Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

La protection des oiseaux insectivores enseignée aux écoliers de Passy

Lire notre revue Vatusium n° 16, page 55.

Où l’on découvre comment, en 1882, un instituteur de Passy apprend aux enfants à ne pas dénicher les oiseaux…

Extrait de Vatusium : Le 4 avril 1876, le Préfet d’Annecy envoie copie aux Inspecteurs de l’académie d’une circulaire par laquelle M. le Ministre de l’instruction publique demande « le concours des Instituteurs pour prévenir la destruction des nids et couvées des oiseaux de la part des enfants. » (1)

Les facéties du sapeur Camember, par Christophe - Pierre Aulas

Les facéties du sapeur Camember, par Christophe – Pierre Aulas

Documents complémentaires :

En effet, « la conservation des œufs, nids et couvées des petits oiseaux importe à l’agriculture. L’une des causes principales de l’augmentation inquiétante des ravages causés aux récoltes est attribuée à la disparition ou tout au moins à la diminution du nombre des oiseaux insectivores. » Les Instituteurs, « en faisant comprendre aux enfants les conséquences de la destruction des nids », pourront « aider beaucoup à empêcher le mal signalé ». Le préfet rappelle les interdictions de détruire les nids déjà publiés ainsi que les « pénalités auxquelles s’exposent ceux qui s’en rendent coupables. » Il ajoute : « Priez-les d’organiser, s’il leur est possible, parmi leurs élèves, des sociétés protectrices des animaux utiles. En le faisant, ils réaliseront un vœu formé par M. le Ministre de l’Instruction publique. »

SOS_lpo-100-ans_440x260

 

Voici la circulaire du Ministre de l’Instruction publique envoyée de Paris, le 31 mars 1876.

MONSIEUR LE PRÉFET,

Les ravages causés à l’agriculture par les insectes nuisibles ont pris, depuis quelques années, des proportions véritablement inquiétantes.
M. le Ministre de l’Agriculture et M. le Ministre de l’Intérieur m’ont fait l’honneur d’appeler mon attention sur ce regrettable état de choses, dont l’une des causes principales est la disparition ou tout au moins la diminution du nombre des oiseaux insectivores. Ces oiseaux qui sont les gardiens naturels de nos récoltes et les plus précieux auxiliaires de l’agriculteur, sont cependant presque partout traités en ennemis. Le cultivateur, oubliant les services incessants qu’ils rendent, ne voit que les dégâts qu’ils commettent ; l’enfant poursuit leur destruction, soit en leur tendant des pièges, soit en détruisant leurs nids, et ces alliés, que les étrangers viennent nous acheter, pour les acclimater chez eux, disparaissent peu à peu de nos campagnes. (…) Je me fais un devoir de répondre au désir que m’ont exprimé mes collègues en réclamant de nouveau le concours des Instituteurs.

Je vous prie, en conséquence, Monsieur le Préfet, d’adresser des instructions à tous les maîtres de votre département afin qu’ils apprennent à leurs élèves à distinguer les insectes nuisibles des insectes utiles à l’agriculture et qu’ils encouragent ces enfants à détruire les premiers, à protéger les seconds.

Il faut aussi que les Instituteurs fassent comprendre aux enfants qu’ils nuisent aux intérêts mêmes de leurs familles en détruisant les nids, et qu’en agissant ainsi ils se montrent aussi imprévoyants qu’ingrats. On devra, en même temps, leur rappeler qu’ils s’exposent à des peines sévères.(…)  Des arrêtés préfectoraux ont été pris à cet effet et les personnes qui contreviennent (…) sont passibles d’une amende qui varie de l6 à 100 francs (article 11 de la loi du 3 mai 1844).   Les Instituteurs devront à l’occasion, rappeler aux pères de famille que, s’ils se font à eux-mêmes un tort considérable en laissant détruire les nids, ils sont responsables des délits que leurs enfants mineurs pourraient commettre en l’espèce.

J’ajouterai que, dans quelques communes que je pourrais citer, des Instituteurs ont eu l’heureuse pensée d’organiser parmi leurs élèves des Sociétés protectrices des animaux utiles. Ces Sociétés ont rendu de grands services et je verrais avec plaisir leur nombre s’augmenter (…).

Le Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts, Signé : WADDINGTON

Un jour de mars 1882, l’instituteur de l’école du Chef-lieu de Passy a sensibilisé ses élèves à ce problème de la protection des oiseaux en en faisant le sujet de la « rédaction » (2). Voir la transcription de ce texte dans Vatusium n° 16, p. 55.

Cahier d'Eugène Delale, 1882, p. 45 (Coll. Jean Perroud)

Cahier d’Eugène Delale, 1882, p. 45 (Coll. Jean Perroud)

 

Le BULLETIN DE L’INSTRUCTION PRIMAIRE cité ci-dessus donne d’autres précisions sur la protection de la nature :

ÉCHOS DES DÉPARTEMENTS (1).

M. le Ministre de l’agriculture vient d’ordonner l’apposition dans toutes les forêts du tableau suivant. On peut, dès à présent, le voir affiché dans les bois de Chaville et de Meudon :

MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE

CE TABLEAU EST PLACÉ  SOUS LA PROTECTION DU BON SENS ET DE L’HONNÊTETE DU PUBLIC

HERISSON

Se nourrit de souris, petits rongeurs, limaces et vers blancs, animaux nuisibles à l’agriculture.

Ne tuez pas le hérisson.

TAUPE

Détruit incessamment vers blancs, larves, courtilières et  insectes nuisibles à l’agriculture. On ne trouve jamais trace de végétaux dans son estomac ; fait plus de bien que de mal.

Ne tuez pas la taupe.

 CRAPAUD

Aide agricole, détruit de 20 à 50 insectes par heure.

Ne tuez pas le crapaud.

 HANNETON et sa larve ou VER BLANC

Ennemi mortel de l’agriculture, pond de 70 à 100 œufs.

Tuez le hanneton.

OISEAUX

Chaque département perd annuellement plusieurs millions par le fait des insectes ; l’oiseau est le seul ennemi capable ; de lutter victorieusement contre eux ; c’est un grand échenilleur ; c’est un aide de l’agriculture.

Enfants, ne dénichez pas.  Il sera remis aux enfants 25 centimes par 500 têtes de hannetons déposées, entre les mains du garde champêtre.

Nid et œufs de merle noir (Source : Internet)

Nid et œufs de merle noir (Source : Internet)

En 2013, le combat continue. Voir sur Intenet  Capture de petits oiseaux : Le piégeur piégé : « Par jugement du 6 mai 2013, un individu qui capturait dans son jardin des passereaux protégés pour les mettre en volière dans son jardin, a été condamné à 1500 € d’amende et à verser 1000 € d’indemnités à la LPO. »

Mésange bleue (Parus caeruleus) photo : Jean-Jacques Carlier.

Mésange bleue (Parus caeruleus) photo : Jean-Jacques Carlier.

Notes et références :
(1) BULLETIN DE L’INSTRUCTION PRIMAIRE,Département de la Haute-Savoie, 8ème année, 1876,  nos 2, p. 50 à 54.

(2) Cahier de mise au net d’Eugène Delale, 1882 – Ecole primaire de Passy, 1ère Division, page 45.

Voir les autres pages de notre site consacrées au Cahier d’Eugène Delale :
– Présentation du cahier d’Eugène Delale

– Rédactions et dictées patriotiques dans le Cahier d’Eugène Delale en 1882 ;
– Cahier d’Eugène Delale, école de Passy Chef-lieu, 4 mars 1882 : Problème de géométrie VI ;

Autres pages sur l’enseignement à Passy   

à découvrir également…

L’éducation civique, patriotique, républicaine et militaire de 1870 à 1914 
– l’enseignement du tir dans les écoles primaires de Passy

 Nous contacter ; Commander nos publications 
Lettre d’information-Newsletter