Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Les Passerands réformés en 14-18 : motifs

Written By: BT

Lire notre revue Vatusium n° 18, 2015 « Les Passerands dans la Grande Guerre », 1ère partie : 1914 et 1915, page 4.

Cette page BONUS complète notre article « Les conscrits de Passy et le conseil de révision » publié dans Vatusium n ° 18, page 4.

(Voir nos pages BONUS consacrées au Conseil de révision, aux Passerands classés « services auxiliaires » et aux Passerands reclassés « bons pour le service armé » en 14-18 ;  Taille des conscrits de Passy, classes 1887 à 1919)

La visite, dessin de Gabard (site monumerique.aquitaine.fr)

La visite, dessin de Gabard (site monumerique.aquitaine.fr)

Différence entre « exempté » et « réformé »

L’exemption est une décision du conseil de révision.
La réforme est une décision d’une commission de réforme.

Lorsque les jeunes hommes, âgés de vingt ans révolus, passent devant le conseil de révision ils sont d’un point de vue médical (médecins militaires) classés dans une des quatre catégories suivantes : Bon pour le service armé ; Bon pour le service auxiliaire ; Ajourné ; Exempté.

La décision du conseil de révision, prise à la majorité de trois voix des cinq membres du conseil, classe ces mêmes individus (sauf les exemptés) dans une des sept parties de la liste de recrutement cantonal :

Selon la loi du 21 mars 1905

1 – jeunes gens déclarés propres au service armé

2 – jeunes gens classés dans le service auxiliaire

3 – jeunes gens engagés volontaires ou inscrits maritimes

4 – jeunes gens exclus (voir article 4 de la loi sur le recrutement)

5 – jeunes gens ajournés d’office

6 – jeunes gens du service auxiliaire ayant demandé un ajournement

7 – jeunes gens du service armé ou auxiliaire qui bénéficient d’un sursis d’appel

On peut être ajourné plusieurs fois (divers passages devant le conseil de révision), exempté par la suite (dernière décision du conseil de révision) et enfin réformé (commission).

Petite subtilité : on ne crée pas de fiche matricule pour les exemptés. » (Site pages 14-18, art. exempte-reforme)

-le réformé n°1 a droit à une pension, du fait d’une blessure ou maladie contractée en service commandé ;
-le réformé n°2 n’a pas droit à cette pension militaire du fait d’une blessure, maladie, infirmité, ne pouvant pas être imputée à un service commandé (en temps de guerre ou pas).  (site pages14-18, art. reforme)

Les critères de taille : VOIR notre page « Taille des conscrits de Passy, classes 1887 à 1919« 
De 1832 (loi du 21 mars) jusque sous la Troisième République, la taille minimum fut de 1,56 m.
En 1901 : la peur du manque d’effectifs pousse le législateur à supprimer la taille minimale pour être incorporé dans l’armée française. (Site pages14-18, art. réforme petite taille)

Quelques MOTIFS de REFORME trouvés sur les fiches matricules de soldats de Passy des classes 1887 à 1919, qui auraient pu être mobilisés en 14-18 ou qui, pour les plus jeunes classes,  l’ont été, après révision par une commission de réforme. (voir notre page sur les Passerands reclassés « service armé », en construction)

Classe 1887 :
– Réformé pour diabète forme grasse anthrax, 19 sept. 1914 ;
– Réformé le 3 décembre 1914 pour « paralysie complète des deux jambes »
Classe 1888 :
Maintenu réformé en 1914 pour fracture de la jambe avec cal vicieux.
Classe 1889 :
– « maintenu dans ses foyers comme père de 6 enfants »
Classe 1890 :
Réformé en 1900 pour ostéopériostite suppurée du maxillaire supérieur ; maintenu réformé en octobre 1914 ;
– Réformé le 13 février 1915 pour surdité et débilité générale. Détaché à la Société des Forces motrices à Chedde le 1er mars 1915 ;
– Réformé pour « affection organique du cœur ».
– Réformé le 17 mai 1892 pour tuberculose pulmonaire. Maintenu réformé le 14 octobre 1914 et le 11 septembre 1915.
Classe 1891 :
– Exempté en 1894 : hypertrophie du cœur ; maintenu réformé le 4 décembre 1914 ;
– Exempté en 1892 pour « atrophie du membre inférieur gauche » « Classé d’office service armé ne s’étant pas présenté devant le Conseil de révision des exemptés réformés en 1914. » « Réformé n° 2 sur pièces par la Commission spéciale de réforme d’Annecy du 7 octobre 1915 pour claudication de la jambe gauche. »
– Réformé pour hernie volumineuse le 11 août 1914 ; classé service armé le 26 juin 1915, loi du 4 avril 1915.
Classe 1892 :
– Réformé en 1893 pour raideur du coude gauche limitant la flexion de l’avant-bras ; acuité visuelle au-dessous du taux réglementaire ; maintenu réformé en 1914.
– Réformé le 30 janvier 1915 pour néphrite chronique.
– Réformé le 11 août 1914  pour tuberculose pulmonaire.
– Rappelé en août 1914 et renvoyé dans ses foyers en décembre 1914 comme père de 10 enfants vivants ; affecté à la classe 1887 pour la durée de la guerre.
Classe 1893 :
– Réformé en août 1914 pour ostéite [inflammation des os] chronique.
Classe 1894 :
– Réformé en décembre 1910 pour perte de l’œil droit et amputation d’une partie de la main droite.
-Réformé le 19 décembre 1914 pour déformation de la paroi thoracique ; classé service armé le 20  juin 1915 ; incorporé au 5e Rgt d’infanterie coloniale le 8 septembre 1915 ; était détaché à la poudrerie de Chedde au moment de son appel au 5e RIC.
– Exempté pour goitre en 1895 ; pris bon service armé le 10 novembre 1914 au 107e Rgt Territorial d’Infanterie ; classé services auxiliaires le 1er juillet 1915 pour mauvaise dentition.
– Ajourné pour faiblesse en 1895 ; exempté en 1896 pour hernie de la ligne blanche. Maintenu exempté le 14 décembre 1914.
– Exempté en 1895 pour goitre kystique ; pris bon service armé en octobre 1914.
Classe 1895 :
– Réformé avec congé n° 1 par la Commission spéciale de Gabès le 6 juin 1898 pour infirmités contractées en service commandé : « Vaste cicatrice adhérente à la hanche gauche suite d’eschares pendant une fièvre typhoïde ».
– Ajourné un an en 1896 : faiblesse ; Bon services auxiliaires en 1897 : dentition vicieuse ; réformé le 18 décembre 1914 et maintenu réformé le 26 juin 1915 pour dentition vicieuse et éventration.
– Réformé pour surdité le 4 janvier 1897. Maintenu réformé le 14 octobre 1914.
– Exempté pour idiotie.
Classe 1896 :
Réformé en 1903 pour goitre volumineux ; décédé à Passy le 8 juillet 1918.
– Territorial rappelé le 3 août 1914 au 107e RIT ; réformé le 3 juin 1915 pour bronchite sommet gauche.
– Réformé en 1897 pour hernie inguinale droite ; maintenu réformé en décembre 1914 ; classé services auxiliaires en avril 1917 (loi du 20 février 1917) ; détaché aux forces motrices de l’Arve à Chedde en mars 1917.
– Blessé le 2 septembre 1915: balle jambe gauche ; réformé le 16 mai 1916 avec gratification. Reliquat de paralysie du sciatique poplite externe gauche ; invalidité de 10%, pension de 246 francs le 28 octobre 1925.
– Réformé en 1907 pour goitre volumineux ; Territorial pris bon service armé en octobre 1914 au 107e RIT.; classé service auxiliaire en décembre 1914 pour vision insuffisante.
Classe 1897 :
– Réformé n° 2 le 22 février 1916 pour cataracte œil gauche et taie de la cornée œil droit ; maintenu réformé le 3 juin 1918.
– Exempté en 1898 pour hernie inguinale droite très volumineuse (fiche presque vide) Territorial rappelé en août 1914 au 107e RIT.
Classe 1898 :
Réformé n° 2 le 4 janvier 1900 pour tumeur ganglionnaire du cou et varices des membres inférieurs. Pris bon service armé en octobre 1914.
– Réformé en décembre 1899 pour hystéroépilepsie ; puis radiation annulée en 1914 ; affecté au 107e Territorial ; réformé le 5 mai 1915 pour tuberculose pulmonaire ; décédé le 2 mai 1917 à Paris, à 39 ans.
– Classé dans les services auxiliaires : pointe de hernie à gauche. Service d’alimentation. Réformé n° 2 par la Commission spéciale d’Annecy le 19 août 1914 pour hernie volumineuse.
– Réformé en novembre 1899 pour goitre ; pris bon pour le service armé en octobre 1914. Décédé le 22 mars 1922 à Passy.
Classe 1899 :
– Réformé le 29 décembre 1900 pour cicatrice adhérente au coup de pied droit et flexion permanente de l’annulaire gauche. Maintenu réformé le 14 octobre 1914. Classé services auxiliaires le 12 avril 1917.
– Réformé pour goitre le 22 août 1906 ; maintenu réformé en 1914 et 1917.
Exempté en 1901 : cicatrice rétractive et étendue à l’épaule droite. Radiation annulée en 1914. Pris bon service armé en octobre 1914.
– Réformé le 13 août 1914 pour varices volumineuses. Classé services auxiliaires le 26 juin 1915. Appelé au 11e Btn de chasseurs le 9 septembre 1915 ; non arrivé ; détaché à l’usine de Chedde (pas de date). Campagnes contre l’Allemagne : intérieur C.S. du 3 au 13 août 1914.
Classe 1900 :
Réformé en août 1914 : ankylose coude gauche ; détaché à l’usine de Chedde en septembre 1914 ; classé service auxiliaire le 26 juin 1915.
– Réformé en 1914 pour hernie irréductible ; puis classé service armé en juin 1915 ;  détaché à Chedde le 3 septembre 1915.
Classe 1901 :
Ajourné en 1902 ; exempté en 1903 : amputation de la jambe gauche.
– Ajourné en 1902 et 1903 ; classé dans les services auxiliaires en 1904 pour faiblesse générale, puis classé service armé le 4 janvier 1915 ; réformé en janvier 1916 pour claudication, goitre.
Classe 1902 :
– Réforme n° 2 en octobre 1906 pour  tuberculose pulmonaire ; maintenu en octobre 1914.
– Exempté : luxation ancienne du coude droit.
– Exempté en 1904 : varicocèle [dilatation variqueuse des veines] bilatéral très fort.
Classe 1903 :
– Réformé le 30 octobre 1915 pour débilité mentale irrémédiable ; décédé le 29 août 1923 à Bassens.
Classe 1904 : aucun réformé.
Classe 1905 :
– Exempté en 1907 pour faiblesse irrémédiable cicatrice adhérente au genou gauche ; maintenu exempté en octobre 1914.
– Exempté en 1906 : alopétie [lire « alopécie : chute des cheveux ou des poils]. Maintenu exempté le 14 octobre 1914 ; classé service armé le 12 avril 1917. Incorporé au 28e Btn du Génie ; non arrivé ; détaché le 22 mai 1917 à l’usine de Chedde
Classe 1906 :
Réformé le 4 février 1918 pour tuberculose pulmonaire (affection contractée en service commandé) ; décédé le 30 mars 1919 à Passy.
– Exempté pour débilité intellectuelle ; classé bon pour le service armé en octobre 1914 et incorporé au 140e RI, 159e RI, 2e Rgt d’artillerie de campagne, 28e BCA ; classé services auxiliaires en 1916 pour varices volumineuses ; est resté à l’intérieur.
Classe 1907
 :
– Réformé en 1907 pour pleurésie ; classé bon service armé en novembre 1914 ; incorporé le 24 février 1915 au 56e RI, classé service auxiliaire en octobre 1915 pour bronchite, pleurésie… ; détaché à l’usine des Forges d’Allevard, Isère, le 31 juillet 1916.
Classe 1908 :
Exempté pour infantilisme. Classé services auxiliaires le 14 octobre 1914.
– classé service auxiliaire pour faiblesse générale en octobre 1914 ; maintenu service auxiliaire le 4 décembre 1914 ; réformé le 12 octobre 1917.
– Réformé après la guerre pour sclérose des sommets pulmonaires plus marquée à droite (front*).
Classe 1909 :
– Exempté en 1911 pour faiblesse générale ; passé dans le service armé le 14 octobre 1914.
Classe 1910 :
– Réformé temporairement le 8 octobre 1912 pour imminence de tuberculose vertébrale lombo-sacrée. Réformé n° 2 le 8 janvier 1914 pour dégénérescence mentale avec interprétation délirante à base hallucinatoire et de mal de Pott dorsal ; puis classé d’office dans le service armé ne s’étant pas présenté aux Conseils de révision en 1914 (décret du 9 septembre 1914) ; incorporé au 11e Bataillon de Chasseurs, arrivé au corps le 15 août 1915 ; tué au combat de Maurepas dans la Somme le 18 août 1916.
– Classé service armé inapte le 25 novembre 1914 pour blessure antérieure le 7 janvier 1913 en Algérie (balle non extraite dans l’aine), puis classé service armé par la commission des trois médecins le 13 avril 1915 ; classé service auxiliaire le 28 avril 1915 pour « légère claudication », mis à la disposition de la Poudrerie militaire de Chedde le 26 juillet 1915 ; classé apte aux armées le 2 octobre 1917 ; passé aux entreprises et exploitations à Bellegarde et affecté au 23e RI le 10 janvier 1918.
– réformé le 27 mars 1913. Maintenu réformé en octobre 1914 pour endocardite chronique ; décédé le 3 août 1919 à 29 ans.
Classe 1911 :
Réformé en 1913 pour endocardite mitrale d’origine rhumatismale ; maintenu réformé en octobre 1914 ; décédé en 1937.
Classe 1912 :
– Classé service armé inapte pour deux mois le 2 mars 1916 pour tachycardie, endocardite ; maintenu service armé inapte deux mois le 18 mai 1916 ; classé service armé le 21 juillet 1916. Passé au 13e Btn de Chasseurs le 4 octobre 1916. Sergent le 6 octobre 1916.
Venu en renfort au 13e Btn Chass. Pied le 5 octobre 1916, tué à l’ennemi le 10 novembre 1916 à Sailly-Saillisel dans la Somme.
Classe 1913 : aucun réformé.
Classe 1914 :
Réformé le 19 septembre 1914 pour endocardite [inflammation cardiaque]. Maintenu réformé le 26 juin 1915.
Classe 1915 :
Incorporé au 99e RI à Vienne le 17 décembre 1914 ; passé au 1er Rgt d’artillerie de montagne le 22 février 1915. Aux armées le 15 juin 1915. Malade évacué le 22 juillet 1915. En Orient le 22 novembre 1915 ; rapatrié le 7 octobre 1916 ;  à la 63e Batterie le 9 janvier 1917 ; à la 95e Batterie le 18 juin 1917 étant à l’hôpital classé le 10 juillet 1917 ; rentré de convalescence le 14 septembre 1917. Classé services auxiliaires inapte définitivement à faire campagne le 17 novembre 1917 pour bronchite chronique persistante avec substances diffuses généralisées. Réformé définitif le 3 mars 1921 ; proposé pour pension temporaire à 40% le 28 mai 1921 pour bronchite chronique avec emphysème ; réformé le 4 avril 1934 avec pension 100%.
Classe 1916 :
Classé service auxiliaire pour « blépharite conjonctivite double inguérissable, astigmatisme irrégulier » ; réformé le 5 avril 1917.
Blessé le 16 avril 1917 à Berméricourt, dans la Marne, au nord de Reims : plaie œil droit par éclat d’obus ; énucléation. Proposé pour une pension de retraite de 5e classe le 7 août 1917 pour perte de l’œil droit par suite de l’énucléation. Admis à la pension militaire de 644 francs  le 7 février 1918.
Classe 1917 :
– Exempté pour infantilisme ; maintenu exempté le 17 juin 1916.
Classe 1918 :
– Ajourné faiblesse ; décédé à Passy en 1917
Classe 1919 :
– Exempté en 1918 (bec-de-lièvre congénital avec perforation de la voûte du palais) ; maintenu exempté le 28 septembre 1918 pour gueule de loup.
Maintenu exempté le 28 septembre 1918 pour nanisme ; décédé le 3 janvier 1929 à Passy, à 30 ans.
– Maintenu exempté le 28 septembre 1918 pour mal de Pott [infection d’un disque intervertébral  ou des corps vertébraux adjacents, due au bacille de la tuberculose] avec déformation du rachis.

Sources et sites à consulter pour en savoir plus :

Site pages 14-18, art. exempte-reforme

site pages14-18, art. reforme 

Site pages14-18, art. réforme petite taille
Voir nos autres pages sur
– Passy pendant la grande Guerre
en particulier
notre page consacrée au monument aux morts de Passy.

– Passy du XXe siècle à nos jours.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
– L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter