Culture, Histoire et Patrimoine de Passy

Passy : Liste alphabétique des soldats morts en 14-18

Lire notre revue Vatusium n° 18, 2015 « Les Passerands dans la Grande  Guerre » 1e partie : 1914-1915 et  Vatusium n° 19, 2016 « Les Passerands dans la Grande Guerre », 2e partie : 1916 à 1919.
Cette page BONUS complète nos articles publiés dans les numéros 18 et 19 de Vatusium.

Introduction :

Le monument aux morts de Passy comporte 80 noms ; mais 3 soldats sont manquants et, en revanche, un poilu y figure à tort… Chaque soldat est indiqué avec son ou ses prénoms, la date de sa classe, son régiment, son grade éventuel ; on peut relever une quarantaine d’erreurs. Tous n’ont pas été déclarés officiellement « Morts pour la France » : certains sont en effet décédés après la Grande Guerre ou après avoir été réformés.
Voir nos pages
« Soldats de Passy décédés après l’Armistice du 11 novembre 1918 »
« Originalité et message du monument aux morts de Passy »
« Tableau d’honneur des Passerands morts pour la patrie, 11 novembre 1920 »

82 hommes venant de Passy sont morts « Pour le Droit et l’Humanité », selon les termes gravés sur le monument du Chef-lieu. Tous ne sont pas nés dans notre commune. Trois soldats ne figurent pas sur le monument aux morts du Chef-lieu (BAVOUX Gabriel François, classe 1916 ; OVERNEY Aristide, classe 1907 ; GROSSET-JANIN François David, classe 1898) et un y figure alors qu’il n’a pas été tué…, mais seulement fait prisonnier (BAUD Claudius Marius Marcel, classe 1916).

Certains soldats de Passy ont été fauchés à 19 ans ou 20-22 ans. Les voici par ordre alphabétique : BAVOUX Gabriel, 19 ans ; BOTTOLIER-CURTET Hyacinthe, 20 ans ; BOTTOLIER-CURTET Philibert, 20 ans ; BOTTOLLIER Robert, 20 ans ; BUTTOUD Joseph, 20 ans ; BUTTOUDIN Joseph François, 19 ans ; CLERC Louis Félix, 20 ans ; CORNILLON Louis Alfred, 21 ½  ans ; DECRET François Ulysse, 20 ans ; FELISAZ Roger François, 21 ½ ans ; HUGUES Félix Marcel, 20 ans ; LAVIGNE Georges Louis, 20 ½ ans ; MAGNIN Gaston Louis, 20 ans ; MARECHAL Ernest Henri, 20 ½ ans ; NOGUET Gaston Henri, presque 22 ans ; NOGUET Marc, 21 ½ ans ; POENCET Léon, 20 ans ; REDEALLI (ou…Radaelli) Jean Joseph, 21 ans ; RICHELMY Marcel Joseph, presque 22 ans ; ROMAND Marcel Louis Julien, 19 ½  ans.
Certains jeunes mariés de Passy ont été tués peu après leur mariage : Joseph Clovis VALLET, classe 1907 ; Auguste FIVEL, classe 1908 ; Joseph Emile SOCQUET-JUGLARD, classe 1907.
Les soldats les plus âgés n’ont pas été épargnés : DECLUNY Fernand, 44 ½ ans ;  GROSSET-JANIN François David, 38 ans ; FIVEL Paul Léon, 37 ans.

D’après le « Recensement de Passy en 1911 », le nombre de maisons s’élevait à 607, celui des ménages à 782 et le nombre d’individus était de 3083. Par rapport à cette population le nombre de morts s’élève donc à 2,66 %, ce qui est moins important que la moyenne en métropole.
« En divisant le nombre de natifs du département morts pour la France par le nombre total d’habitants de ce même département lors du recensement de 1911, on arrive à une moyenne de 3,2% en métropole, avec des taux allant de 1,7% dans les Bouches-du-Rhône à 5,3% en Lozère. » (Jean-Marie Pottier, Centenaire de la Première Guerre mondiale : combien de « poilus » de votre département parmi les victimes ? 9 nov. 2013)  http://www.slate.fr/story/79759/carte-morts-premiere-guerre-mondiale

On notera que 25% seulement des soldats de Passy sont revenus indemnes. Physiquement indemnes, mais aucun n’est revenu indemne moralement ou psychologiquement.

Lieux d’inhumation
La question ne se pose pas pour les 9 Passerands déclarés « disparus » : ils ont été ensevelis dans les tranchées, enfouis dans la boue, éparpillés par les mines ; leurs membres déchiquetés par la mitraille pendaient aux arbres, certains ont sans doute été désintégrés au lance-flammes et réduits en cendres.
Pour les soldats « tués à l’ennemi », on ne connaît pas souvent leur lieu d’inhumation. Mais 6 d’entre eux sont enterrés sous le monument aux morts de Passy. Il s’agit des poilus suivants : BOTTOLLIER Alexandre Emmanuel, classe 1905 ; BOTTOLLIER CURTET Philibert, classe 1915 ; FIVEL Ulysse Alexandre, classe 1903 ; MATTEL Théophile Emile, classe 1909 ; NOGUET Marc, classe 1916 ; DECLUNY Fernand, classe 1893.

Voir notre page « Monument aux morts »

Sauf indication contraire, les fiches matricules des soldats mentionnés ci-dessous sont disponibles en ligne aux Archives départementales de Haute-Savoie (ADHS). Il en est de même pour leurs fiches déclaratives de « Mort pour la France », disponibles sur le site « Mémoire des hommes » du Ministère de la Défense.

Exemple :

Fiche matriculaire de Bastard

Fiche matriculaire de Bastard Jean François

Dans le cas où le recensement de 1911 permet de connaître le prénom d’usage, l’autre prénom a été mis entre parenthèses.

Pour situer les lieux où sont morts les soldats, se reporter à notre page Repères chronologiques et géographiques pour la Grande Guerre   

UNITES (régiments, bataillons…) dans lesquelles ont servi les Passerands décédés. Voir les liens Internet sur notre page Historiques des régiments des Passerands en 14-18
et la présentation des différentes « armes » sur les pages suivantes de notre site :

INFANTERIE
Rgt d’Infanterie (R.I.) « Les fantassins de Passy en 14-18, biffins et havresacs »
« Les Passerands dans les troupes alpines » :
Btn de Chasseurs à Pied (B.C.A.P.) « Les Passerands chasseurs alpins en 14-18, histoire et uniforme »
Rgt d’Infanterie alpine (R.I.A.) « Les Passerands des régiments d’infanterie alpine »
Rgt d’Infanterie coloniale (R.I.C) « Les Passerands de l’infanterie coloniale en 14-18 »
Btn de Marche d’Afrique (
Btn Inf. légère d’Afrique) : Bossonney
Rgt Tirailleurs (Cornillon)
Rgt de Zouaves (Magnin Félix, Richelmy) « Les Passerands des régiments de Zouaves en 14-18 et leur uniforme »  

CAVALERIE « Les Passerands dans la cavalerie en 14-18 » : 
Rgt de Spahis (Jaccaz)
Régt Chasseurs à Cheval (Mattel)

ARTILLERIE
Régt d’Artillerie de campagne (R.A.C.) « Les artilleurs de Passy et le canon de 75 mm en 14-18 »
Rgt d’Artillerie de Montagne
(Magnin Joseph, Socquet-Juglard) « Les Passerands de l’artillerie de montagne en 14-18« 
Rgt d’Artillerie à Pied (R.A.P.), artillerie de forteresse
(Fournier, Métral)

AVIATION « Des Passerands dans l’aviation en 14-18 » (Decluny)

 

LISTE ALPHABETIQUE

BASTARD Jean François, classe 1906 (Vatusium n° 18, p. 20).
Né le 8 octobre 1886 aux Gets, canton de Taninges (Haute-Savoie), fils de Bernard Joseph et Etiennette Bastard domiciliés aux Gets. Cultivateur résidant aux Gets, non recensé à Passy en 1911, mais signalé comme ouvrier habitant le 6 mars 1910 à l’usine de Chedde chez Capitan R. puis à Genève en 1913.
Incorporé au 158e RI le 7 octobre 1907 ; soldat de 1ère classe le 19 novembre 1908. Envoyé en congé le 25 septembre 1909. Certificat de bonne conduite accordé. Passé dans la réserve de l’armée active le 1er octobre 1909.
A rejoint à la mobilisation le 36e Rgt d’Infanterie coloniale le 4 août 1914. Casernement en 1914 : Lyon, 147e Brigade, 74e DI. Campagne de 1914 : Savoie, garde des frontières devant l’Italie, St-Pierre d’Albigny ; puis Lorraine : Montmélian (21-08), Brémoncourt, Einvaux (25-08), Gerbéviller (28-08).
Apparemment gravement blessé le 28 août 1914 à Gerbéviller (sa fiche Mémoire des hommes mentionne l’ambulance 4 Groupe 6B)
Décédé le 26 sept. 1914 à Gerbéviller, au sud de Lunéville en Meurthe-et-Moselle, « tué à l’ennemi ». Inhumé à Gerbéviller (avis ministériel du 3 juin 1915 n° Br 1899). Il avait 28 ans.
« Mort pour la France » : Jugement rendu le 17 janvier 1917 par le tribunal de Bonneville et transcrit à Passy le 7 février 1917.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914.
Remarque : Suite aux pertes durant des combats du secteur de Gerbéviller (1200 hommes !), le régiment est incorporé au 229e RI jusqu’au 26 octobre, date de l’arrivée d’un renfort de 800 hommes.
Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands dans les combats de St-Dié et du col de la Chipotte, 24 août-12 septembre 1914 »

« JMO du 30e RI, combats autour de St-Dié, août-septembre 1914 »
Historique du 36e Régt Infanterie Coloniale :
site gallica.bnf.fr

BAUD Marius Michel, classe 1909 (Vatusium n° 19, p. 61)
Né le 8 décembre 1889 aux Gets, canton de Taninges, fils de François Claude Baud et de Louise Anthonioz-Rossiaux domiciliés à Passy Chedde. Recensé à Chedde en 1911 comme chaudronnier à la Société de l’Arve, résidant à Passy.
Incorporé au 133e RI à Belley le 1er octobre 1911 ; envoyé en congé le 25 septembre 1913 ; certificat de bonne conduite accordé ; passé dans la réserve de l’armée active le 1er octobre 1913.
Rappelé à l’activité à la mobilisation générale le 2 août 1914 au 133e RIle « Régiment des Lions » (582e brigade d’infanterie, 41e division d’infanterie, 7e corps d’armée) :
Combats du 133e RI en 1914 : ALSACE : Cernay (08/08), Pont d’Aspach, Rougemont, Mortzwiller (14/08), 6uewenheim, Aspach-le-Bas (16/08), Dornach, Brunstatt, Mulhouse ; VOSGES : Soultz (25/08), Osenbach, Fraize (30/08), Couinche, Tête de Béhouille, Saint-Dié, col des Journeaux, Plainfaing, Le Fraiteux, bois du Palon, Saulcy près de 1200 h. hors de combat en 10 jours ; Saint-Dié (14/09), La Fontenelle, Spitzberg, Metzeral, Gemainfaing (même secteur jusque fin 14). En 1915 VOSGES (toute l’année).
Blessé au combat, région de la Fontenelle, au nord de St-Dié et de Ban-de-Sapt, le 22 janvier 1915 : éclat d’obus ayant déterminé une plaie à la jambe droite ; évacué sur Besançon.
Placé en sursis d’appel, puis détaché à l’usine de Chedde le 15 juillet 1915.
Rentré au dépôt le 1er février 1917, passé au 23e RI, 9e Bataillon, le 5 février 1917.
Combats du 23e RI de février à avril 1917 : CHAMPAGNE : Champ du Seigneur, Loivre, La Verrerie, Berméricourt (offensive d’avril) ;
Puis au 359e RI le 15 avril 1917 ;
Combats du 359e RI en avril-mai 1917 : VOSGES (janvier-mars) : La Chapelotte. 
Evacué malade le 1er juin 1917, rentré au dépôt le 2 septembre 1917 ; reconnu inapte deux mois.
Aux armées le 26 octobre 1917 ; passé au 156e Rgt d’Infanterie.
Combats du 156e RI d’octobre 1917 à juillet 1918 : 1917 LORRAINE (juin-novembre) : secteur de Pont-à-Mousson.
1918 VERDUN (janvier-mars) : cote 344 ; puis FLANDRES (avril-mai) : Le Kemmel, Le Scherpenberg ; AISNE (mai-juin) : Condé-sur-Aisne, Corcy, puis offensive de l’Aisne (18-28 juillet) : offensive au nord de Château-Thierry.
Tué le 26 juillet 1918 à Fresnes dans l’Aisne, dans la région de Château-Thierry. Il avait 28 ans.
« Mort pour la France » : Jugement transcrit le 6 avril 1919 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1917-1918.
Plus d’infos sur le site genealogie-aisne.com, page batailles 
Historique  du 133e RI Site gallica.bnf.fr
Historique du 23e RI sur le site horizon14-18.eu

BAVOUX Gabriel (François),
classe 1916 (Vatusium n° 19, p. 11)
Né le 9 décembre 1896 à Ambérieu-en-Bugey (Ain), fils de Jean Louis Bavoux et de Marie Emilie Venin domiciliés à Passy ; ajusteur mécanicien résidant à Passy, hameau de l’Abbaye ; recensé à Passy hameau de l’Abbaye en 1911 avec le prénom Gabriel.
Incorporé au 97e Rgt d’Infanterie Alpine le 8 avril 1915, soldat de 1ère classe le 17 août 1915 ; passé au 9e Bataillon de dépôt du 97e RI en campagne (34e compagnie) le 6 décembre 1915. En 1916, le 97e RI participe à la bataille de Verdun (Vaux en mars-avril), puis combat dans la Woëvre en mai-juillet à Flirey, à l’ouest de Lironville et Pont-à-Mousson, au nord de Toul ; c’est là que Gabriel Bavoux est blessé, selon le JMO du 97e RI page 84-85.
Décédé le 4 juin 1916 de blessures de guerre à l’ambulance 5/38 à Ménil-la-Tour en Meurthe-et-Moselle, au nord-ouest de Nancy. Il avait 19 ans.
« Mort pour la France » : Jugement transcrit le 8 octobre 1916 à St-Gervais-les-Bains.
Monument aux morts de Passy : non inscrit sur la plaque des morts de 1916 ; mentionné sur la plaque commémorative du cimetière des Plagnes !
Plus d’infos dans le JMO du 97e RI, 19 juin 1915 au 31 décembre 1916 : 26N 672/12, pages 84-85 (Mémoire des hommes Journaux des unités 1914-1918)
Historique du 97e RIA Site dumoul.fr

BESSON Joseph Armand, classe 1913 (Vatusium n° 18, p. 57)
Né le 11 juin 1893 à Passy, cultivateur à Passy, fils de Joseph Henri Besson et de Mathilde Adélaïde Jaccoux domiciliés à Passy. Recensé à Passy hameau de Cran en 1911 comme cultivateur.
Incorporé au 97e Régiment d’Infanterie Alpine à compter du 28 novembre 1913.
Combats du 97e RIA d’août 1914 à janvier 1915 : Garde de la frontière italienne (août), puis opérations d’ALSACE (août) : Zillisheim, Flaxlanden, puis Trouée de Charme : Mesnil-sur-Belvitte, La Chipotte, La Fontenelle, Ban-de-Sapt. ARTOIS (oct.-déc.) Guémappe, Wancourt, secteur d’Arras, Roclincourt. ARTOIS (janv.-avril 1915) : Carency…
Passé au 17e Régiment d’Infanterie le 5 février 1915.
Combats du 17e RI en février-mars 1915 : ARTOIS : Souchez, Neuville-St-Vaast (janvier-mai).
Passé au 109e Régiment d’Infanterie le 23 mars 1915.
Combats du 109ee RI en mars 1915 : ARTOIS (mars-septembre) : Lorette…
Tué le 1er avril 1915 à Bois Bouvigny dans le Pas-de-Calais, N.D. de Lorette. Selon sa fiche « Mort pour la France » : mort pour la France de ses blessures de guerre le 30 mars 1915 à Bois Bouvigny (Pas-de-Calais). Il avait 21 ½ ans.
« Mort pour la France » : Acte transmis à Passy le 20 janvier 1917. Selon sa plaque émaillée de l’oratoire de Cran, « mort pour la France à Notre-Dame de Lorette » ; 2 médailles entourent sa photo.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914-1915.
Plus d’infos sur notre page « Le Passerand Joseph Besson du 109e RI tué à N.D. de Lorette le 1er avril 1915 »
Historique du 97e RIA Site dumoul.fr
Historique du 17e RI : Site tableaudhonneur 

BIAVO Noël (Jean-Baptiste), classe 1910. BIAVA selon l’usage local et le Tableau honneur de la mairie (Vatusium n° 18, p. 12 à 14, article détaillé « Pour un mauvais coup de clairon »).
Né le 25 décembre (d’où son prénom !) 1889 à Cranves-Sales en Haute-Savoie, maçon à Passy, fils de Jean Biavo et de Mathilde Catagnetti domiciliés à Passy Chedde. Issu d’une famille italienne, il est inscrit comme « français » au recensement de Passy hameau de Chedde en 1911. Son père Jean, né en Italie en 1857, est maçon à la Société des forces motrices et usines de l’Arve ; son frère, Florentin, né en Savoie en 1892, est tonnelier à la même usine de Chedde, tous deux sont de nationalité italienne.
Incorporé au 158e RI le 10 octobre 1911, il fait campagne en Algérie du 27 août au 27 décembre 1912 ; passé dans la Réserve le 1er octobre 1913.
Rappelé à l’activité le 2 août 1914 au 97e Régiment d’Infanterie Alpine, « aux armées le 14 août », il est engagé en Alsace au début de la campagne contre l’Allemagne.
Tué 5 jours plus tard le 19 août 1914 à Flachslanden, au sud de Mulhouse. C’est la première victime de la guerre à Passy. Il avait… 24 ans et 8 mois. (Voir détails dans Vatusium n° 18, page 12 à 14).
« Mort pour la France » : Jugement rendu le 10 juillet 1917 par le tribunal de Bonneville ; jugement transcrit le 20 juillet 1917 à Passy. N° du registre d’état-civil 2733 144.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914 avec le nom BIAVA (alors que l’orthographe BIAVO figure sur son acte de naissance, sa fiche matricule et sa fiche de la Base de données de Mémoire des hommes) et une erreur sur sa classe : lire classe 1910 et non 1904.
Plus d’infos sur notre page « Mort du premier Passerand Noël Biava le 19 août 1914 en Alsace »
Historique du 97e RIA Site dumoul.fr

BIBOLLET Pierre François Marie, classe 1912 (Vatusium n° 18, p. 16 et 23-24, article détaillé « Les artilleurs de Passy »).
Né à Lyon le 29 mai 1892, résidant à Passy, fils de Joseph Marie Bibollet et de Marie Elisabeth Bibollet domiciliés à Passy ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé au 54e Régt d’Artillerie de campagne à compter du 8 octobre 1913, 2e canonnier servant ; le 54e Régiment d’Artillerie, caserné en 1914 à Sathonay (bat.1 à 3) et Lyon (bat.4 à 9) appartient à la 4e Brigade d’Artillerie, artillerie de la 28e Division d’infanterie pour 3 groupes (9 batteries de 75) stationné à Sathonay et les 10e et 1le batteries à cheval sont rattachées à la 6e division de cavalerie, à Lyon. En  août 1914, ce régiment se bat dans les Vosges, à Schlesdadt (18/08), dans la Vallée de la Bolle,  au col d’Anozel, et à Ban-de-Sapt (fin août).
Tué à l’ennemi » le 25 août 1914 au combat de Launois, juste au sud de Ban-de-Sapt, au nord-est de Saint-Dié, Vosges. Il avait 22 ans.
« Mort pour la France » : Acte transcrit le 23 mars 1916 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914.
Remarque : Ce soldat, noté dans la colonne des 25 tués du 25 août, appartenait au 2ème groupe (4e, 5e ou 6e batterie) selon le JMO du 54e Régt d’artillerie de campagne, page 22.
Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands dans les combats de St-Dié et du col de la Chipotte, 24 août-12 septembre 1914 »
« JMO du 30e RI, combats autour de St-Dié, août-septembre 1914 »
Historique du 54e RAC 
site gallica.bnf.fr 

BOSSONNEY Edmond André François, classe 1911 (Vatusium n° 19, p. 19)
Né le 12 mai 1891 à St-Gervais, fils d’Edmond André Bossonney et de Marie Françoise Guyot domiciliés à Passy, cultivateur domestique résidant à  Lons-le-Saunier (Jura) ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé le 8 octobre 1912 au 159e RIA, 2e canonnier conducteur ; passé le 19 mars 1913 au 14e Escadron du train, puis le 16 juillet 1914 au 44e Rgt d’Artillerie de Campagne (4e brigade d’artillerie, artillerie du 4e Corps d’armée).
Combats du 44e RAC d’août 1914 à mars 1916 : Bataille de LA MARNE : Plessis Belleville (septembre 1914) ; Bataille de CHAMPAGNE : Mont-sans-Nom (septembre 1915) ; Bataille de VERDUN : Damloup, Bois Fumières (juin 1916).
Passé le 1er avril 1916 au 26e Rgt d’Artillerie de Campagne 4e Brigade, artillerie de la 7e DI.
Combats du 26e RAC d’avril à septembre 1916 : Bataille de VERDUN : reprise des forts de Douaumont et de Vaux : secteur Marguerite (21-27 février 1916) ; la SOMME (9 août) Bouchavesnes, juste au sud de Sailly-Saillisel (12-13 septembre).
Tué le 27 septembre 1916 à Feuillères dans la Somme sur la rive gauche de la Somme entre Frise et Péronne. Il avait 25 ans.
Cité à l’ordre de la 7e Division d’Infanterie le 12 octobre 1916 n° 464 : « Le 27 septembre 1916 a été tué en traversant une route violemment bombardée pour ravitailler la batterie. »
« Mort pour la France » : Acte transcrit le 10 novembre 1917 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1916.
Plus d’infos sur notre page « Les soldats de Passy dans la Somme, juillet-novembre 1916 »
Historique du 26e R.A.C. 
: Site gallica.bnf.fr

BOSSONNEY Jean-Germain, classe 1912 (hors Vatusium)
Né le 11 avril 1892 à St-Gervais, voiturier à Passy, fils de François Victor Bossonney et de Marie Françoise Guyot domiciliés à Passy ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé au 4e Btn d’Infanterie légère d’Afrique le 7 octobre 1913. Campagnes : Tunisie du 8 octobre 1913 au 15 juin 1914 ; Maroc du 16 juin au 2 août 1914 ;  puis le 22 juin 1914 au 2e Btn [d’Infanterie légère] d’Afrique comme chasseur conducteur de 2e classe. Passé au 1er Btn de Marche d’Afrique le 23 mai 1918 ; passé au 5e Btn de Marche d’Afrique [5e Btn Inf. légère d’Afrique] le 1er octobre 1918. Blessé [devant Reims, au fort de Brimont] le 27 mai 1918. En Tunisie du 26 août 1918 au 2 mai 1919. En 1918, sur le front Tripolitaine. A obtenu la Médaille coloniale « Maroc ». Entré en traitement à l’ambulance de Dehibat le 8 avril 1919 jusqu’au 15 avril inclus où il passe à l’Infirmerie nouvelle formation le 16 avril 1919.
Décédé le 2 mai 1919 de tuberculose pulmonaire à l’ambulance de Dehibat en Tunisie. Il avait 27 ans.
« Mort pour la France », Jugement transcrit le 30 septembre 1919 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1918-1919.
Plus d’infos sur notre page « Soldats de Passy décédés après l’armistice du 11 novembre 1918 »

BOTTOLIER René (Eugène), classe 1908 (Vatusium n° 18, p. 20 et 31)
Né le 2 juin 1888 à Paris, 18e arrondissement. Pas de précision sur sa famille : sa fiche matricule n’a pas été retrouvée aux ADHS puisqu’il est né à Paris ; non recensé en 1911 à Passy. N° de matricule 2572 au recrutement de la Seine, 6e Bureau.
Soldat réserviste de 2e classe au 355e Rgt d’Infanterie.
Tué à l’ennemi le 16 septembre 1914 sur le plateau de Nouvron à Nouvron-Vingré dans l’Aisne, au nord-ouest de Soissons et à l’est de Compiègne (informations du site memorial-genweb consacré à tous les monuments aux morts, page du monument de Passy). Il avait 26 ans.
« Mort pour la France » : Jugement rendu le 28 juin 1918 par le tribunal de la Seine et transcrit le 30 juillet 1918 à Paris, 18e arrondissement.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914, mais avec une ERREUR sur la date de sa classe : lire classe 1908 et NON 1888 ; il est né en effet en 1888 (selon sa fiche de la Base de données de Mémoire des hommes), et une erreur sur son nom (lire Bottolier avec un seul L…)
Remarques :
Parcours du 355e RI :
En 1914, casernement à Châlons-sur-Marne (Fagnières). Fait partie de la 111e brigade d’infanterie, 56e Division, 6e région, 3e groupe de réserve.
1914 Woëvre : nord d’Hattonchâtel (10-08), entre les Eparges et Hattonchâtel, combats d’Aucourt et de Lanlières (25-08),
puis Oise : Wacquemoulin, Monceaux, Brenouille, Montépilloy, Senlis, Pontarmé, La Chapelle-en Serval, Borest, Mortefontaine, Fontaine des Nonnes, ferme de Champfleury (7-9/09), Versefeuille, Pommiers, marais d’Ambleny, Fontenoy, plateau de Nouvron (16-09), ferme de Confrécourt (23-27/09) : Très nombreuses pertes. (Source site chtimiste)
Plus d’infos :
L’Historique du 355e RI  a été publié en 1920
et numérisé par Alain Dubos et Jean-Luc Dron en 2010 disponible sur le site tableaudhonneur.free.fr
JMO du 355e R.I du 2 août 1914 au 31 mai 1916, 26 N 760/4 : page 16 et 18 : p. 18 Pertes aux combats de l’Aisne (16, 17, 18, 19 et 20 septembre 1914) : Tués : 75 ; blessés 484 ; disparus 231.
Dossier pédagogique concernant NOUVRON-VINGRE et la bataille de l’Aisne en septembre 1914 disponible sur le site soissons.ia02.ac-amiens.fr

10 BOTTOLIER-CURTET Hyacinthe (Joseph Maximin), classe 1916 (Vatusium n° 19, p. 19)
Né le 27 mars 1896 à Cordon, cultivateur résidant à St-Roch, fils de François Joseph Bottolier-Curtet et de Marie Sophie Burnier Déchon domiciliés à St-Roch, non recensé à Passy en 1911.
Incorporé au 22e Btn de chasseurs à Pied le 8 avril 1915 (56e brigade d’infanterie, à la 66e division d’infanterie jusqu’en mars 1916, puis à la 46e division d’Infanterie jusqu’en nov. 1918, 14e corps d’armée).
Combats du 22e BCAP d’avril 1915 à septembre 1916 : dans les VOSGES d’août-septembre 1914 à juillet 1916, dans le secteur de Fraize, du Barrenkopf et de la Croix-le-Prêtre. Opération au Linge (juin-oct. 1915) : enlèvement des sommets d’ALSACE. A partir d’août 1916, il est massivement employé dans les offensives de la Somme, jusqu’en novembre 1916 : Rancourt.
Disparu le 19 septembre 1916 au sud de Rancourt, tranchée du Mamelon, entre Combles et Bouchavesnes, au nord de Péronne (Somme), présumé décédé, avis officiel du 12 avril 1917.
« Mort pour la France » : Décès fixé au 19 septembre 1916 par jugement déclaratif rendu le 29 juillet 1921 par le tribunal de Bonneville. Transcrit le 11 août 1921 à la mairie de St-Roch (Haute-Savoie). Avis officiel n° 358 du 1er septembre 1921. Il avait 20 ans.
Monument aux morts de Passy
 : inscrit sur la plaque des morts de 1916.
Plus d’infos sur notre page « Les soldats de Passy dans la Somme, juillet-novembre 1916 »
Historique du 22e BCA Site lacostelle.org

BOTTOLIER-CURTET Philibert, classe 1915 (Vatusium n° 18, p. 57 et n° 19, p. 65)
Né le 22 février 1895 à Passy, cultivateur à Passy, fils d’Abel Marie Fernand Bottollier-Curtet et de Geneviève Ernestine Anthoine domiciliés à Passy (Antoine : nom de famille de la mère, fille de feu Siméon Antoine et de Jeannette Moret demeurant à Assy. Etat civil de naissance de Passy ADHS page 469) ; recensé en 1911 à Passy cultivateur au hameau d’Assy.
Incorporé au 14e Btn de Chasseurs le 15 octobre 1914 ; passé au 31e Btn de Chasseurs à Pied le 1er juin 1915 (86e Brigade d’infanterie (« brigade bleue »), 43e Division d’infanterie, 21e Corps d’armée).
Combats du 31e BCAP d’août 1914 à juin 1915 : En 1914VOSGES : Col de Ste-Marie ; col de Saales, entrée en Alsace, vallée de la Bruche, Rothau et Schirmeck, région du Donon, col de St-Léon (21 août) ; retraite ( à partir du 22 août) : St-Maurice, Baccarat, la Chipotte ; LA MARNE, puis poursuite : Suippes, Souain ; Course à la Mer : Carency (oct. 1914) ; BELGIQUE : St-Eloi (1er nov.), l’YSER (nov.). En 1915ARTOIS : colline de Notre-Dame de Lorette (22 janvier), guerre des mines (mars), Bois d’Aix-Noulette (10-11 mai), plateau de N. D. de LORETTE encore pendant les mois suivants.
Tué à l’ennemi le 17 juin 1915 à N.D. de Lorette (Bois Carré) dans le Pas-de-Calais. Il avait 20 ans.
« Mort pour la France » : Jugement transcrit le 3 juin 1916 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1915.
ENTERRE SOUS LE MONUMENT AUX MORTS DE PASSY.
Plus d’infos sur notre page « Le Passerand Joseph Besson du 109e RI tué à N.D. de Lorette le 1er avril 1915 »
Historique du 31e BCAP sur le site chtimiste.

BOTTOLLIER (Alexandre) Emmanuel, classe 1905 (Vatusium n° 18, p. 34-35, article détaillé, et n° 19, p. 65)
Né le 13 novembre 1885 à Passy, cultivateur à Passy, fils de Joseph Modeste et de Marie Félicité Monfort domiciliés à Passy ; recensé en 1911 à Passy cultivateur au hameau des Plagnes.
Incorporé au 22e Bataillon de Chasseurs à pied à compter du 7 octobre 1906 ; nommé chasseur de 1ère classe le 25 août 1908 ; envoyé en congé le 25 septembre 1908 ; certificat de bonne conduite accordé ; passé dans la réserve de l’armée active le 1er octobre 1908 au Btn de Chasseurs d’Annecy. A accompli une période d’exercices dans le 11e Btn de Chasseurs  du 29 août au 20 septembre 1911.
Rappelé à l’activité à la mobilisation générale en août 1914 au 11e Btn de Chasseurs selon sa Fiche matricule (51e Btn de Chasseurs à pied, bataillon de réserve du 11e BCAP, selon la fiche « Mort pour la France » ; 148e brigade d’infanterie, 74e division d’infanterie, 14e région) ; arrivé au corps le 2 août 1914 ; aux armées le 5 août 1914.
Campagnes contre l’Allemagne : du 2 août 1914 au 9 décembre 1918.
Combats du 51e BCAP d’août à novembre 1914 : VOSGES : Le 51e bataillon, formé à Aime (Savoie) est parti pour le front le 22 août 1914. Débarqué à St-Dié (vallée de la Bolle, Col d’Anozel, Ban-de-Sapt), il tombe en pleine bataille et, écrasé par des forces supérieures et une formidable artillerie, doit battre en retraite après trois jours de combat (26-27-28 août) et avoir perdu 1200 hommes. Reformé dans la SOMME, le 51e BCA prend part aux combats de Lihons et de Dompierre, puis  est dirigé le 11 novembre 1914 sur la BELGIQUE et contribue en avant d’Ypres au succès de la 2ème bataille de l’Yser (13 novembre au 6 décembre).
Disparu au combat d’Ypres le 9 novembre 1914. Fait prisonnier et interné au camp de Rastadt (et non Rosstadt).
Décédé le 9 décembre 1918 à Malzéville en Meurthe-et-Moselle, juste au nord de Nancy, maladie contractée en captivité, R.d.B. le 10 décembre 1918. Il avait 33 ans.
« Mort pour la France » : Acte transcrit le 24 octobre 1921 à Passy. 
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1918-1919, à l’année 1919, avec une erreur : lire décédé en 1918, et non en 1919.
ENTERRE SOUS LE MONUMENT AUX MORTS DE PASSY.
Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands des 11e, 51e et 62e BCA dans les Flandres et à Ypres en 1914 »

« Soldats de Passy décédés après l’armistice du 11 novembre 1918 »
« Camps des Passerands prisonniers de guerre en 14-18 »
Historique succinct du 51ème Bataillon de chasseurs alpins sur le site chtimiste.

BOTTOLLIER Robert (Valentin), classe 1915 (Vatusium n° 18, p. 58)
Né le 28 mars 1895 à Paris 9e ; non recensé à Passy en 1911 ; mais inscrit sur le monument aux morts de Passy ; fiche matriculaire non retrouvée à ce jour.
Incorporé le 15 décembre 1914 au 42e Rgt d’Infanterie dit régiment « As de Carreau » (28e brigade d’infanterie, 14e division d’infanterie, 7e corps d’armée).
Combats du 42e RI d’août 1914 à septembre 1915 : 1914 Défense de la place de Belfort (début août). Opérations d’ALSACE : Pont d’Aspach, Burnhaupt, Mulhouse (6 au 9 août), Rixheuim, Dornach (mi-août). Puis SOMME : Proyart. ­Bataille de la MARNE (5 au 13 sept.) : L’Ourcq ; Bouillancy, Sacy, Autrêches, Vingré. Aisne (sept.-nov.) : Vic-sur-Aisne, plateau de Nouvron. Puis OISE (fin 1914) : Tracy-le-Val, bois de Saint-Mard. 1915 AISNE : combats de Crouy (8-12 janv.) puis Vingré, Berry (jusque juin) ; OISE (juin) : Quennevières. Puis AISNE : plateau de Vingré (juin-août). Puis CHAMPAGNE (août-nov.) : Saint-Hilaire, puis secteur de Souain, épine de Védegrange.
Tué le 25 septembre 1915 à la ferme des Wacques à Souain-Perthes-lès-Hurlus (St-Hilaire-le-Grand) à l’est de Reims dans la Marne. Il avait 20 ans.
« Mort pour la France » : Jugement rendu le 7 décembre 1917 par le Tribunal de la Seine et transcrit le 20 février 1918 à Paris, 9e arrondissement, selon sa fiche Mémoire des hommes.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1916 (erreur : lire 1915).
Plus d’infos sur notre page « Combats du 116e BCAP en Champagne du 28 au 30 septembre 1915 »
Historique du 42e RI 
: Site tableaudhonneur

BOUDION Pierre Marius, classe 1910 (Vatusium n° 19, p. 11)
Né le 15 décembre 1890 à Villard-Bonnot (Isère), employé de bureau  habitant Paris, fils de Pierre Joseph Jacques Boudion et de Marie Eléonore Audier domiciliés à Passy Chedde ; instruction : 4. Recensé en 1911 à Passy hameau de Chedde comptable à la Société de l’Arve..
Incorporé au 158e Rgt d’Infanterie à Moutiers le 10  octobre 1911 ; caporal le 23 avril 1912 ; sergent le 25 septembre 1912.
Rappelé au 97e Rgt Infanterie Alpine en août 1914.
Combats du 97e RI d’août 1914 à février 1915 : Garde de la frontière italienne (août), puis opérations d’ALSACE (août) : Zillisheim, Flaxlanden, puis Trouée de Charme : Mesnil-sur-Belvitte, La Chipotte, La Fontenelle, Ban-de-Sapt. ARTOIS (oct.-déc.) Guémappe, Wancourt, secteur d’Arras, Roclincourt. ARTOIS (janvier-avril 1915) : Carency, bois de Berthonval, Souchez, Le Cabaret Rouge.
Passé au 414e Rgt Infanterie le 5 mars 1915 ; nommé sous-lieutenant  à titre temporaire le 6 novembre 1915 ; promu sous-lieutenant le 3 août 1916 (source JMO du 414e page 57b bas) au 414e RI ; Pierre BOUDION faisait partie du 1er bataillon (source JMO du 414e page 59).
Combats du 414 RI de mars 1915 à juillet 1916 : 1915 ARTOIS : plateau de Lorette, vallée de la Souchez (sept. à nov.) 1916 ALSACE : Seppois, Pfetterhouse (début 16), puis VERDUN : secteur de Châtillon-sous-les-Côtes, Ronvaux (avril) ; forts de Douaumont et de Vaux, secteur de Tavannes (juil.-août) : le régiment perd le moitié, de son effectif.
Tué à l’ennemi le 3 août 1916 à Verdun dans le secteur de Tavannes (Meuse). Il avait 25 ½   ans.
« Mort pour la France » : Acte transcrit à Passy le 13 novembre 1916.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1916.
Plus d’infos sur notre page « Les 300 jours de Verdun et les Passerands en 1916 »   et chtimiste, rubrique Batailles
Historique du 97e RIA Site dumoul.fr
Historique du 414e RI Site ancestramil.fr

BOUILLET Maurice Joseph
, classe 1904 (Vatusium n° 19, p. 11)
Né le 18 août 1884 à Paris, cultivateur à Passy, fils de Joseph Bouillet et de Lucie Françoise Joly domiciliés à Passy ; recensé à Passy en 1911 comme cultivateur à l’Ile droite d’Arve.
Incorporé
au 30e RI le 9 octobre 1905 ; caporal le 18 septembre 1906 ; caporal conducteur le 14 juillet 1907 ; envoyé en congé le 28 septembre 1907 ; passé dans la réserve le 1er octobre 1907.
Réserviste rappelé au 30e Rgt d’Infanterie  d’Annecy le 2 août 1914 (56e Brigade d’infanterie, 28e Division, 14e Corps d’armée) ; nommé sergent le 11 mai 1915.
Combats du 30e RI d’août 1914 à février 1916 : 1914 VOSGES (août) : Épinal, Charmois, col du Plafond, mont Saint-Jean, Saint-Dié, Taintrux ; puis en août-sept. : Vallée de la Bolle, Col d’Anozel, Saulcy, Autrey, Domptail. PICARDIE (sept.-déc. 1914) : Foucaucourt, Herleville (sept.), Cappy, Frise [canton de Bray-sur-Somme, à l’Est d’Amiens], Éclusier, Dompierre-en-Santerre, Le Quesnoy, (fin oct.). Reprise de l’offensive : Attaques de Fay et du Bois Étoilé. 1915 PICARDIE (janv.-juil.) : secteur sud-ouest de Péronne, puis CHAMPAGNE (sept.-oct.) : Le Trou Bricot (25-30 sept.), Tahure. Puis ALSACE (déc.) Traubach-le-Haut, Buethwiller. 1916 WOËVRE (fév.-avril) : Haudiomont, Manheulles.
Evacué pour bronchite emphysème le 24 février 1916 à Epinal ; sorti le 8 mars 1916.
Combats du 30e RI de mars à mai 1916 : bataille de VERDUN (avril-mai) : Thiaumont, bois des Caurettes ; ravin de la Dame.
Tué le 9 mai 1916 dans le secteur d’Haudromont dans la Meuse au nord de Verdun. Il avait 31 ½ ans.
« Mort pour la France » : Acte transcrit le 14 juillet 1916 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1916.
Plus d’infos sur notre page « Les 300 jours de Verdun et les Passerands en 1916 »   
Note : Photo des Carrières d’Haudromont 1916, secteur de Verdun, disponible sur le site pages14-18
Historique du 30e RI Site gallica bnf et Site verdun-1916.chez-alice.fr

BURNIER-FRAMBORET Ernest (Marie), classe 1908 (Vatusium n° 18, p. 28)
Né le 20 septembre 1888 à Cordon, habitant Cordon, parents domiciliés à Cordon ; habite le 15 novembre 1912 à Passy, usine de Chedde ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé
au 30e RI le 8 octobre 1909. Envoyé en congé le 20 septembre 1911. Passé dans la réserve de l’armée active le 1er octobre 1911.
Rappelé au 30e Rgt d’Infanterie d’Annecy le 4 août 1914.
Décédé
le 23 octobre 1914 des suites de ses blessures  à l’hôpital de St-Valéry-sur-Somme (Somme) à l’embouchure de la Somme, face au Crotoy. Il avait 26 ans.
« Mort pour la France » : Acte de décès dressé à Saint-Valéry-sur-Somme (Somme).
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914, avec une erreur sur son nom (lire FRAMBORET et non FLAMBORET) et sur la date de sa classe : lire 1908 et non 1903.
Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands des 30e, 52e et 140e RI dans la Somme de septembre à décembre 1914 »

« Passerands à Herleville, 25-26 septembre 1914, JMO du 30e RI et du 99e RI »
Historique du 30e RI Site gallica bnf et Site verdun-1916.chez-alice.fr

BUTTOUD Joseph, classe 1917 (Vatusium n° 19, p. 27)
Né le 12 juin 1897 à Passy, cultivateur à Passy, fils de Jean Henri Buttoud et de Marie Eudoxie Jacquet domiciliés à Passy ; recensé en 1911 à Passy cultivateur au hameau du Plan.
Campagnes contre l’Allemagne : du 8 août 1916 au 1er août 1917.
Incorporé au 13e Btn de Chasseurs à pied de Chambéry le 28 août 1916 (56e brigade d’infanterie, 47e division d’infanterie, 14e corps d’armée).
Combats du 13e BCAP de septembre 1916 à juillet 1917 : VOSGES : Metzeral (janvier-mars), Fraize (mars), col de Sainte-Marie, Le Violu (avril-juin) ; Bataille de la SOMME (juillet-oct.) : Maurepas, Le Forest, Rancourt, Sailly-Saillisel (nov.) ; puis VOSGES (déc.) : Metzeral. 1917 Secteur de REIMS (mai) cavaliers de Courcy, cote 108.
Passé au 67e Btn de Chasseurs à pied le 10 juillet 1917 (bataillon de réserve du 27e BCAP).
Combats du 67e BCAP en juillet 1917 : CHEMIN DES DAMES : tranchée de la Gargousse (juillet), épine de Chevregny.
Disparu le 31 juillet 1917 à  l’Epine de Chevregny, Chemin des Dames, dans l’Aisne ; il avait 20 ans.
« Mort pour la France » : Jugement rendu le 13 septembre 1921 par le tribunal de Bonneville ; jugement transcrit le 30 septembre 1921 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1917, avec une erreur de bataillon : lire 67e Bataillon de Chasseurs, bataillon de réserve du 27e BCAP (et non 27e).
Plus d’infos concernant le Chemin des Dames sur le site chtimiste, rubrique Batailles, page Chemin des Dames.
Historique du 13e BCAP 
sur le site gallica.bnf.fr
Historique du 67e BCAP : site gallica.bnf.fr

BUTTOUD Marcel Alphonse, classe 1914 (Vatusium n° 19, p. 60, article détaillé)
Né le 30 mai 1894 à Passy, matelassier à Passy, fils de Joseph Buttoud et d’Eugénie Zélie Zénobie Lafortrye, domiciliés à Passy ; recensé en 1911 à Passy au hameau de Charavet.
Campagne contre l’Allemagne : du 7 septembre 1914 au 31 juillet 1918.
Incorporé le 7 septembre 1914 au 97e Régt Infanterie Alpine de Chambéry, affecté à la 31ème le 8 septembre 1915.
Combats du 97e RIA de septembre 1914 à juillet 1918 : ARTOIS (oct.-déc.) Guémappe, Wancourt, secteur d’Arras, Roclincourt. 1915 ARTOIS (janv.-avril) : Carency, bois de Berthonval, Souchez, Le Cabaret Rouge. Offensive d’Artois : Ouvrage Oméga, cimetière de Souchez, Cabaret Rouge (9 mai),
Blessé le 9 mai 1915 à Souchez [Souchezen-Artois, au nord d’Arras, au sud de Liévin] : plaie au cou par balle.
Cité à l’ordre du Rgt n° 500 du 12 juillet 1917 : « Très bon mitrailleur, très courageux et très dévoué, s’est toujours fait remarquer par son sang-froid et son énergie ; blessé le 9 mai 1915 en se portant à l’assaut des retranchements ennemis. » Croix de guerre, étoile de bronze.
Puis cimetière de Souchez (juin) même secteur (juin-août), puis ARTOIS : Souchez, ravin des Écouloirs, cote 129 (sept).
Parti en renfort au 97e Régt Infanterie Alpine le 15 décembre 1915 (mitrailleur).
1916 VERDUN : Vaux (mars-avril), puis WOËVRE (mai-juil.) : Flirey, bois de Mort-Mare. SOMME (août-oct.) : Barleux, ferme de la Maisonnette, puis AISNE (déc.) : ouest de Soissons.
Affecté à la C.M.B. le 19 décembre 1916, passé à la Compagnie de Mitrailleuses du 97e RIA.
1917 AISNE (janv.-mars) : Nouvron, Vingré, Morsain, Vézaponin, moulin de Nogent, sucrerie des Michettes, château de Coucy. Le CHEMIN DES DAMES (juil.-août) : Braye, Le Panthéon, La Royère,
puis ALSACE (août 1917-janv.1918) : est de Dannemarie. 1918 Camy-sur-Matz, Plémont, Plessier-de-Roye (mars-avril), puis VOSGES (mai-juin) : Hartmannswillerkopf ; CHAMPAGNE (juil.-août) : Épernay, Montagne-de-Reims, bois des Dix-Hommes et de Commétreuil (Bouilly), bois des Houleux.
Tué le 25 juillet 1918 devant Chaumuzy au Bois de Reims, dans la Marne. Il avait 34 ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 2 février 1919 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1918-1919.
Plus d’infos sur la 2e bataille de la Marne, voir le site memorialdormans.free.fr
Historique du 97e RIA Site dumoul.fr

BUTTOUDIN Joseph (François), classe 1916 (Vatusium n° 19, p. 9 à 13, article détaillé « Il allait avoir 20 ans à Douaumont »)
Né le 16 novembre 1896 à Passy, résidant à Passy ; fils de Auguste César Buttoudin et Marie Mathilde Gallini, domiciliés à Passy ; recensé en 1911 à Passy cultivateur au hameau Vers Bouan.
Incorporé au 97e Régt d’Infanterie Alpine à compter du 8 avril 1915 ; 2e classe.
Combats du 97e RIA d’avril 1915 à juin 1916 : 1915 ARTOIS (janv.-avril) : Carency, bois de Berthonval, Souchez, Le Cabaret Rouge. Offensive d’ARTOIS : Ouvrage Oméga, cimetière de Souchez, Cabaret Rouge (9 mai), puis cimetière de Souchez (juin) même secteur (juin-août), puis ARTOIS : Souchez, ravin des Écouloirs, cote 129 (sept). 1916 VERDUN : Vaux (mars-avril), puis WOËVRE (mai-juil.) : Flirey, bois de Mort-Mare.
Passé au 111e Régt d’Infanterie le 16 juin 1916.
Combats du 111e RI en juin 1916 : ALSACE (avril-juin) : Carspach.
Passé au 321e Régt d’Infanterie le 5 juillet 1916. 321e Régt Infant.,
Combats du 321e RI de juillet à octobre 1916 : VERDUN
Fleury, Douaumont (oct.)
Tué le 24 octobre 1916 à Douaumont dans la Meuse, au nord de Verdun ; il avait 19 ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 12 mars 1917 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1916.
Plus d’infos
sur nos pages
« Quatre Passerands morts pour la reprise du fort de Douaumont, 24 octobre 1916 »
« Les 300 jours de Verdun et les Passerands en 1916 »   

et dans le JMO du 321e RI, pages 8 à 10.
Historique du 321e Régiment d’Infanterie (prise du fort de Douaumont) sur le site saint-gervais-guerre-14-18.

20 BUTTOUDIN Pierre Alphonse, classe 1898 (Vatusium n° 18, p. 42)
Né le 5 décembre 1878 à Passy ; cultivateur à Passy, fils de Pierre Auguste Buttoudin et de Agathe Alexandrine Buttoud domiciliés à Passy ; recensé en 1911 à Passy cultivateur au hameau des Plagnes.
Conseil de révision : Service auxiliaire pour hernie musculaire à la jambe droite ; classé dans la réserve de l’armée active en 1902, dans la Territoriale le 1er octobre 1912.
Campagne contre l’Allemagne : du 13 janvier au 10 avril 1915.
Engagé volontaire le 11 janvier 1915 pour la durée de la guerre, au 13e Btn de Chasseurs à Pied
Combats du 13e BCAP de janvier à mars 1915 : VOSGES : Hartmannswillerkopf (janvier-avril 1915).
Passé au 32e Btn de chasseurs à Pied le 25 mars 1915.
Mort de maladie le 10 avril 1915 à l’hôpital Desgenettes à Lyon. Il avait 36 ans.
« Mort pour la France » : Acte de décès D.C. dressé le 11 avril 1915 à Lyon. D. Dle Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914-1915, avec une erreur sur la date de sa classe : lire 1898 et non 1916.
Plus d’infos sur notre page « Les Passerands du 133e RI à St-Dié-des-Vosges début 1915 »
Historique du 13e BCAP 
sur le site gallica.bnf.fr

CAILLE Marc Antoine, classe 1903 (Vatusium n° 18, p. 18)
Né le 4 janvier 1883 à Megève, manœuvre à Passy, fils de François Félix et de Marie Louise Grosset-Magagne domiciliés à Megève ; recensé en 1911 à Passy ouvrier au hameau de Joux..
Incorporé au 30e RI le 15 novembre 1904, envoyé en congé le 25 mars 1907 à titre de soutien de famille par application de l’arrêté ministériel du 12 février 1907. A accompli des périodes d’exercices au 30e RI du 29 août au 30 septembre 1910 et du 10 au 26 avril 1912. Localité habitée le 15 mai 1912 : Passy, hameau de Joux, ouvrier à l’usine de Chedde.
Rappelé et arrivé au corps le 3 août 1914 au 30e Rgt d’Infanterie.
Disparu le 30 août 1914 à Saulcy (Saulcy-sur-Meurthe, juste au sud de St-Dié, dans les Vosges). Il avait 31 ans.
« Mort pour la France » : Jugement rendu le 8 mars 1921 par le tribunal de Bonneville ; jugement transcrit le 28 mars 1921 à Megève.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914, avec une erreur sur son prénom : lire Marc Antoine et non Marie Antoine.
Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands dans les combats de St-Dié et du col de la Chipotte, 24 août-12 septembre 1914 »
« JMO du 30e RI, combats autour de St-Dié, août-septembre 1914 »
Historique du 30e RI Site gallica bnf et Site verdun-1916.chez-alice.fr 

CARTIER François Michel, classe 1902 (Vatusium n° 18, p. 28)
Né le 27 octobre 1882 à Arâches, horloger à Arâches, fils de et domiciliés à Arâches. Habite Paris en 1909. A habité Passy en juin 1908, puis Sallanches en juillet 1908, puis Arâches en décembre 1908, puis Paris à partir d’avril 1911 ; non recensé en 1911 à Passy.
Ajourné en 1903 et 1904 ; reconnu propre au service en 1905.
Incorporé au 30e RI le 8 octobre 1905 ; envoyé en congé le 18 septembre 1906.
Passé dans la Réserve le 1er octobre 1906. Période d’exercices au 30e RI du 25 août au 21 septembre 1909, et du 23 mai au 8 juin 1913.
Réserviste rappelé au 30e Rgt d’Infanterie le 4 août 1914,
Campagnes contre l’Allemagne du 4 août au 27 octobre 1914.
Disparu le 27 octobre 1914 à La Grenouillère, au nord de Frise et au sud de Curlu, sur la rive gauche de la Somme. C’était le jour anniversaire de ses 32 ans !
« Mort pour la France » : Jugement rendu le 11 mars 1921 par le tribunal de la Seine et transcrit le 18 avril 1921 à Paris, 14e arrondissement.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914, avec une erreur sur la date de sa classe : lire 1902 et non 1901.
Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands des 30e, 52e et 140e RI dans la Somme de septembre à décembre 1914 »
« Passerands à Herleville, 25-26 septembre 1914, JMO du 30e RI et du 99e RI »
Historique du 30e RI Site gallica bnf et Site verdun-1916.chez-alice.fr 

CHATELLARD Ernest (Dosithée), classe 1904 (Vatusium n° 19, p. 55, article détaillé)
Né le 31 mars 1884 à Megève, journalier à Demi-Quartier, fils de feu Joseph Marie Chatellard et de Marie Thérèse Brèches domiciliés à Demi-Quartier ; habite Passy en décembre 1911, hameau de la Plante. Ajourné en 1905 ; reconnu propre au service en 1906. Non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé  au 30e RI le 8 octobre 1906 ; devenu postérieurement à son incorporation dispensé article 21 comme ayant un frère sous les drapeaux ; envoyé en congé le 2 décembre 1907 ; passé dans la réserve le 1er octobre 1908.
Campagnes contre l’Allemagne : du 4 août 1914 au 4 octobre 1918.
Réserviste rappelé au 30e Rgt d’Infanterie le 4 août 1914.
Combats du 30e RI d’août 1914 à avril 1917 : 1914 VOSGES (août) : Épinal, Charmois, col du Plafond, mont Saint-Jean, Saint-Dié, Taintrux ; puis en août-sept. : Vallée de la Bolle, Col d’Anozel, Saulcy, Autrey, Domptail. PICARDIE (sept.-déc. 1914) : Foucaucourt, Herleville (sept.), Cappy, Frise [canton de Bray-sur-Somme, à l’Est d’Amiens], Éclusier, Dompierre-en-Santerre, Le Quesnoy, (fin oct.). Reprise de l’offensive : Attaques de Fay et du Bois Étoilé. 1915 PICARDIE (janv.-juil.) : secteur sud-ouest de Péronne, puis CHAMPAGNE (sept.-oct.) : Le Trou Bricot (25-30 sept.), Tahure. Puis ALSACE (déc.) Traubach-le-Haut, Buethwiller. 1916 WOËVRE (fév.-avril) : Haudiomont, Manheulles. puis bataille de VERDUN (avril-mai) : Thiaumont, bois des Caurettes ; ravin de la Dame, puis (juin-nov.) : ravin d’Eix, la Lauffée, batterie de Damloup.
Blessures : pieds gelés 1er degré bilatéral à Vaux-Chapitre [Meuse entre le fort de Vaux et Fleury, à 5 km de nord-est de VERDUN] le 21 septembre 1916.
Puis WOËVRE (nov.-déc.) : bois de Chêna.
Blessures : pieds gelés le 19 février 1917 aux Chambrettes [VERDUN] en service commandé.
1917 PICARDIE (mars-avril) : Royes, Carrépuis, Ham, Artemps, Happencourt, Seraucourt. Le CHEMIN DES DAMES (avril-mai) : Cerny-en-Laonnois, puis la Malmaison (fin oct.) : Laffaux, château de la Motte, Allemant, puis en déc. : Tergnier [AISNE].
Passé au 50e Btn de Chasseurs le 11 avril 1917.
Combats du 50e BCAP d’avril 1917 à juin 1918 : CHAMPAGNE, Main-de-Massiges – Ville-sur-Tourbe – Bois d’Auzy ; AISNE : Berry-au-Bac, Cote 108 ; 1918 AISNE : – Sapigneul, Soissons – Venizel – ferme Verdonne, près du fort de Condé (26 mai), Sainte-Marguerite, plateau de Chaudun et à la lisière de Villers-Cotterêts. Bataillon dissous en juin 1918.
Cité n° 8 à l’ordre du 16e groupe de B.C.P. (pas de date) : « Excellent brancardier, a contribué par son courage et son initiative à sauver de nombreux blessés» Croix de guerre étoile de bronze.
Passé au 1er BCP le 16 juin 1918, puis au 31e Btn de Chasseurs à pied le 23 juin 1918.
Combats du 31e BCAP de juin à octobre 1918 : CHAMPAGNE, Tahure, Perthes (16 juin) ; attaque allemande du 15 juillet : Aux « Entonnoirs » en avant de Perthes (14-22 juillet), Le Mesnil (31 juillet). Attaques de septembre 1918 : centre de résistance « Arras » au sud de Perthes (23 sept.), Mont Murret (26 sept.), Bois du Bouc. Orfeuil (3-4 octobre).
Disparu le 4 octobre 1918 devant Orfeuil dans les Ardennes, à l’est de Reims, au nord de Suippes. Tué à l’ennemi. Il avait 34 ans.
« Mort pour la France » : jugement rendu le 3 novembre 1921 par le tribunal de Bonneville, transcrit le 17 novembre 1921 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1917-1918.
Avis de transfert du corps
9.5.2.700 parvenu le 10 mai 1920. Transféré cimetière militaire d’Orfeuil commune Secomide ( ?), arrondissement Vouziers (Ardennes), n° de la tombe 16 rangée J bis. Mort pour la France r.d.c. [nécropole nationale d’Orfeuil, site memorial-genweb.org]
Plus d’infos concernant la bataille d’Orfeuil sur les sites suivants :
pages 14-18.mesdiscussions.net, sujet 7708
union.presse.fr, page Octobre 1918 : faire sauter le « verrou d’Orfeuil »
Historique du 30e RI Site gallica bnf et Site verdun-1916.chez-alice.fr
Historique du 50e Btn de Chasseurs sur le site ancestramil.fr
Historique du 31e BCAP sur le site chtimiste

CHATELLARD Jean-François, classe 1915 (Vatusium n° 19, p. 54 et 62)
Né le 6 février 1895 à Passy, cultivateur à Passy, fils de Louis Marie Chatellard et de Marie Clémentine Rey, domiciliés à Passy ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé au 14e Btn de chasseurs le 15 octobre 1914, chasseur de 2e classe (53e brigade d’infanterie, 47e division d’infanterie, 14e corps d’armée).
Combats du 14e BCAP d’octobre 1914 à mars 1915 : COURSE A LA MER : Vermandovillers, Chaulnes, Lihons. 1915 VOSGES : Stosswihr, bois de Eichwald (février).
Passé au 114e Btn de Chasseurs à pied le 31 mars 1915.
Combats du 114e BCAP de mars 1915 à août 1918 : 1915 : VOSGES : Lac Noir (mai-juin), Barrenkopf [près de Munster en Alsace] en juillet 1915 (le bataillon perd 500 hommes).
Blessé le 22 juillet 1915 au Linge : coup de feu au maxillaire droit.
Cité à l’ordre du Bataillon 167, décision du 18 août 1917 : « Très bon chasseur, très dévoué et très courageux, a été blessé le 22 juillet 1915 au Barrenkopf. » Croix de guerre avec étoile de bronze.
Bataille de CHAMPAGNE : Ferme de Navarin, Epine de Védegrange, nord-ouest de Souain : tranchée des Tantes, Lubeck, Homosexuels (sept.-octobre). VOSGES : Tête des Faux (déc.)
1916 VERDUN : Froideterre, Bois des Vignes, Fleury, Thiaumont (juin-juillet), Bois-le-Prêtre (oct.). puis SOMME : Barleux [à 5 km au sud-ouest de Péronne], Biaches, La Maisonnette (fin 1916). 1917 VOSGES : Fontenelle, col de la Chapelotte (janvier-avril). Puis AISNE : Chemin des Dames (arbre de Cerny), Hurtebise (août-sept.), puis Holnon, Noyon.
Le  30 août, des désordres éclatent : une compagnie du 114e BCAP rompt les rangs au moment du départ vers le front (Guy Pedroncini, Les mutineries de 1917, éd. PUF, p. 88).
Chasseur de 1ère classe le 12 août 1917. 1918 Offensive de l’OISE  PICARDIE : Assainvillers, Rollot, Montdidier : Bois de Vaux (fin mars) ; VOSGES : La Cude. Tracy-le-Val (juillet), Offensive vers NOYON : Ferme Saint-Claude, Plémont, Canal du Nord, Baurains (août).
Nommé caporal le 7 septembre 1918.
Passage du 114e au 51e Btn Chasseurs à Pied (date non précisée sur sa fiche matricule mais sans doute après sa promotion de caporal début septembre 1918…).
Combats du 51e BCAP en septembre 1918 : le 51e remonte en ligne au N.O. de Saint-Quentin, du 29 septembre au 8 octobre, et parvient après de durs combats à crever la ligne « Hindenburg ». 
Cité à l’ordre du 4ème Groupe n° 36 du 16 octobre 1918 : « Bel exemple de bravoure et de sang-froid ; est tombé mortellement frappé à l’attaque du Canal le 1er octobre 1918. » [à Lesdins dans l’Aisne].
Tué à l’ennemi le 1er octobre 1918 devant Lesdins dans l’Aisne, au nord de St-Quentin, au 51e Btn de Chasseurs à Pied (passage du 114e au 51e non indiqué sur sa fiche matricule ; mais le 51e est dans l’Aisne en octobre 1918…). Il avait 33 ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 10 avril 1919 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1918-1919, avec une erreur sur le nom de famille : lire CHATELLARD et non CHATELARD.
Plus d’infos sur les sites suivants :
Site lesdinois-lesdinoises.blogspot.fr, page les combats d’octobre 1918 à Lesdins
Site 20072008.free.fr, page bataille du Cambrésis, octobre 1918
Site la grande guerre au jour le jour, page mardi 1er octobre 1918
Historique du 114e Bataillon de Chasseurs Alpins  sur le site histoire-genealogie.com : Au Barrenkopf avec le 114e Bataillon de Chasseurs Alpins (juillet 1915)
Historique succinct du 51ème Bataillon de chasseurs alpins sur le site chtimiste.

CLERC Louis Félix, classe 1916 (Vatusium n° 19, p. 27)
Né le 22 novembre 1896 à Ayse, canton de Bonneville, Haute-Savoie ; forgeron résidant en Italie à San Maurizio Canavese ; fils de Jean Julien  Clerc et de Félicie Allamand domiciliés à Passy ; recensé en 1911 à Passy au hameau de Chedde.
Incorporé au 30e Rgt d’Infanterie le 8 avril 1915.
Combats du 30e RI d’août 1914 à novembre 1915 : 1914 VOSGES (août) : Épinal, Charmois, col du Plafond, mont Saint-Jean, Saint-Dié, Taintrux ; puis en août-sept. : Vallée de la Bolle, Col d’Anozel, Saulcy, Autrey, Domptail. PICARDIE (sept.-déc. 1914) : Foucaucourt, Herleville (sept.), Cappy, Frise [canton de Bray-sur-Somme, à l’Est d’Amiens], Éclusier, Dompierre-en-Santerre, Le Quesnoy, (fin oct.). Reprise de l’offensive : Attaques de Fay et du Bois Étoilé. 1915 PICARDIE (janv.-juil.) : secteur sud-ouest de Péronne. Puis CHAMPAGNE (sept.-oct.) : Le Trou Bricot (25-30 sept.), Tahure.
Passé au 97e Rgt d’Infanterie Alpine le 4 décembre 1915.
Combats du 97e RIA de décembre 1915 à juin 1916 : 1915 ARTOIS 1916 VERDUN : Vaux (mars-avril), puis WOËVRE (mai-juil.) : Flirey, bois de Mort-Mare.
Passé au 30e Rgt d’Infanterie le 20 juin 1916. Décision du Général en Chef.
Combats du 30e RI de juin 1916 à juin 1917 : bataille de VERDUN (juin-nov.) : ravin d’Eix, la Lauffée, batterie de Damloup, puis WOËVRE (nov.-déc.) : bois de Chêna. 1917 PICARDIE (mars-avril) : Royes, Carrépuis, Ham, Artemps, Happencourt, Seraucourt. Le CHEMIN DES DAMES (avril-mai) : Cerny-en-Laonnois.
Peut-être blessé le  17 juin 1917 lors d’une attaque au saillant Cornélius qui fait 6 tués, 17 blessés et 2 disparus. Ou le 18 juin lors d’un violent bombardement qui a fait 3 blessés dont le capitaine Masson (Source : JMO du 30e RI, page 30).
Décédé le 19 juin 1917 des suites de ses blessures de guerre à l’ambulance 2/14 à Oeuilly* dans l’Aisne, Chemin des Dames. Avis du Ministre de la Guerre du 30 juin 1917. Il avait 20 ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 26 janvier 1918 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1917-1918.
Le 30e RI se bat au Chemin des Dames en avril-mai 1917 à Cerny-en-Laonnois, au sud de Laon, juste au nord d’Oeuilly.
Plus d’infos concernant le Chemin des Dames sur le site chtimiste, rubrique Batailles, page Chemin des Dames
Plus d’infos concernant Oeuilly sur le site dictionnaireduchemindesdames.blogspot.fr
Historique du 97e RIA Site dumoul.fr
Historique du 30e RI Site gallica bnf et Site verdun-1916.chez-alice.fr 

Carte du Chemin des Dames

Carte du Chemin des Dames

CORNILLON Louis Alfred, classe 1913 (Vatusium n° 18, p. 57)
Né le 18 juin 1893 aux Houches, mécanicien à Passy ; fils de Joseph Eloi Cornillon et de Marie Victorine Ferrando ; ajourné pour appendicite récente ; recensé en 1911 à Passy au hameau de Chedde.
Campagnes contre l’Allemagne et l’Autriche : du 8 septembre 1914 au 16 janvier 1915.
Incorporé au 97e Rgt d’Infanterie Alpine le 8 sept. 1914.
Combats du 97e RIA de septembre à décembre 1914 : TROUEE DE CHARME : Mesnil-sur-Belvitte, La Chipotte, La Fontenelle, Ban-de-Sapt. ARTOIS (oct.-déc.) Guémappe, Wancourt, secteur d’Arras, Roclincourt.
Passé au 6e Rgt de marche du 8e Régt de Tirailleurs le 26 décembre 1914.
Combats du 8e Régt Tirailleurs en janvier 1915 : sans doute en ARTOIS Roclincourt.
Tué le 16 janvier 1915 (lieu inconnu, selon sa fiche matricule) à Roclincourt dans le Pas-de-Calais au nord d’Arras (selon sa fiche de Mémoire des hommes). Il avait 21 ½  ans.
« Mort pour la France »: acte transcrit le 3 mai 1915 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914-1915.
Plus d’infos sur le site chtimiste.com, page 8ème Régiment de Marche de Tirailleurs dans le secteur de Roclincourt
Historique du 97e RIA Site dumoul.fr 

Situation de ROCLINCOURT près d'Arras

Situation de ROCLINCOURT près d’Arras

DECLUNY Fernand (prénom d’usage ; Ferdinand Eugène, d’après le site des Monuments aux Morts et sa fiche de Mémoire des hommes), classe 1893 (Vatusium n° 19, p. 23 et 65, article détaillé)
Né le 18 novembre 1873 à La Motte-d’Aveillans en Isère (au sud de Grenoble et au nord de La Mure). Non recensé en 1911 à Passy.
Territorial rappelé, caporal mécanicien au 3e groupe d’Aviation, Escadrille G 488 de Kourtesis.
Mort le 6 septembre 1918
de maladie (paludisme) contractée en service à Courtésis ou Kourtésis (Kourtesi), en Grèce, à environ 50 kilomètres dans le sud-ouest de Patras dans le Péloponnèse. Il avait 44 ½ ans.
« Mort pour la France » : Jugement rendu et acte transcrit le 13 août 1919 à Paris, 14e arrondissement.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur une des plaques additionnelles, avec une erreur sur la date de sa classe : lire 1893 et non 1913.
Avait 41 ans en novembre 1914…
ENTERRE SOUS LE MONUMENT AUX MORTS DE PASSY.
Voir notre page « Des Passerands dans l’aviation en 14-18 »
Des Passerands dans l’aviation en 14-18 « Culture, Histoire et Patrimoine de Passy
Historique de
l’Escadrille G 488 : Site albindenis

DECRET François Ulysse, classe 1916 (Vatusium n° 19, p. 13)
Né le 3 décembre 1896 à Passy, cultivateur à Passy, fils de Pierre Marie Henri Décret et de Julienne Estelle Pernoud domiciliés à Passy ; recensé en 1911 à Passy au hameau de Chedde.
Campagnes contre l’Allemagne : du 8 avril 1915 au 31 octobre 1916. 
Incorporé
au 11e Btn de Chasseurs à Pied le 8 avril 1915.
Combats du 11e BCAP d’avril 1915 à mai 1916 : 1915 VOSGES, opération au Linge (juin-oct) : Metzeral, le Braunkopf, ferme de Meyerhof, Le Barrenkopf (juil.), le Linge (août),. 1916 VOSGES (janvier-mai): Hartmannswillerkopf, Hilsenfirst, puis bataille de la SOMME : est de Curlu, la brande Carrières.
Passé au 116e Btn Chasseurs à Pied le 17 mai 1916.
Combats du 116e BCAP de mai à octobre 1916 : bataille de VERDUN.
Blessé le 28 octobre 1916 à Douaumont (Meuse) : Plaie pénétrante à l’abdomen.
Décédé le 30 octobre 1916
à Dugny (secteur de Verdun, près de Douaumont) des suites de ses blessures de guerre, à l’ambulance 225 secteur 161. Il avait 19 ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 7 mars 1917 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1916.
Plus d’infos sur notre page « Quatre Passerands morts pour la reprise du fort de Douaumont, 24 octobre 1916 »   
Plus d’infos sur le site fortiffsere.fr, page Le fort de Dugny ou fort Barrois
Historique du 11e BCAP sur le site gallica.bnf.fr 
Historique du 116e BCAP Site gallica.bnf.fr

DESCRUY Albert, classe 1912 (Vatusium n° 19, p. 27 et 69, article « La famille Descruy et la guerre »)
Né le 10 mai 1892 à Passy, cultivateur résidant à Passy ; fils de Joseph Adolphe Descruy et d’Adélérine Bayetto, domiciliés à Passy ; recensé en 1911 à Passy cultivateur au hameau des Plagnes.
Incorporé au 97e RI à Bourg-St-Maurice le 10 octobre 1913 ; parti au front une 1ère fois avec le 97e Rgt d’Infanterie Alpine (Bourg-St-Maurice) le 2 août 1914.
Combats du 97e RIA d’août 1914 : Garde de la frontière italienne (août), puis opérations d’ALSACE (août) : Zillisheim, Flaxlanden.
Blessé le 16 août 1914 à Mulhouse, évacué le 19 août.
Passé au 414e Rgt d’Infanterie le 1er mars 1915 ; revenu au front une 2ème fois le 15 avril 1915 ; 11e Compagnie le 14 mars 1916.
Combats du 414e RI d’avril 1915 à juillet 1917 : 1915 Une fois formé, le régiment arrive à Creil le 15 avril. ARTOIS : plateau de Lorette, vallée de la Souchez (sept. à nov.) 1916 ALSACE : Seppois, Pfetterhouse (début 16), puis VERDUN : secteur de Châtillon-sous-les-Côtes, Ronvaux (avril) Forts de Douaumont et de Vaux secteur de Tavannes (juil.-août) le régiment perd le moitié, de son effectif. CHAMPAGNE (sept.) bois d’Hauzy, Massiges, puis secteur de VERDUN : Bois des Caurières, ferme des Chambrettes (déc.-janv.) 1917 SOMME : Lihons (fèv.), attaque de Crapeaumesnil (mars), Beaulieu-les-Fontaines, plateau de Craonne et de Californie (avril-août).
Nommé caporal le 29 mars 1917.
Cité à l’ordre de la Division au G.G. le 2 août 1917. Ordre Gal n° 332 de la 154e Division Ord. Régt 180 : « Très bon caporal, sur le front depuis le début de la campagne. A fait preuve en toute occasion d’un grand sang-froid et d’une belle bravoure ; chargé de conduire une corvée de grenades en 1ère ligne pendant une attaque ennemie a été tué à la tête de ses hommes en traversant le tir de barrage. »
Tué à l’ennemi le 3 juillet 1917 à Craonne (Aisne), Plateau de Vauclerc dans l’Aisne, au nord de Craonne, Chemin des Dames. Il avait 25 ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 20 février 1919 à Passy, section des Plagnes.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1917-1918, avec l’omission de son grade de caporal.
Plus d’infos concernant le Chemin des Dames sur le site chtimiste, rubrique Batailles, page Chemin des Dames.
Historique du 414e RI Site ancestramil.fr

Chemin des Dames, carte du Guide Michelin

Chemin des Dames, carte du Guide Michelin

Carte issue des « Fantassins du Chemin des Dames » de Nobécourt
(plateau de Vauclerc en haut de la carte.  (Site pages14-18.mesdiscussions.net, sujet 4839)

La lutte pour les plateaux de CRAONNE

La lutte pour les plateaux de CRAONNE

30 DILPHY Henri Pierre, classe 1914 (Vatusium n° 19, p. 38)
Né le 3 mars 1894 à Paris, résidant à Passy, fils de Henry Dilphy et de Marie Breuil domiciliés à Passy ; profession : cultivateur ; recensé en 1911 à Passy cultivateur au hameau de Grand Essert.
Campagne contre l’Allemagne : Sur le pied de guerre C.S. du 6 sept. au 18 nov. 1914 ; aux armées C.D. du 19 nov. 1914 au 20 fév. 1915 ; sur le pied de guerre C.D. blessure de guerre du 21 février au 2 juillet 1915 ; aux armées C.D. du 3 juillet 1915 au 8 janvier 1916 ; sur le pied de guerre blessure de guerre C.D. du 9 janvier au 8 septembre 1916 ; aux armées C.D. du 9 septembre 1916 au 4 décembre 1917 ; tué à l’ennemi le 5 décembre 1917.
Incorporé comme Chasseur de 2ème classe au 22e Bataillon de Chasseurs le 6 septembre 1914 : Sur le pied de guerre C.S..
Passé au 11e Btn de Chasseurs à Pied le 19 novembre 1914, aux armées.
Combats du 11e BCAP de novembre 1914 à février 1915 : 1914 BELGIQUE (oct.-nov.) : le Kemmel, puis Artois (déc.) : Carency, Berthonval. 1915 VOSGES (fév- mars) : Soultzeren, Reichackerkopf.
Blessé le 22 février 1915 au bois du Sattel (Sattel kopf, 892 m, dans la vallée de Munster, à l’ouest de Reichackerkopf  et de Colmar) : plaie par balle de la face externe droite et du bras droit.
Passé au 23e Btn de Chasseurs à Pied le 3 juillet 1915 ; chasseur de 1ère classe le 11 décembre 1915.
Combats du 23e BCAP de juillet 1915 à janvier 1916 : VOSGES le Braunkopf (juillet-août), puis le Linge (sept.), secteur des Lacs, le Braunkopf (nov.), puis est de Metzeral (déc. 1915 – janvier 1916).
Blessé le 9 janvier 1916 à Metzeral : plaie jambe gauche par éclat d’obus.
Passé au 51e Btn de Chasseurs à Pied le 9 septembre 1916.
Combats du 51e BCAP de septembre 1916 à décembre 1917 : SOMME, en ligne en face du Mont Saint-Quentin où il reste jusqu’au 23 octobre. VOSGES, secteur de la cote 607-Lesseux.
1917 Du 1er au 27 février, période d’instruction au Camp d’Arches, d’où le 51e gagne la région de Dannemarie (dans le Haut-Rhin, à l’Est de Belfort et au sud-ouest de Mulhouse) où il reste jusqu’au 26 mars. Conduit pour appuyer l’offensive du 16 avril 1917, il n’est pas engagé ; monte en ligne devant Corbeny-la-Ville-au-Bois (dans l’Aisne juste au nord-est de Craonne). Le 3 juillet, il  va au Camp de Gondrecourt (au sud-ouest de Toul) informer la 1ère Division américaine. Puis le 7 septembre prend le secteur de Tahure, au nord-est de St-Hilaire-le-Grand, en région Champagne-Ardennes, à l’est de Reims, au nord-est de Châlons-en-Champagne.
Il est relevé le 26 octobre et emmené presque immédiatement en ITALIE, secteur de Monte Tomba près du fleuve Piave.
Le 30 décembre, il s’empare des hauteurs du Mont Fenera et mérite pour ce brillant fait d’armes, une citation de l’Armée.
Médaille militaire : J.O. du 9 janvier 1921 page 205. Vu le décret du 1er octobre 1918 modifié par ceux des 4 décembre 1918 et 30 août 1919, vu la loi du 15 juin 1920, arrête : Inscrit au tableau spécial de la médaille militaire à titre posthume : « Chasseur très brave, chasseur dévoué ; mort pour la France le 5 décembre 1917 en faisant courageusement son devoir. » Croix de guerre avec étoile de bronze.
Tué à l’ennemi le 5 décembre 1917 à Pederobba (Italie), au nord de Trévise dans la région Vénétie, près de la rive gauche du Piave. Il avait 23 ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 14 février 1918 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1917-1918.
Plus d’infos
Historique du 11e BCAP sur le site gallica.bnf.fr
Historique  du 23e BCAP : Site gallica.bnf.fr et pdf sur le site beauzons.fr
Historique succinct du 51ème Bataillon de chasseurs alpins sur le site chtimiste
sur les camps de formation des Américains, voir le Site pages14-18.mesdiscussions.net, sujet 2264  
sur le front italien :
Site pages14-18.mesdiscussions.net, page contribution italienne
Site tableaudhonneur.free.fr, page 2e Régiment artillerie de montagne 
Site 138regiment1418
Site bataillescelebres.esy.es, page Caporetto
Site verdun-meuse.fr : monte Grappa, vittorio Venetto
Site Wikipedia, art. Front italien

Carte pour situer Pederobba : Site pages14-18.mesdiscussions.net, sujet 2572  :
Carte du Monte Tomba dans le JMO du 22e BCP de sept. 16 à nov. 19 page 69 ou 26 N 823 14 page 69 ;
Pederobba sur le bord de la carte à droite ; le Monte Tomba juste à l’ouest de Pederobba :

Carte du front italien

Carte du front italien

FALQUET Joseph Héribert, classe 1909 (Vatusium n° 18, p. 57 et 59, article détaillé)
Né le 8 janvier 1889 à Passy, résidant à Passy, fils de Claude Eloi Falquet et de Jeanne Marie Lavigne domiciliés à Passy ; exempté pour faiblesse générale ; classé bon service armé en octobre 1914 ; recensé en 1911 à Passy ouvrier au hameau de Marlioz.
Incorporé au 13e Bataillon de Chasseurs à pied le 14 novembre 1914 (56e brigade d’infanterie, 47e division d’infanterie, 14e corps d’armée).
Combats du 13e BCAP de novembre 1914 à mai 1915 : VOSGES : col de Sainte-Marie-aux-Mines (oct.-nov.), Chapelle Saint-Antoine, Hartmannswillerkopf (déc.). 1915 VOSGES : Hartmannswillerkopf (janv.-avril), Metzeral (mai-juin).
Passé le 4 mai 1915 au 116e Bataillon de Chasseurs à pied créé en mai 1915.
Combats du 116e BCAP de mai à septembre 1915 : l3 septembre, le 116ebataillon de chasseurs alpins débarque à la gare de Pont-Sainte-Maxence (Oise). CHAMPAGNE : Saint-Hilaire-au-Temple (Marne), au nord-est d’Epernay (26 sept.), Saint-Hilaire-le-Grand, bois Volant, à 1 km à l’est de l’Epine de Vedegrange ; attaque de la « tranchée des Tanks » (28 sept.), puis sur le « Fortin » et la « tranchée des Homosexuels » (29 sept.).
Disparu le 29 septembre 1915 à Saint-Hilaire-le-Grand dans la Marne, à l’est de Reims, au nord-est de Châlons-en-Champagne ; décès fixé au 25 septembre 1915. Il avait 26 ½ ans.
« Mort pour la France » : jugement rendu le 15 février 1921 par le tribunal de Bonneville, transcrit le 22 février 1921 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1915.
Plus d’infos sur notre page « Combats du 116e BCAP en Champagne du 28 au 30 septembre 1915 »
Historique du 13e BCAP
sur le site gallica.bnf.fr
Historique du 116e BCAP 
sur le site gallica.bnf.fr 
Bataille de Champagne, septembre 1915
sur le site chtimiste   

FATTACCIOLI Ange Henri, classe 1912 (Vatusium n° 19, p. 27)
Né le 7 mai 1892 à St-Gervais, manœuvre résidant à Passy, fils de feu Joseph Antoine Fattaccioli et de feue Ernestine Eléonore Brêches domiciliés à Passy. Non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé au 133e Rgt d’Infanterie à compter du 10 octobre 1913. Placé en sursis d’appel jusqu’à nouvel ordre au titre de l’usine de Chedde (décision ministérielle du  12 juillet 1915.
Passé au 23e Rgt d’Infanterie le 6 juillet 1916.
Combats du 23e RI de juillet 1916 à avril 1917 : bataille de la SOMME : bois de Hem, bois de Riez, Monacu, Bouchavesnes (juil.-sept) puis Argonne (sept.-déc.) : La Harazée. 1917 CHAMPAGNE : Champ du Seigneur, Loivre, La Verrerie, Berméricourt (offensive d’avril).
Passé au 363e Rgt d’Infanterie le 27 avril 1917.
Combats du 363e RI en avril-mai 1917 : MARNE (avril) : bois du Seigneur, Berméricourt.
Disparu le 4 mai 1917 à Berméricourt, Marne ; prisonnier de guerre interné à Parchim Allemagne ; rapatrié le 1er décembre 1918 ; passé au 30e RI le 15 janvier 1919.
Décédé le 7 avril 1919 à l’hôpital mixte d’Annecy (avis du maire) des suites de tuberculose pulmonaire contractée en service. Il avait presque 27 ans.
« Mort pour la France » : Extrait du registre des décès adressé à St-Gervais le 7 avril 1919.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur une des plaques additionnelles, avec une erreur sur son nom de famille : lire FATTACCIOLI et non FATTACIOLI.
Plus d’infos sur nos pages
« Soldats de Passy décédés après l’armistice du 11 novembre 1918 »
« Camps des Passerands prisonniers de guerre en 14-18 »
Historique du 23e RI
sur le site horizon14-18.eu
Historique du 363e RI : Site tableaudhonneur

FELISAZ Roger (François)
, classe 1918 (hors Vatusium)
Né le 9 janvier 1898 à Passy, cultivateur à Passy ; incorporé au 11e Btn de Chasseurs à pied le 1er mai 1917 ; recensé en 1911 à Passy cultivateur au hameau du Chatellard.
Campagne contre l’Allemagne : du 1er mai 1917 au 23 juillet 1919.
Incorporé au 11e Btn de Chasseurs à Pied le 1er mai 1917.
Combats du 11e BCAP de mai 1917 à juin 1918 : 1917 L’hiver, le printemps et l’été 1917 voient le bataillon transporté des Vosges sur l’Aisne, dans la Meuse et en Champagne. Les périodes d’entraînement dans les camps alternent avec l’occupation des secteurs du front. Il ne livre aucun combat important durant cette période ; CHEMIN des DAMES, secteur de Chevreux (juin-juillet ; hameau disparu qui dépendait de Craonne, au croisement entre la D18 et la D19) ; instruction des premiers contingents américains à Gondrecourt (août) puis CHAMPAGNE : Tahure (7 sept.). ITALIE (nov.- déc.) : débarque à Lonato, le 7 Novembre, y séjourne une semaine, avant de partir vers la Vénétie envahie. Monte Tomba, Monfénéra : Il arrête les Autrichiens au Monte-Tomba le 30 décembre 1917. 1918 Ramené en France dès la première attaque allemande, le 11e bataillon forme uniquement une réserve : SOMME, ARTOIS (mai), St-Omer ; Trilport, la Marne, l‘OURCQ : en réserve au nord de Crouy, sur les bords touffus du Clignon, relève les autres bataillons alpins au milieu de Juin.
Passé au 3e Btn de Chasseurs à Pied le 13 juin 1918.
Combats du 3e BCAP de juin à octobre 1918 : AISNE (mai-juin) : Arcy-Sainte-Restitue, Branges, Loupeigne, juin : repos à Senlis, camp de Châlons ; puis CHAMPAGNE (juin-juillet) : Perthes-lès-Hurlus ; CHAMPAGNE (sept.) : Monts des Singes. 17 juin – septembre : Seconde bataille de la Marne– Bataille défensive de Champagne ; 25 septembre – 6 octobre : Offensive de CHAMPAGNE. Bataille de SAINT-QUENTIN : devant Sommepytranchée d’Essen (1er octobre ; Sommepy-Tahure, dans la Marne, au nord de Souain) ; Le 21 octobre 1918, le bataillon est à Béthancourt et Nizy-le-Conat, dans l’Aisne [Béthancourt-en-Vaux, au nord-est de Noyon et au sud de St-Quentin ] ; le 25 octobre, enlève de haute lutte Saint-Quentin – Barrogue.
Blessé le 25 octobre 1918 devant Béthancourt dans l’Aisne : plaie légère du bras gauche par éclat d’obus.
Cité à l’ordre du 11e Bataillon de Chasseurs le 27 décembre 1918 : « Jeune chasseur de la classe 1918, s’est fait remarquer par sa bonne tenue au feu pendant les affaires de septembre et d’octobre 1918 en Champagne. Blessé le 25 octobre 1918 devant Béthancourt. » Croix de guerre étoile de bronze.
Le 3e BCAP de novembre 1918 à janvier 1919 :
Repos à Condé-sur-Suippe, Montigny-sur-Vesle (novembre). Après un séjour de deux mois en BELGIQUE (29 novembre – 27 janvier 1919), le 3e BCAP rejoint par étapes sa garnison de Saint-Dié.
Mort le 23 juillet 1919 à l’hôpital temporaire n° 139 à Sedan dans les Ardennes des suites de maladies contractées en service. Il avait 21 ½ ans.
« Mort pour la France » : Extrait du registre des décès adressé le 23 juillet 1919 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1918-1919.
Plus d’infos sur notre page « Soldats de Passy décédés après l’armistice du 11 novembre 1918 »
Historique du 11e BCAP sur le site gallica.bnf.fr
sur le secteur de Chevreux au Chemin des Dames : site dictionnaireduchemindesdames
Historique abrégé du 3e BCAP numérisé par Marc TERRAILLON – 05/08/07 sur le site jburavand.free.fr

FIVEL Auguste, classe 1908 (Vatusium n° 18, p. 20)
Né le 24 janvier 1888 à Passy, cultivateur à Passy, fils de Jean Alexandre Fivel et de Marie Geneviève Gruz domiciliés à Passy ; non recensé en 1911 à Passy.
Campagne contre l’Allemagne : du 2 août au 23 septembre 1914.
Rappelé à l’activité à la mobilisation générale au 13e Btn de Chasseurs à Pied . Arrivé au corps le 2 août 1914.
Combats du 13e BCAP d’août à septembre 1914 : VOSGES : Orbey, Turckheim, Sultzern (15-08), Munster, Logelbach (23-08), Saint-Dié, Plainfaing, Mandray (27-08), Tête de Behouille, Foucherol, Mongoutte, Mandramont (9­-10/09), Vissembach, bois de la Garde, Le Mont, Lusse (26-09).
Décédé le 23 septembre 1914, tué à l’ennemi à Lesseux (Vosges), à l’est de St-Dié, à l’ouest de Ste-Croix-aux-Mines. Il avait 26 ans et venait d’épouser Marie Augustine Jaccoux le 23 avril 1914.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 6 mars 1915 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914.
Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands dans les combats de St-Dié et du col de la Chipotte, 24 août-12 septembre 1914 »
« JMO du 30e RI, combats autour de St-Dié, août-septembre 1914 »  

Historique du 13e BCAP sur le site gallica.bnf.fr

Situation de LESSEUX près de St-Dié

Situation de LESSEUX près de St-Dié

FIVEL Paul Léon, classe 1897 (Vatusium n° 18, p. 27, article détaillé)
Né le 3 octobre 1877 à Passy, cultivateur à Passy, fils de Pierre Marie Alexandre et de parents domiciliés à Passy ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé au 52e RI à compter du 15 novembre 1898 ; passé dans la réserve de l’armée active le 21 septembre 1901. Passé dans l’armée territoriale le 1er octobre 1911.
Campagnes contre l’Allemagne : intérieur C.S. du 3 août au 14 septembre 1914 ; aux armées du 15 septembre au 31 octobre 1914.
Territorial rappelé à l’activité à la mobilisation générale le 3 août 1914 au 107e Rgt d’Infanterie Territoriale.
Combats du 107e RIT  d’août à septembre 1914 : Région de VERDUN, Bar-le-Duc, Beauzée (20/09).
Passé au 52e Rgt d’Infanterie le 15 septembre 1914.
Combats du 52e RI  de septembre à octobre 1914 : LORRAINE, cote 263, ferme de Ham, La Salle (sept.), La Croix-Idoux (8/09) (600 hommes hors de combat) ; SOMME (course à la mer) : Chaulnes, La Station (21-24 sept.), puis Chaumes, le bois Triangulaire (26/09) (1000 h, hors de combat), Lihons, cote 101 (fin oct.) (600 h. hors de combat).
Disparu le 31 octobre 1914 à Lihons (Somme) au sud-ouest de Péronne, à l’ouest de Chaulnes ; décès fixé au 31 octobre 1914. Il avait 37 ans.
« Mort pour la France » : jugement déclaratif de décès rendu le 10 juin 1920 par le tribunal de Bonneville, transcrit le 23 juin 1920 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914.
Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands des 30e, 52e et 140e RI dans la Somme de septembre à décembre 1914 »

« Passerands à Herleville, 25-26 septembre 1914, JMO du 30e RI et du 99e RI »
Historique du 52ème RI : Site gallica.bnf.fr  et pdf sur le site horizon14-18.eu

FIVEL Ulysse (Alexandre), classe 1903 (Vatusium n° 18, p. 19 et n° 19, p. 65)
Né le 30 septembre 1883 à Passy, cultivateur à Passy, fils de Jean Alexandre et de Marie Geneviève Gruz ; recensé à Passy en 1911 aux Julliards.
Incorporé au 52e RI à compter du 15 novembre 1898 ; passé dans la réserve de l’armée active le 21 septembre 1901. Passé dans l’armée territoriale le 1er octobre 1911.
Campagne contre l’Allemagne : Intérieur C.S. du 2 au 22 août 1914 ; Armées du 23 au 31 août 1914.
Rappelé le 2 août 1914 au 11e Btn de Chasseurs à Pied 5e Compagnie, parti au front le 23 août.
Combats du 11e BCAP en août 1914 : Opérations d’ALSACE : Vallée de la Bolle, col du Bonhomme, Orbey, calvaire du Lac Blanc, col des Charbonnières (mi-août), Belle-Fosse, Saint-Blaise, Stampoumont, crête des Genets (21/08) Xainfaing, Le Kemberg, Saint-Dié.
Blessé devant St-Dié le 31 août 1914 par balle à la cuisse droite, évacué sur l’hôpital militaire de St-Dié.
Décédé 2 mois après à l’hôpital St-Charles de St-Dié le 31 octobre 1914 de ses blessures de guerre. Il avait 31 ans.
« Mort pour la France » : transcrit au domicile à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914.
ENTERRE SOUS LE MONUMENT AUX MORTS DE PASSY.
Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands dans les combats de St-Dié et du col de la Chipotte, 24 août-12 septembre 1914 »
« JMO du 30e RI, combats autour de St-Dié, août-septembre 1914 »
Historique du 11e BCAP sur le site gallica.bnf.fr 

FIVEL-DEMORET Félix, classe 1904 (Vatusium n° 18, p. 17 et 22, article détaillé « Les Diables bleus sur la ligne bleue des Vosges »)
Né le 11 juin 1884 à Passy, fils de Henri Julien Fivel-Démoret et de Joséphine Fivel, cultivateur à Passy ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé au 22e Bataillon de Chasseurs à pied à compter du 9 octobre 1905. Caporal le 11 octobre 1906. Passé dans la réserve le 1er octobre 1907 Bataillon de Chasseurs à pied à Albertville ; Bataillon de chasseurs à pied à Annecy. A accompli une1ère période d’exercices dans le 22e Btn de Chasseurs à pied du 29 août au 20 septembre 1910. A accompli une2ème période d’exercices dans le 11e Btn de Chasseurs à pied du 29 mai au 14 juin 1912.
Rappelé à l’activité à la mobilisation générale (caporal au 11e Btn de Chasseurs à Pied). Arrivé au Corps le 2 août 1914.
Combats du 11e BCAP en août 1914 : Opérations d’ALSACE : Vallée de la Bolle, col du Bonhomme, Orbey, calvaire du Lac Blanc, col des Charbonnières (mi-août), Belle-Fosse, Saint-Blaise, Stampoumont, crête des Genets (21/08) Xainfaing, Le Kemberg, Saint-Dié.
Disparu au combat à St-Dié le 27 août 1914. Présumé prisonnier, avis officiel de disparition 18-3-15.
Tué à l’ennemi le 27 août 1914 à StDié dans les Vosges. Il avait 30 ans.
« Mort pour la France » : jugement rendu le 10 juin 1920 par le tribunal de Bonneville, transcrit le 24 juin 1920 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914.
Voir article détaillé dans Vatusium n° 18 : Félix FIVEL-DEMORET et Auguste Gabriel GRUZ, 2 caporaux de Passy tués dans les Vosges (ou) Vivre et aimer à Passy ; mourir dans les Vosges.
Plus d’infos sur notre page du même titre « Vivre et aimer à Passy ; mourir dans les Vosges« 

ainsi que nos pages
« Les combats du 11e BCAP autour de St-Dié, 27 août 1914 »

« Les Passerands dans les combats de St-Dié et du col de la Chipotte, 24 août-12 septembre 1914 »
« JMO du 30e RI, combats autour de St-Dié, août-septembre 1914 »
Historique du 11e BCAP sur le site gallica.bnf.fr

 

Félix FIVEL-DEMORET

Félix FIVEL-DEMORET

FIVEL-DEMORET Lucas, classe 1901 (Vatusium n° 18, p. 27)
Né le 18 septembre 1881 à Passy, garçon de café à Paris, fils de Jean Pierre Fivel-Démoret et de Geneviève Augustine Joly domiciliés à Passy. Habite Paris en 1909 ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé au 97e RI le 15 novembre 1902 ; 1ère classe le 8 juin 1903 ; caporal le 27 septembre 1903 ; envoyé en congé le 23 septembre 1905. Passé dans la Réserve le 1er octobre 1905. Période d’exercices au 30e RI du 29 août au 20 septembre 1910, et du 10 au 20 avril 1912.
Campagnes contre l’Allemagne du 4 août au 6 octobre 1914.
Réserviste rappelé le 4 août 1914 au 6e Régt Infanterie Coloniale.
Combats du 6e RIC d’août à octobre 1914 :
VOSGES : col de la Chipotte, Larifontaine (3, 4 et 5 sept.), Apremont, Loupmont, Le Mont (oct.).
Tué le 6 oct. 1914
à St-Benoît-la-Chipotte, Vosges, au nord-ouest de St-Dié. Il avait 33 ans.
Campagnes contre l’Allemagne du 4 août au 6 octobre 1914.
(Luca sans S sur le registre militaire mais avec un « s » sur la fiche Mémoire des hommes), « Mort pour la France » : acte transcrit le 3 octobre 1916 à Paris 10e arrondissement.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914, avec omission du grade de caporal.
Plus d’infos sur noss pages
« Les Passerands dans les combats de St-Dié et du col de la Chipotte, 24 août-12 septembre 1914 »
Rgt d’Infanterie coloniale (R.I.C) Les Passerands de l’infanterie coloniale en 14-18
Historique du 6e Régt d’Infanterie Coloniale : Site gallica.bnf.fr

FOURNIER Claudius Léon, classe 1908 (Vatusium n° 19, p. 13)
Né en janvier 1888 à Choisy en Haute-Savoie, mécanicien habitant Chamonix, fils de Joseph Fournier et de Jeannette Chanu ( ?) domiciliés à Chamonix, MAIS inscrit sur le monument aux morts de Passy. Habite Passy Chedde en mars 1912 et septembre 1913 ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé au 2e Rgt d’artillerie de Grenoble le 8 octobre 1909, 2e canonnier. Passé au 3e Rgt d’artillerie le 17 juillet 1911. Passé au 56e Rgt d’artillerie le 30 novembre 1911.
Campagne contre l’Allemagne : du 3 août 1914 au 14 mai 1918.
Rappelé à l’activité à la mobilisation générale le 3 août 1914 au 2e Rgt d’artillerie de campagne de Grenoble (14e Brigade d’artillerie, artillerie de la 27e Division d’infanterie ; 3 groupes,  9 batteries de 75 soit 36 canons).
Combats du 2e RAC d’août 1914 à avril 1915 : VOSGES : col du Bonhomme, Bagenettes, col de Sainte-Marie, col d’Urbeis, col de Saales, col du Hantz (24 août) ; retraite : Senones et Hurbache, traversée de la Meurthe sur le pont de Saint-Michel (27 août), combats autour de La Salle, Saint-Rémy, La Bourgonce ; arrêt à  Brouvelieures , de l’autre côté de La Mortagne ; Nompatelize (6 au 10 sept.). Course à la mer : SOMME : Vermandovillers, Chaulnes, Lihons (sept.-oct.). 1915 SOMME (jusque août).
Passé au 54e Rgt d’artillerie de campagne le 27 avril 1915.
Combats du 54e RAC d’avril à juillet 1915 : SOMME (janvier-août) : Herleville, Dompierre, attaques de Fay et du bois Etoilé, Fontaine-lès-Cappy.
Détaché à l’usine de Chedde le 15 juillet 1915.
Passé au 6e Rgt d’artillerie de campagne le 6 février 1917.
Combats du 6e RAC de février à septembre 1917 : AISNE : Vailly, Soupir (16 avril). CHEMIN des DAMES (avril-mai). VOSGES : le Schonholz.
Passé le 8 septembre 1917 au 68e Rgt d’artillerie à pied, unité créée en juin 1917, chargée de l’exploitation des chemins de fer à voie étroite au profit de l’A.L.G.P. (Artillerie Lourde à Grande Portée).
Combats du 68e RAP de septembre 1917 à mai 1918 : création du réseau de l’OISE, 230 kilomètres de voies de 0,60 posés du mois d’avril au mois d’octobre 1917, puis terrain entre l’Aisne et le CHEMIN DES DAMES, La Malmaison, puis VERDUN, sous le feu de l’ennemi. FLANDRES. 1918 SOMME ; Soissons, Compiègne (récit détaillé dans l’historique du 68e RAP).
Décédé le 14 mai 1918 à l’ambulance 4/6 SP 33 à St-Clément en Meurthe-et-Moselle au sud-est de Lunéville de congestion pulmonaire contractée en service commandé. Il avait 30 ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 22 décembre 1918 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1918-1919, avec une erreur sur le régiment : lire 68e Rgt d’artillerie à pied et non 78e.
Plus d’infos sur les sites suivants :
Historique du 2e RAC site tableaudhonneur.free.fr
Historique du 54e RAC site gallica.bnf.fr
Historique du 68e RAP sur le site gallica.bnf.fr
Wikipedia, art. 68e Régiment d’artillerie à pied

40 FRARET Eugène (François), classe 1902 (Vatusium n° 18, p. 20 et 26)
Né le 1er septembre 1882 à Paris, cultivateur à Passy, fils de Joseph Marie et de Adèle Bottollier domiciliés à Passy ; recensé en 1911 à Passy cultivateur au hameau du Péchieu.
Incorporé au 22e RI Sathonay le 15 novembre 1903, soldat de 1ère classe le 2 juillet 1905, envoyé en congé le 18 septembre 1906. Passé dans la réserve le 1er octobre 1906 ; période d’exercices au 30e RI du 29 août au 20 septembre 1910 et du 10 au 26 avril 1912.
Rappelé le 2 août 1914 au 30e Rgt d’Infanterie d’Annecy ; Médaille militaire (J.O. du 3 juillet 1919)
Campagne contre l’Allemagne : du 2 août au 29 septembre 1914.
Décédé le 29 septembre 1914 à l’Hospice d’Harbonnières (Somme) à l’est d’Amiens, au sud-ouest de Curlu, Frise et Cappy des suites de ses blessures de guerre. Il avait 32 ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 15 janvier 1915 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914-1915.
Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands des 30e, 52e et 140e RI dans la Somme de septembre à décembre 1914 »
« Passerands à Herleville, 25-26 septembre 1914, JMO du 30e RI et du 99e RI »
Historique du 30e RI Site gallica bnf et Site verdun-1916.chez-alice.fr 

GAUDIN Jules (Auguste), classe 1901 (Vatusium n° 19, p. 55)
Né le 16 janvier 1881 à Passy, bûcheron à Passy, fils d’Adrien Gaudin et de Marie Brigitte Genix domiciliés à Passy ; recensé en 1911 à Passy bûcheron au hameau de Montfort.
Incorporé au 157e RI à compter du 15 novembre 1902. Envoyé en congé le 23 octobre 1905.
Réserviste rappelé en août 1914 au 30e Régt Infanterie d’Annecy.
Combats du 30e RI d’août à novembre 1914 : VOSGES (août) : Épinal, Charmois, col du Plafond, mont Saint-Jean, Saint-Dié, Taintrux ; puis en août-sept. : Vallée de la Bolle, Col d’Anozel, Saulcy, Autrey, Domptail. PICARDIE (sept.-déc. 1914) : Foucaucourt, Herleville (sept.), Cappy, Frise [canton de Bray-sur-Somme, à l’Est d’Amiens], Éclusier, Dompierre-en-Santerre, Le Quesnoy, (fin oct.). Reprise de l’offensive : Attaques de Fay et du Bois Étoilé.
Blessure grave du métacarpe, entré à l’hôpital de Moutiers, Savoie, le 2 novembre 1914 ; rentré au dépôt le 7 novembre 1914.
Placé en sursis d’appel puis détaché à l’usine de Chedde le 27 mars 1915 ; passé dans la territoriale le 1er octobre 1915 ; rentré au dépôt le 17 février 1916 ;
Passé au 158e Régt Infanterie Alpine le 22 décembre 1916 ; parti en renfort le 19 février 1917.
Combats du 158e RIA de février à avril 1917 : CHEMIN des DAMES (avril).
Passé au 305e Régt Infanterie le 18 avril 1917.
Combats du 305e RI d’avril à décembre 1917 : VOSGES (mai) : Chapelotte, Laveline, Couinches, Saint-Dié (juin). VERDUN (juillet-oct.) : Chattancourt, bois Bourrus, Sommedieue (au sud-est de Verdun), LES EPARGES [à l’est de Verdun] (nov.), puis VERDUN (déc.) : Côte du Poivre, Froideterre.
A l’hôpital mixte d’Annecy le 28 décembre 1917 pour ictère [coloration jaune de la peau et des muqueuses] ; rentré de l’hôpital le 26 février 1918.
Combats du 305e RI de février à août 1918 : ARGONNE (janvier-mai) : Four de Paris, Croix Quentin, Marie-Thérèse, Les Meurissons, puis Vauquois (juin). AISNE (juillet) : Latilly, Grisolles, combats de Coincy, La Croix-sur-Ourcq, Rocourt, bois de Flache, bois du Mesnil, le Coq Hardi, fermes de Bellefontaine et de Combernon (pertes 660 hommes). Le régiment est dissous le 13 août 1918 ; 500 hommes intègrent le 103e RI.
Passé au 103e Régt Infanterie, le 16 août 1918.
Combats du 103e RI d’août à octobre 1918 : offensive de CHAMPAGNE (sept.) : Saint-Etienne-à-Arnes, Saulces (Saulces-Monclin dans les ARDENNES), Ambly-Haut (Ambly Fleury, arrondissement de Rethel).
Blessé et disparu le 12 octobre 1918 à Cauroy Machault dans les Ardennes, au nord-est de Reims et au sud-est de Rethel, présumé décédé (avis ministériel de disparition du 8 août 1919). Il avait 37 ans.
« Mort pour la France » : déclaré décédé le 12 octobre 1918 par jugement du tribunal de Bonneville le 17 mai 1922, transcrit à Passy le 26 mai 1922.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1918-1919.
Plus d’infos concernant la bataille des Ardennes en octobre 1918 sur les sites suivants :
pages 14-18.mesdiscussions.net, sujet 7708
union.presse.fr, page Octobre 1918 : faire sauter le « verrou d’Orfeuil »
Site 20072008.fre.fr : cartes
Historique du 158e RI : Site gallica.bnf.fr
Historique du 305e RI : Site gallica.bnf.fr et pdf sur le site tableaudhonneur
Historique du 103e RI : site tableaudhonneur

GAUDIN (Théodule) Robert, classe 1913 (Vatusium n° 19, p. 19, article détaillé)
Né le 8 avril 1893 à St-Nicolas de Véroce, voiturier à Passy, fils de Séraphin Adrien ; recensé en 1911 à Passy au hameau des Iles Gauches comme cultivateur voiturier.
Campagne contre l’Allemagne : du 2 août 1914 au 24 août 1916.
Incorporé au 22e Bataillon de Chasseurs à Pied d’Albertville à compter du 26 novembre 1913.
Combats du 22e BCAP d’août 1914 à juillet 1915 : 1914 rapidement dirigé sur la HAUTE-ALSACE (août), puis sur les VOSGES (août-septembre) où il reste jusqu’en juillet 1916, dans le secteur de Fraize, du Barrenkopf et de la Croix-le-Prêtre. 1915 Opération au Linge (juin-oct. 1915) : enlèvement des sommets d’ALSACE.
Blessé en juin-juillet 1915 à Metzeral (JMO attaque sur Metzeral a lieu du 19 au 22 juin 1915, p. 46 à 48 ; pertes : 374 hommes) : plaie cuisse gauche par éclat d’obus. Date de retour au front non connue.
Combats du 22e BCAP de janvier ( ?) à août 1916 : 1916 A partir d’août 1916, il est massivement employé dans les offensives de la Somme, jusqu’en novembre 1916 : Rancourt.
Disparu le 24 août 1916 à Maurepas, Somme (présumé tué à Maurepas dans la Somme [sur la rive droite de la Somme entre Albert et Péronne, au nord de Frise et Dompierre]. Il avait 23 ans.
« Mort pour la France » : déclaré « tué à l’ennemi » jugement rendu par le tribunal de Bonneville le 16 juin 1921, transcrit à Passy le 23 juin 1921.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1916.
Plus d’infos sur notre page « Les soldats de Passy dans la Somme, juillet-novembre 1916 »
JMO du 22e Btn de Chasseurs
du 1er août 1914 au 23 juillet 1915, 26 N 823/12 et du 24 juillet 1915 au 6 septembre 1916 ; 26 N 823/13 : page 52 : carte de MAUREPAS, p. 53 Le 24 août 1916, p. 54 pertes.
Historique du 22e BCA Site lacostelle.org

Situation d'AMIENS et PERONNE

Situation d’AMIENS et PERONNE : bataille de la SOMME

GAVARD (Jean) Armand, classe 1913 (Vatusium n° 18, p. 20)
Né le 28 décembre 1893 à Passy, cultivateur à Passy, fils de Jean Marie Gavard et de Marie Ambroisine Ducroz domiciliés à Passy ; recensé en 1911 à Passy, cultivateur au hameau des Regards.
Incorporé au 5e Rgt d’Infanterie coloniale à Lyon à compter du 27 novembre 1913. Passé au 5e Rgt d’Infanterie Coloniale en campagne le 7 août 1914.
Campagne contre l’Allemagne : du 2 août au 4 septembre 1914.
Tué à l’ennemi le 3 sept. 1914 à St-Benoit, col de la Chipotte, Vosges. Avis de décès notifié au 5e Colonial par le ministre de la guerre sous le n° 4589 AV à la date du 18 février 1915. Il avait 22 ½ ans.
« Mort pour la France » : Jugement rendu le 12 octobre 1917 par le tribunal de Thonon ; jugement transcrit le 20 octobre 1917 à Boëge (Haute-Savoie). N° du registre d’état civil.  190/72, 191/1125.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914-1915, avec une erreur sur le nom de famille : lire GAVARD, et non Cavard… !
Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands dans les combats de St-Dié et du col de la Chipotte, 24 août-12 septembre 1914 »
« JMO du 30e RI, combats autour de St-Dié, août-septembre 1914 »
Historique du 5e Régt Infanterie Coloniale : Site gallica.bnf.fr  

GERARD Narcisse, classe 1910 (Vatusium n° 19, p. 19)
Né le 17 septembre 1890 à Passy, ouvrier d’usine à Passy, fils de Marie Clémentine Gérard domiciliée à Passy Chedde ; recensé en 1911 à Passy, journalier au hameau des Soudans.
Incorporé au 158e RI le 10 octobre 1911 ; 11e Bataillon de Chasseurs, réformé temporairement le 8 octobre 1912 pour imminence de tuberculose vertébrale lombo-sacrée. Réformé n° 2 le 8 janvier ; puis classé d’office dans le service armé.
Campagnes contre l’Allemagne : du 15 août 1915 au 18 août 1916.
Incorporé au 11e Bataillon de Chasseurs, arrivé au corps le 15 août 1915.
Combats du 11e BCAP d’août 1914 à août 1916 : 1914 Opérations d’ALSACE : Vallée de la Bolle, col du Bonhomme, Orbey, calvaire du Lac Blanc, col des Charbonnières (mi-août), Belle-Fosse, Saint-Blaise, Stampoumont, crête des Genets (21/08) Xainfaing, Le Kemberg, Saint-Dié.
Somme (sept.) : Lihons, ferme Lihu (26/09), Vermandovillers, Cappy (28/09), Dompierre
BELGIQUE (oct.-nov.) : le Kemmel, puis ARTOIS (déc.) : Carency, Berthonval. 1915 VOSGES (fév- mars) : Soultzeren, Reichackerkopf, opération au Linge (juin-oct) : Metzeral, le Braunkopf, ferme de Meyerhof, Le Barrenkopf (juil.), le Linge (août). 1916 VOSGES (janvier-mai): Hartmannswillerkopf, Hilsenfirst, puis bataille de la SOMME : est de Curlu, la brande Carrières, bois de Hem (juil.), sud de Maurepas (août).
Tué le 18 août 1916 au combat de Maurepas dans la Somme, au sud de Bapaume et au nord de Péronne côté rive droite de la Somme entre Albert et Péronne, au nord de Frise et Dompierre. Il avait presque 26 ans.
« Mort pour la France » : jugement rendu le 9 août 1918 par le tribunal de Bonneville, transcrit le 19 août 1918 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1916.
Plus d’infos sur notre page « Les soldats de Passy dans la Somme, juillet-novembre 1916 »
Historique du 11e BCAP sur le site gallica.bnf.fr 

GIGUET (Jean) Joseph, classe 1903 (Vatusium n° 19, p. 28)
Né le 9 mars 1883 à Passy, cultivateur à Passy, fils de Théophile et de Joséphine Durafort domiciliés à Passy ; recensé en 1911 à Passy, cultivateur au hameau de Joux.
Ajourné en 1904, propre au service en 1905.
Incorporé au 30e Rgt d’Infanterie à compter du 9 octobre 1905. Envoyé en congé le 12 juillet 1907.
Rappelé le 3 août 1914 au 30e RI (230e Régt Infanterie pour la réserve).
Combats du 230e RI d’août à juin 1915 : 1914 LORRAINE :  Haut-du-Mont, Charmes (22-08), St-Germain, Borville, Rozelieures (24-08), bois de Laleau, plateau de Borville, Remenoville, Gerbéviller (26-28 août), nombreuses pertes, Blainville, Mont-sur-Meurthe, Rehainviller, bois de Landécourt (03-09), Chaufontaine, Héréménil [Hériménil], Bauzemont, forêt de Parroy, Arracourt (octobre), La Fournasse, cote 332 et 327, Hénaménil, Réchicourt-la-Petite, Lunéville (nov.). 1915 LORRAINE (janvier-juin) : forêt de Parroy, Einville, Crion, , puis Reillon, Leintrey (juillet-déc.).
Évacué pour bronchite le 14 juin 1915.
1916 Nomeny, Pont-à-Mousson, forêt de Facq, Xon, Clémery, bois de Cheminot, bois Bluzet (janvier-août). Bataille de VERDUN : reprise des Forts de Douaumont et de Vaux.
Cité à l’ordre du Régiment le 6 novembre 1916 : « Agent de liaison d’une bravoure admirable, portait avec sang-froid et ponctualité les ordres de son capitaine sous des feux de mitrailleuses et de mousqueterie d’une très grande intensité. S’est signalé déjà en maintes circonstances. » Croix de guerre étoile de bronze.
1917 Bataille de VERDUN : 2 février 1917, secteur des Chambrettes, bois des Caures (3 mars) ; CHAMPAGNE Main de Massiges, Maisons de Champagne (31 mars-avril) : récit dans l’Historique du 230e RI, p. 20-21. .
Cité à l’ordre de la Division n° 193 du 30 mai 1917 : « Observateur héroïque, a été tué à son poste après avoir effectué pendant 3 jours sous un bombardement incessant la mission qui lui avait été confiée. » Croix de guerre étoile d’argent.
Tué le 8 avril 1917 à la ferme Maisons de Champagne aux avant-postes de Massiges dans la Marne à l’est de Suippes et de Reims. Il avait 34 ans.
« Mort pour la France » : jugement rendu le 20 janvier 1920 par le tribunal de Bonneville, transcrit le 29 janvier 1920 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1917-1918.
Plus d’infos concernant le Chemin des Dames sur le site chtimiste, rubrique Batailles, page Chemin des Dames.
Historique du 230e R.I.  Site gallica.bnf.fr

Carte du secteur de la ferme Maisons de Champagne en date de mars 1917

Carte du secteur de la ferme Maison de Champagne en date de mars 1917 (29e régiment d'infanterie : J.M.O. > J.M.O. 1er janvier-31 décembre 1917, 26 N 604/5 page 10)

Carte du secteur de la ferme Maison de Champagne en date de mars 1917
(29e régiment d’infanterie : J.M.O. > J.M.O. 1er janvier-31 décembre 1917, 26 N 604/5 page 10)

GROSSET-JEANNIN Eugène, classe 1912 (Vatusium n° 18, p. 43)
Né le 8 juin 1892 à Passy, mineur résidant à Passy ; fils de Joseph Théophile Grosset-Jeannin et de Augustine Pugnat, domiciliés à Passy. Recensé en 1911 à Passy, cultivateur au hameau du Coudray.
Campagne contre l’Allemagne : du 2 août 1914 au 28 octobre 1918.
Incorporé au 22e Btn de Chasseurs à pied à compter du 10 octobre 1913.
Combats du 22e BCAP en août 1914 : 1914 rapidement dirigé sur la HAUTE-ALSACE (août), puis sur les VOSGES (août-septembre).
Blessé à Thann le 15 août 1914, hôpital du 14-08. Amputation du pouce droit, plaie pénétrante poignet gauche par éclat d’obus. Cité à l’ordre n° 113 le 1er octobre 1915 : « Belle conduite au combat du 15 août 1914. A été blessé»
Passé au 11e Btn de chasseurs le 19 novembre 1914. Parti en renfort le même jour.
Combats du 11e BCAP de novembre 1914 à décembre 1915 : 1914 BELGIQUE (oct.-nov.) : le Kemmel, puis ARTOIS (déc.) : Carency, Berthonval. 1915 VOSGES (fév- mars) : Soultzeren, Reichackerkopf, opération au Linge (juin-oct) : Metzeral, le Braunkopf, ferme de Meyerhof, Le Barrenkopf (juil.), le Linge (août). 1916 VOSGES (janvier-mai) : Hartmannswillerkopf, Hilsenfirst.
Cité à l’ordre du Bataillon le 30 août 1915  n° 91 : « A été volontaire pour faire partie d’une patrouille chargée d’aller relever des blessés tombés très près des ouvrages ennemis. [le Linge] » ; nommé chasseur de 1ère classe le 27 septembre 1915.
Blessé au 11e Btn de chasseurs, éclat d’obus tête et épaule droite reçu le 1er  janvier 1916 au combat de l’Hartmannswillerkopf. Evacué le 1er janvier 1916 pour blessure sur l’Hôpital St-Joseph à Epinal. Hôpital complémentaire n° 9 à Lyon. Hôpital Dépôt de convalescents de l’Exposition de Lyon. Sorti le 18 juillet 1916.
Cité à l’ordre du Bataillon n° 5 du 16 janvier 1916 : « Belle conduite au combat du 1er janvier 1916. A été grièvement blessé. » Croix de guerre avec trois étoiles de bronze.
Parti aux armées le 16 novembre 1916. [entre le 16 novembre 1916 et le 2 juillet 1917, au 11e bataillon de Chasseurs*].
Combats du 11e BCAP de novembre 1916 à novembre 1917 :
VOSGES (nov. 1916- janvier 17) : Combrimont, Croix-le-Prêtre cols de Saales et de Sainte-Marie. 1917 L’hiver, le printemps et l’été 1917 voient le bataillon transporté des Vosges sur l’Aisne, dans la Meuse et en Champagne. Les périodes d’entraînement dans les camps alternent avec l’occupation des secteurs du front. Il ne livre aucun combat important durant cette période ; CHEMIN des DAMES, secteur de Chevreux (juin-juillet ; hameau disparu qui dépendait de Craonne, au croisement entre la D18 et la D19) ; instruction des premiers contingents américains à Gondrecourt (août) puis CHAMPAGNE : Tahure (7 sept.). ITALIE (nov.- déc.) : débarque à Lonato, le 7 Novembre, y séjourne une semaine, avant de partir vers la Vénétie envahie. Monte Tomba, Monfénéra.
Entré le 30 novembre 1917 à la Station sanitaire de Pignelin (Nevers). Sorti le 7 mars 1918.
Combats du 11e BCAP de mars à octobre 1918 : 1918 Ramené en France dès la première attaque allemande, le 11e bataillon forme uniquement une réserve : SOMME, ARTOIS (mai), St-Omer ; Trilport, la Marne, l‘OURCQ : en réserve au nord de Crouy, sur les bords touffus du Clignon, relève les autres bataillons alpins au milieu de Juin ; ; Rassy, Grisolles, bois du Châtelet (juil.), puis Roye (août) : Andechy, bois de Bracquemont, Bolâtre Saint-Quentin [dans l’AISNE], Sequehart, Chardon-Vert (4 oct.), bois des Cocotiers, Fontaine-Uterte (8 oct.).
Admis à la réforme  pour tuberculose pulmonaire le 6 octobre 1918.
Décédé le 1er septembre 1919, « avis de la mairie de Passy » (fiche matricule) Il avait 27 ans.
Ne figure pas dans la Base de données des Morts pour la France de Mémoire des hommes. 
Monument aux morts de Passy : inscrit sur une des plaques additionnelles et au Tableau honneur de la mairie.
Plus d’infos sur notre page « Soldats de Passy décédés après l’armistice du 11 novembre 1918 »
Historique du 22e BCA 
Site lacostelle.org
Historique du 11e BCAP sur le site gallica.bnf.fr 

GROSSET-JANIN François David, classe 1898 (Vatusium n° 19, p. 18)
Né le 14 juin 1878 à St-Gervais, boucher à St-Gervais, fils de Joseph Marie Grosset-Janin et de feue Anne Marie Muffat-Joly domiciliés à St-Gervais. MAIS « cultivateur résidant à l’Abbaye »… ; non recensé en 1911 à Passy.
Passé dans la Réserve de l’armée active le 1er novembre 1902 ; passé dans l’armée territoriale le 1er octobre 1912. Classé dans les services auxiliaires : pointe de hernie à gauche. Service d’alimentation. Réformé n° 2 par la Commission spéciale d’Annecy le 19 août 1914 pour hernie volumineuse. Classé service armé par le Conseil de révision de la Haute-Savoie, canton de St-Gervais le 26 juin 1915 (loi du 6 avril 1915).
Campagnes contre l’Allemagne : intérieur du 9 septembre 1915 au 1er mars 1916 ; parti aux armées le 2 mars 1916 jusqu’au 20 juillet 1916.
Incorporé au 5e Rgt d’Infanterie coloniale le 8 septembre 1915 ; arrivé au corps et soldat de 2e classe le 9 septembre 1915.
Combats du 5e RIC de septembre 1915 à juillet 1916 : 1915 Bataille de CHAMPAGNE (août-sept.) : secteur de Souain, ouvrage de Magdebourg et du Palatinat, Tranchée des Tantes (1350 hommes hors de combat). 1916 OISE (février-avril) : Canny-sur-Matz ; puis SOMME (août-déc.) : Barleux, Belloy-en-Santerre (juillet).
Tué à l’ennemi le 20 juillet 1916 devant Barleux [dans la Somme, à 5 km au S.O. de Péronne]. Avis officiel du 4 août 1916. Il avait 38 ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 15 mars 1920 à St-Gervais-les-Bains
Monument aux morts de Passy : non inscrit…, alors qu’il était « cultivateur résidant à l’Abbaye », hameau de Passy, et inscrit sur la liste électorale des Plagnes à PASSY en 1914. Une plaque à son nom est déposée sur la tombe de la famille Grosset Janin au cimetière de Passy… Figure sur le monument aux morts de St-Gervais.
Plus d’infos sur nos pages
« Les soldats de Passy dans la Somme, juillet-novembre 1916 »
« Rgt d’Infanterie coloniale (R.I.C) Les Passerands de l’infanterie coloniale en 14-18 »
Historique du 5e Régt Infanterie Coloniale : Site gallica.bnf.fr  

GRUZ Auguste (Gabriel), classe 1910 (Vatusium n° 18, p. 17, article détaillé « Les Diables bleus sur la ligne bleue des Vosges »)
Né le 18 juin 1890 à Passy, cultivateur à Passy, fils d’Ulysse Irénée Gruz et de Marie Nathalie Pugnet domiciliés à Passy Chedde ; recensé en 1911 à Passy, cultivateur au hameau du Praz.
Incorporé au 158e RI à Bourg-St-Maurice le 10 octobre 1911 ; caporal le 25 septembre 1912.
Rengagé pour deux ans le 9 octobre 1913 au 11e Btn de Chasseurs à Pied.
Campagnes contre l’Allemagne : du 2 au 27 août 1914.
Médaille militaire à titre posthume (décret du 31 juillet 1920, J.O. du 15 novembre 1920). Croix de guerre, étoile de bronze.
Tué à l’ennemi le 27 août 1914 à St-Dié. Il avait 24 ans.
« Mort pour la France » : jugement rendu le 14 janvier 1920 par le tribunal de Bonneville, transcrit le 18 janvier 1920 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914-1915.
Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands dans les combats de St-Dié et du col de la Chipotte, 24 août-12 septembre 1914 »
« JMO du 30e RI, combats autour de St-Dié, août-septembre 1914 »
Historique du 11e BCAP sur le site gallica.bnf.fr 

HUGUES Félix Marcel, classe 1915 (Vatusium n° 18, p. 43)
Né le 3 mars 1895 à Flumet, Haute-Savoie, électricien à Thônes (Haute-Savoie), fils de Séraphin Félicien Hugues et de Françoise Ernestine Marin Cudraz domiciliés à Thônes ; non recensé en 1911 à Passy.
Campagnes contre l’Allemagne et l’Autriche : du 15 décembre 1914 au 7 juillet 1915.
Incorporé au 22e Btn Chasseurs à Pied le 15 décembre 1914.
Combats du 22e BCAP de décembre 1914 à juillet 1915 : 1914 rapidement dirigé sur la HAUTE-ALSACE (août), puis sur les VOSGES (août-septembre) où il reste jusqu’en juillet 1916, dans le secteur de Fraize, du Barrenkopf et de la Croix-le-Prêtre. 1915 Opération au Linge (juin-oct. 1915) : enlèvement des sommets d’ALSACE.
Tué à l’ennemi le 7 juillet 1915 à Metzeral en Alsace, au sud-ouest de Colmar, Haut-Rhin. Il avait  20 ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 1er mars 1916 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1915.
Plus d’infos sur notre page « Les Passerands des 11e et 22e BCAP à Metzeral en juin 1915 »
Et sur le site pages14-18.mesdiscussions.net :
sujet 6515, Bombardement de Metzeral
sujet 1309 Juin 1915 Metzeral
Wikipedia, art. La bataille de Metzeral (juin 1915) »
site grande.guerre.pagesperso-orange.fr, page Metzeral : Nos soldats photographiés sur le terrain pris aux Allemands à Metzeral.
Historique du 22e BCA Site lacostelle.org

50 JACCAZ Pierre François, classe 1909 (hors Vatusium)
Né le 2 avril 1889 à Passy, cultivateur résidant à Passy, fils de Joseph Auguste Jaccaz et de Alice Clotide Mugnier domiciliés à Passy ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé au 13e Rgt de Chasseurs à cheval à compter du 1er octobre 1910 ; trompette le 8 février 1912.
Rengagé pour deux ans le 11 avril 1912 pour le 3e Rgt de Spahis, Casablanca, Maroc.
Campagnes en Algérie du 18 mai 1912 au 1er août 1914.
Campagne contre l’Allemagne en ALGERIE du 2 août 1914 au 6 octobre 1914 au 4e Escadron ; en FRANCE du 7 octobre 1914 au 25 août 1915 : le secteur de BAILLY ; au MAROC du 26 août 1915 au 27 janvier 1919.
Décédé à Passy de maladie le 27 janvier 1919 au cours de sa permission (Page décès consultable à l’Etat civil de la mairie de Passy). Il avait 29 ans.
Ne figure pas dans la Base de données des Morts pour la France de Mémoire des hommes. 
Monument aux morts de Passy : inscrit sur une des plaques additionnelles.
Plus d’infos sur nos pages
« Soldats de Passy décédés après l’armistice du 11 novembre 1918 »
Les Passerands dans la cavalerie en 14-18
Historique du 3e Rgt de Spahis
Site tableau d’honneur

JACCOUX Etienne Henri, classe 1904 (Vatusium n° 18, p. 42)
Né le 17 janvier 1884 à Passy, boucher à Passy, fils de Ernest François Jaccoux et de Marie Angeline Bottollier-Curtet domiciliés à Passy ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé au 30e RI le 9 octobre 1905 ; envoyé en congé le 28 septembre 1907 ; passé dans la réserve le 1er octobre 1907.
Réserviste rappelé au 30e RI (230e Régt d’Infanterie) le 4 août 1914.
Combats du 230e RI d’août 1914 à juin 1915 : 1914 LORRAINE :  Haut-du-Mont, Charmes (22-08), St-Germain, Borville, Rozelieures (24-08), bois de Laleau, plateau de Borville, Remenoville, Gerbéviller (26-28 août), nombreuses pertes, Blainville, Mont-sur-Meurthe, Rehainviller, bois de Landécourt (03-09), Chaufontaine, Héréménil [Hériménil], Bauzemont, forêt de Parroy, Arracourt (octobre), La Fournasse, cote 332 et 327, Hénaménil, Réchicourt-la-Petite, Lunéville (nov.). 1915 LORRAINE (janvier-juin) : forêt de Parroy, Einville, Crion, , puis Reillon, Leintrey (juillet-déc.).
Tué le 28 juin 1915 à Reillon en Meurthe-et-Moselle, à l’est de Lunéville, au nord d’Herbéviller. Il avait 30 ½ ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 3 septembre 1915 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1915.
Plus d’infos sur notre page « Les Passerands du 133e RI à St-Dié-des-Vosges début 1915 »
Historique du 230e R.I. 
Site gallica.bnf.fr 

LAVIGNE Georges (Louis), classe 1917 (Vatusium n° 19, p. 61, article détaillé)
Né le 24 octobre 1897 à Passy, cultivateur à Passy, fils de Louis François Lavigne et de Sidonie Ernestine Lavigne domiciliés à Passy ; recensé en 1911 à Passy au hameau de Mont Coutant.
Campagne contre l’Allemagne : du 28 août 1916 au 26 juillet 1918.
Incorporé au 140e Régt d’Infanterie (Rgt alpin) le 28 août 1916.
Combats du 140e RI d’août 1914 à août 1917 : 1914 VOSGES (août) Bruyères (08/08), col des Bagenelles, Sainte-Marie-Aux-Mines (13/08), Sainte-Croix-aux-Mines, Saales, Hautes-Loges (22/08) ; col de Hantz, La Tronche (25/08), Moyenmoutier : 2 compagnies, cernées, capitulent devant l’ennemi (30/08) ; Bréhimont, combats de Saint-Michel-sur-Meurthe (27/08), combat de la Croix-Idoux (début sept.). LORRAINE (mi-sept-) : Blâmont puis Somme (sept.-déc.) : Vermandovillers, Chaulnes (21-24 sept.), Lihons (sept.-oct.), Le Quesnoy-en-Santerre (oct -nov.). 1915 SOMME (déc.- 14 mai 15) : cote 101, Lihons ; puis ARTOIS (juin-juil.) : Hébuterne Serre, ferme Toutvent, Colincamp, Bataille de CHAMPAGNE (sept.) : Perthes, butte de Souain, tranchée de la Vistule, Trou Bricot, bois du Paon et des Perdreaux. 1916 ALSACE (janv.-fév.) : Thann ; puis VERDUN (mars) : ravin de la Caillette, étang de Vaux puis La Lauffée, fontaine de Tavannes, redoute d’Eix (avril), puis en mai : Eix, Haudainville, fort de Vaux, ravin de la Mort, fort de Souville, Fleury ; WOËVRE (juin-août) : Les Hures, Bonzée-en-Woëvre, Les Éparges ; puis VERDUN (août) : batterie de l’Hôpital, secteur du fort de Souville, ouest du bois de Vaux-Chapître, attaque de l’Ouvrage Blanc (18/08) 630 hommes tués. AISNE (sept.) : le Choléra puis en oct.- nov. : Sapigneul, Le Champignon, cote 108. 1917 OISE (mars) : Davenescourt, Guerbigny (17/03), Andechy, bois d’Albéric, Royes (18/03), Gruny, ferme de l’Abbaye, Breuil,
ARTOIS, Benay, Flavy (24/03) ; AISNE (avril-mai) : Urvillers, Seraucourt, puis Aisne (juin) : Pargan, Hurtebise, secteur de la caverne du Dragon. En juillet : Möy.
Passé au 320e Régt d’Infanterie le 22 août 1917, aux armées.
Combats du 320e RI d’août 1917 à juillet 1918 : 1917 En juillet-août : sud d’Altkirch : Bisel, Largitzen. VERDUN : Les Quatre Chemins, Le Chaume, bois des Caurières , tranchée de la Goulette (11-25-sept.) puis octobre Secteur de ST-MIHIEL (oct-déc.) : bois Mullot.
1918 SAINT-MIHIEL (janvier-avril) : Lacroix-sur-Meuse, ravin de Hayes, Rouvrois. VERDUN (avril-juillet) : Belleville, cote 345, Quatre Chemins, les Chambrettes. Offensive du TARDENOIS au nord de Château-Thierry : (21 juillet-8 août) : Bonnes, bois de Bonnes, ferme Les vallées, ferme de Plaisance, Le Charme, bois du Roi, le Châtelet, ferme de Génévroye (22 juillet), Brécy, coincy, bois de la Tournelle (25 juillet), ferme de Préau.
Tué à l’ennemi le 26 juillet 1918 au bois du Châtelet à 3 km au sud de Rocourt StMartin dans l’Aisne. Citation. Il avait 20 ans et demi.
Précédemment inhumé à Brécy cimetière militaire tombe 316, a été transféré à Neuilly-St-Front, arrdt de Château-Thierry, Aisne, tombe n° 443 Cimetière National, le 9 avril 1924. Campagnes contre l’Allemagne : du 28 août 1916 au 26 juillet 1918.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 6 mai 1919 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1918-1919.
Plus d’infos sur le site genealogie-aisne.com, page batailles
HISTORIQUE DU 140ème RI : site verdun-1916-.chez-alice.fr  et Site ddata.over-blog.com 
Historique du 320e RI : Site Wikipedia, art. 320e RI  et site  Tableau d’honneur

LEGON Marie Emile, classe 1907 (Vatusium n° 18, p. 44)
Né le 25 février 1887 au Grand-Bornand (canton de Thônes, Haute-Savoie), cultivateur à St-Martin, fils de François Alexis Legon et d’Othélie Ernestine Angellaz-Pessay domiciliés à St-Martin. Habite Passy hameau de Marlioz en avril 1914. Soutien de famille ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé le 8 octobre 1908 au 30e RI. Envoyé en congé le 25 septembre 1910. Passé dans la Réserve de l’armée active le 1er octobre 1910. Période effectuée au 30e RI du 5 au 27 novembre 1912.
Campagnes contre l’Allemagne : du 4 août 1914 au 5 mars 1919.
Réserviste rappelé à l’activité à la mobilisation générale le 4 août 1914 au 30e Régt d’Infanterie d’Annecy.
Combats du 230e RI en août 1914 : 1914 Lorraine :  Haut-du-Mont, Charmes (22-08), St-Germain, Borville, Rozelieures (24-08), bois de Laleau, plateau de Borville, Remenoville, Gerbéviller (26-28 août), nombreuses pertes.
Blessé le 28 août 1914 [dans les Vosges, au sud de St-Dié, juste à l’est de Taintrux, à l’ouest de Saulcy-sur-Meurthe, pas de précision sur la blessure].
Détaché à l’usine de Chedde le 27 avril 1915 (exécution circulaire 3757 / 6, exempt. 2712). Rentré au dépôt le 13 juillet 1916 (exécution circulaire 9810 1/0 du 20 mars 1916).
Passé au 140e Régt d’Infanterie (Rgt alpin) le 16 juillet 1916.
Combats du 140e RI de juillet 1916 à mars 1919 : WOËVRE (juin-août) : Les Hures, Bonzée-en-Woëvre, Les Éparges ; puis VERDUN (août) : batterie de l’Hôpital, secteur du fort de Souville, ouest du bois de Vaux-Chapître, attaque de l’Ouvrage Blanc (18/08) 630 hommes tués. AISNE (sept.) : le Choléra puis en oct.- nov. : Sapigneul, Le Champignon, cote 108. 1917 OISE (mars) : Davenescourt, Guerbigny (17/03), Andechy, bois d’Albéric, Royes (18/03), Gruny, ferme de l’Abbaye, Breuil,
ARTOIS, Benay, Flavy (24/03).
Cité à l’ordre du 140e RI n° 357 le 31 mars 1917 : « Très bon soldat, d’un courage à toute épreuve. S’est particulièrement distingué au combat du 25 mars 1917. » [en Artois, bataille de Benay, au sud de St-Quentin]. » Croix de guerre.
AISNE (avril-mai) : Urvillers, Seraucourt, puis Aisne (juin) : Pargan, Hurtebise, secteur de la caverne du Dragon. En juillet : Möy. Puis AISNE (oct.) : La Malmaison, plateau de Mennejean, tranchées du Lézard et de la Girafe, le Balcon, le Grand Vivier, forêt de Pinon.
1918 ALSACE (mars-avril) : Michelbach, Roderen ; FLANDRES (avril-juin) : Ecke, mont Noir, ravin de la Douve ; Monts de Flandres.
Intoxiqué au 140e RI  le 30 mai 1918 [dans les Flandres, près de Godewaersvelde, entre Hazebrouck et Ypres ; indiqué comme blessé à la 5e Compagnie le 31 mai 1918, page 77 du JMO].
Puis CHAMPAGNE (juil.-août) : ferme de Moscou, Monchy, Mont-sans-Nom, Prosnes. LORRAINE (sept.-oct.) : Reillon, Ogéviller. Armistice : entrée en ALSACE et LORRAINE, puis garde sur les bords du Rhin, de la Sauer à la Lauter, et le long de la frontière entre l’Alsace et le Palatinat. En décembre retour en France dans la région de Thionville : garde de la frontière luxembourgeoise et occupation du territoire ; 13 avril, région lyonnaise ; août 1919 : GRENOBLE.
Démobilisé le 5 mars 1919.
Réformé définitivement avec proposition d’une pension temporaire de 100% par la Commission de réforme d’Annecy le 6 janvier 1921 pour tuberculose pulmonaire bilatérale, intoxiqué.
Décédé de tuberculose le 3 novembre 1921 au Grand-Bornand. Avis du maire le 15 décembre 1921. Il avait 34 ½ ans.
Campagnes contre l’Allemagne : du 4 août 1914 au 5 mars 1919.
Ne figure pas dans la Base de données des Morts pour la France de Mémoire des hommes, car décédé après la guerre.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur une des plaques additionnelles.
Plus d’infos sur notre page « Soldats de Passy décédés après l’armistice du 11 novembre 1918 »   
Plus d’infos : Historique du 140ème régiment d’infanterie disponible sur le site verdun-1916.chez-alice.fr  

MAGNIN Félix Albert, classe 1912 (Vatusium n° 19, p. 26)
Né à Cordon le 24 avril 1892, garçon de café à Paris, fils de Jérémie Magnin et de feue Marie Rosalie Giguet Covex domiciliés à Passy ; non recensé en 1911 à Passy.
Campagnes contre l’Allemagne : du 2 août 1914 au 16 juin 1917 (sic).
Incorporé au 3e Rgt de Zouaves le 10 octobre 1913 ; 18e Compagnie le 2 août 1914 (37ème D.I. algérienne, 5ème Armée).
Combats du 3e Zouaves d’août 1914 à juin 1915 : 1914 Vers CHARLEROI : Fosse, Vitrival, Wagnée, Oret (22-24 août) Vauxaillon, Le Pont Rouge (30 août). Bataille de la MARNE (5 au 13 septembre) : château de Rieu (8/09) Montmirail, Marchais (9/09) Carlepont, Caisnes (15/09). OISE : St Mard, Tracy le Val (20-28 sept.) puis jusqu’en déc. 1915 TRACY LE VAL (janv. juin) plateau de Quennevières (6 juin)
Blessé le 6 juin 1915 [plateau de Quennevières, à l’est de Compiègne] par balle face postérieure cuisse droite. Pas de date de retour au front.
Passe à la 64e Compagnie le 7 août 1915.
Combats du 3e Zouaves d’août 1915 ( ?) à juillet 1916 : 1915 offensive de Champagne (25 sept) : sud de la vallée de la Py, bois de la Raquette (1 800 hommes hors de combat). 1916 VERDUN : rive droite vers Louvemont, côte du Poivre (23 au 25 février 1916) ; Verdun : (24 avril à la fin juin), secteur Avocourt, Bois Carré. VERDUN : (12-27 juillet) Fleury, ravin des Vignes (15, 16 et 17 juillet).
Blessé le 9 juillet 1916 à Barleux [Somme ; lieu indiqué sur sa fiche matricule, mais sujet à caution car le Rgt est dans le secteur d’Avocourt à cette date] : plaie par éclat d’obus épaule droite. Pas de date de retour au front.
Combats du 3e Zouaves de (fin ?) 1916 à avril 1917 : 1917 Bétheny le Linguet (fév.- mars) CHEMIN DES DAMES : offensive Nivelle, Mont Spin (16 au 21 avril).
Disparu au combat le 16 avril 1917 à Cormicy-la-Neuville dans la Marne, en amont de Sapigneul, ancien village de la Marne situé entre Reims et Laon, disparu à la suite de la première guerre mondiale. Il avait presque 25 ans.
« Mort pour la France » : jugement rendu par le tribunal civil de Bonneville le 18 février 1922, transcrit le 24 février 1922 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1917-1918.
Plus d’infos : Site dictionnaireduchemindesdames.blogspot.fr :
page n comme neuville
page c comme cormicy
Historique du 3e Zouaves Site gallica.bnf.fr  et Site vinny03.perso.neuf.fr

MAGNIN Gaston Louis, classe 1918 (Vatusium n° 19, p. 55)
Né le 19 août 1898 à Passy, cultivateur à Passy, fils de Louis Magnin et de Mélanie Tissot domiciliés à Passy ; non recensé en 1911 à Passy.
Campagnes contre l’Allemagne : du 1er mai 1917 au 12 octobre 1918. Livre d’or
Incorporé au 97e Régt d’Infanterie Alpine le 1er mai 1917 ; Passé au 9e Btn, aux armées le 18 janvier 1918.
Combats du 97e RIA de janvier à mai 1918 : VOSGES (mai-juin) : Hartmannswillerkopf.
Passé au 341e Régt d’Infanterie le 28 mai 1918.
Combats du 341e RI de mai à août 1918 : SOMME : Mailly Raineval (avril-mai) ; Bois-le-Prêtre, Regniéville (juin-juillet). Dissolution du Rgt en mai 1918.
Passé au 113e Régt d’Infanterie 6e Compagnie le 13 août 1918.
Combats du 113e RI d’août à octobre 1918 : LORRAINE (août-sept.) : Nomeny. CHAMPAGNE (oct.) : Challerange, Brécy, Olizy (14-10).
Blessé le 11 octobre 1918 à Challerange, au nord-est de Tahure et au bord des Ardennes (JMO du 11 octobre 1918, p. 12-13).
Décédé le 11 octobre 1918 des suites de ses blessures de guerre, à l’ambulance 95 H.O. E. d’Auve dans la Marne, à l’est de Reims, au sud-est de Suippes et au nord-est de Châlons-en-Champagne. Il avait 20 ans.
« Mort pour la France » : acte de décès transcrit à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1918-1919.
Plus d’infos dans le JMO du 113e R.I.  (Mémoire des hommes Journaux des unités 1914-1918), pages 12-13 :
Plus d’infos concernant la bataille des Ardennes en octobre 1918 sur les sites suivants :
pages 14-18.mesdiscussions.net, sujet 7708
union.presse.fr, page Octobre 1918 : faire sauter le « verrou d’Orfeuil »
Site 20072008.fre.fr : cartes
Historique du 97e RIA Site dumoul.fr
Historique sommaire du 341e RI : Site jburavand.free.fr
Historique du 113e RI : Site culture41.fr

MAGNIN Joseph Alfred, classe 1907 (Vatusium n° 18, p. 42)
Né le 1er janvier 1887 à Cordon, cultivateur à Passy, fils de Jérémie Magnin et de Marie Rosalie Giguet Covex domiciliés à Passy. Habite à Sixt, canton de Samoëns le 19 juin 1914 ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé au 2e Rgt d’artillerie à compter du 8 octobre 1908 ; arrivé au corps et Conducteur muletier de 2e classe le dit jour. Envoyé en congé le 25 septembre 1910. Passé dans la réserve de l’armée active le 1er octobre 1910.
Rappelé au 1er Rgt d’Artillerie de Montagne le 4 août 1914.
Combats du 1e RAM d’août 1914 à août 1915 : VOSGES : Lingekopf (juillet-août 1915).
Cité à l’ordre le 29 août 1915 : « Les communications téléphoniques étant rompues, a quitté un abri observatoire sur lequel un tir à démolir était exécuté pour aller à sa batterie porter un ordre urgent de changement d’objectif»
Décédé le 27 août 1915 à l’ambulance de Rudlin (Vosges, alentours de Plainfaing au sud de St-Dié) : accident en service. Il avait 27 ½ ans.
« Mort pour la France » : acte de décès transcrit le 26 septembre 1915 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1915.
Plus d’infos sur notre page « Les Passerands du 133e RI à St-Dié-des-Vosges début 1915 »
Historique du 1er R.A.M. Site tableau d’honneur

MARECHAL Ernest (Henri), classe 1913 (hors Vatusium n° 18…)
Né le 19 février 1893 à Villard Bonnot (Isère), comptable à Passy, parents domiciliés à Passy ; recensé en 1911 à Passy au hameau de Chedde comme employé à la Société de l’Arve.
Engagé volontaire en 1913 au 4e Régt d’Infanterie Coloniale.
Mort pour la France le 27 août 1914 à Jaulnay dans la Meuse, forêt située au sud-est de Sedan dans une boucle de la Meuse. Il avait 20 ½ ans.
« Mort pour la France » : Jugement rendu le 13 octobre 1914 par le tribunal de Bonneville et transcrit le 18 octobre 1914 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit par erreur sur la plaque des morts de 1915, au lieu de celle des morts de 1914.
Plus d’infos sur nos pages
« Un marsouin du 4e RIC, Ernest Maréchal, tué dans les Ardennes en août 1914 »
« Les Passerands de l’infanterie coloniale en 14-18 » 
« JMO du 4e RIC, août-septembre 1914 »
« Les Passerands dans les combats de St-Dié et du col de la Chipotte, 24 août-12 septembre 1914 »
« JMO du 30e RI, combats autour de St-Dié, août-septembre 1914 »
Historique du 4e R.I.C. : Site tableaudhonneur

MARZORATI Joseph, classe 1911 (Vatusium n° 18, p. 42)
Né le 16 mai 1891 à Albertville, Savoie ; recensé comme journalier à Passy, hameau de l’Abbaye en 1911 ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé en octobre 1912 : Soldat de 2e classe au 133e Régt d’Infanterie ; maintenu lors de la mobilisation d’août 1914 au 133e RI.
Combats du 133e RI d’août 1914 à février 1915 : 1914 ALSACE : Cernay (08/08), Pont d’Aspach, Rougemont, Mortzwiller (14/08), 6uewenheim, Aspach-le-Bas (16/08), Dornach, Brunstatt, Mulhouse ; VOSGES : Soultz (25/08), Osenbach, Fraize (30/08), Couinche, Tête de Béhouille, Saint-Dié, col des Journeaux, Plainfaing, Le Fraiteux, bois du Palon, Saulcy (près de 1200 h. hors de combat en 10 jours). Saint-Dié (14/09), La Fontenelle, Spitzberg, Metzeral, Gemainfaing (même secteur jusque fin 14). 1915 VOSGES (toute l’année) : secteur du Ban-de-Sapt, du col d’Hermanpère jusqu’à la ferme de Fayemont.
Tué le 10 février 1915 à Ban-de-Sapt, dans les Vosges au nord de St-Dié. Il avait 23 ½ ans.
« Mort pour la France » : Acte transcrit le 26 mars 1916 à la mairie de Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1915.
Aucune fiche disponible aux ADHS ni aux archives départementales de Savoie.
Plus d’infos sur notre page « Les Passerands du 133e RI à St-Dié-des-Vosges début 1915 »
Historique  du 133e RI
Site gallica.bnf.fr 

MATTEL Théophile Emile, classe 1909 (Vatusium n° 19, p. 48 à 52, article détaillé « Les montagnards au plat Pays des Flandres en 1918 », et p. 65)
Né le 21 octobre 1889 à Passy, voiturier résidant à Passy, fils de Placide Mattel et de Marie Pauline Eugénie Vallet domiciliés à Passy ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé au 13e Rgt de Chasseurs à cheval à compter du 1er octobre 1910 ; envoyé en congé le 25 septembre 1912 ; passé dans la réserve de l’armée active le 1er octobre 1912.
Rappelé à l’activité à la mobilisation générale le 2 août 1914 au 13e Régt de Chasseurs à Cheval.
Combats du 13e Régt Chasseurs à Cheval d’août 1914 à octobre 1918 : LORRAINE : Banamenil, forêt de Réchicourt, des bois d’Igney et de Blamont, Sarrebourg (16-21 août), 20 au 24 août, défense des ponts du canal de la Marne au Rhin, passe la Meuse le 23 août ; Le 24, reprise de l’offensive à Rozelieures. CHAMPAGNE, Course à la mer : Brienne le Château puis Mailly, Saint-Souplet. FLANDRES : le 5 octobre, Hazebrouck et débarque à Merville, Strazeele et Neuf Berquin, Baillieul ; 12 octobre, Neuf-Berquin. Le soir du 14 octobre, relève sur la Lys. BELGIQUE : Roulers, Paschendale, puis , c’est à pied que le 13e chasseurs se distingue lors des combats permettant de sauver Ypres : bataille de l’Yser ; repos à Compiègne. 1915 ALSACE : tranchées d’Eclin-Gen et de Bischeviller. En mai, ARTOIS ; en juin retour dans l’Est secteur de Celles ; CHAMPAGNE en septembre : prise des tranchées sur la Main de Massiges et en fin d’année retourne en LORRAINE : forêt de Parroy. 1916 Jusqu’au mois d’août, secteur d’Avricourt au Nord de Parroy, puis vers le 15 août région de Baccarat. 1917 ALSACE détachements de travailleurs à Uberkhumen surveillance le long de la frontière suisse. En mars, le régiment retrouve ses chevaux : AISNE en réserve d’exploitation lors de la grande offensive de Champagne. Le 28 avril, à pied relève un bataillon du 136e de ligne à Courcy. Puis secteur de Loivre. Du 10 août 1917 au 19 janvier 1918, tranchées aux environs de Prunay, du bois des Zouaves à la Pompelle. 1918 Après 6 mois de tranchées, environs de Paris jusqu’au 19 mars 1918. Puis BELGIQUE, Saint-Omer puis Steenworde et, jusqu’au 5 mai 1918, du Mont-Noir à la Clytte. Le 2 juin, bataille de L’OURCQ et, à partir de la région sud de Gandelu, nombreuses reconnaissances. Du 14 au 20 octobre, avant-garde de la 6e division de cavalerie. Il se heurte, les 14,15 et 16 octobre, à des résistances dans les environs du village de Gits et réduit des résistances sur les hauteurs de Lichtervelde-Groetdoele.
Tué à l’ennemi le 16 octobre 1918 à Sluinsken en Belgique, au nord de Roeselare, entre Ypres et Bruges : blessures multiples à la tête et aux reins par éclats d’obus. Il avait presque 29 ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 27 mai 1919 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1918-1919, avec une erreur sur la date de sa classe : lire classe 1909 et non 1907.
ENTERRE SOUS LE MONUMENT AUX MORTS DE PASSY.
Plus d’infos sur les sites suivants :
cheminsdememoire.gouv.fr, page « Les Belges à la reconquête de la Belgique »

Site archives.ecpad.fr, page octobre 1918, Le groupe d’armées des Flandres 
site touteslesvilles.biz  pour situer Sluinsken
Historique du 13e Rgt de Chasseurs à cheval Site gallica.bnf.fr

60 METRAL Emile, classe 1906 (hors Vatusium)
Né le 19 février 1886 à Sallanches, habitant à Sallanches, fils de Rosalie Métral domiciliée à Sallanches ; garçon boucher ; habite Sallanches en mai 1910, Paris en janvier 1911, Sallanches en février 1913, St-Gervais en mai 1913, Villeurbanne en mars 1914 ; non recensé en 1911 à Passy.
Engagé volontaire pour 4 ans le 21 avril 1904 pour le 12e Bataillon d’artillerie à pied. Passé dans la réserve de l’armée active le 21 avril 1908.
Campagne contre l’Allemagne du 3 août 1914 au 4 février 1918.
Rappelé en 1914 au 3e Rgt d’Artillerie à pied. Sur l’artillerie de forteresse, voir le Site pages14-18.mesdiscussions.net, artillerie à pied sujet 517  
Le 3e RAP : 
— 11e région. Portion centrale à Brest: 1re batterie, Belle-Isle; 2e, 3e et 6e batteries, Brest.
— 18e région. Fraction de La Rochelle : 4e batterie, La Rochelle ; 5e batterie, Ile d’Aix.
Combats des batteries du 3e RAP d’août 1914 à septembre 1916 : Voir Historique succinct du 3e RAP sur le site tableaudhonneur.free.fr
Passé au 1er Rgt d’Artillerie à pied le 16 septembre 1916.
Le 1er RAP :
— 1re région. Portion centrale à Dunkerque : 4e, 6e et 7e batteries, Dunkerque ; 3e batterie, Boulogne ; 5e batterie, Calais.
— 1re région. Fraction de Maubeuge : 1re et 2e batteries, Maubeuge.
Combats des batteries du 1e RAP de septembre 1916 à février 1918 : Voir Historique succinct du 1e Rgt d’Artillerie à pied, pages 1 à 9  Site gallica.bnf.fr
Réformé le 4 février 1918 pour tuberculose pulmonaire (affection contractée en service commandé).
Décédé le 30 mars 1919 à Passy. Il avait 33 ans.
Ne figure pas dans la Base de données des Morts pour la France de Mémoire des hommes. 
Monument aux morts de Passy : inscrit sur le Monument aux morts de Passy sur une des plaques additionnelles et au Tableau honneur de la mairie.
Plus d’infos sur notre page « Soldats de Passy décédés après l’armistice du 11 novembre 1918 »  

MOISSET Jean-François, classe 1908 (Vatusium n° 18, p. 57)
Né le 9 août 1888 à St-Urcize dans le Cantal, non recensé à Passy en 1911 ; recrutement Aurillac.
Incorporé à compter du 8 octobre 1909 (Rgt inconnu) ; envoyé en congé le 24 septembre 1911 ; passé dans la réserve de l’armée active le 1er octobre  1911.
Rappelé comme soldat de 2e classe au 122e Régt d’Infanterie en août 1914 (62e brigade d’infanterie, 31e division d’infanterie, 16e Corps d’armée).
Combats du 122e RI d’août 1914 à mars 1915 : 1914 Bataille de MORHANGE : Lunéville, Bayon, puis LORRAINE : combat de Bisping (18 août), Angviller, Loudrefing, Fribourg, Emberménil, Jolivet, Clayeures.
Dans le combat de Bisping, le régiment perd près de 600 hommes et encore 500 les jours suivants. Des scènes de panique furent observées, un carnet de combattant indique : « La panique au feu est telle que l’on se tirait parfois entre deux régiments français », voir son carnet.
Le JMO n’indique pas ces scènes, mais curieusement plusieurs journées du JMO sont barrées par le colonel avec cette mention : « déroulement inexact ; à refaire ».
TROUEE DE CHARMES (mi-sept.) : bois de la Reine, Gerbéviller, bois de la Rappe, Fraimbois, Marainviller, Croismare. WOËVRE (sept.-oct.) : Minorville, Manonville, bois de la Voisogne, bois de Mort-Mare, Flirey. Bataille de Fletres et de des FLANDRES (oct. 1914- février 1915) : Poelcapelle, Zillebecke, Hollenbecke, Saint-Eloi.
1915 CHAMPAGNE (mars) : ravin des Cuisines, butte de Mesnil, fortin de Beauséjour ; puis en mars-août : Le Trapèze, Beauséjour.
Tué le 18 mars 1915 à Beauséjour Minaucourt dans la Marne, ferme située sur le chemin reliant Minaucourt à Mesnil-les-Hurlus, à l’est de Suippes et de Reims. Il avait 26 ½ ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 4 juillet 1916 à Toulon (Var).
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1915.
Plus d’infos sur Wikipedia, art. Bataille de Champagne (14 déc. 1914- 17 mars 1915)
Historique du 122e RI :
site tableaudhonneur

MOTTIN Alfred Ambroise, classe 1913 (Vatusium n° 19, p. 13)
Né à Sallanches le 25 décembre 1893, manœuvre à Passy, fils de François Régis Mottin et de Marie Eugénie Soquet Juglard domiciliés à Passy ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé au 133e Régt d’Infanterie à Belley (« Rgt des Lions ») le 27 novembre 1913.
Combats du 133e RI d’août à septembre 1914 : 1914 ALSACE : Cernay (08/08), Pont d’Aspach, Rougemont, Mortzwiller (14/08), 6uewenheim, Aspach-le-Bas (16/08), Dornach, Brunstatt, Mulhouse ; VOSGES : Soultz (25/08), Osenbach, Fraize (30/08), Couinche, Tête de Béhouille, Saint-Dié, col des Journeaux, Plainfaing, Le Fraiteux, bois du Palon, Saulcy (près de 1200 h. hors de combat en 10 jours).
Blessé [dans les Vosges] au mollet gauche le 5 septembre 1914 par éclat d’obus. Date de retour au front inconnue. En 1915, le 133e RI reste dans les VOSGES toute l’année.
Passé au 333e Régt d’Infanterie, Rgt de réserve du 133e RI (la classe 1913 n’étant pas affectée par le passage à la loi des 3 ans, il est sans doute passé dans la réserve en novembre 1915)
Combats du 333e RI de novembre 1915 à octobre 1916 : secteur de Reillon, à l’est de Lunéville (relevé le 23 déc. 1915) ; PONT-A-MOUSSON, de la Moselle à la Forêt de Facq : travaux de fortification et de protection de Nancy (février-août 1916) ; camp de Saffais (18 août- 2sept.). VERDUN (début sept.) : rive droite, en avant de la Batterie de l’Hôpital, à l’ouest du Fort de Tavannes, à la Vaux-Régnier et Vaux-Chapitre. Repos à Hargeville, près de Bar-le-Duc. Attaque générale sur les fronts Douaumont, batterie de Damloup, dans le but d’enlever les 2 forts de Douaumont et de Vaux : villages de Vaux, fort de Vaux (24 oct.) : pertes sévères : 21 officiers dont 5 tués et 816 hommes manquent à l’appel.
Tué à l’ennemi le 24 octobre 1916 à Verdun, fort de Vaux dans la Meuse, « en avant de Verdun ». Il avait 22 ½ ans.
« Mort pour la France » : Jugement rendu le 31 décembre 1918 par le tribunal de Bonneville ; jugement transcrit le 4 février 1919 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1916, avec une légère erreur sur le prénom : lire Alfred Ambroise, et non Ambroise Alfred.
Plus d’infos sur notre page « Quatre Passerands morts pour la reprise du fort de Douaumont, 24 octobre 1916 »
Historique  du 133e RI Site gallica.bnf.fr
Historique du 333e RI Site dumoul.fr

NOGUET Gaston Henri, classe 1913 (Vatusium n° 18, p. 31 et 59, article détaillé)
Né le 17 avril 1893 à Passy, garçon d’hôtel à Londres, fils de Jean Eugène Noguet et de Mathilde Alexandrine Fivel domiciliés à Passy. Taille : 1,66 m ; instruction : 2 ; non recensé en 1911 à Passy.
Campagne contre l’Allemagne : du 4 août 1914 au 17 mars 1915.
Incorporé au 97e RIA le 3 septembre 1914 ; passé au 30e Régt d’Infanterie le 19 novembre 1914, caporal-fourrier au 30e Régt d’Infanterie.
Combats du 30e RI de novembre 1914 à mars 1915 : PICARDIE (sept.-déc. 1914) : Foucaucourt, Herleville (sept.), Cappy, Frise [canton de Bray-sur-Somme, à l’Est d’Amiens], Éclusier, Dompierre-en-Santerre, Le Quesnoy, (fin oct.). Reprise de l’offensive : Attaques de Fay et du Bois Étoilé. 1915 PICARDIE (janv.-juil.) : secteur sud-ouest de Péronne.
Mort le 16 mars 1915 de ses blessures de guerre à Dompierre dans la Somme, à l’ouest de Péronne, dans la boucle de la rivière Somme. Il avait presque 22 ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 5 septembre 1915 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1915, avec une erreur : lire caporal-fourrier, et non caporal-fourier.
Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands des 30e, 52e et 140e RI dans la Somme de septembre à décembre 1914 »
« Passerands à Herleville, 25-26 septembre 1914, JMO du 30e RI et du 99e RI »
Historique du 30e RI Site gallica bnf et Site verdun-1916.chez-alice.fr

NOGUET Marc, classe 1916 (Vatusium n° 19, p. 48 à 52, article détaillé « Les montagnards au plat Pays des Flandres en 1918 », et p. 65)
Né le 19 avril 1896 à Passy, « fils* de Jean Eugène Noguet sans profession, âgé de 25 ans demeurant à Marlioz, et de Mathilde Alexandrine Fivel son épouse, ménagère, âgée de 26 ans. » * ADHS registre des naissances p. 503 ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé au 97e Régt d’Infanterie Alpine le 8 avril 1915. 5e Compagnie. Sergent.
Combats du 97e RIA d’avril 1915 à octobre 1918 :
ARTOIS (janv.-avril) : Carency, bois de Berthonval, Souchez, Le Cabaret Rouge. Offensive d’Artois : Ouvrage Oméga, cimetière de Souchez, Cabaret Rouge (9 mai), puis cimetière de Souchez (juin) même secteur (juin-août), puis ARTOIS : Souchez, ravin des Écouloirs, cote 129 (sept). 1916 VERDUN : Vaux (mars-avril), puis WOËVRE (mai-juil.) : Flirey, bois de Mort-Mare. SOMME (août-oct.) : Barleux, ferme de la Maisonnette, puis AISNE (déc.) : ouest de Soissons. 1917 AISNE (janv.-mars) : Nouvron, Vingré, Morsain, Vézaponin, moulin de Nogent, sucrerie des Michettes, château de Coucy. Le CHEMIN DES DAMES (juil.-août) : Braye, Le Panthéon, La Royère, puis ALSACE (août 1917-janv.1918) : est de Dannemarie. 1918 Camy-sur-Matz, Plémont, Plessier-de-Roye (mars-avril), puis VOSGES (mai-juin) : Hartmannswillerkopf ; CHAMPAGNE (juil.-août) : Épernay, Montagne-de-Reims, bois des Dix-Hommes et de Commétreuil (Bouilly), bois des Houleux. FLANDRES (oct.) : Hooglede.
Tué à l’ennemi le 14 octobre 1918 aux combats de Hooglede et Thielt, en Belgique, au nord-est de Roeselare, entre Courtrai et Bruges. Il avait 21 ½ ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 12 février 1920 à Passy. Base de données des Morts pour la France : n° matricule 8196 ; n° 178 au recrutement d’Annecy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1918-1919.
ENTERRE SOUS LE MONUMENT AUX MORTS DE PASSY.
AUCUNE FICHE matriculaire disponible aux ADHS pour ce Passerand…
Plus d’infos sur les sites suivants :
cheminsdememoire.gouv.fr, page « Les Belges à la reconquête de la Belgique »
Site archives.ecpad.fr, page octobre 1918, Le groupe d’armées des Flandres
Historique du 97e RIA Site dumoul.fr

OVERNEY Aristide, classe 1907 (Vatusium n° 18, p. 16)
Né le 19 octobre 1887 à Taninges, ouvrier habitant Passy, fils de Joséphine Overney, domiciliée à Passy. Habitait à Taninges le 27 octobre 1913 ; recensé en 1911 à Passy, domestique au hameau du Chef-lieu. Conseil de révision à St-Gervais.
Incorporé au 97e RI de Chambéry le 9 octobre 1908 ; envoyé en congé le 25 septembre 1910 ; passé dans la réserve de l’armée active le 1er octobre 1910, Rgt d’infanterie de Chambéry. Période d’exercices au 97e RI du 30 août au 21 septembre 1912.
Rappelé le 4 août 1914 au 30e RI d’Annecy (230e Régt d’Infanterie, Rgt de réserve du 30e RI, sur sa fiche Mémoire des hommes).
Disparu le 25 août 1914 à Rozelieures en Meurthe-et-Moselle (54), au sud-est de Nancy, entre Lunéville et Charmes. Il avait 26 ½ ans.
« Mort pour la France » : décès fixé au 25 août 1914 jugement déclaratif de décès rendu par le tribunal de Bonneville le 26 septembre 1924, jugement transcrit à Taninges le 6 octobre 1924.
Monument aux morts de Passy : NON inscrit. Mais figure sur le monument de Taninges.
Voir nos pages
« Bataille de Rozelieures, 25 août 1914 »  

« René Fivel et le 2e dragons en Lorraine, Champagne et Flandres , août-octobre 1914 »
Historique du 230e R.I.  Site gallica.bnf.fr 

PEILLET Maurice Jean, classe 1912 (Vatusium n° 18, p. 12)
Né le 2 février 1892 à Sallanches (date et orthographe du nom de famille confirmées par l’extrait de naissance), cultivateur à Passy, fils de feu Maurice Peillet et de feue Marie Beaud. Un « Peillex Jean » (sic) né à Sallanches en 1894 (sic) est recensé en 1911 à Passy comme domestique cultivateur au hameau de La Motte (page 60 du recensement)
Incorporé au 97e Régt d’Infanterie Alpine à Moutiers à compter du 10 octobre 1913.
Tué à l’ennemi le 22 août 1914 à Flaschlanden (ou Flaxlanden), au sud de Mulhouse, en Alsace. Il avait 22 ans.
Campagne contre l’Allemagne : du 2 au 22 août 1914.
« Mort pour la France » : Jugement rendu le 15 mai 1917 par le tribunal de Bonneville ; jugement transcrit le 28 mai 1917 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit par erreur sur la plaque des morts de 1915, au lieu de celle des morts de 1914, et avec l’orthographe « PEILLEX », au lieu de PEILLET.
Plus d’infos sur notre page « Mort du premier Passerand Noël Biava le 19 août 1914 en Alsace »
Plus d’infos sur les sites suivants :
Site de Frédéric Dumoulin, page 97e Régiment d’Infanterie alpine (Division Barbot) Historique de guerre (1914 – 1918)
Site chtimiste, page Alsace 1914, août 1914 : Les opérations en Alsace Août 1914.

PELLET-CALNY Jean (Alphonse), classe 1908 (Vatusium n° 18, p. 20)
Né le 7 octobre 1888 à Passy, chauffeur de locomotive à Passy, fils de Marie désiré Pellet-Calny et de Marie Ambroisine Couttet domiciliés à Passy ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé au 97e RI à compter du 8 octobre 1909 ; envoyé en congé le 24 septembre 1911 ; passé dans la réserve de l’armée active le 1er octobre  1911.
Rappelé à l’activité à la mobilisation générale au 30e Régt d’Infanterie, arrivé au corps le 3 août 1914.
Campagne contre l’Allemagne : du 3 août au 26 septembre 1914.
Décédé « antérieurement au 26 septembre 1914, tué à l’ennemi », à Taintrux (Vosges) au sud de St-Dié.
Tué
le 6 septembre 1914 selon sa fiche déclarative de Mort pour la France. Il avait presque 26 ans.
« Mort pour la France » : Jugement rendu le 6 mars 1920 par le tribunal de Bonneville ; jugement transcrit le 22 mars 1920 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914-1915.
Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands dans les combats de St-Dié et du col de la Chipotte, 24 août-12 septembre 1914 »
« JMO du 30e RI, combats autour de St-Dié, août-septembre 1914 »  

Plus d’infos sur les sites suivants :
Wikipedia, art. Taintrux et art. Bataille de la Haute-Meurthe
Historique du 30e RI Site gallica bnf et Site verdun-1916.chez-alice.fr

Carte du  front sur l’est au 9 septembre 1914 

Front Est en septembre 1914

Front Est en septembre 1914

PERROUD Raymond Rodolphe, classe 1909 (Vatusium n° 18, p. 43)
Né le 10 février 1889 à Paris 19e, cultivateur résidant à Passy, fils de feu Eugène Lucien Perroud  et de feue Marie Augustine Bastard ; tuteur : Perroud Jean-Michel, domicilié à St-Gervais ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé au 159e RI à compter du 1er octobre 1910 ; caporal le 24 septembre 1911 ; envoyé en congé le 25 septembre 1912 ; passé dans la réserve de l’armée active le 1er octobre 1912.
Rappelé à l’activité à la mobilisation générale le 2 août 1914 au 97e RI ; caporal au 297e Régt d’Infanterie (régiment de réserve du 97e RI).
Combats du 297e RI d’août 1914 à janvier 1915 :
offensive d’Alsace (fin 1914) : le 25 décembre à Steinbach et dans les combats de la Cote 425, où il aurait perdu 450 hommes.
Mort le 16 janvier 1915
de ses blessures de guerre à Thann dans le Haut-Rhin, Cote 425, entre Sandozweiller (quartier de Cernay (68)) et Steinbach, (d’après le JMO du 297e RI page 32, le « caporal Perroud est tué le 16 janvier 1915 » « dans les tranchées de la Cote 425 » « par l’artillerie ennemie »). Il avait presque 26 ans.
« Mort pour la France » : Jugement rendu le 27 décembre 1917 par le tribunal de Bonneville ; jugement transcrit le 14 janvier 1918 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1915, avec une erreur de prénom (lire Raymond Rodolphe, et non Raymond Alfred), et une omission de son grade de caporal.
Plus d’infos : Lire le récit, terrible, des combats sur le Site steinbach68.org/297
Et aussi
Site lalsace.fr, 3 octobre 2016
Site pages14-18.mesdiscussions.net, sujet 1326, cote 425 : PHOTOS de la cote 425 ! et Site pages 14-18, sujet 123 

PETIT-JEAN-GENAT Louis, classe 1906 (Vatusium n° 18, p. 27)
Né à Passy le 1er janvier 1886, cultivateur à Passy, fils de Pierre Marie Petit-Jean Genat et de Marie Geneviève Thierriaz domiciliés à Passy ; degré d’instruction : 4 ; recensé en 1911 à Passy, facteur au hameau du Crey.
Incorporé au 97e RI le 8 octobre 1907 ; 1ère classe le 3 octobre 1908 ; envoyé en congé le 25 septembre 1909. Passé dans la Réserve de l’armée active le 1er novembre 1909. Classé non affecté comme employé dans les Postes et Télégraphes de la Haute-Savoie du 1er octobre 1910 au 31 août 1914.
Campagnes contre l’Allemagne : du 29 août 1914 au 22 octobre 1918.
Rappelé au 30e Régt d’Infanterie le 29 août 1914.
Combats du 30e RI de fin août à septembre 1914 : VOSGES (août-sept.) : Vallée de la Bolle, Col d’Anozel, Saulcy, Autrey, Domptail. PICARDIE (sept.-déc. 1914) : Foucaucourt, Herleville (sept.), Cappy, Frise [canton de Bray-sur-Somme, à l’Est d’Amiens], Éclusier, Dompierre-en-Santerre.
Fait prisonnier le 27 septembre 1914 [dans la Somme]. En captivité à Heuberg in Baden, interné à Wiedez Wehrencassel.
Décédé le 22 octobre 1918 en captivité au camp d’Heuberg [Heuberg est barré sur sa fiche « Mort pour la France » et remplacé par « Stettin en Allemagne » (Szczecin au nord de la Pologne)] suivant liste officielle allemande (A.E.M. 3037. Avis ministériel B.R.F. n° 143.499 du 14 mai 1919). Il avait 36 ans.
« Mort pour la France » : acte rectifié transcrit le 2 août 1921 à Bons (Haute-Savoie)
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1918-1919.
Plus d’infos sur notre page « Camps des Passerands prisonniers de guerre en 14-18 »
Historique du 30e RI Site gallica bnf et Site verdun-1916.chez-alice.fr 

70 PISSARD (Jean) Henri, classe 1912 (Vatusium n° 18, p. 20)
Né le 25 septembre 1892 à Passy, cultivateur à Passy, fils de feu Claude Marin et de feue Marie Philomène Burnier-Framboret domiciliés à Passy. Soutien de famille ; recensé en 1911 à Passy, domestique au hameau Sous le Sais (sic).
Incorporé au 97e Régt d’Infanterie Alpine à Chambéry, 12e Compagnie, le 10 octobre 1913.
Combats du 97e RIA d’août à septembre 1914 : Garde de la frontière italienne (août), puis opérations d’ALSACE (août) : Zillisheim, Flaxlanden, puis Trouée de Charmes (24-26 août) : Mesnil-sur-Belvitte, La Chipotte, La Fontenelle, Ban-de-Sapt.
Décédé le 14 septembre 1914 à l’hôpital de Crémieu (Isère, à l’est de Lyon) de tétanos consécutif à une blessure de guerre. Il allait avoir 26 ans.
« Mort pour la France » : transcrit à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914-1915, avec une erreur sur la date de sa classe : lire 1912, et non 1892…, et une erreur de prénom : lire Henri et non Jean Henri.
Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands dans les combats de St-Dié et du col de la Chipotte, 24 août-12 septembre 1914 »
« JMO du 30e RI, combats autour de St-Dié, août-septembre 1914 »
Historique du 97e RIA Site dumoul.fr

POËNCET Léon, classe 1917 (Vatusium n° 19, p. 29)
Né le 8 mai 1897 à Paris 2e arrondissement. Fiche matriculaire non retrouvée à ce jour. N° matricule 207 au recrutement Seine 2e Bureau ; non recensé en 1911 à Passy, mais un Poëncet Eugène né à Passy en 1870 est recensé en 1911 à Passy, cultivateur au hameau de Grand Essert.
Incorporé le 7 janvier 1916 comme soldat de 2e classe au 50e Régt d’Infanterie.
Combats du 50e RI de janvier 1916 à juin 1917 : 1916 ARTOIS (jusqu’en avril) : Neuville-Saint-Vaast ; puis bataille de VERDUN : Marre, Charny (avril à juin) ; AISNE (juil.-sept.): Oulches, puis SOMME (fin 1916) : Barleux. 1917 SOMME (fév.) : Barleux puis CHAMPAGNE : La Courtine, Maisons de Champagne (mars), Forestière (mars-avril), Tahure (mai-juin).
JMO du 50e RI, p. 24 : « Dans la nuit du 1er au 2 juin 1917, le 2e Bataillon relève le 1er Bataillon dans le Quartier des Mûres.
Le 3 juin 1917 Par ses tirs de barrage au moyen de mitrailleuses, F.M., V.B. et grenades à main, la 11e Compagnie, commandée par le Lieutenant Guindet, repousse un coup de main tenté vers 3 heures, entre chemin Creux et boyau Monnier (sous-quartier de Tahure). L’ennemi ne fait aucun prisonnier.
Le général de D.I. téléphone au colonel pour le prier de faire part au Lieutenant Guindet et à ses poilus de la satisfaction du général Nourrisson, Commandant le C.A., pour la façon dont ils ont fait avorter la tentative de coup de main allemande. »
Le soldat Poëncet Léon est noté « blessé » dans ce combat du 3 juin 1917.
Il meurt le lendemain 4 juin 1917 de ses blessures de guerre, à Bussy-le-Château dans la Marne, à 7 km au sud de Suippes, entre Reims et Verdun ; il avait 20 ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit à Paris le 5 septembre 1917.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1917-1918.
Plus d’infos concernant le Chemin des Dames sur le site chtimiste, rubrique Batailles, page Chemin des Dames.
Historique du 50e RI :
Wikipedia, art. 50e régiment d’infanterie

Situation de SUIPPES

Situation de SUIPPES

POLLET Auguste Claudius, classe 1910 (Vatusium n° 19, p. 13)
Né le 3 mars 1889 (mais classe 1910) à Bourg de Péage dans la Drôme ; non recensé en 1911 à Passy. Fiche matriculaire non retrouvée à ce jour.
Incorporé en octobre 1911.Passé dans la Réserve de l’armée active le 1er octobre 1913.
Rappelé en août 1914 et incorporé au 299e Régt d’Infanterie (147e brigade d’infanterie, 74e Division d’infanterie, 14e Région) .
Combats du 299e RI d’août 1914 à octobre 1916 : 1914 ISERE garde de la frontière italienne (début août). Victoires de LORRAINE : Remenoville et Gerbéviller (26-28-août), La Mortagne, bois du Haut de La Paxe (30 août), Lunéville (13-09), forêt de Parroy (oct.-déc.) : Réchicourt-le-Château, Bezange-la-Petite, Parroy. 1915 LORRAINE (début 1915) : bois de Gretz, forêt de Parroy, Leintrey, Reillon, puis bois Zeppelin, Reillon, Vého. 1916 LORRAINE (janvier-août) : Nomeny, ruisseau de Pompey. VERDUN (août-nov.) : La Lauffée, Le Petit Dépôt, tranchée Seydlitz, ravin de la Horgne ; attaques pour la reprise des forts de Douaumont et Vaux (oct.).
Tué le 24 octobre 1916 au Chênois devant Verdun dans la Meuse. Il avait 27 ans.
« Mort pour la France » : Acte transcrit à Passy le 6 mars 1917.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1916, avec une erreur sur la date de sa classe : lire 1909, et non 1910…
Plus d’infos sur notre page « Quatre Passerands morts pour la reprise du fort de Douaumont, 24 octobre 1916 »
Historique du 299e RI site jburavand.free.fr

PROVENCE (Marc) François, classe 1908 (Vatusium n° 19, p. 38)
Né le 9 septembre 1888 à Magland, homme de peine à Genève (Suisse), fils de feu Paul Louis Provence et de Marie Rosine Bargin ( ?) domiciliés à Magland. Habite à Passy en juin 1913 ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé le 8 octobre 1909 au 22e Btn de Chasseurs. Envoyé en congé le 24 septembre 1911. Passé dans la Réserve de l’armée active le 1er octobre 1911. Période au 22e Btn de Chasseurs à pied du 29 août au 20 septembre 1913.
Campagnes contre l’Allemagne : du 3 août 1914 au 30 décembre 1917.
Réserviste rappelé à l’activité à la mobilisation générale le 3 août 1914 au 22e Btn de Chasseurs à Pied.
Combats du 22e BCAP d’août 1914 à mars 1915 : 1914 rapidement dirigé sur la HAUTE-ALSACE (août), puis sur les VOSGES (août-septembre) où il reste jusqu’en juillet 1916, dans le secteur de Fraize, du Barrenkopf et de la Croix-le-Prêtre.
Détaché à l’usine de Chedde le 25 mars 1915.
Passé au 30e Btn de chasseurs à pied le 1er juillet 1916.
Combats du 30e BCAP de juillet à août 1916 : Bataille de la SOMME : Sud de Maurepas, Bois de Hem, Bois du Ravin.
Blessé le 26 août 1916 dans la bataille de la Somme : plaie du pouce droit par éclat d’obus. Date de retour au front inconnue.
Combats du 30e BCAP en 1917 : VOSGES (La Chapelotte), AISNE (Chevreux), Champagne (Tahure), ITALIE : Monte Tomba (début nov.), près du fleuve Piave.
Tué à l’ennemi le 30 décembre 1917 à l’attaque du Monte Tomba en Italie, près du fleuve Piave. Il avait 28 ½ ans.
Cité à l’ordre du 70e Btn de chasseurs à pied n° 136 du 12 janvier 1918 : « Tué en se portant courageusement à l’attaque du 30 décembre 1917. » Croix de guerre avec étoile de bronze.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 23 mars 1918 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1917-1918.
Plus d’infos sur le front iltalien : Voir ci-dessus DILPHY Henri Pierre.
Historique du 30ème BCAP Site anciens30.wixsite.com  et Wikipedia, art. 30e bataillon de Chasseurs à pied

PUGNET Anselme (Alfred) « Canti », classe 1912 (Vatusium n° 19, p. 19-20, article détaillé)
Né le 21 mai 1892 à Passy, représentant de commerce résidant à Passy, fils de Pierre François Pugnet et de Marie Geneviève Bottollier-Curtet domiciliés à Passy ; non recensé en 1911 à Passy.
Engagé volontaire le 27 mars 1913, arrivé au 13e Btn Chasseurs à Pied le 2 avril 1913 ; caporal le 2 septembre 1914.
Campagnes contre l’Allemagne : du 2 août 1914 au 11 novembre 1916.
Combats du 13e BCAP en août-septembre 1914 : VOSGES
: Orbey, Turckheim, Sultzern (15-08), Munster, Logelbach (23-08), Saint-Dié, Plainfaing, Mandray (27-08).
Blessé d’un coup de feu  à la jambe droite le 3 septembre 1914 au combat du Col de Mandray dans les Vosges. Evacué des armées le 3 septembre 1914 à l’hôpital vétérinaire de Lyon du 5 au 28 septembre, à l’hôpital de Vénissieux (Rhône) du 28 septembre au 10 novembre 1914.
Passé au 11e Btn de Chasseurs à Pied le 19 novembre 1914.
Combats du 11e BCAP de novembre 1914 à juin 1915 : BELGIQUE (oct.-nov.) : le Kemmel, puis ARTOIS (déc.) : Carency, Berthonval. 1915 VOSGES (fév- mars) : Soultzeren, Reichackerkopf, opération au LINGE (juin-oct) : Metzeral.
Blessé par éclat d’obus œil droit reçu le 20 juin 1915 au combat de Metzeral. Evacué des armées le 20 juin 1915 à l’hôpital St-Maurice d’Epinal du 21 au 29 juin 1915, à l’hôpital de Pont d’Ain (Ain) du 29 juin au 26 juillet 1915 ; parti en convalescence de deux mois valable du 31 juillet au 30 septembre 1915 ; à l’hôpital de Rumilly du 4 au 16 octobre 1915, à l’hôpital de St-Jean à Lyon du 17 octobre au 17 décembre 1915 ; en permission à titre de convalescence du 18 au 25 décembre 1915.
Classé service armé inapte pour deux mois le 2 mars 1916 pour tachycardie, endocardite ; maintenu service armé inapte deux mois le 18 mai 1916 ; classé service armé le 21 juillet 1916.
Passé au 13e Btn de Chasseurs à Pied le 4 octobre 1916. Sergent le 6 octobre 1916. Venu en renfort au 13e Btn Chasseurs à Pied le 5 octobre 1916.
Combats du 13e BCAP en octobre-novembre 1916 : Bataille de la SOMME (juillet-oct.) : Maurepas, Le Forest, Rancourt, Sailly-Saillisel (nov.).
Tué à l’ennemi le 10 novembre 1916 à Sailly-Saillisel dans la Somme, entre Bapaume au nord et Péronne au sud, juste à côté de Combes, à la frontière entre la Somme et le Pas-de-Calais. Il avait 24 ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 16 juillet 1917 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1916, avec une erreur sur le grade : lire sergent, et non caporal.
Plus d’infos sur notre page « Les soldats de Passy dans la Somme, juillet-novembre 1916 »  
Plus d’infos sur les sites suivants :
Site chtimiste.com, page Les combats pour COMBLES et  SAILLY-SAILLISEL (septembre –octobre 1916)
Site pages14-18.mesdiscussions.net, page saillisel novembre , sujet 5577 (témoignage direct du commandant Bréant du 90e RI, 1er bataillon)
Historique du 11e BCAP sur le site gallica.bnf.fr
Historique du 13e BCAP sur le site gallica.bnf.fr

RAMUS François Emile, classe 1907 (Vatusium n° 18, p. 58)
Né le 18 mai 1887 à Combloux, journalier à Domancy, fils de Théophile Ramus et de Marie Louise Socquet-Juglard domiciliés à Domancy. Habite Passy hameau de Marlioz chez ses parents, fermiers de M. Lin (Sin ? Din ?) le 8 juillet 1912 ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé le 8 octobre 1908 au 22e RI. Envoyé en congé le 25 septembre 1910. Passé dans la Réserve de l’armée active le 1er octobre 1910.
Campagne contre l’Allemagne : du 4 août 1914 au 10 octobre 1915.
Réserviste rappelé à l’activité à la mobilisation générale le 4 août 1914 au 30e Régt d’Infanterie.
Combats du 30e RI d’août 1914 à octobre 1915 : 1914 VOSGES (août) : Épinal, Charmois, col du Plafond, mont Saint-Jean, Saint-Dié, Taintrux ; puis en août-sept. : Vallée de la Bolle, Col d’Anozel, Saulcy, Autrey, Domptail. PICARDIE (sept.-déc. 1914) : Foucaucourt, Herleville (sept.), Cappy, Frise [canton de Bray-sur-Somme, à l’Est d’Amiens], Éclusier, Dompierre-en-Santerre, Le Quesnoy, (fin oct.). Reprise de l’offensive : Attaques de Fay et du Bois Étoilé. 1915 PICARDIE (janv.-juil.) : secteur sud-ouest de Péronne, puis CHAMPAGNE (sept.-oct.) : Le Trou Bricot (25-30 sept.), Tahure.
En 1915, le 30e RI combat Picardie de janvier à juillet dans le secteur sud-ouest de Péronne, puis en Champagne de septembre à octobre : Le Trou Bricot (25-30 sept.), Tahure.
François Emile RAMUS a sans doute été grièvement blessé lors de l’attaque de Champagne (25 sept.- 6 oct. 1915) , ferme du Trou Bicot, route de Souain à Tahure ; dans l’attaque du 25 septembre, les pertes du 30e RI ont été les suivantes : Officiers : 11 tués, 17 blessés ; Troupe : 121 tués, 473 blessés, 28 disparus, 3 évacués pour maladie (JMO, page 26).
Tué à l’ennemi le 10 octobre 1915, décédé à l’ambulance 5/14  à Suippe(s) (Marne) Somme-Suippe, à l’est de Reims, au nord-est de Châlons-en-Champagne, des suites de ses blessures de guerre. Il avait 28 ans.
Campagne contre l’Allemagne
 : du 4 août 1914 au 10 octobre 1915.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 24 février 1916 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1915.
Plus d’infos :
Dans l’Historique du 30e RI sur le site gallica bnf pages 13 à 15
JMO du 30e RI, 20 juin-15 octobre 1915, pages 25 à 30 : Mémoire des hommes Journaux des unités 1914-1918 
site cndp.fr/crdp-reims/mémoire/lieux : cimetière de Somme-Suippe

REDEALLI (ou…Radaelli) Jean Joseph
, classe 1913 (Vatusium n° 18, p. 20)
AUCUNE fiche dans les registres militaires en ligne pour Radaelli, mais réponse pour Redaelli : Sur la fiche matricule, Radaelli est barré et remplacé par Redaelli avec la mention : « Rectification faite suivant acte de naissance délivré par le Maire le 30 mars 1916 ». En fait, c’est une erreur de copie car l’acte de naissance en question comporte bien l’orthographe REDEALLI ! (document disponible aux Archives départementales page 438)
Sur la fiche de Mémoire des hommes, Redaelli est d’ailleurs barré et remplacé par Redealli…MAIS il existe à Passy en 2014 une Madame Radaelli Paulette (455 av. Plaine ; 04 50 78 30 79)
Né le 12 avril 1893 à St-Gervais, maçon résidant à Passy, fils de Jean Redaelli et de Jeanne Marie Chattelar domiciliés à Passy ; un RADAELLI Joseph né en 1892 à St-Gervais et de nationalité italienne est recensé en 1911 à Passy comme manœuvre au hameau de l’Abbaye.
Incorporé
au 2e Rgt d’Artillerie de Campagne à compter du 27 novembre 1913, 2e canonnier servant ; arrivé au corps et canonnier de 2e classe le dit jour.
Campagne contre l’Allemagne : du 2 août au 2 septembre 1914.
Tué le 2 septembre 1914 à La Bourgonce, Vosges, à l’ouest de St-Dié, juste au sud-ouest de Nompatelize, par un obus tombé dans la tranchée. Il avait 21 ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 19 octobre 1916 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914-1915, avec l’orthographe « Radaelli ».

Carte pour situer La Bourgonce : en bas

Carte pour situer La Bourgonce

Carte pour situer La Bourgonce

Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands dans les combats de St-Dié et du col de la Chipotte, 24 août-12 septembre 1914 »
« JMO du 30e RI, combats autour de St-Dié, août-septembre 1914 »
Site neuf-neuf.pagesperso-orange.fr, page La bataille de Saint-Dié, Août – Septembre 1914
Site chtimiste.com Les batailles de Lorraine, 2 victoires françaises, 25 août-13 septembre 1914
Site vosgesmatin.fr, page LA BOURGONCE centenaire de la guerre 1914/1918
Historique du 2e RAC site tableaudhonneur.free.fr 

RICHELMY Marcel (Joseph), classe 1915 (Vatusium n° 19, p. 26)
Né le 22 mai 1895 à Cran Gévrier, habite à Genève, fils de François Marie Louis Richelmy et d’Esther Péronnie (Péronne ?) Collombet domiciliés à Passy ; recensé en 1911 à Passy employé à la coopérative au hameau de Chedde.
Incorporé au 97e Régt d’Infanterie Alpine à Chambéry le 15 octobre 1914.
Combats du 97e RIA d’octobre 1914 à mai 1915 : Garde de la frontière italienne (août), puis opérations d’ALSACE (août) : Zillisheim, Flaxlanden, puis Trouée de Charmes (24-26 août) : Mesnil-sur-Belvitte, La Chipotte, La Fontenelle, Ban-de-Sapt. ARTOIS (oct.-déc.) Guémappe, Wancourt, secteur d’Arras, Roclincourt. 1915 ARTOIS (janv.-avril) : Carency, bois de Berthonval, Souchez, Le Cabaret Rouge. Offensive d’Artois : Ouvrage Oméga, cimetière de Souchez, Cabaret Rouge (9 mai).
Passé au 3e Rgt de Zouaves (37eme division ) le 23 mai 1915.
Combats du 3e Rgt de Zouaves en mai 1915 : 1915 OISE Tracy-le-Val (janv.-juin).
Passé au 3e Rgt bis de Zouaves (45eme division ) le 4 juin 1915 ; caporal le 1er octobre 1915, sergent le 6 juin 1916 au 3e Rgt de Zouaves.
Combats du 3e Rgt bis de Zouaves
de juin 1915 à avril 1917 : 1915 ARTOIS Ecurie (secteur du futur « Labyrinthe ») : 24 janvier au 4 février). L’YSER (avril), première attaque au gaz (22 avril), Boesinghe (jusque mars 1916). 1916 Bataille de VERDUN (mai) : Cote 304, bois Camard. Bataille de la SOMME (sept.) : Maurepas, ferme de l’Hôpital, Rancourt. BELGIQUE : Nieuport. 1917 MARNE : Mont Haut, Moronvillers (avril-mai).
Tué le 17 avril 1917
secteur du Mont Haut dans la Marne, massif de Moronvilliers à l’est de Reims dans la Marne, Chemin des Dames. Il avait presque 22 ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 28 décembre 1917 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1917-1918.
Plus d’infos concernant le Chemin des Dames sur le site chtimiste, rubrique Batailles, page Chemin des Dames http://chtimiste.com/
Et sur les sites suivants :
Wikipedia, art. Bataille des monts de Champagne (1917)
Site souterrains.vestiges.free.fr, page La conquête du massif de Moronvilliers (17 avril-20 mai 1917)
Site marne14-18.fr, page Monument de la bataille des monts de Champagne en 1917
Historique du 3e Zouaves : Site gallica.bnf.fr
Historique du 3e Régiment de Marche de Zouaves : site vinny03.perso.neuf.fr
Historique du 3e régiment bis de Zouaves : Site chtimiste

ROMAND Marcel (Louis Jules), classe 1916 (Vatusium n° 18, p. 58)
Né le 31 janvier 1896 à Sallanches, journalier à Passy, fils de Marie Elisa Roman domiciliée à Passy ; recensé en 1911 à Passy au hameau de Chedde.
Campagne contre l’Allemagne : du 29 décembre 1914 au 15 juillet 1915.
Engagé volontaire pour 4 ans le 28 déc. 1914 pour le 5e Régt d’Infanterie Coloniale à Lyon ; passé au 5e Régt Infant. Coloniale en campagne le 10 mai 1915.
Combats du le 5e Régt d’Infanterie Coloniale de mai à juillet 1915 : 1915 ARGONNE (janvier-juin) ; bois de la Gruerie, La Fontaine-aux-Charmes, plateau de la Bolante, ravin des Courtes Chausses, puis en juillet secteur de Vienne le Château, ravin de la Houyette, ravin du Rondinage.
Disparu le 14 juillet 1915 au bois de la Grurie dans la forêt d’Argonne, à l’ouest de Varennes, au sud de Binarville, dans la Marne ;
Décès fixé au 14 juillet 1915 ; il avait 19 ½  ans.
« Mort pour la France » : Jugement rendu le 5 avril 1921 par le tribunal de Bonneville ; jugement transcrit le 12 avril 1921 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1915.
Plus d’infos : Site verdun-meuse.fr, page le bois de la Grurie
Historique du 5e Régt Infanterie Coloniale : Site gallica.bnf.fr  : Chapitre 3, pages 44 à 60 : opérations en Argonne, 1er janvier-16 août 1915 ; p. 54 attaque du 14 juillet 1915 (fortes pertes)

Bois de la GRURIE

Bois de la GRURIE

SOCQUET-JUGLARD Joseph (Emile), classe 1907 (Vatusium n° 18, p. 57)
Né le 28 septembre 1887 à Combloux, boulanger résidant à Combloux, fils de François Emile Socquet-Juglard et de Marie Suzanne Verjus domiciliés à Combloux. Taille : 1,73 m ; instruction : 3. Garçon boulanger recensé à Passy Chedde en 1911 comme né à St-Nicolas en 1886 (sic). Habite Passy en décembre 1913, usine de Chedde. Marié à Passy le 28 janvier 1913 avec Bapney Nathalie Octavie.
Incorporé
au 2e Rgt d’Artillerie B.A. de Grenoble à compter du 8 octobre 1908. Arrivé au corps et canonnier Conducteur muletier de 2e classe le dit jour.
Artificier le 8 avril 1909. Le 14 mai 1910 a été atteint d’un coup de pied à la jambe droite (au tibia à dix centimètres du genou). Envoyé en congé le 25 septembre 1910. Certificat de bonne conduite accordé. Passé dans la réserve de l’armée active le 1er octobre 1910.
Période effectuée dans le 1er Rgt d’artillerie de montagne du 29 mai au 20 juin 1912.
Campagne contre l’Allemagne : du 4 août 1914 au 25 février 1915.
Rappelé le 4 août 1914 comme maître pointeur au 1er Régt Artillerie de Montagne, 3e batterie (27e DI de Grenoble, 54e brigade).
Combats de la 3e Batterie du 1e RAM d’août 1914 à février 1915 : Du 15 au 17 août, les 1re, 4e, 5e, 6e et 7e batteries sont embarquées en même temps que les bataillons de chasseurs alpins et portées en ALSACE. Ces batteries de réserve s’embarquent à partir du 23 août et sont transportées en Lorraine, puis dans les VOSGES. La 3e batterie (celle de Joseph SOCQUET-JUGLARD) débarque à Épinal, se dirige vers la frontière par le col d’Urbeis et par Colroy-la-Grande et Charbonnières, gagne la vallée de la Fave. Dans cette région, elle prend part à différentes petites opérations, au Champ de Feu, puis prépare et appuie l’attaque et la prise de Belmont ; le 25 août, elle participe aux combats et à la prise de Raon-l’Étape.
ARGONNE : Les 3e et 46e batteries, venant des Vosges, débarquent le 30 octobre 1914 à Sainte-Menehould. La 3e batterie est mise en position au bois de la Grurie et à La Placardelle, mais elles restent peu de temps dans cette région. Elles partent le 10 octobre 1914 pour Châlons-sur-Marne.
où elles arrivent le 12 octobre 1914. La 3e batterie est mise en position en deux sections séparées et à l’aide de dispositifs de fortune exécute des tirs contre avions. C’est le commencement de la D. C. A. La 46e batterie est envoyée à Somme-Suippes. (Historique du 1e RAM).
Blessé à l’hémithorax droit par balle le 17 février 1915 au nord-ouest de Perthes (PertheslèsHurlus, à l’est de Suippes et de Reims, dans la Marne entre Souain et Massiges).
Cité à l’ordre de la réserve artillerie lourde de l’armée 190, 25 juin 1915 : « Blessé mortellement à son poste de combat le 17 février 1915»
Décédé le 25 février 1915 des suites de ses blessures à Suippes dans la Marne, à l’est de Reims, au nord-est de Châlons-en-Champagne, au château de Nantivet, ambulance 5.  Il avait  27 ½ ans et avait épousé depuis peu, le 28 janvier 1913, Nathalie Octavie Bapney.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 20 février 1918 à Passy.
Monument aux morts de Passy, 4 erreurs : inscrit par erreur sur la plaque des morts de 1916, au lieu de 1915, erreur de date pour sa classe : lire 1907 et non 1902, omission de la mention « maître-pointeur » et erreur sur le prénom lire Joseph Emile, et non Joseph Ernest (selon Acte de naissance de Combloux et la Base de données de Mémoire des hommes).
Plus d’infos sur Wikipedia, art. Bataille de Champagne (14 déc. 1914- 17 mars 1915)
Historique du 1er R.A.M. : Transcription intégrale de P. Chagnoux sur le site tableaudhonneur

80 VALLET Joseph Clovis, classe 1907 (Vatusium n° 18, p. 18)
Né le 8 novembre 1887 à Passy, bûcheron à Passy, fils de Jean Pierre Vallet et de Marcelline Alexandrine Couttet domiciliés à Passy ; recensé en 1911 à Passy cultivateur au hameau des Brions.
Incorporé le 8 octobre 1908 au 22e Btn de Chasseurs. Clairon le 6 mars 1909. Envoyé en congé le 25 septembre 1910. Passé dans la Réserve de l’armée active le 1er octobre 1910. Période au 31e Btn de Chasseurs du 30 août au 21 septembre 1912.
Réserviste rappelé à l’activité à la mobilisation générale le 4 août 1914 au 22e Btn de Chasseurs. Puis au 62e Btn de Chasseurs (bataillon de réserve du 22e BCAP).
Disparu le 29 août 1914 à La Roche St-Martin, Vosges, [Roches St-Martin (col des), dans les Vosges, juste au sud de St-Dié]. Présumé décédé ; déclaré décédé le 2 juin 1920. Il avait 26 ½ ans et était jeune marié : il venait d’épouser le 14 avril 1914 Sophie Judith Bossonney.
« Mort pour la France » : Jugement rendu le 2 juin 1920 par le tribunal de Bonneville ; jugement transcrit le 11 juin 1920 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1914-1915.
Plus d’infos : Voir Historique du 62e BCA
Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands dans les combats de St-Dié et du col de la Chipotte, 24 août-12 septembre 1914 »
« JMO du 30e RI, combats autour de St-Dié, août-septembre 1914 »
Historique du 62e BCAP :
Site gallica.bnf.fr

VIARD Dosithée Adolphe, classe 1915 (Vatusium n° 19, p. 22-23, article détaillé « Mourir à Monastir »)
Né le 22 février 1895 à Cordon, cultivateur à Passy, fils de Jean Viard et de Marie Philomène Baz domiciliés à Passy ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé au 99e Rgt d’Infanterie de Lyon (Rgt alpin) le 15 octobre 1914 (55e brigade d’infanterie, 28e division d’infanterie, 14e corps d’armée).
Combats du 99e RIA d’octobre 1914 à mai 1915 : 1914 VOSGES (août-sept) : Sainte-Croix-aux-Mines, Schirmeck, repli vers Fouday et Rothau, retraite sur Saales, par Saint-Blaise et le village de Saulxures ; Allemands arrêtés vers Rougiville. Saint-Jean-d’Ormont (12 sept.), col de Robache. Le 99e RIA a contribué sérieusement à la fixation de l’aile gauche allemande, empêchant ainsi l’encerclement de Nancy et, en tant que pivot, facilitant la victoire de la Marne et le redressement de la ligne de bataille.
SOMME (sept. 1914 à août 1915) : Herleville (25 septembre 1914), Foucaucourt, à Dompierre, Fontaine-lès-Cappy ; remplacé début août 1915 par des régiments anglais.
Passé au 157e Rgt d’Infanterie (Rgt alpin) le 11 mai 1915.
Combats du 157e Rgt d’Infanterie de mai 1915 à juin 1916 : 1915 : WOËVRE (mars-sept.) : Bois de Mort-Mare, Flirey, puis Rambucourt, bois de Besombois. 1916 Bataille de VERDUN (mars-avril) : Bois de Malancourt, réduit d’Avocourt ; VOSGES (juin-nov.) : La Chapelotte, Celles, Moyenmoutier. Embarquement de Toulon à SALONIQUE sur le « Canada » et le « Lutetia » fin 1916-début 1917.
Passé au 210e Rgt d’Infanterie le 10 juin 1916.
Combats du 210e Rgt d’Infanterie de juin 1916 à avril 1918 : 1916 VOSGES (juin-nov.) : secteur du Rabodeau, La Forain, Moyenmoutier, Vigneulles. Embarquement de Toulon à SALONIQUE sur le « Médic » , « Ville de Bordeaux », « Régina Hélèna », « Paul Lucas » et le « Toronto » début 1917. 1917 ALBANIE (février-mars) : Koritza, Ersek, puis la région militaire des LACS (Prespa).
Cité à l’ordre du 210e Régiment d’Infanterie n° 32 le 16 avril 1917 : « Excellent soldat, brave et courageux, s’est vaillamment porté en avant de sa section lançant des grenades pour chasser l’ennemi de sa position. »
Attaque de la Pyramide (25 juin 1917).
Cité à l’ordre du 210e Régiment d’Infanterie n° 56 du 29 juillet 1917 : « Soldat brave et courageux, a contribué le 25 juin 1917 par sa belle conduite et son énergie à repousser une forte attaque ennemie. »
MONASTIR (sept. 1917-avril 1918) : cote 1248. 1918 ALBANIE (mai-juin) : Pogradet, puis Monastir.
Cité à l’ordre du 210e Régiment d’Infanterie n° 39 du 29 avril 1918 : « Brave soldat mort pour la France en accomplissant son devoir au cours d’un violent bombardement» Croix de guerre.
Tué le 9 avril 1918 à la cote 1248 au nord de Monastir en Serbie. Il avait 22 ½ ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 9 juillet 1918 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur la plaque des morts de 1918-1919, avec une erreur sur le prénom : lire Dosithé, et non Dosithée, si l’on se réfère à l’orthographe de sa fiche matricule du registre militaire, confirmée par la Base de données de Mémoire des hommes. Mais l’orthographe de ce prénom est bien habituellement « Dosithée », orthographe d’ailleurs retenue sur ses deux fiches pour Ernest Dosithée Chatellard, classe 1904, tué le 4 octobre 1918.
Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands de l’armée d’Orient en 1918 » 

« Les Passerands de l’armée d’Orient en 1916 »
Historique sommaire du 99e RI, par le Lt-Colonel D. Micumet, avril 1932
Historique du 157e RI : site tableaudhonneur

82 VOUILLOZ Joseph, classe 1911 (Vatusium n° 19, p. 21-22)
Né le 27 octobre 1891 à St-Gervais, journalier hab. St-Gervais, fils de Joseph Vouilloz et de Agathe Duffoug-Favre domiciliés à St-Gervais ; non recensé en 1911 à Passy.
Incorporé au 157e Régt d’Infanterie le 10 octobre 1912.
Campagne contre l’Allemagne : du 2 août 1914 au 25 mars 1917.
157e Régt d’Infanterie Aux armées le 15 août 1914, soldat de 1ère classe le 17 décembre 1916.
Combats du 157e Régt d’Infanterie d’août 1914 à mars 1917 : 1914 Garde des ALPES (août) : Haute Ubaye. Puis opérations d’ALSACE : Dannemarie, Aspach, bois de Kederech (fin août), VOSGES : bois d’Anglemont (26 août), plateau de Ste-Barbe, Le Ménil-sur-Belvitte, col de la Chipotte, Raon-l’Etape, combat de Pierre-Percée et de la Halte. Vers SAINT-MIHIEL (sept.-nov.) : bois de Raulecourt et de Géréchamp (Xivray), Bouconville, bois de besombois, étang de Wargévaux. Novembre : le rgt reste à Bouconville jusqu’en janvier 1915.  Bataille des FLANDRES en BELGIQUE (pour les 1er et 4e Bataillons) nov.-déc. : Boezinge, Dickebusch, St-Eloi, Elverdinghe, Nieuport, La Grande Dune, Villa Crombez.
1915 : Bois de Besombois, puis WOËVRE (mars-sept.) : Bois de Mort-Mare, Flirey, puis Rambucourt, bois de Besombois.
1916 Bataille de VERDUN (mars-avril) : Bois de Malancourt, réduit d’Avocourt.
Cité à l’ordre du 157e Régiment d’Infanterie n° 53 du 8 avril 1916 : « Au front depuis le début, s’est toujours distingué pour sa bravoure et son courage, notamment le 29 mars 1916 [Verdun]. » Croix de guerre avec étoile de bronze.
VOSGES (juin-nov.) : La Chapelotte, Celles, Moyenmoutier.
A l’infirmerie de Celles (C.H.R.) du 8 octobre 1916, évacué sur ambulance 1/54 le 17 octobre 1916 au 13 novembre, évacué à l’hôpital militaire d’Epinal du 13 novembre au 1er décembre 1916 ; rejoint le 14 décembre 1916 après permission de 7 jours.
Embarquement de Toulon à SALONIQUE sur le « Canada » et le « Lutetia » fin 1916-début 1917.
1917 ALBANIE (février-mars) : Koritza, Ersek, puis la région militaire des LACS (Prespa).
Blessé le 19 mars 1917 en Serbie.
Décédé le 25 mars 1917 de ses blessures de guerre à l’ambulance 13/21 à Koritza (au sud de l’Albanie), Korçe en albanais, Corizza en italien, . Il avait 25 ans.
« Mort pour la France » : acte transcrit le 20 août 1917 à Passy.
Monument aux morts de Passy : inscrit sur une des plaques additionnelles.
Plus d’infos sur nos pages
« Les Passerands de l’armée d’Orient en 1917 » 
 
« Les Passerands de l’armée d’Orient en 1916 »
Historique du 157e RI : site tableaudhonneur

REMARQUE : un NOM en trop… sur le monument aux morts de Passy

« BAUD Claudius Marius Marcel, classe 1916, 30e Régt d’Infanterie » qui serait « mort en 1918 ».
Ce soldat ne figure pas, avec ce triple prénom, dans les registres militaires (fiche matricule) des Archives départementales de Haute-Savoie, ni dans le recensement de 1911 à Passy ni sur le Livre d’or national ni dans la « Base des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale » sur le site Mémoire des hommes
En revanche, il existe un BAUD Claudius Marie Marcel, classe 1916. L’état civil des Gets confirme les données de son registre militaire : un soldat de ce nom, de la classe 1916 et du  30e Régt d’Infanterie, est effectivement né le 7 mars 1896 aux Gets, mais…il est « décédé le 10 nov. 1936 à Lyon ». Il avait été déclaré « disparu » le 25 avril 1918 au mont Kemmel (Belgique). En réalité, il avait été fait prisonnier, interné à Stendal ; il a été rapatrié d’Allemagne le 23 novembre 1918.
On peut émettre l’hypothèse suivante : il y a eu erreur ou confusion à Passy et aucun BAUD Claudius Marius Marcel de la classe 1916 n’est mort pour la France…

Sources et sites à consulter pour en savoir plus  :

Archives départementales de Savoie :
Registres militaires > Fonds d’archives > Registres militaires

Recensement de 1911

Mémoire des hommes, Base de données des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale

Grand Mémorial, la numérisation au service de la Grande Guerre

Site memorial-genweb  Tous les Monuments aux morts sur Internet : (5 juillet 2015)

JMO des régiments et bataillons (Mémoire des hommes Journaux des unités 1914-1918)

Site Chtimiste

Historiques des régiments 

Jean-Marie Pottier, Centenaire de la Première Guerre mondiale : combien de « poilus » de votre département parmi les victimes ? 9 nov. 2013) site slate.fr/story, page Carte des morts de la première Guerre mondiale

Voir nos autres pages sur
– Passy pendant la grande Guerre
en particulier
 notre page consacrée au monument aux morts de Passy.

– Passy de 1920 à nos jours.

Découvrez aussi, sur notre site, la richesse et la variété du patrimoine de Passy :
 Les ex-voto du temple romain de Passy
– Le château médiéval de Charousse à Passy
– Le retable de la Chapelle de Joux, à Passy
– L’étonnant « Cahier » d’Eugène Delale, école de Passy, 1882
–  La méthode Freinet à l’école de Passy, 1932-1952
– La conduite forcée de 1947-1952 et la production hydroélectrique à Passy
– L’Arve des Gures aux Egratz, à Passy
– Vues panoramiques sur le Mont-Blanc depuis Passy
– L’inalpage dans les « montagnes » de Passy, « l’emmontagnée », et la « remuée » pendant l’été
– La gare de Chedde à Passy et la ligne Le Fayet-Chamonix
– La sculpture d’Albert FERAUD (1921-2008), La Porte du soleil (1973), sur la « Route de la Sculpture Contemporaine » à Passy
– La stèle de la Torchette à Passy et les commémorations du maquis de Montfort

Nous contacter ; Commander nos publications

S’abonner à notre lettre d’information-Newsletter