de Georges Girard) étaient les suivantes :
1-Cessation de la guerre contre la Russie.
2- Retour immédiat en France.
3- Adoucissement de la discipline.
4- Amélioration de la nourriture.
5- Envoi de l’équipage en permission.
L’équipage  était  excédé par  l’engagement   qui  se  poursuivait   et  certains  parlaient  de  « jeter  les  officiers  par-dessus  bord  et  ramener eux-mêmes  le  navire  à  Toulon ».

((Site pages14-18.mesdiscussions.net, paris-cuirasse-sujet 410 ; source « La  Marine  française  et  la  mer  noire ( 1918-1919) » de  Philippe  Masson,  Publications  de  la  Sorbonne série internationale n°21 et  Service  Historique  de  la Marine  1982)

Un autre Passerand a été embarqué sur un cuirassé : GROSSET-JANIN Edmond Albert, classe 1919, bâtiment inconnu (voir Vatusium 19, p. 44).

Sources et sites à consulter pour en savoir plus :                 

Wikipedia :
art. dreadnought  https://fr.wikipedia.org/wiki/Dreadnought

art. classe Courbet  https://fr.wikipedia.org/wiki/Classe_Courbet

art. “Paris cuirassé » https://fr.wikipedia.org/wiki/Paris_(cuirass%C3%A9)
art. Barrage d’Otrante https://fr.wikipedia.org/wiki/Barrage_d%27Otrante

art. Léon Gambetta (croiseur cuirassé) https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9on_Gambetta_(croiseur_cuirass%C3%A9)

art. Jean Bart https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Bart_(cuirass%C3%A9,_1911)

art. Mutineries de la mer Noire   https://fr.wikipedia.org/wiki/Mutineries_de_la_mer_Noireart

art. André Marty https://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Marty

site bringuier.free.fr http://bringuier.free.fr/decouvrir/cuirasse-paris/cuirasse-paris.php

Site pages14-18.mesdiscussions.net :
paris-cuirasse-sujet 410  http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/paris-cuirasse-sujet_410_1.htm

mutineries noire http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/annonces-pages-bibliophile/mutineries-noire-sujet_3731_1.htm

site ville-brasparts.forum-actf.net http://ville-brasparts.forum-actif.net/t412-memorial-des-braspartiates-dans-la-grande-guerre-1915

site aetdebesancon.blog.lemonde.fr  http://aetdebesancon.blog.lemonde.fr/2015/04/30/un-croiseur-francais-coule-par-un-sous-marin-autrichien-le-leon-gambetta/

site ville-braspart  http://ville-brasparts.forum-actif.net/t412p45-memorial-des-braspartiates-dans-la-grande-guerre-1915

site Delcampe http://www.delcampe.net/page/item/id,51866829,var,PROPAGANDE-de-GUERRE-LE-CROISEUR-CUIRASSE-LEON-GAMBETTA-COULE-PAR-LE-SOUS-MARIN-AUTRICHIEN-U-5-en-AVRIL-1915-b-586,language,F.html

site milguerres.unblog.fr, page la marine française http://milguerres.unblog.fr/la-marine-francaise/

Voir nos autres pages sur
– Passy pendant la grande Guerre
en particulier
 notre page consacrée au monument aux morts de Passy.

– Passy de 1920 à nos jours.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
– L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter