Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Les Passerands des 11e, 51e et 62e BCA dans les Flandres et à Ypres en 1914

Written By: BT

Lire notre revue Vatusium n° 18, 2015 « Les Passerands dans la Grande Guerre », 1ère partie : 1914 et 1915.

Cette page BONUS complète notre article « Un Passerand porté disparu lors de la « Course à la mer », Emmanuel Bottollier (1885-1918) » publié dans Vatusium n ° 18, pages 34-35.
Extrait : « A la déclaration de guerre, Emmanuel Bottollier est  dans sa 29ème  année, il est rappelé le 4 août 1914 et incorporé au 11ème bataillon de chasseurs alpins à pied (BCAP) en casernement à Annecy. »

Les BCP étaient composés d’hommes de petite taille, très vifs et excellents tireurs. Ils agissaient en tant que tirailleurs à l’avant de l’infanterie, c’est-à-dire en profitant des accidents de terrain pour se poster et viser. De plus, les Alpins étaient spécialisés et adaptés pour les combats dans les régions montagneuses.
« Les Alpins portent en eux la gaieté des races solides, cette confiance rayonnante des hommes trop habitués aux luttes contre la montagne ; ils réconfortent sans le savoir par leur mâle et fière énergie », dit l’Historique du 11ème BCAP. VOIR nos pages sur les Troupes alpines.

Vue générale d’Ypres avant la guerre (site 87dit.canalblog.com)

Ypres début 1914 w

Vue générale d’Ypres en 1919 (site 87dit.canalblog.com) 

Ypres 1919

Les 11e et 51e bataillons de chasseurs alpins dans les Flandres en 1914

Pour suivre le parcours d’Emmanuel Bottollier, lire Vatusium n° 18, page 34.

Extrait : « Début septembre 1914, le 11e bataillon, très diminué en hommes, est rejoint par le 51ème provenant aussi du casernement d’Annecy, qui lui-même a perdu 1200 hommes en cette fin août, et ils ne formeront qu’un seul bataillon sous le commandement d’AUGERD. »

Lire dans notre Vatusium n° 18, page 31 la liste des Passerands blessés et/ou prisonniers dans les Flandres en novembre et décembre 1914 : Emmanuel Bottollier (classe 1905) et Edouard et François Cossard (classe 1906).

Ces soldats de Passy et leurs camarades de combat  appartenaient
– à la 28e Division d’infanterie de Chambéry : 11e BCA d’Annecy (1 disparu-prisonnier), 62e BCAP (en Belgique et Pas-de-Calais du 12 novembre 1914 au 12 janvier 1915, voir ci-dessous l’historique du bataillon) ; 9e Hussards (dans les Flandres d’oct. à déc. 1914 : forêt de Nieppe, Kemmel, Locre, Poperinghe, Bavinchove, Cassel)
– à la 74e Division d’infanterie : 51e BCAP d’Annecy (1 blessé).
Le 51e BCA est dirigé le 11 novembre 1914 sur la Belgique et contribue en avant d’Ypres au succès de la 2ème bataille de l’Yser (13 novembre au 6 décembre). Sa belle conduite lui vaut une lettre de félicitations du colonel Serret.

Carte touristique des Flandres 2014-18 (province West-vlaanderen) :
les principaux itinéraires et sites de la grande guerre dans le Westhoeck ; Lille en bas, Ypres en haut de la carte

Carte touristique des Flandres 2014-18 (province West-vlaanderen)

Carte touristique des Flandres 2014-18 (province West-vlaanderen)

Voir notre page sur la Course à la mer.
Le 10 novembre 1914, les deux bataillons s’embarquent pour le Nord, sont transportés en Belgique, au sud-ouest d’Ypres.

Troupes françaises à Dunkerque en 1914 

Troupes françaises à Dunkerque en 1914 (site soldatdelagrandeguerre.wordpress.com)

Troupes françaises à Dunkerque en 1914 (site soldatdelagrandeguerre.wordpress.com)

Porté disparu… et  prisonnier de guerre
Lire Vatusium n° 18, page 34. Extrait : « Le 11ème et le 51ème sont envoyés le 13 novembre relever des troupes devant Wytschaete, à 7 km au sud d’Ypres, puis ils sont dirigés vers Zillebeke (au sud-est d’Ypres, voir carte ci-dessous) qui subit une violente canonnade de l’offensive allemande. »

Evolution du front dans le secteur d’Ypres 

Evolution du front dans le secteur d’Ypres (site 87dit.canalblog.com)

Evolution du front dans le secteur d’Ypres (site 87dit.canalblog.com)

La fiche matricule d’Emmanuel Bottollier (classe 1905) précise qu’il est porté « disparu au combat d’Ypres le 9 novembre 1914 ». Cette date ne correspond pas à des jours de combat pour les 11e et le 51e Btns qui d’ailleurs n’arrivent  à Ypres que le 12 novembre.
En revanche, on lit dans le JMO du 51e Btn : « Les 17, 18 et 19 novembre 1914, l’ennemi tente une violente attaque sur tout le front. Des tranchées occupées par le 7e bataillon sont en partie occupées par les Allemands et partiellement reprises par le 51e (…). Dans ces trois journées, le Bataillon a perdu 174 hommes tués, blessés ou disparus. »

Il est donc probable que le Passerand a disparu le 19 et non le 9 novembre 1914. Ou alors le 13 novembre comme nous l’avons indiqué dans Vatusium.

J.M.O. du 51e BCA, page 8

J.M.O. du 51e BCA, page 8

J.M.O. du 51e BCA, page 8

Contexte stratégique de la Bataille d’Ypres

Carte actuelle des Flandres (Google map)

carte Flandres 2015

Lire Vatusium n° 18, page 35. Extrait : « En octobre 1914, les Allemands ont rabattu leurs attaques sur la région d’Ypres (Ieper). Petite ville de Belgique, proche de la frontière française, Ypres  (…) fut le siège de cinq batailles sanglantes. »

Carte du secteur d’Ypres en octobre 1914

Carte du secteur d’Ypres en octobre 1914 (site indre1418.canalblog, blog du 68e RI)

Carte du secteur d’Ypres en octobre 1914 (site indre1418.canalblog, blog du 68e RI)

« L’armée belge, après avoir retenu 150 000 Allemands autour d’Anvers avec ses trois ceintures fortifiées, en lançant trois sorties entre le 21 septembre et le 4 octobre, va faire retraite sur l’Yser, où elle fera front victorieusement réunie aux armées française et anglaise. » (Site Wikipédia, art. « Histoire de la Belgique de 1914 à 1945 »)

La première bataille d’Ypres, entre le 29 octobre et le 24 novembre 1914, oppose les Allemands dirigés par le général  Von LINDERMANN aux troupes anglaises du général FRENCH et franco-belges du général d’URBAL.

Soldats français lisant ou dormant au cours d’une trêve dans les tranchées situées dans les Flandres. 

Soldats français lisant ou dormant au cours d'une trêve dans les tranchées situées dans les Flandres. (site bibliobs.nouvelobs.com)

Soldats français lisant ou dormant au cours d’une trêve dans les tranchées situées dans les Flandres. (site bibliobs.nouvelobs.com)

« Sur place, les Allemands jouissent d’une supériorité numérique de 6 contre 1 et disposent de plus d’artillerie moyenne et lourde que les alliés. Mais les Belges et les franco-anglais installent des tranchées. Celles-ci sont, en de nombreux endroits, remplacées par des remblais constitués de sacs de terre, car il n’est pas possible, partout de creuser la terre, étant donné que l’état-major belge est parvenu à faire ouvrir les vannes des digues qui protègent de la mer cette région de polders. Aussi, l’eau inonde-t-elle le théâtre des opérations, plus bas presque partout, que le niveau de la mer. » (Site Wikipédia, art. 1ère bataille d’Ypres)

Inondations de la plaine de l’Yser

Inondations de la plaine de l’Yser (site rtbf.be)

Inondations de la plaine de l’Yser (site rtbf.be)

« De plus, les Belges complètent leur système défensif en se servant du remblai d’une ligne de chemin de fer surplombant la plaine. Les Allemands, obligés d’attaquer des troupes retranchées, sont handicapés par l’inondation qui, en plusieurs points, recouvre le sol de plus d’un mètre, ce qui va jouer un rôle important dans la suite des opérations. » (Site Wikipédia, art. 1ère bataille d’Ypres)

Inondation de la plaine de l’Yser 

Inondation de la plaine de l’Yser (site Flandre.info.be)

Inondation de la plaine de l’Yser (site Flandre.info.be)

Le 62e bataillon de chasseurs alpins dans les Flandres en novembre 1914

Le 62e BCAP  se trouve en Belgique et dans le Pas-de-Calais du 12 novembre 1914 au 12 janvier 1915 (voir ci-dessous l’historique du bataillon)

Certains Passerands ont servi au 62e BCAP. Exemples :
VALLET Joseph Clovis, classe 1907, au 62e BCAP avant la bataille des Flandres, tué le 29 août 1914 dans les Vosges.
ROLLIER Lucien Eugène, classe 1917, passé au 62e Btn de Chasseurs après
la bataille des Flandres, le 27 novembre 1916.

Historique du 62e BCAP : combats de la ferme de Piccadilly du 30 novembre au 3 décembre 1914 :

Historique du 62e BCAP : combats de la ferme de Piccadilly du 30 novembre au 3 décembre 1914 (Site gallica.bnf.fr, p. 3)

Historique du 62e BCAP : combats de la ferme de Piccadilly du 30 novembre au 3 décembre 1914 (Site gallica.bnf.fr, p. 3)

La boue des Flandres

Le 12 novembre 1914, voici comment le colonel Eggenspieler décrivait les conditions de vie dans le secteur d’Ypres. La pluie, la boue …

« Pour comble de malchance, la pluie se mit à tomber abondamment. Elle envahit tout, les tranchées, les boyaux et la campagne. Impossible pour les hommes de se coucher. Ils restèrent debout dans l’eau et dans la boue jour et nuit. L’état sanitaire du régiment ne tarda pas à se ressentir de cette situation. Les hommes avaient les pieds macérés par l’eau froide. Ils étaient enrhumés et perclus de douleurs. Les médecins étaient sur les dents« .  (site indre1418.canalblog.com)

Une des visions que l'on pouvait alors avoir des tranchées du secteur de Zonnebeke, Belgique (site indre1418.canalblog.com)

Une des visions que l’on pouvait alors avoir des tranchées du secteur de Zonnebeke, Belgique (site indre1418.canalblog.com)

Relève près d’Ypres en décembre 1914, d’après la revue Tranchées

Relève près d’Ypres en décembre 1914, d’après la revue Tranchées (site vivelerct.wordpress.com)

Relève près d’Ypres en décembre 1914, d’après la revue Tranchées (site vivelerct.wordpress.com)

Bilan de la première bataille d’Ypres

La première bataille d’Ypres est un succès pour les Alliés, mais son coût est terrible. Les deux camps s’affairent à consolider leurs positions en aménageant un système de tranchées qui courront bientôt de la mer du Nord à la frontière suisse. (Site Wikipédia, art. 1ère bataille d’Ypres)

Vue actuelle des tranchées d’Ypres 

Vue actuelle des tranchées d’Ypres (doc. Catherine Soole)

Vue actuelle des tranchées d’Ypres (doc. Catherine Soole)

« Ce qui restait de la Belgique était sauvé. Dunkerque et Calais voyaient s’évanouir la menace qui pesait sur eux. L’invasion se trouvait solidement endiguée dans une France délivrée. La victoire des Flandres continuait la victoire de la Marne» (site chtimiste)

Carte des Flandres fin 1914, Projet Gutenberg – The story of the great war – Bataille des Flandres 1914 

Carte des Flandres fin 1914, Projet Gutenberg – The story of the great war – Bataille des Flandres 1914 (site vouille1418.com)

Carte des Flandres fin 1914, Projet Gutenberg – The story of the great war – Bataille des Flandres 1914 (site vouille1418.com)

Pour en savoir plus sur les batailles d’Ypres, voir

Site Wikipédia, art. 1ère bataille d’Ypres

Site chtimiste (la bataille des Flandres au jour le jour) 

Site vouille1418.com

Site histoiredeguerre.canalblog (blog du 125e RI) 

Site indre1418.canalblog (blog du 68e RI)

site Flandre.info.be (nombreuses photos)

site 87dit.canalblog.com 

site soldatdelagrandeguerre.wordpress.com 

Voir nos pages sur
– Passy pendant la grande Guerre
en particulier
 notre page consacrée au monument aux morts de Passy.

– Passy de 1920 à nos jours.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
– L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter