Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Soldats de Passy décédés après l’Armistice du 11 novembre 1918

Lire notre revue Vatusium n° 18 , 2015 « Les Passerands dans la Grande  Guerre » 1e partie : 1914-1915 et  Vatusium n° 19, 2016 « Les Passerands dans la Grande Guerre », 2e partie : 1916 à 1919.

Cette page BONUS complète nos articles publiés dans le numéro 19 de Vatusium.

Introduction : Voir nos pages « Originalité et message du monument aux morts de Passy » et « Tableau d’honneur des Passerands Morts pour la Patrie en 14-18, 11 novembre 1920 » (mairie de Passy)  

Huit Passerands sont morts après la fin de la guerre, entre novembre 1918 et novembre 1921, et sont inscrits sur le monument aux morts de Passy.
Morts après l’Armistice, certains n’ont pas été mentionnés dans les articles de notre revue Vatusium consacrés aux combats de la Grande Guerre.

Plaque 1918-1919 du monument aux morts de Passy 

Plaque 1918-1919 du monument aux morts de Passy (cliché Bernard Théry)

Plaque 1918-1919 du monument aux morts de Passy (cliché Bernard Théry)

Voici, par ordre alphabétique, les noms des soldats de Passy morts après la guerre (plus d’informations sur notre page « Passy : liste alphabétique des morts de la Grande Guerre », en construction) :

BOSSONNEY Jean Germain, classe 1912 (hors Vatusium)
Incorporé au 4e Btn d’Infanterie légère d’Afrique le 7 octobre 1913. Campagnes : Tunisie du 8 octobre 1913 au 15 juin 1914 ; Maroc du 16 juin au 2 août 1914 ; puis le 22 juin 1914 au 2e Btn [d’Infanterie légère] d’Afrique comme chasseur conducteur de 2e classe. Passé au 1er Btn de Marche d’Afrique le 23 mai 1918 ; passé au 5e Btn de Marche d’Afrique [5e Btn Inf. légère d’Afrique] le 1er octobre 1918. Blessé [devant Reims, au fort de Brimont] le 27 mai 1918. En Tunisie du 26 août 1918 au 2 mai 1919. Front Tripolitaine. A obtenu la Médaille coloniale « Maroc ». Entré en traitement à l’ambulance de Dehibat le 8 avril 1919 jusqu’au 15 avril inclus où il passe à l’Infirmerie nouvelle formation le 16 avril 1919.
Décédé le 2 mai 1919 de tuberculose pulmonaire à l’ambulance de Dehibat en Tunisie. Déclaré « Mort pour la France » : jugement transcrit le 30 septembre 1919 à Passy.
Inscrit sur le monument aux morts de Passy : plaque 1918-1919 et au Tableau honneur de la mairie.
(Voir notre page « Tableau d’honneur des Passerands Morts pour la Patrie en 14-18, 11 novembre 1920 » (mairie de Passy) 

BOTTOLLIER Alexandre Emmanuel, classe 1905 (Vatusium n° 18, p. 34-35 et n° 19, p. 65)
Incorporé au 22e Bataillon de Chasseurs à pied à compter du 7 octobre 1906 ; nommé chasseur de 1ère classe le 25 août 1908 ; envoyé en congé le 25 septembre 1908 ; certificat de bonne conduite accordé ; passé dans la réserve de l’armée active le 1er octobre 1908 au Btn de Chasseurs d’Annecy. A accompli une période d’exercices dans le 11e Btn de Chasseurs  du 29 août au 20 septembre 1911.
Rappelé à l’activité à la mobilisation générale en août 1914 au 11e Btn de Chasseurs selon sa Fiche matricule (51e Btn de Chasseurs à pied, bataillon de réserve du 11e BCAP, selon la fiche « Mort pour la France ») ; arrivé au corps le 2 août 1914 ; aux armées le 5 août 1914. Disparu au combat d’Ypres le 9 novembre 1914. Fait prisonnier et interné au camp de Rastadt (et non Rosstadt). Campagnes contre l’Allemagne : du 2 août 1914 au 9 décembre 1918.
Décédé le 9 décembre 1918 à Malzéville en Meurthe-et-Moselle, maladie contractée en captivité, R.d.B. (Rayé du Bataillon ?) le 10 décembre 1918.
Déclaré « Mort pour la France » : Acte transcrit le 24 octobre 1921 à Passy.
Inscrit sur le monument aux morts de Passy, plaque 1918-1919, et au Tableau honneur de la mairie.
FAIT PARTIE DES 6 PASSERANDS ENTERRES SOUS LE MONUMENT AUX MORTS DE PASSY

Plaque portant le nom des 6 soldats enterrés sous le monument aux morts de Passy  

Plaque portant le nom des 6 soldats enterrés sous le monument aux morts de Passy (Vatusium 19, p. 65 ; cliché Bernard Théry)

Plaque portant le nom des 6 soldats enterrés sous le monument aux morts de Passy (Vatusium 19, p. 65 ; cliché Bernard Théry)

FATTACCIOLI Ange Henri, classe 1912 (Vatusium n° 19, p. 27)
Incorporé au 133e RI à compter du 10 octobre 1913. Placé en sursis d’appel jusqu’à nouvel ordre au titre de l’usine de Chedde (décision ministérielle du  12 juillet 1915).
Passé au 23e RI le 6 juillet 1916. Passé au 363e RI le 27 avril 1917.
Disparu le 4 mai 1917 à Berméricourt, Marne ; prisonnier de guerre interné à Parchim Allemagne ; rapatrié le 1er décembre 1918 ; passé au 30e RI le 15 janvier 1919.
Décédé le 7 avril 1919 à l’hôpital mixte d’’Annecy (avis du maire) des suites de tuberculose pulmonaire contractée en service ;
Déclaré « mort pour la France » : Extrait du registre des décès adressé à St-Gervais le 7 avril 1919.
Inscrit sur le Monument aux morts de Passy sur une plaque additionnelle.

Plaques additionnelles du monument aux morts de Passy 

Plaques additionnelles du monument aux morts de Passy (cliché Bernard Théry)

Plaques additionnelles du monument aux morts de Passy (cliché Bernard Théry)

FELISAZ Roger François, classe 1918 (hors Vatusium)
Incorporé au 11e Btn de Chasseurs le 1er mai 1917 ; Chasseur de 2ème classe passé au 3e Btn de chasseurs le 13 juin 1918
Blessé le 25 octobre 1918 devant Béthancourt dans l’Aisne : plaie légère du bras gauche par éclat d’obus. Campagne contre l’Allemagne : du 1er mai 1917 au 23 juillet 1919.
Cité à l’ordre du 11e Bataillon de Chasseurs le 27 décembre 1918 : « Jeune chasseur de la classe 1918, s’est fait remarquer par sa bonne tenue au feu pendant les affaires de septembre et d’octobre 1918 en Champagne. Blessé le 25 octobre 1918 devant Béthancourt. » Croix de guerre étoile de bronze.
Mort le 23 juillet 1919 à l’hôpital temporaire n° 139 à Sedan dans les Ardennes des suites de maladies contractées en service.
Déclaré « Mort pour la France » : Extrait du registre adressé le 23 juillet 1919 à Passy.
Inscrit sur le monument aux morts de Passy, plaque 1918-1919, et au Tableau honneur de la mairie.

GROSSET-JEANNIN Eugène, classe 1912 (Vatusium n° 18, p. 43)
Incorporé au 22e Chasseurs à pied à compter du 10 octobre 1913.
Parti en renfort le 19 novembre 1914. Blessé à Thann le 15 août 1914, hôpital du 14-08. Amputation du pouce droit, plaie pénétrante poignet gauche par éclat d’obus. Cité à l’ordre n° 113 le 1er octobre 1915 : « Belle conduite au combat du 15 août 1914. A été blessé»
Passé au 11e Btn de chasseurs le 19 novembre 1914. Cité à l’ordre du Bataillon le 30 août 1915  n° 91 : « A été volontaire pour faire partie d’une patrouille chargée d’aller relever des blessés tombés très près des ouvrages ennemis. [le Linge] » ; nommé chasseur de 1ère classe le 27 septembre 1915.
Au 11e Btn de chasseurs, éclat d’obus tête et épaule droite reçu le 1er  janvier 1916 au combat de l’Hartmannswillerkopf.
Cité à l’ordre du Bataillon n° 5 du 16 janvier 1916 : « Belle conduite au combat du 1er janvier 1916. A été grièvement blessé» Croix de guerre avec trois étoiles de bronze.
Evacué le 1er janvier 1916 pour blessure sur Hôpital St-Joseph à Epinal. Hôpital complémentaire n° 9 à Lyon. Hôpital Dépôt de convalescents de l’Exposition de Lyon. Sorti le 18 juillet 1916. Convalescence d’un mois du 18 juillet au 18 août 1916. Rentré de convalescence d’un mois et arrivé au dépôt le 18 août 1916 à la 11e Compagnie. Dirigé sur le camp d’instruction CC le 14 septembre 1916. Parti aux armées le 16 novembre 1916. [entre le 16 novembre 1916 et le 2 juillet 1917, au 11e bataillon de Chasseurs]
Entré le 3 juillet 1917 à l’Ambulance 231 SP 7. Sorti le 7 juillet 1917.
En renfort au Bataillon le 11 août 1917. [entre le 11 août 1917 et le 24 août 1917, au 11e bataillon de Chasseurs]
Evacué pour bronchite et passé à la 5e compagnie le 24 août 1917. Entré le 24 août 1917 à l’Hôpital Tre 44 Gondrecourt. Sorti le 29 septembre 1917. [entre le 29 septembre 1917 et le 7 octobre 1917, au 11e bataillon de Chasseurs]
Entré le 8 octobre 1917 à l’Hospice de Neufchâteau. Sorti le 14 octobre 1917. [entre le 8 et le 13 octobre 1917, au 11e bataillon de Chasseurs]
Entré le 14 octobre 1917 à l’Hôpital n° 26 de Mandres-sur-Vair [Vosges]. Sorti le 30 novembre 1917. Entré le 30 novembre 1917 à la Station sanitaire de Pignelin (Nevers). Sorti le 7 mars 1918.
Proposé pour la réforme n° 1 avec gratification renouvelable de 3ème catégorie 60% par la Commission de réforme de Nevers du 2 mars 1918 pour tuberculose pulmonaire. Admis à la réforme  pour tuberculose pulmonaire le 6 octobre 1918.
Certificat de bonne conduite accordé le 7 août 1919.
Campagne contre l’Allemagne : du 2 août 1914 au 28 octobre 1918.
Décédé le 1er septembre 1919, « avis de la mairie de Passy » (fiche matricule) Il avait 27 ans.
Ne figure pas dans la Base de données des Morts pour la France de Mémoire des hommes. 
Inscrit sur le monument aux morts de Passy sur une plaque additionnelle et au Tableau honneur de la mairie.

JACCAZ Pierre François, classe 1909 (hors Vatusium)
Incorporé au 13e Rgt de Chasseurs à cheval à compter du 1er octobre 1910 ; trompette le 8 février 1912.
Rengagé pour deux ans le 11 avril 1912 pour le 3e Rgt de Spahis, Casablanca, Maroc.
Campagnes
en Algérie du 18 mai 1912 au 1er août 1914 ; en Algérie contre l’Allemagne du 2 août 1914 au 6 octobre 1914 ; en France du 7 octobre 1914 au 25 août 1915 ; au Maroc du 26 août 1915 au 27 janvier 1919.
Décédé à Passy  de maladie le 27 janvier 1919 au cours de sa permission (Page décès consultable à l’Etat civil de la mairie de Passy)
Ne figure pas dans la Base de données des Morts pour la France de Mémoire des hommes.
Inscrit sur le Monument aux morts de Passy sur une plaque additionnelle.

LEGON Emile Marie, classe 1907 (Vatusium n° 18, p. 44)
Incorporé le 8 octobre 1908 au 30e RI. Envoyé en congé le 25 septembre 1910. Certificat de bonne conduite accordé. Passé dans la Réserve de l’armée active le 1er octobre 1910. Période effectuée au 30e RI du 5 au 27 novembre 1912.
Réserviste rappelé à l’activité à la mobilisation générale le 4 août 1914 au 30e RI d’Annecy.
Blessé le 28 août 1914 [dans les Vosges, au sud de St-Dié, juste à l’est de Taintrux, à l’ouest de Saulcy-sur-Meurthe, pas de précision sur la blessure].
Détaché à l’usine de Chedde le 27 avril 1915 (exécution circulaire 3757 / 6, exempt. 2712). Rentré au dépôt le 13 juillet 1916 (exécution circulaire 9810 1/0 du 20 mars 1916). Passé au 140e RI le 16 juillet 1916.
Cité à l’ordre du 140e RI n° 357 le 31 mars 1917 : « Très bon soldat, d’un courage à toute épreuve. S’est particulièrement distingué au combat du 25 mars 1917. » [en Artois, bataille de Benay, au sud de St-Quentin]. » Croix de guerre. Intoxiqué au 140e RI  le 30 mai 1918 [dans les Flandres, près de Godewaersvelde, entre Hazebrouck et Ypres ; indiqué comme blessé à la 5e Compagnie le 31 mai 1918, page 77 du JMO].
Démobilisé le 5 mars 1919. Se retire à Passy.
Réformé définitivement avec proposition d’une pension temporaire de 100% par la Commission de réforme d’Annecy le 6 janvier 1921 pour tuberculose pulmonaire bilatérale, intoxiqué.
Décédé de tuberculose le 3 novembre 1921 au Grand-Bornand. Avis du maire le 15 décembre 1921. Campagnes contre l’Allemagne : du 4 août 1914 au 5 mars 1919.
Ne figure pas dans la Base de données des Morts pour la France de Mémoire des hommes.
Inscrit sur le monument aux morts de Passy sur une plaque additionnelle.

METRAL Emile, classe 1906 (hors Vatusium)
Engagé volontaire pour 4 ans le 21 avril 1904 comme artilleur à pied.
Rappelé en 1914 au 3e Rgt d’Artillerie à pied ; passé au 1er Rgt d’Artillerie à pied le 16 septembre 1916 ; campagne contre l’Allemagne du 3  août 1914 au 4 février 1918.
Réformé le 4 février 1918 pour tuberculose pulmonaire (affection contractée en service commandé) ; Décédé le 30 mars 1919 à Passy.
Ne figure pas dans la Base de données des Morts pour la France de Mémoire des hommes. 
Inscrit sur le Monument aux morts de Passy sur une plaque additionnelle et au Tableau honneur de la mairie.

Sources et sites à consulter pour en savoir plus :

Monument aux morts de Passy (Chef-lieu)
Tableau honneur exposé à la mairie de Passy

Archives départementales de Savoie (ADHS) : Registres militaires > Fonds d’archives > Registres militaires :

Mémoire des hommes, Base de données des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale

Grand Mémorial, la numérisation au service de la Grande Guerre

Pierre Dupraz, Traditions et évolution de Passy, 1999.

Voir nos autres pages sur
– Passy pendant la grande Guerre
en particulier
 notre page consacrée au monument aux morts de Passy.

– Passy de 1920 à nos jours.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
– L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter