Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Les soldats de Passy en LORRAINE et ALSACE durant l’année 1915

sur le versant alsacien des Hautes-Vosges

Lire notre revue Vatusium n° 18, 2015 « Les Passerands dans la Grande Guerre », 1ère partie : 1914 et 1915.

Cette page BONUS complète notre article « Alsace et Lorraine en 1915 (Vosges et Meurthe-et-Moselle) » publié dans Vatusium n ° 18, pages 42-43.

De nombreux Passerands ont combattu durant toute l’année 1915 sur le versant alsacien des Hautes-Vosges et ont participé à des combats terribles et trop méconnus malgré leur importance stratégique.
Dans la mémoire collective de la Grande Guerre résonnent les noms de Verdun, l’Artois, la Somme, le Chemin des Dames. Mais on oublie souvent, en effet, le sang versé en Alsace. (Voir sur le site lencrierdupoilu.free.fr le document de Gilles ROLAND)

Carte de l’Alsace : attaques françaises en 1914, principaux lieux de bataille, front en 1916-1918 

Carte de l’Alsace : attaques françaises en 1914, principaux lieux de bataille, front en 1916-1918 (Site encyclopedie.beditions.fr)

Carte de l’Alsace : attaques françaises en 1914, principaux lieux de bataille, front en 1916-1918 (Site encyclopedie.beditions.fr)

Pour une description détaillée du « théâtre des opérations », voir le site alsace1418.fr

Carte d’Alsace et des Hautes-Vosges 

Carte d’Alsace et des Hautes-Vosges (site Wikipedia art. War 1 Memorials and cemeteries in Alsace)

Carte d’Alsace et des Hautes-Vosges (site Wikipedia art. War 1 Memorials and cemeteries in Alsace)

Des batailles terrifiantes et sanglantes…

La bataille de l’Hartmannswillerkopf, par exemple, se déroule de janvier à décembre 1915 sur un front secondaire de la « Grande Guerre », mais la violence des combats et la rigueur du climat des Hautes-Vosges l’ont rendue aussi terrifiante que celles plus célèbres de la Marne, de la Meuse ou de la Somme. »
(Wikipedia, art. bataille du Hartmannswillerkopf)

De même, sur la ligne bleue des Vosges, une succession de crêtes partant du Lingekopf au Kleinkopf en passant par le Schraztemannele et le Barrenkopf sera en 1915 le théâtre de violents combats.

Cet endroit, va devenir le « tombeau des Chasseurs », la sépulture des sacrifiés allemands et français : LE LINGE, dominant Munster et sa vallée, Orbey et ses lacs. » (Site lencrierdupoilu.free.fr, Document Gilles ROLAND)

Perspective du front en 1915 ; Munster en bas à gauche  

Perspective du front en 1915 ; Munster en bas à gauche (site alsace1418.fr)

Perspective du front en 1915 ; Munster en bas à gauche (site alsace1418.fr)

Le détail de ces différentes batailles est présenté dans nos pages consacrées aux soldats de Passy en LORRAINE et ALSACE durant l’année 1915 :
– Le Passerand PERROUD Raymond, caporal au 297e RI, tué le 16 janvier 1915, cote 425 en Alsace
– JMO du 297e RI, août 1914-mars 1915, Vosges, Alsace, cote 425
– Le 297e RI à Steinbach, cote 425, janvier 1915. Fusillés pour l’exemple
– Les Passerands du 133e R.I à St-Dié-des-Vosges début 1915   
 Les Passerands des 11e et 51e BCAP au Reichackerkopf et au Sattelkopf en février-mars 1915
 Les Passerands des 11e et 13e BCAP à l’Hartmannswillerkopf en 1915
 Les Passerands des 11e et 13e BCAP à l’ Hilsenfirst en 1915
 Les Passerands du 11e BCA à Soultzeren en février 1915
 Les Passerands des 11e et 22e BCA à Metzeral en juin 1915
–  Les Passerands des 11e, 22e, 114e BCA au Barrenkopf en juillet 1915
– Les Passerands des 11e, 14e, 114e BCA au Linge en juillet-août 1915 

Voir aussi notre page Les chiens d’Alaska dans les Vosges pendant la Grande Guerre

Ces soldats de Passy et leurs camarades de combat en Lorraine et Alsace appartenaient aux unités suivantes (voir détails dans Vatusium n° 18, p. 42-43) :
27e Division d’infanterie de Grenoble :
1er Rgt d’artillerie de montagne (1 Passerand tué) ;
7e BCAP (quelques Passerands à partir de 1916) dans les Vosges de janv. à mai 1915 : sommets des Vosges : l’Hartmannswillerkopf, puis l’Hilsenfirst  en juin 1915, puis Alsace : Mattle, Metzeral, Fachwiller, Hirtzstein de juin 1915 à janv.1916.

28e Division d’infanterie de Chambéry :
30e RI d’Annecy
, nombreux Passerands (en Alsace en déc.1915 : Traubach-le-Haut, Buethwiller) ;
11e BCA d’Annecy, nombreux Passerands (1 Passerand blessé, 2 blessés, 1 prisonnier) L’Hartmannswillerkopf et l’Hilsenfirst  dans Historique ; Vosges (fév- mars) : Soultzeren, Reichsackerkopf, opération au Linge (juin-oct. 1915) : Metzeral, le Braunkopf, ferme de Meyerhof, Le Barrenkopf (juil. 1915), le Linge (août 1915), Hartmannswillerkopf.
13e BCA de Chambéry , Passerands. Vosges : Hartmannswillerkopf (janv.-avril 1915), Metzeral (mai-juin 1915), Sondernach (juil.-août 1915), Hartmannswillerkopf (jusque déc. 1915) ;
22e BCAP d’Albertville (1 Passerand tué) : Opération au Linge (juin-oct. 1915) : enlèvement des sommets d’Alsace ;
54e Rgt d’artillerie de campagne (en Alsace en nov.-déc. 1915 : Belfort puis Falkweiler, Butweiler)
62e BCAP (dans les Vosges de janv. 1915 à juillet 1916) ;
54e Rgt d’artillerie de campagne (en Alsace en nov.-déc. 1915 : Belfort puis Falkweiler. Butweiler)

41e Division d’infanterie :
133ème RI de Belley (1 Passerand tué, 1 blessé),  dit « le régiment des Lions » (Vosges, toute l’année 1915) : secteur du Ban-de-Sapt, du col d’Hermanpère jusqu’à la ferme de Fayemont, puis en Alsace : Metzeral (juin), La Fontenelle (juillet), Ban-de-Sapt ;
70e BCA, Vosges, col de la Chapelotte en fév.-mars 1915, le Ban-de-Sapt, la Fontenelle en mars-mai 1915.

44e Division d’infanterie :
157e RI de Gap (1 Passerand blessé à Flirey, Meurthe-et-Moselle)
47e Division d’infanterie :
12e BCAP (1 Passerand engagé) de janv. 1915 à nov. 1918, Vosges : Reichsackerkopf en mars 1915, puis Opération au Linge de juin à oct. 1915 : enlèvement des sommets d’Alsace.
14e BCAP (1 Passerand blessé) (dans les Vosges en 1915 : Stosswihr, bois de Eichwald en fév. puis opération au Linge ou Lingekopf [près de Munster en Alsace] en juin-octobre. Enlèvement des sommets d’Alsace : Reichsackerkopf (Bataillon presque anéanti durant cette opération) ;
54e BCA, Opération au Linge, juin-oct. 1915, Reichsackerkopf, le Linge ;
67e BCA, Vosges de mars à déc. 1915 : Reichsackerkopf, Sattel, Metzeral, Sondernach, l’Hartmannswillerskopf (passe à la 66e DI en sept. 1915)
66e Division d’infanterie :
297e RI de Chambéry, 66e D.I. en janvier 1915, puis 47e DI en avril 1915, puis 129e DI en juin 1915  (1 Passerand tué) Alsace en janv. – février 1915 : Steinbach, Sandozwiller, puis Gérardmer, Le Gaschney en mars 1915, attaque du Sillacker en mai 1915, La Fontenelle en juillet 1915, Le Linge en août-sept. 1915, bataille de Champagne (27 sept.-7 oct. 1915) : Epine de Védegrange ; Vosges en nov.-déc. 1915 : Corcieux)
67e BCA à partir de sept. 1915 (voir 47e DI ci-dessus)

74e Division d’infanterie :
51e BCAP d’Annecy (2 Passerands blessés) : Reichsackerkopf en mars. Le 31 août [1915], au Linge ; après un mois de repos à Corcieux, secteur de Barrenkoff, puis du col du Bonhomme et enfin à l’Hartmannswillerkopf où il reste du 26 décembre 1915 au 10 janvier 1916.
230e RI (1 Passerand tué, 1 blessé) : Lorraine (janv.-juin 1915) : forêt de Parroy, Einville, Crion ; puis [en Meurthe-et-Moselle, à l’est de Lunéville] : Reillon, Leintrey (juillet-déc. 1915) ;
53e BCAP de Chambéry (dans les Vosges en 1915 : Hartmannswillerkopf, Hilsenfirst, Vieil Armand en janv. 1916).

77e Division d’infanterie :
57e BCA, Opérations au Linge, juin-oct. 1915 : enlèvement des sommets d’Alsace

129e Division d’infanterie :
114e BCAP de Pérouges (1 Passerand blessé), constitué le 10 mars 1915 d’éléments provenant des 11e, 13e, 14e, 28e et 30e Bataillons de chasseurs. Dans les Vosges : Lac Noir en mai-juin 1915, Barrenkopf [près de Munster en Alsace]  en juillet 1915 (le bataillon perd 500 hommes)

157e Division d’infanterie :
32e BCAP de Chambéry (1 Passerand décédé) (créé le 28 février 1915 et constitué par les dépôts des 11e, 12e, 13e, et 22e BCAP, blessés de 1914) en Alsace en déc. 1915 : Burnhaupt-le-Haut ;
116e BCA, en Alsace : le 11 octobre 1915, le bataillon s’embarque en gare de Saint-Hilaire-au-Temple et débarque, le 12, en gare de Belfort ; il est en cantonnement à Brevillers.

Relief autour de Munster

Vue aérienne de Munster, Ph. : Robert Stantina, 2005 

Vue aérienne de Munster, Ph. : Robert Stantina, 2005 (site munster.alsace/territoire)

Vue aérienne de Munster, Ph. : Robert Stantina, 2005 (site munster.alsace/territoire)

Autre illustration : Carte de l’Alsace et des Vosges en 1915 (St-Dié  en haut de la carte, le Linge et Munster au milieu, Mulhouse en bas) : voir Vatusium n° 18, p. 42.

Contexte stratégique : « La guerre des tranchées en Haute Alsace »

Le Barrenkopf et le Schratzmannele, en bas à gauche

Le Barrenkopf et le Schratzmannele, en bas à gauche (site saint-gervais-guerre-14-18)

Le Barrenkopf et le Schratzmannele, en bas à gauche (site saint-gervais-guerre-14-18)

Objectif de l’Etat-major français : prendre la ville de Munster par les hauteurs nord 

“Sur le territoire de Hohrod se situent trois hauteurs pour la conquête desquelles la guerre va sacrifier plus de 20 000 hommes lors des combats de l’année 1915 : L’état-major Français décide la prise de Munster… et préalablement celle des sommets dominant le cirque au fond duquel est blottie la ville. Sommets que les Allemands ont fortifiés par un réseau de tranchées bétonnées, fortins et abris.

Description du champ de bataille du Lingekopf – Schratzmännele – Barrenkopf

Vue aérienne du Lingekopf – Schratzmännele – Barrenkopf, Google earth 

Vue aérienne du Lingekopf - Schratzmännele - Barrenkopf, Google earth (site tim-slater.blogspot.fr)

Vue aérienne du Lingekopf – Schratzmännele – Barrenkopf, Google earth (site tim-slater.blogspot.fr)

« L’objectif à enlever était le massif connu sous le nom du Lingekopf – Schratzmännele – Barrenkopf. Ce massif, vu des positions françaises de l’Hornleskopf, barre complètement l’horizon.
La crête se profile du nord au sud, d’abord en pente régulière jusqu’au sommet du Linge, descend faiblement jusqu’au Collet, qui emprunte la route du Hohneck, et remonte ensuite par une pente rapide jusqu’au sommet du Schratzmännele.
Les pentes sont très boisées ; mais à travers certaines éclaircies, on se rend compte que vers le sommet les pentes sont abruptes, le terrain très rocheux et bouleversé. Des blocs de rochers entassés les uns sur les autres forment des éboulis, des chaos où la marche semble devoir être très pénible.
Vers l’ouest, ce massif est précédé par une vallée dénudée et marécageuse, parfaitement vue du Rain des Chênes qu’occupe l’ennemi ; le massif domine la vallée d’environ 200 mètres.
Cette disposition du terrain rendra particulièrement difficile l’établissement de nos communications, qui doivent passer par cette vallée. Après les premières opérations, quand le massif eut été en partie déboisé par les obus, les difficultés du terrain se révélèrent encore plus considérables ; le Linge dévoila des rochers à pic qui s’opposaient à toute progression.

Les défenses accumulées par l’ennemi : réseaux profonds de fils de fer, grillages tendus, réseaux plantés au ras du sol et enchevêtrés aux lianes et aux ronces naturelles, tranchées à fleur de terre qui battaient de leurs feux ces réseaux, blockhaus et abris bétonnés qui protégeaient les mitrailleuses, disposition des pentes ouest que nous attaquions, exposées au feu de l’artillerie ennemie qui prenait de flanc, et même de dos, les troupes montant à l’assaut, faisaient de ce massif Lingekopf – Schratzmännele – Barrenkopf une région qui paraissait défier les attaques des troupes les plus braves. » (Extrait de « La Grande Guerre vécue – racontée – illustrée par les combattants » Editions Aristide Quillet, 1922, cité dans Site histoire-genealogie.com).

Avril 1915 : une première tentative française échoue. En juin, l’offensive se concentre sur Metzeral et Sondernach (voir notre page) dont les ruines sont occupées par la 47ème division d’infanterie au prix de la perte de 6 800 hommes. Munster est à la portée de Français. Mais l’Etat-major veut la prise de la ville par les hauteurs nord : le Lingekopf, le Schratzmaennele et le Barrenkopf. (encyclopedie.beditions.fr )

Voici le texte qui figure à l’entrée des cimetières militaires nationaux en Alsace. Il émane du ministère des Anciens Combattants et Victimes de guerre :
« Le 20 juillet 1915, la 7e armée attaque le Linge : la 129e D.I. du général NOLLET y prend pied tandis que la 47e D.I. échoue contre le Reichackerkopf. Les assauts recommencent le 22. Les chasseurs progressent vers le Barrenkopf. Le 26, le 30e B.C.A. prend la crête du Linge, le 14e B.C.A. le collet du Linge. Le Schratzmaennele oppose une vive résistance, ses défenseurs ne cèdent pas. Le lendemain les Allemands font même quatre contre-attaques. Le 15e B.C.A. prend le Barrenkopf puis le reperd.
Le 29, nouveaux assauts français pour consolider les positions conquises. Le 1er août, les chasseurs (les Diables bleus) attaquent encore au Barrenkopf et au Schratzmaennele. Dans tout le secteur du Linge, les actions d’infanterie se succèdent sans répit jusqu’au 26 août, jusqu’à ce que les deux adversaires s’accrochent aux sommets dévastés, séparés par le no man’s land.

Le 31, un violent pilonnage allemand d’obus à gaz s’abat sur le Linge, le Schratzmaennele, le Barrenkopf, le Wettstein, long de plusieurs heures. Durant plusieurs jours les combats persistent. Le 9 septembre, des attaques allemandes au gaz et aux lance-flammes se déroulent au Linge et au Vieil-Armand. »

Bilan des combats de 1915 dans les Hautes Vosges

Le front en Alsace s’est stabilisé « pour le restant de la guerre sur une ligne Pfetterhouse – Altkirch – Thann – Hartmannswillerkopf – Munster – Col du Linge – Col du Bonhomme.

Carte du front dans les Vosges en 1915 après la fin de la guerre de mouvement 

Carte du front dans les Vosges en 1915 après la fin de la guerre de mouvement (site commons.wikimedia.org)

Carte du front dans les Vosges en 1915 après la fin de la guerre de mouvement (site commons.wikimedia.org)

En 1916, les Allemands abandonnent le projet d’une percée du front en Alsace et  vont concentrer leurs forces sur… VERDUN

Sources et sites à consulter pour en savoir plus sur les combats de 1915 dans les Vosges :

Site aufildesmotsetdelhistoire.unblog.fr    Le combat de la Fontenelle, d’après « La Grande guerre du XXe siècle » – 1916. J.M.O. du 133e R.I. : site memoiredeshommes site front-vosges-14-18.eu : (la bataille des Vosges) ; (la bataille des cols) ; (1915, une année terrible) ; (Les combats du Linge) ; site horizon14-18.eu  (document pdf très complet) ; site alsace1418.fr (« théâtre des opérations ») ; site haute-alsacetourisme.com (VIDEOS sur les lieux de mémoire de la Grande Guerre en Alsace) ; site lencrierdupoilu.free.fr le document de Gilles ROLAND) ; Site encyclopedie.beditions.fr ; site Wikipedia art. War 1 Memorials and cemeteries in  Alsace (carte d’Alsace et des Hautes-Vosges) ; Wikipedia, art. bataille du Hartmannswillerkopf  ; site munster.alsace/territoire Vue aérienne de Munster (Ph. : Robert Stantina, 2005) ; site saint-gervais-guerre-14-18 ; site tim-slater.blogspot.fr ; site commons.wikimedia.org

Voir nos autres pages sur
– Passy pendant la grande Guerre
en particulier
 notre page consacrée au monument aux morts de Passy.

– Passy de 1920 à nos jours.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
– L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter