Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Nant et glacier des Buissons [Bossons], Chamonix au XVIIIe siècle

Lire notre revue Vatusium n° 17, p. 52. 

« Vue du glacier des Bossons et du Mont-Blanc prise de Chamouny » (Gravure de Marc-Théodore Bourrit, Nouvelle description des glacières et glaciers de Savoye…, 1785)

« Vue du glacier des Bossons et du Mont-Blanc prise de Chamouny » (Gravure de Marc-Théodore Bourrit, Nouvelle description des glacières et glaciers de Savoye…, 1785)

Saussure : « A un quart de lieue du ruisseau de Taconay, on traverse sur un pont de bois le torrent qui descend du glacier des Buissons, et qui porte le nom de ce glacier ; ce torrent est beaucoup plus considérable que les précédents, il roule un grand nombre de fragments de granit, qu’il arrondit en les entraînant ; et ses eaux sont blanchies par le sable fin que produisent la rupture et la division de ces granits.
On trouve auprès de ce torrent, de grands blocs de ce même genre de pierre, qui sont roulés du haut du Mont-Blanc ou des ses bases, par la vallée de ce même glacier, qui se prolonge sans interruption jusques auprès des sommités de cette haute montagne.
Quand on serait très pressé par le temps, on pourrait se détourner sur la droite, et visiter ce glacier en allant au Prieuré, qui est assez éloigné de là de trois quarts de lieue. On épargnerait environ une heure qu’il en coûte de plus lorsqu’on y va de ce dernier village. » (Saussure, Voyages dans les Alpes, 1779-1786,  § 515)

Bourrit, Description des glacières et glaciers et amas de glaces du duché de Savoye, 1773 : Livre numérique gratuit 

Fac-similé du livre de M. Th. Bourrit, Description des glacières et glaciers et amas de glaces du duché de Savoye, 1773, page 77, « Magnifiques murs de glace et glacier des Bossons »

Fac-similé du livre de M. Th. Bourrit, Description des glacières et glaciers et amas de glaces du duché de Savoye, 1773, page 77, « Magnifiques murs de glace et glacier des Bossons »

« Après ces deux torrents, on arrive à la chapelle de Montuart (Montquart) ; c’est là que l’on prend à pied la route du glacier des Bossons ; les frères Simon de cet endroit vous y conduisent : le chemin traverse des bois, puis des champs, et l’on monte jusqu’à quelques maisons élevées sur un plateau d’où la vue de la vallée est très belle. De ce site, le glacier, vu de côté, fait un superbe effet ; on le voit coupé sous la forme d’obélisques de cent pieds de hauteur, et ces obélisques, à demi ruinés, percés, présentent un spectacle inattendu. On dépasse ces pics de glaces, ces tours, pour en atteindre le sommet et traverser le glacier lui-même. Sa surface est onduleuse ; elle offre des monticules et des fonds glissants, que l’on franchit avec l’aide des guides : c’est là que l’on voit d’assez belles crevasses et des eaux d’une fraîcheur et d’une limpidité parfaite, qui forment des réservoirs. Les crevasses sont d’un beau bleu : ou y rencontre aussi d’énormes blocs de granit qui ont roulé des hauteurs ; leur rencontre donne des craintes et en effet il en est qui sont au-dessus de vos têtes qui doivent nécessairement arriver sur le plateau. Le haut du glacier est un lit de glace qui s’élève à quinze cents toises jusqu’au Mont-Blanc : il  est chapelé d’une manière effrayante, présentant partout des masses de glace vive, des murs et des pyramides qui paraissent ne tenir à rien. Ce spectacle, qui vous transporte sous les glaces du pôle, vous semble un rêve : l’imagination n’était pas allée jusque là.

Le glacier traversé, on descend parmi d’énormes débris venus des aiguilles, et après trois quarts d’heure de marche on arrive au chef-lieu de Chamouni, nommé le Prieuré, ayant dans cette route le contraste de la plus belle nature avec les plus grandes horreurs. » (Marc-Théodore Bourrit, Itinéraire de Genève, des glaciers de Chamouni, du Valais et du canton de Vaud,, 1808)

A droite de l’Aiguille du Midi, le glacier des Bossons et celui de Taconnaz, vus du Merlet, aux Houches, en juillet 2008 (cliché Bernard Théry)

A droite de l’Aiguille du Midi, le glacier des Bossons et celui de Taconnaz, vus du Merlet, aux Houches, en juillet 2008 (cliché Bernard Théry)

Découvrez le n° 17 de Vatusium

Voir aussi sur ce site nos pages :

– Histoire des lettres de W. Windham et P. Martel relatant leurs voyages à Chamonix (1741 et 1742) par Théophile DUFOUR
– La lettre de William Windham en 1741
– La lettre de Pierre Martel en 1742

Découverte de la vallée et du Prieuré de Chamouny (Chamonix) au XVIIIe
La traversée des Houches au XVIIIe siècle

 Nous contacter ; Commander nos publications 
S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter