Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Les Passerands du 2e R.A.C. en 14-18

Lire notre revue Vatusium n° 18, 2015 « Les Passerands dans la Grande Guerre », 1ère partie : 1914 et 1915.
Cette page BONUS complète notre article « A la recherche des poilus de Passy » publié dans Vatusium n ° 18, pages 6 à 8.

Au moins 17 Passerands ont servi au 2e Régiment d’Artillerie de Campagne de Grenoble pendant la Grande Guerre.

Introduction (site rosalielebel75

Les régiments d’artillerie, outre les batteries, comprenaient aussi des sections d’ouvriers d’artillerie et parfois des compagnies d’ouvriers. Sa mission était d’appuyer directement l’infanterie, de lui préparer la voie dans l’offensive, en annihilant tout ce qui fait obstacle au mouvement de cette arme. Chaque régiment était composé de trois groupes montés de trois batteries de 4 canons, soit 36 pièces d’artillerie. Chaque batterie était composée de la batterie de combat et de son train régimentaire.

  • 11 régiments d’artillerie à pied (Guerre de siège, défense des places et des côtes)
  • 62 régiments d’artillerie de campagne (batteries hippomobiles)
  • 2 régiments d’artillerie de montagne (batteries portées à dos de mulet)
  • 7 groupes autonomes d’artillerie (2 à pied et 5 de campagne) stationnés en Algérie-Tunisie

Voir notre page « Les artilleurs de Passy et le canon de 75 mm en 14-18 »

Portée maximale du canon de 75 : entre 8 000 et 11 000 mètres ; poids de l’obus explosif : 5,3 kg. A titre de comparaison, le canon français de 400 mm (artillerie lourde sur voie ferrée) est capable d’envoyer un obus de 900 kg à au moins 15 000 mètres.

Les 7 hommes d’une pièce de 75 mm :
1 chef de pièce, qui commande la manœuvre du canon ;
– 2 pourvoyeurs, chargés de prélever les obus dans le caisson à munitions ;
– 1 pointeur, dont la tâche consiste à assurer la visée ;
– 1 déboucheur, qui perce les évents des fusées avant que les obus soient passés au chargeur, qui les introduit dans la culasse ;
– le tireur, qui actionne le tire-feu. (P. Facon, p. 241)

La photo ci-dessous montre différents acteurs de la pièce : le chef de pièce (debout) ; le chargeur (l’obus en mains), le tireur (assis à droite) ; le pointeur (assis à gauche) ; un pourvoyeur et un déboucheur.
Les deux cylindres presque verticaux près du caisson à munitions sont les débouchoirs, servant au déboucheur à perforer les fusées des obus (le perçage de la fusée détermine le temps avant l’explosion, qui peut avoir lieu avant l’impact pour augmenter les effets meurtriers). Photo prise par Joseph Pageix au cours de la guerre de 1914-1918 (site histoiresetbiographies.over-blog.com)

Chargement par la culasse d’un canon de 75 

Chargement par la culasse d'un canon de 75 (site histoiresetbiographies.over-blog.com)

Chargement par la culasse d’un canon de 75 (site histoiresetbiographies.over-blog.com)

Voici les noms de ces Passerands, classés par ordre alphabétique (état actuel de notre recherche ; en rouge les 2 artilleurs passerands « morts pour la France »en bleu les 6 blessés).

Année 1914 (11 Passerands)

BIBOLLET François Léon, classe 1906, réserviste rappelé au 2e RAC. Passé au 202ème Régiment d’Artillerie de Campagne le 1er avril 1917.

CHAMBEL Joseph André, classe 1902, réserviste rappelé le 3 août 1914 au 2e RAC ; passé au 30e Rgt d’artillerie le 14 décembre 1915.

COPPEL Joseph Marie Emile, classe 1902, réserviste rappelé au 2e RAC. Passé dans l’armée Territoriale en octobre 1917 au 114e Rgt d’artillerie lourde.

FIVEL Félix Arsène, classe 1896, Territorial rappelé au Groupe territorial du 2e Rgt d’Artillerie, blessé le 13 novembre 1914 ; placé en sursis d’appel à l’usine de Chedde le 12 janvier 1915.

FIVEL Marcel-Pierre-Eugène, classe 1913, Armée active, canonnier conducteur au 2e RAC, blessé le 29 janvier 1916 au Col de Bussang, Vosges ; blessé le 17 août 1917 à Essigny-le-Grand. Cité à l’ordre du régiment du 20 août 1917 : « A donné, depuis le début de la guerre, un exemple constant de bravoure et de dévouement ; blessé le 17 août 1917 alors qu’au cours d’un ravitaillement il gardait ses chevaux sous un bombardement violent. » Croix de guerre étoile de bronze.

(63e décès) FOURNIER Claudius Léon, classe 1908, réserviste rappelé le 3 août 1914 au 2e RAC. Passé au 54e Rgt d’artillerie de campagne le 27 avril 1915. Décédé le 14 mai 1918 à l’ambulance 4/6 SP 33 à St-Clément en Meurthe-et-Moselle de congestion pulmonaire contractée en service commandé.

LEGON Léon Alphonse, classe 1911, Armée active, incorporé au 2e RAC, 1ère batterie, le 10 octobre 1912. Aux armées le 2 août 1914 au 2e RAC. Cité à l’ordre du Groupement. Croix de guerre étoile de bronze.

MERIEUX Joseph Léon, classe 1905, réserviste rappelé au 2e RAC en août 1914 ; nommé brigadier le 26 août 1914 ; détaché à l’usine de Chedde le 15 juillet 1915 ; relevé d’usine par application de la loi du 10 août 1917 ; démobilisé le 27 mars 1919.

PARSEVEAUX Joseph Marie, classe 1899, Territorial rappelé le 3 août 1914 au Groupe territorial du 2e RAC ; puis au Groupe territorial du 5e Rgt d’artillerie lourde.

PUGNET René Arthur, classe 1904, réserviste rappelé le 4 août 1914 au 2e RAC ; passé au 1e RAC le 28 février 1915.

(10e décès) RADAELLI Jean Joseph, classe 1913, Armée active, canonnier au 2e RAC, mort le 2 septembre 1914 à La Bourgonce, Vosges.

Année 1915 (ajouter 1 Passerand, pour quelques… jours)

CROTTET Alexandre, classe 1891, réserviste de la territoriale ; Réformé le 11 août 1914 ; classé service armé le 26 juin 1915 et incorporé au 2e RAC le 8 sept.1915 ; Détaché à l’usine de Chedde le 11 sept. 1915.

Année 1916 (ajouter 3 Passerands)

GAYDESCOMBES Eugène, classe 1906, réserviste, exempté, puis classé bon pour le service armé le 14 octobre 1914 et incorporé au 140e RI ; passé au 159e RI le 14 février 1915 ; blessé le 6 mars 1915 à Berthauval, Pas-de-Calais ; proposé pour changement d’arme le 25 février 1916 ; passé au 2e RAC le 14 mars 1916 ; classé services auxiliaires en 1916 ; passé au 28e BCA le 1er avril 1917.

RASERA Jean, classe 1910, réserviste rappelé au 14e Escadron du train en août 1914 ; passé au 2e RAC le 9 mai 1916 ; passé au 2e Groupe d’aviation le 12 mai 1916. Ambulance du 29 juillet au 16 août 1916 en Serbie ; reconnu malade de paludisme et bronchite le 15 janvier 1917 à Mekra, dirigé sur hôpital de Salonique, rapatrié sanitaire le 9 février 1917.

VALLET Louis Victor Raymond, classe 1912, Armée active, incorporé au 97e RI le 1er octobre 1913 ; aux armées le 14 août 1914 ; blessé le 19 août 1914 à Mulhouse ; passé au 2e RAC le 9 avril 1916 ; passé le 10 août 1917 au 106e Rgt d’artillerie lourde.

Année 1917 (ajouter 1 Passerand)

MUGNIER Louis Philibert, classe 1912, Armée active, classé service auxiliaire en 1914, puis bon pour le service armé le 4 novembre 1914 ; placé en sursis d’appel à l’usine de Chedde le 20 février 1915 ; incorporé au 140e RI le 19 mars 1915 ; blessé le 25 mars 1917 à Crécy ; passé au 2e RAC le 7 août 1917 ; passé au 34e RAC le 7 octobre 1917.

Année 1918 (ajouter 1 Passerand)

REDAELLI Jean Albert, classe 1912, Armée active ; fils d’étranger inscrit en vertu de la loi du 21 mars 1905 ; au 2e RAC le 10 octobre 1913. Cité à l’ordre du 2e RAC du 16 juin 1918 : « Servant accompli, sur le front depuis le début de la campagne, ayant fait son devoir dans chaque circonstance. Remarquable par son calme et son sang-froid, son dévouement est particulièrement distingué au cours des combats des Flandres en mai 1918» Croix de guerre, étoile de bronze.

Autres photos des artilleurs de campagne et de leur « 75 » :

 Mise en place d’un canon de 75 

Mise en place d’un canon de 75 (site rosalielebel75)

Mise en place d’un canon de 75 (site rosalielebel75)

Mise en batterie d’un canon de 75 

Mise en batterie d’un canon de 75 (site romieu.canalblog.com)

Mise en batterie d’un canon de 75 (site romieu.canalblog.com)

Autre photo disponible sur le site chtimiste : Canon de 75, 191, carte colorisée

Sources et sites à consulter pour en savoir plus :                                                                     

ADHS site des Archives Départementales de Haute-Savoie

Historique du 2e RAC :

JMO du 2e RAC Mémoire des hommes Journaux des unités 1914-1918 : http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/inventaires/ead_ir_consult.php?&ref=SHDGR__GR_26_N_II

site rosalielebel75 

site histoiresetbiographies.over-blog.com

site romieu.canalblog.com

site chtimiste

Voir nos autres pages sur
– Passy pendant la grande Guerre
en particulier

– Les Passerands des Régiments d’Infanterie Alpinehistoire et uniforme
Les fantassins de Passy en 14-18 : biffins et havresac 

et notre page consacrée au monument aux morts de Passy.

– Passy de 1920 à nos jours.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
– L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter