Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Le Passerand Pierre Perroud, blessé à Lihons le 25 décembre 1914

Written By: BT

Lire notre revue Vatusium n° 18, 2015 « Les Passerands dans la Grande Guerre », 1ère partie : 1914 et 1915.

Cette page BONUS complète notre article « Jean PERROUD évoque son père Pierre, blessé à Lihons en décembre 1914 » publié dans Vatusium n ° 18, pages 32-33.

VOIR aussi nos pages Carnet de route de Joseph PERROUD au 15e RI, 1917-1920 (frère cadet de Pierre) et Le casque Adrian du Passerand Pierre Perroud, classe 1914  

Pierre Perroud, classe 1914, en capote militaire 

Pierre Perroud, classe 1914, en capote militaire (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Pierre Perroud, classe 1914, en capote militaire (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Livret militaire de Pierre Perroud, classe 1914 

Livret militaire de Pierre Perroud, classe 1914 (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Livret militaire de Pierre Perroud, classe 1914 (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Pierre PERROUD, classe 1914, incorporé au 140ème Régiment d’Infanterie (53e Brigade d’Infanterie, 14e Corps d’Armée, 2ème Armée du général de Castelnau) à compter du 8 septembre 1914 est resté au front pendant 10 jours : il a en effet été blessé le 25 décembre 1914 à Lihons [prononcer « li-on-ce » *], plaie par balle main gauche.

VOIR les détails de cette journée à notre page « Les Passerands des 30e, 52e, 140e RI dans la Somme de sept. à déc. 1914 ».

Carte du secteur nord appartenant à Pierre Perroud ; celui-ci a souligné les lieux correspondant à son parcours  

Carte du secteur nord appartenant à Pierre Perroud (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Carte du secteur nord appartenant à Pierre Perroud (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Note de la main de Pierre Perroud sur une carte du secteur nord gardée par son fils :
« Débarqué à Villers-Bretteneux [lire Villers-Bretonneux], acheminé à pied par Harbonnières, Rosières-en-Salines (30 km), blessé à Lihons » 

Note de la main de Pierre Perroud sur une carte du secteur nord gardée par son fils

Note de la main de Pierre Perroud sur une carte du secteur nord gardée par son fils

Le régiment de Pierre Perroud est convoyé en train : 

Les troupes du régiment de Pierre Perroud descendent du train ; au premier plan, des vélos (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Les troupes du régiment de Pierre Perroud descendent du train ; au premier plan, des vélos (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Voir notre page sur la « Course à la mer » ou Course au débordement.

Carte décrivant les étapes de la « Course à la mer » à l’automne 1914. (site 1914ancien.free.fr)
Article d’Henry Dutailly paru dans la Voix du Combattant d’octobre 1914 :

Carte décrivant les étapes de la "Course à la mer" à l'automne 1914. (site 1914ancien.free.fr)

Carte décrivant les étapes de la « Course à la mer » à l’automne 1914. (site 1914ancien.free.fr)

Carte décrivant les étapes de la « Course à la mer » à l’automne 1914.

Détail concernant la 2e Armée du général de Castelnau et le 14e Corps d’armée dans la Somme (site 1914ancien.free.fr)

Carte décrivant les étapes de la "Course à la mer" à l'automne 1914. Détail concernant la 2e Armée du général de Castelnau et le 14e Corps d’armée dans la Somme (site 1914ancien.free.fr)

Carte décrivant les étapes de la « Course à la mer » à l’automne 1914. Détail concernant la 2e Armée du général de Castelnau et le 14e Corps d’armée dans la Somme (site 1914ancien.free.fr)

Carte des combats autour de Lihons, Chaulnes, Herleville, à l’est d’Harbonnières  en 1914

Carte des combats autour de Lihons, Chaulnes, Herleville, à l’est d’Harbonnières en 1914

Carte des combats autour de Lihons, Chaulnes, Herleville, à l’est d’Harbonnières en 1914

Carte de Lihons, Chaulnes et Chilly

Carte de Lihons, Chaulnes et Chilly, 1914

Carte de Lihons, Chaulnes et Chilly, 1914

Après un séjour de 3 mois à l’hôpital, il retourne le 30 mars 1915 au front pendant 2 ans 6 mois. Passé au 22ème Régiment d’Infanterie, il est incorporé au 22ème Régiment d’Infanterie à compter du 30 mars 1915, mais passe rapidement au 106e d’Infanterie Territoriale.

Il envoie en effet, au printemps 1915, une photo-carte à ses parents datée du 30 mai 1915 : « Au 106e Terr(itorial) d’Infanterie (Cie Agricole ?) 16e »
Ce régiment est rattaché à la 97e Division d’Infanterie territoriale (nouvellement créée) d’octobre 1914 à août 1915. Puis au 20e Corps d’armée de décembre 1916 jusqu’en juillet 1918.

Carte envoyée le 30 mai 1915 à ses parents par Pierre Perroud, soldat au 106e RIT.

Photo reproduite dans Vatusium n° 18, page 33 :

Carte envoyée le 30 mai 1915 à ses parents par Pierre Perroud, soldat au 106e RIT (Doc. Jean Perroud, archives familiales).

Carte envoyée le 30 mai 1915 à ses parents par Pierre Perroud, soldat au 106e RIT (Doc. Jean Perroud, archives familiales).

Le marquage de l’unité sur le képi et les pattes de col était marqué en blanc pour les régiments d’infanterie territoriale (ce que confirme la photo-carte du 30 mars 1915).

Détail de la photo reproduite dans Vatusium n° 18, page 33 : l’extrémité de l’index de la main gauche est manquante :

Carte envoyée le 30 mai 1915 à ses parents par Pierre Perroud, soldat au 106e RIT (Doc. Jean Perroud, archives familiales). Détail de la photo reproduite dans Vatusium n° 18, page 33

Carte envoyée le 30 mai 1915 à ses parents par Pierre Perroud, soldat au 106e RIT (Doc. Jean Perroud, archives familiales). Détail de la photo reproduite dans Vatusium n° 18, page 33

Maintenu service armé, Pierre Perroud reste dans la Zone des armées du 26 décembre 1914 au 24 décembre 1915. » (Voir ses campagnes dans Vatusium n° 18, p. 33) ; il est classé dans le service auxiliaire le 29 juin 1916 pour raideur et atrophie de l’index de la main gauche.

Les 106 hommes d’une compagnie.

Cette carte envoyée un 15 octobre a sans doute été prise au plus tôt fin 1916 : des soldats de la rangée du haut et à gauche portent un casque (donc après septembre 1915) ; plusieurs ont 3 chevrons d’ancienneté (donc 2 ans au moins dans la zone des armées).

 Carte envoyée par Pierre Perroud à ses parents un 15 octobre ; les 106 hommes d’une compagnie 

Carte envoyée par Pierre Perroud à ses parents un 15 octobre ; les 106 hommes d’une compagnie (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Carte envoyée par Pierre Perroud à ses parents un 15 octobre ; les 106 hommes d’une compagnie (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Carte envoyée par Pierre Perroud à ses parents un 15 octobre :

Texte de la carte envoyée par Pierre Perroud à ses parents un 15 octobre

Texte de la carte envoyée par Pierre Perroud à ses parents un 15 octobre

Mitrailleuses françaises et… mitrailleuse allemande

Au premier plan, à gauche, une mitrailleuse Maxim, sans doute prise à l’ennemi… ; à droite et à gauche, deux mitrailleuses St-Etienne ;

au centre, une Mitrailleuse Hotchkiss (voir notre page sur les mitailleuses)
Carte envoyée par Pierre Perroud à ses parents un 15 octobre (détail) : mitrailleuse Maxim.

Carte envoyée par Pierre Perroud à ses parents un 15 octobre : mitrailleuse Maxim

Carte envoyée par Pierre Perroud à ses parents un 15 octobre : mitrailleuse Maxim

La Maxim 08/15 ou MG 08/15 est une des premières mitrailleuses légères allemandes. Elle fut largement utilisée à partir de 1915..

« Emblématique de la grande guerre, la MG 08 reste la plus célèbre des Maxim. Elle fut inventée par l’américain Hiram Stevens Maxim et produite par les arsenaux impériaux allemands.
Contrairement aux idées répandues au début de la guerre, la supériorité de puissance de feu allemande n’avait pas pour origine un nombre plus élevé de mitrailleuses que l’armée française mais à une organisation différente des unités de mitrailleuses. L’Allemagne ayant été une des premières nations à reconnaître l’importance de la mitrailleuse sur le champ de bataille, sa tactique d’utilisation est particulièrement développée et les servants sont parfaitement entraînés. Les mitrailleuses sont regroupées en une compagnie par régiment qui en comporte 6 plus 1 de réserve.

Les résultats de cette utilisation bien maîtrisée seront particulièrement meurtriers dans les rangs des Français et  Alliés.

Calibre : 7.92 mm. Même cartouche que le fusil d’infanterie Mauser 98.

Cadence de tir : réglable, par modification de la tension du ressort récupérateur. Maxi 500 coups minute.

Alimentation par bandes souples en tissu de 250 cartouches ou par chargeur tambour.

Poids total avec affût   60 Kg. » (site poilumartinique.centerblog.net)

Mitrailleuse Maxim (site commons.wikipedia.org) 

Mitrailleuse Maxim (site commons.wikipedia.org)

Mitrailleuse Maxim (site commons.wikipedia.org)

Voir autre photo intéressante de mitrailleuse Maxim  sur les sites poilumartinique.centerblog.net et site histoiredumonde.net

Affecté au 11ème Génie le 22 septembre 1917, il passe dans la « Réserve de l’armée active »  le 1er octobre 1917 et reste hors de la zone de combat jusqu’au 11 novembre 1918.

Extrait de l’Historique du 11e Génie :

HARTMANSWILLERSKOPF (1917-1918)
« Après quelques jours de repos, la Compagnie suit la 13e D. I. en Haute-Alsace, où elle stationne jusqu’en avril 1918. En secteur à l’Hartmannswillerskopf et au Sudelkopf. » (site gallica.bnf.fr)
Sur la photo ci-dessous, il porte, comme les chasseurs, le béret des soldats du Génie avec comme insigne la cuirasse et le pot-en tête.

Pierre Perroud au 11e Génie

Pierre Perroud au 11e Génie (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Pierre Perroud au 11e Génie (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Insigne du béret du génie (site Wikipedia, art. 11e Régiment du Génie) 

Insigne du béret du génie (site Wikipedia, art. 11e Régiment du Génie)

Insigne du béret du génie (site Wikipedia, art. 11e Régiment du Génie)

Une photo des deux frères Perroud, fin 1917-début 1918

A gauche, Pierre, né en 1894, avec l’indication du 11e Génie sur le béret et le collet ; à droite, son frère Joseph, né en 1898, avec l’indication du 97e RIA sur le béret et les pattes de col.

Cette photo a donc été prise entre le 22 septembre 1917, date d’incorporation de Pierre au 11e Génie et mars 1918, date à laquelle Joseph quitte le 97e RIA et rejoint le 15e RI.

Sans doute à l’occasion d’une permission commune aux deux frères, vers novembre 1917.
Cf. le Carnet de route de Joseph, p. 2 et 3 : « Partit avec le premier renfort pour le Bataillon de marche à Remiremont, département des Vosges le 11 octobre 1917, caserne Victor. Fait un stage sur les mitrailleuses St-Etienne-Hothkiss [Hotchkiss] et Maxim ; durée du stage un mois ; fait un stage de quinze jours sur le Fusil mitrailleur, le canon Brant et les grenades. Partit deux fois en permission de 10 jours. Quitté Remiremont cinq mois après, le 19 mars 1918 pour être affecté au 15e Régiment d’Infanterie. »

Pierre Perroud au 4e Génie (à gauche) et son frère Joseph du 97e RIA 

Pierre Perroud au 4e Génie (à gauche) et son frère Joseph du 97e RIA (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Pierre Perroud au 4e Génie (à gauche) et son frère Joseph du 97e RIA (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Le casque Adrian du Passerand Pierre PerroudVoir notre page  Le casque Adrian du Passerand Pierre Perroud, classe 1914 

Casque Adrian du Génie, avec la cuirasse et le pot-en tête

Casque Adrian du Génie, avec la cuirasse et le pot-en tête

Casque Adrian du Génie, avec la cuirasse et le pot-en tête

Mais le casque gardé à la fin de la guerre par Pierre Perroud est un casque d’infanterie (voir notre page Le casque Adrian du Passerand Pierre Perroud, classe 1914  ).

Les brisques et les briscards

En 1915 sont instituées les « brisques » ; elles marquent le nombre d’années passées dans la zone des armées : une brisque pour la première année, puis une par semestre.

Les « Briscards du Haut-Faucigny » 

Les « Briscards du Haut-Faucigny » (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Les « Briscards du Haut-Faucigny » (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

On remarque le grand nombre de brisques sur la photo suivante tirée des archives de la famille Perroud.

Un camarade du 11e Génie ; photo datée du 16 octobre 1918 ; signée « Berlioz » ? 

Un camarade du 11e Génie ; photo datée du 16 octobre 1918 ; signée « Berlioz » ? (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Un camarade du 11e Génie ; photo datée du 16 octobre 1918 ; signée « Berlioz » ? (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Remarquer le nombre de « brisques »…

Un camarade du 11e Génie ; photo datée du 16 octobre 1918 ; signée « Berlioz » ? (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Un camarade du 11e Génie ; photo datée du 16 octobre 1918 ; signée « Berlioz » ? (Doc. Jean Perroud, archives familiales)

Selon les souvenirs de Jean Perroud, son père Pierre était passé « estafette à vélo ».

Les unités engagées étaient en effet accompagnées de sections de cyclistes pour assurer les liaisons et parfois des reconnaissances.

Des estafettes cyclistes du 13e BCAP de Chambéry photographiées dans les Vosges (site lagrandeguerre.cultureforum.net)

Des estafettes cyclistes du 13e BCAP de Chambéry photographiées dans les Vosges (site lagrandeguerre.cultureforum.net)

Des estafettes cyclistes du 13e BCAP de Chambéry photographiées dans les Vosges (site lagrandeguerre.cultureforum.net)

Estafette cycliste (source Internet)

Estafettes cyclistes (source Internet)

Estafettes cyclistes (source Internet)

Autre document tiré des archives familiales, des photos de zouaves (VOIR aussi notre page « Les Passerands des régiments de zouaves en 14-18 et leur uniforme »  .

D’abord, un zouave du 3e Régiment, Fernand Suandeau, ami de Pierre Perroud.

Notons que les troupes d’Afrique ont été dotées d’un uniforme kaki (moutarde) en 1915.

Un zouave du 3e Régiment, Fernand Suandeau, Pouxeux, le 28 août 1917 :  

Un zouave du 3e Régiment, Fernand Suandeau, Pouxeux, le 28 août 1917 (Archives familiales de Jean Perroud)

Un zouave du 3e Régiment, Fernand Suandeau, Pouxeux, le 28 août 1917 (Archives familiales de Jean Perroud)

Un zouave du 3e Régiment, Fernand Suandeau, ami de Pierre Perroud, Pouxeux, le 28 août 1917 (détail) :

Un zouave du 3e Régiment, Fernand Suandeau, Pouxeux, le 28 août 1917 (Archives familiales de Jean Perroud)

Un zouave du 3e Régiment, Fernand Suandeau, Pouxeux, le 28 août 1917 (Archives familiales de Jean Perroud)

Zouaves du 3e Régiment 

Zouaves du 3e Régiment (doc. Jean Perroud)

Zouaves du 3e Régiment (doc. Jean Perroud)

« Après la guerre,  Pierre Perroud a été affecté dans les Réserves au 4ème Régiment du Génie.

« Maintenu Service auxiliaire, il est proposé pour une pension permanente 10%  article 7 par la Commission de Réforme de Chambéry du 16 mai 1922 pour désarticulation des deux premières phalanges de l’index gauche. » (cf. Notification du 30 novembre 1923 : pension de 240 francs).

Libéré définitivement du service militaire le 1er octobre 1942, mon père est décédé le 14 mai 1965 à Passy. »

Sources et sites à consulter pour en savoir plus :

François Bertin, 14-18 – La grande guerre – Armes, uniformes, matériels, éd. Ouest-France, 128 pages, 2006.

site chtimiste.com : carte de la bataille de Picardie du 8 au 15 août 1918 ; site 1914ancien.free.fr : LA COURSE A LA MER (septembre-novembre 1914), Article d’Henry Dutailly paru dans la Voix du Combattant d’octobre 1914  ;
site poilumartinique.centerblog.net : mitrailleuse allemande Maxim
site commons.wikipedia.org : mitrailleuse allemande Maxim  et site histoiredumonde.net : mitrailleuse allemande Maxim

site gallica.bnf.fr : Historique du 11e Régiment du Génie
site Wikipedia, art. 11e Régiment du Génie

site lagrandeguerre.cultureforum.net : estafette cycliste

Voir nos autres pages sur
– Passy pendant la grande Guerre
en particulier
notre page consacrée au monument aux morts de Passy et  Le casque Adrian du Passerand Pierre Perroud, classe 1914  

– Passy de 1920 à nos jours.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
– L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter